Variations et invariants - article ; n°1 ; vol.70, pg 3-30

-

Documents
32 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Actes de la recherche en sciences sociales - Année 1987 - Volume 70 - Numéro 1 - Pages 3-30
Variaciones e invariantes. Elementos para una historia estructural del campo de las grandes escuelas. Si la distribución de los establecimientos presenta actualmente una estructura global próxima a aquella que fué obtenida por el período anterior a 1968, sin embargo la generalización del modo de reproducción a componente escolar y, de ése modo, la intensificación de la competencia escolar que caracteriza el período reciente son al principio de dos transformaciones mayores. De una parte, el crecimiento del peso relativo de la Escuela nacional de administración que, fuerte de las posiciones adquiridas por sus antiguos alumnos en el campo administrative, político y económico, se ha apropiado de una parte cada vez mayor de las posiciones disputadas por los alumnos de las grandes escuelas, ha determinado transformaciones profundas en el conjunto del campo y en particular en sus rivales directos, la Escuela politécnica y la Escuela normal superior respectivamente. Por otra parte, se ve el desarrollo de todo un conjunto de instituciones de enseñanza nuevas (escuelas de gestion, de marketing, de publicidad, de periodismo, etc.) que son como llamadas por los cambios en el campo económico, empero deben su éxito al hecho que sirven objetivamente las estrategias por las cuales los adolescentes de la burguesía de negocios y sus familias tratan de eludir el rigor acrecentado de la ley escolar. Estas transformaciones recientes muestran, entre otras, la gran complejidad de las relaciones que se establecen entre jerarquía escolar y jerarquía social, estas no pudiéndose comprender que a condición de ver que las luchas entre grandes escuelas (o la pretención de nuevas instituciones de enseñanza a tornarse grandes escuelas) se inscriben en la lógica del capital simbólico donde se trata de hacer ver y de hacer creer, de hacer conocer y reconocer. Al límite, se puede encerrar esta lógica de las luchas simbólicas en las imputaciones cruzadas donde cada uno de los competentes tiende a otorgarse un conjunto de propiedades ansiadas (derecho de ocupar puestos de dirección, título de escritor o de filósofo, etc.) más que no se las otorga a él, mientras que élasigna a los otros, más que éllos no se las asignan, propiedades rechazadas (gestión del personal, funciones técnicas, etc.). Los análisis que son propuestos aqui permiten comprender como el campo de las grandes escuelas ha proporcionado a los niños de la burguesía socialmente destinados a las posiciones dominantes la caución escolar desde ahora indispensable que las instituciones escolares las más légitimas les rehusaban cada vez más en razón de la intensificación de la competencia escolar, y eso a costa de una diversificación extrema de las instituciones de enseñanza superior y de un fortalecimiento de aquellas que proporcionaban el medio de evadir el veredicto escolar.
Variationen und Invarianten. Elemente zu einer Strukturgeschichte des Feldes der Grandes écoles. Die Verteilungsstruktur dieser Einrichtungen ähnelt im grofien ganzen der vor 1968, doch haben die Verallgemeinerung der auf Bildung beruhenden Reproduktionsweise und in deren Gefolge die Verscharfung der Bildungskonkurrenz in jüngster Zeit zu zwei entscheidenden Wandlungsprozessen gefuhrt. Erstens ist mit dem gestiegenden Gewicht der École nationale d'administration, die gestärkt durch die von ihren Absolventen errungenen Posten in Verwaltung, Politik und Wirtschaft sich einen immer grösseren Teil der von den Absolventen der verschiedenen Grandes écoles umkämpften Stellungen angeeignet hat, tiefgreifende Veränderungen im Gesamtfeld dieser Hochschuleinrichtungen und ganz besonders bei ihren unmittel-baren Konkurrenten, Ecole Polytechnique und Ecole normale, ausgelöst worden. Zum zweiten entstehen verstärkt neue Ausbildungsinstitutionen (Fachhochschulen für Betriebswirtschaft, Marketing, Werbung, Journalismus usw.), die zwar auf Veränderungen im Wirtschaftsfeld antworten, ihren Erfolg aber vor allem der Tatsache verdanken, daß sie objektiv den Strategien dienen, mit deren Hilfe die mittlere Generation der Handelsbourgeoisie und deren Familien dem immer schärfer werdenden Gesetz des Bildungsmarktes zu entrinnen suchen. Diese in der jüngsten Zeit aufgetretenen Transformationen zeigen unter anderem die komplexen Beziehungen zwischen Bildungs- und Sozialhierarchie, wobei sie nur dann zu verstehen sind, wenn man erkennt, daß die Auseinander-setzungen zwischen den einzelnen Grandes écoles (bzw. deren Anspruch, solche zu werden) der Logik des symbolischen Kapitals gehorchen, bei der es um Gesehenwerden und Glaubenmachen, Bekannt- und Anerkanntsein geht. Letztlich läßt sich diese Logik der symbolischen Auseinandersetzungen auf jene gleichsam überkreuz vorgenommenen Zuweisungsprozesse zurückführen, bei denen die einzelnen Konkurrenten eine Reihe begehrter Eigenschaften (Recht auf Besetzung von Führungsposten, Titel eines Schriftstellers oder Philosophen usw.) eher sich selber zuschreiben, als daß man sie ihnen zuerkennen würde, dagegen abgelehnte Eigenschaften (wie Personalverwaltung, technische Funktionen) den anderen zuweist, ohne daß sich diese darin wiedererkennen würden. Im Lichte dieser Analysen wird jene Entwicklung verständlich, in deren Verlauf das Feld der Grandes écoles — durch Diversifikation der höheren Bildungseinrichtungen generell und Starkung derjenigen, die dem Bildungsverdikt zu entgehen helfen — den sozial für die herrschenden Positionen bestimmten Kindern der Bourgeoisie die Bildungs-bürgschaft bereitgestellt hat, die ihnen die legitimsten Einrichtungen im Zuge der verschärften Bildungskonkurrenz immer häufîger verweigerten.
Variations and Invariants : Towards a Structural History of the Field of the Grandes Ecoles. While the present-day distribution of the institutions has an overall structure very close to that identified for the pre-1968 period, two major transformations have arisen from the generalization of the mode of reproduction with an academic content and from the consequent intensification of academic competition which characterizes the recent period. On the one hand, the increased relative weight of the Ecole nationale d'administration — which, thanks to the positions achieved by its graduates in the administrative, political and economie fields, has taken over an ever-growing proportion of the positions fought for by the students of the grandes ecoles — has induced profound changes throughout the field, particularly in its direct competitors, the Ecole polytechnique and the Ecole normale supérieure. On the other hand, there has developed a whole set of new educational institutions (schools of management, marketing, advertizing, journalism, etc.), seemingly called into existence by changes in the economic field but owing their success to the fact that they objectively serve the strategies through which adolescents from the business bourgeoisie and their families seek to circumvent the increased rigour of academic selection. These recent transformations show, inter alia, the great complexity of the relationships between the educational hierarchy and the social hierarchy ; these relationships cannot be understood unless it is seen that the struggles among the grandes ecoles (or the aspiration of new academic institutions to be counted among them) take their place in the logic of symbolic capital, where what counts is being seen and being believed, being known and being recognized. This logic of symbolic struggles could ultimately be seen as being contained in the network of reciprocal imputations in which each competitor tends to assign himself a set of coveted properties (the right to occupy senior managerial posts, the title of writer or philosopher, etc.) more then they are assigned to him by others, while assigning to others, more than they assign to themselves, disparaged properties (personnel management, technical functions, etc.). The analyses put forward here make it possible to understand how the field of the grandes ecoles has provided those children of the bourgeoisie socially destined to the dominant positions with the now indispensable academic seal of approval which the most legitimate educational institutions increasingly refused them because of the intensified academic competition, a process which has led to extreme diversification of the institutions of higher education and a strengthening of those which provided the means of escaping from the academic verdict.
Variations et invariants. Éléments pour une histoire structurale du champ des grandes écoles. Si la distribution des établissements présente aujourd'hui une structure globale très proche de celle qui avait été obtenue pour la période antérieure à 1968, il reste que la généralisation du mode de reproduction à composante scolaire et, par là, l'intensification de la concurrence scolaire qui caractérise la période récente sont au principe de deux transformations majeures. D'une part, l'accroissement du poids relatif de l'École nationale d'administration qui, forte des positions acquises par ses anciens élèves dans les champs administratif, politique et économique, s'est approprié une part de plus en plus grande des positions disputées par les élèves des grandes écoles, a déterminé des transformations profondes dans l'ensemble du champ et en particulier chez ses concurrentes directes, l'École polytechnique et l'École normale. D'autre part, on assiste au développement de tout un ensemble d'institutions d'enseignement nouvelles (écoles de gestion, de marketing, de publicité, de journalisme, etc.) qui sont comme appelées par les changements dans le champ économique mais doivent leur succès au fait qu'elles servent objectivement les stratégies par lesquelles les adolescents de la bourgeoisie d'affaires et leurs familles essayent de tourner la rigueur accrue de la loi scolaire. Ces transformations récentes montrent, entre autres, la grande complexité des rapports qui s'établissent entre hiérarchie scolaire et hiérarchie sociale, ceux-ci ne pouvant se comprendre qu'à la condition de voir que les luttes entre grandes écoles (ou la prétention de nouvelles institutions d'enseignement à le devenir) s'inscrivent dans la logique du capital symbolique où il s'agit de faire voir et de faire croire, de faire connaître et reconnaître. A la limite, on peut enfermer cette logique des luttes symboliques dans les imputations croisées où chacun des concurrents tend à s'accorder un ensemble de propriétés convoitées (droit d'occuper des postes de direction, titre d'écrivain ou de philosophe, etc.) plus qu'on ne les lui accorde, tandis qu'il assigne aux autres, plus qu'ils ne se les assignent, des propriétés refusées (gestion du personnel, fonctions techniques, etc.). Les analyses qui sont proposées ici permettent de comprendre comment le champ des grandes écoles a fourni aux enfants de la bourgeoisie socialement destinés aux positions dominantes la caution scolaire désormais indispensable que les institutions scolaires les plus légitimes leur refusaient de plus en plus souvent en raison de l'intensification de la concurrence scolaire, et cela au prix d'une diversification extrême des institutions d'enseignement supérieur et d'un renforcement de celles qui fournissaient le moyen d'échapper au verdict scolaire.
28 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1987
Nombre de visites sur la page 33
Langue Français
Signaler un problème

Pierre Bourdieu
Variations et invariants
In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 70, novembre 1987. pp. 3-30.
Citer ce document / Cite this document :
Bourdieu Pierre. Variations et invariants. In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 70, novembre 1987. pp. 3-30.
doi : 10.3406/arss.1987.2391
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1987_num_70_1_2391Resumen
Variaciones e invariantes. Elementos para una historia estructural del campo de las grandes escuelas.
Si la distribución de los establecimientos presenta actualmente una estructura global próxima a aquella
que fué obtenida por el período anterior a 1968, sin embargo la generalización del modo de
reproducción a componente escolar y, de ése modo, la intensificación de la competencia escolar que
caracteriza el período reciente son al principio de dos transformaciones mayores. De una parte, el
crecimiento del peso relativo de la Escuela nacional de administración que, fuerte de las posiciones
adquiridas por sus antiguos alumnos en el campo administrative, político y económico, se ha apropiado
de una parte cada vez mayor de las posiciones disputadas por los alumnos de las grandes escuelas,
ha determinado transformaciones profundas en el conjunto del campo y en particular en sus rivales
directos, la Escuela politécnica y la Escuela normal superior respectivamente.
Por otra parte, se ve el desarrollo de todo un conjunto de instituciones de enseñanza nuevas (escuelas
de gestion, de marketing, de publicidad, de periodismo, etc.) que son como llamadas por los cambios
en el campo económico, empero deben su éxito al hecho que sirven objetivamente las estrategias por
las cuales los adolescentes de la burguesía de negocios y sus familias tratan de eludir el rigor
acrecentado de la ley escolar.
Estas transformaciones recientes muestran, entre otras, la gran complejidad de las relaciones que se
establecen entre jerarquía escolar y jerarquía social, estas no pudiéndose comprender que a condición
de ver que las luchas entre grandes escuelas (o la pretención de nuevas instituciones de enseñanza a
tornarse grandes escuelas) se inscriben en la lógica del capital simbólico donde se trata de hacer ver y
de hacer creer, de hacer conocer y reconocer. Al límite, se puede encerrar esta lógica de las luchas
simbólicas en las imputaciones cruzadas donde cada uno de los competentes tiende a otorgarse un
conjunto de propiedades ansiadas (derecho de ocupar puestos de dirección, título de escritor o de
filósofo, etc.) más que no se las otorga a él, mientras que élasigna a los otros, más que éllos no se las
asignan, propiedades rechazadas (gestión del personal, funciones técnicas, etc.).
Los análisis que son propuestos aqui permiten comprender como el campo de las grandes escuelas ha
proporcionado a los niños de la burguesía socialmente destinados a las posiciones dominantes la
caución escolar desde ahora indispensable que las instituciones escolares las más légitimas les
rehusaban cada vez más en razón de la intensificación de la competencia escolar, y eso a costa de una
diversificación extrema de las instituciones de enseñanza superior y de un fortalecimiento de aquellas
que proporcionaban el medio de evadir el veredicto escolar.
Zusammenfassung
Variationen und Invarianten. Elemente zu einer Strukturgeschichte des Feldes der Grandes écoles.
Die Verteilungsstruktur dieser Einrichtungen ähnelt im grofien ganzen der vor 1968, doch haben die
Verallgemeinerung der auf Bildung beruhenden Reproduktionsweise und in deren Gefolge die
Verscharfung der Bildungskonkurrenz in jüngster Zeit zu zwei entscheidenden Wandlungsprozessen
gefuhrt. Erstens ist mit dem gestiegenden Gewicht der École nationale d'administration, die gestärkt
durch die von ihren Absolventen errungenen Posten in Verwaltung, Politik und Wirtschaft sich einen
immer grösseren Teil der von den Absolventen der verschiedenen Grandes écoles umkämpften
Stellungen angeeignet hat, tiefgreifende Veränderungen im Gesamtfeld dieser Hochschuleinrichtungen
und ganz besonders bei ihren unmittel-baren Konkurrenten, Ecole Polytechnique und Ecole normale,
ausgelöst worden. Zum zweiten entstehen verstärkt neue Ausbildungsinstitutionen (Fachhochschulen
für Betriebswirtschaft, Marketing, Werbung, Journalismus usw.), die zwar auf Veränderungen im
Wirtschaftsfeld antworten, ihren Erfolg aber vor allem der Tatsache verdanken, daß sie objektiv den
Strategien dienen, mit deren Hilfe die mittlere Generation der Handelsbourgeoisie und deren Familien
dem immer schärfer werdenden Gesetz des Bildungsmarktes zu entrinnen suchen.
Diese in der jüngsten Zeit aufgetretenen Transformationen zeigen unter anderem die komplexen
Beziehungen zwischen Bildungs- und Sozialhierarchie, wobei sie nur dann zu verstehen sind, wenn
man erkennt, daß die Auseinander-setzungen zwischen den einzelnen Grandes écoles (bzw. deren
Anspruch, solche zu werden) der Logik des symbolischen Kapitals gehorchen, bei der es um
Gesehenwerden und Glaubenmachen, Bekannt- und Anerkanntsein geht. Letztlich läßt sich diese Logik
der symbolischen Auseinandersetzungen auf jene gleichsam überkreuz vorgenommenen
Zuweisungsprozesse zurückführen, bei denen die einzelnen Konkurrenten eine Reihe begehrterEigenschaften (Recht auf Besetzung von Führungsposten, Titel eines Schriftstellers oder Philosophen
usw.) eher sich selber zuschreiben, als daß man sie ihnen zuerkennen würde, dagegen abgelehnte (wie Personalverwaltung, technische Funktionen) den anderen zuweist, ohne daß sich
diese darin wiedererkennen würden. Im Lichte dieser Analysen wird jene Entwicklung verständlich, in
deren Verlauf das Feld der Grandes écoles — durch Diversifikation der höheren Bildungseinrichtungen
generell und Starkung derjenigen, die dem Bildungsverdikt zu entgehen helfen — den sozial für die
herrschenden Positionen bestimmten Kindern der Bourgeoisie die Bildungs-bürgschaft bereitgestellt
hat, die ihnen die legitimsten Einrichtungen im Zuge der verschärften Bildungskonkurrenz immer
häufîger verweigerten.
Abstract
Variations and Invariants : Towards a Structural History of the Field of the Grandes Ecoles.
While the present-day distribution of the institutions has an overall structure very close to that identified
for the pre-1968 period, two major transformations have arisen from the generalization of the mode of
reproduction with an academic content and from the consequent intensification of academic competition
which characterizes the recent period. On the one hand, the increased relative weight of the Ecole
nationale d'administration — which, thanks to the positions achieved by its graduates in the
administrative, political and economie fields, has taken over an ever-growing proportion of the positions
fought for by the students of the grandes ecoles — has induced profound changes throughout the field,
particularly in its direct competitors, the Ecole polytechnique and the Ecole normale supérieure. On the
other hand, there has developed a whole set of new educational institutions (schools of management,
marketing, advertizing, journalism, etc.), seemingly called into existence by changes in the economic
field but owing their success to the fact that they objectively serve the strategies through which
adolescents from the business bourgeoisie and their families seek to circumvent the increased rigour of
academic selection.
These recent transformations show, inter alia, the great complexity of the relationships between the
educational hierarchy and the social hierarchy ; these relationships cannot be understood unless it is
seen that the struggles among the grandes ecoles (or the aspiration of new academic institutions to be
counted among them) take their place in the logic of symbolic capital, where what counts is being seen
and being believed, being known and being recognized. This logic of symbolic struggles could ultimately
be seen as being contained in the network of reciprocal imputations in which each competitor tends to
assign himself a set of coveted properties (the right to occupy senior managerial posts, the title of writer
or philosopher, etc.) more then they are assigned to him by others, while assigning to others, more than
they assign to themselves, disparaged properties (personnel management, technical functions, etc.).
The analyses put forward here make it possible to understand how the field of the grandes ecoles has
provided those children of the bourgeoisie socially destined to the dominant positions with the now
indispensable academic seal of approval which the most legitimate educational institutions increasingly
refused them because of the intensified academic competition, a process which has led to extreme
diversification of the institutions of higher education and a strengthening of those which provided the
means of escaping from the academic verdict.
Résumé
Variations et invariants. Éléments pour une histoire structurale du champ des grandes écoles.
Si la distribution des établissements présente aujourd'hui une structure globale très proche de celle qui
avait été obtenue pour la période antérieure à 1968, il reste que la généralisation du mode de
reproduction à composante scolaire et, par là, l'intensification de la concurrence scolaire qui caractérise
la période récente sont au principe de deux transformations majeures. D'une part, l'accroissement du
poids relatif de l'École nationale d'administration qui, forte des positions acquises par ses anciens
élèves dans les champs administratif, politique et économique, s'est approprié une part de plus en plus
grande des positions disputées par les élèves des grandes écoles, a déterminé des transformations
profondes dans l'ensemble du champ et en particulier chez ses concurrentes directes, l'École
polytechnique et l'École normale. D'autre part, on assiste au développement de tout un ensemble
d'institutions d'enseignement nouvelles (écoles de gestion, de marketing, de publicité, de journalisme,
etc.) qui sont comme appelées par les changements dans le champ économique mais doivent leursuccès au fait qu'elles servent objectivement les stratégies par lesquelles les adolescents de la
bourgeoisie d'affaires et leurs familles essayent de tourner la rigueur accrue de la loi scolaire.
Ces transformations récentes montrent, entre autres, la grande complexité des rapports qui
s'établissent entre hiérarchie scolaire et hiérarchie sociale, ceux-ci ne pouvant se comprendre qu'à la
condition de voir que les luttes entre grandes écoles (ou la prétention de nouvelles institutions
d'enseignement à le devenir) s'inscrivent dans la logique du capital symbolique où il s'agit de faire voir
et de faire croire, de faire connaître et reconnaître. A la limite, on peut enfermer cette logique des luttes
symboliques dans les imputations croisées où chacun des concurrents tend à s'accorder un ensemble
de propriétés convoitées (droit d'occuper des postes de direction, titre d'écrivain ou de philosophe, etc.)
plus qu'on ne les lui accorde, tandis qu'il assigne aux autres, plus qu'ils ne se les assignent, des
propriétés refusées (gestion du personnel, fonctions techniques, etc.).
Les analyses qui sont proposées ici permettent de comprendre comment le champ des grandes écoles
a fourni aux enfants de la bourgeoisie socialement destinés aux positions dominantes la caution
scolaire désormais indispensable que les institutions scolaires les plus légitimes leur refusaient de plus
en plus souvent en raison de l'intensification de la concurrence scolaire, et cela au prix d'une
diversification extrême des institutions d'enseignement supérieur et d'un renforcement de celles qui
fournissaient le moyen d'échapper au verdict scolaire.VARIATIONS
une des INVARIANTS éléments du champ grandes histoire pour structurale écoles*
d'imprévisible nouveauté que le monde social
peut donner, aussi longtemps que, ignorant les
substitutions fonctionnelles et les équivalences
structurales, on s'attache à tout ce qui occupe les
rédacteurs et les lecteurs de quotidien, la dernière
réforme du concours de l'ENA, ou la nomination
d'un nouveau directeur à l'Ecole normale supérieure.
Mais les historiens les plus rigoureux eux-
mêmes n'échappent pas toujours complètement à
cette vision anecdotique, et à la démission scienti
fique qu'elle implique, notamment lorsque, faute Nouvel aux même d'ailleurs éphémères avancent, la statut est s'appuie confessent description est-ce plus si, contestent qu'ils assurent Quelle disparu du de champ la ce aujourd'hui, structures, superficiel à de contingence réduisent qu'il qui est Observateur sur de dire journaliste la n'existait sans l'enseignement des la que qu'ils permet a HEC historique perpétuation, qu'un validité, des perdu grandes trop du et ses «données les le faits ne tandis aux travail et d'aller tel objets. pas, voué sociologue tout réfléchir, normaliens considèrent vingt de écoles pris travail mécanismes d'un davantage que ou à son anciennes»... la qui scientifique, au-delà à et En tenir ans création leur menée si moment ne les intérêt de la après, réalité, ou les des vaut lisent valeur futurs que tels transformation, Libération, des est cachés l'historien maoïstes en discours du d'une permanente que c'est-à-dire donné ? arguments, apparences l'aspect révolu l'attention 1967 faciale, moins Ceux enarques fait comme qui étude aussi qu'il ? (1), qui ont en ou au Et et le
d'appréhender l'ensemble de l'espace qui est
effectivement présent, par ses effets, dans l'objet
qu'ils y découpent (comme l'ensemble du champ du
pouvoir dans tel ou tel de ses secteurs, patronat,
université ou haute administration), ils tombent
dans l'une ou l'autre forme de ce que l'on pourrait
appeler le paralogisme du contexte manquant : le
paradigme de cette fallacy est fourni par les auteurs
qui ont voulu voir une réfutation des recherches
montrant la contribution de l'Ecole à la repro
duction sociale dans le fait que la part des étudiants
originaires des classes moyennes s'accroissait dans
les facultés des lettres, en ignorant le déclin que
*Je remercie Salah Bouhedja, Rosine Christin et Monique connaissaient au même moment ces institutions. de Saint Martin pour l'aide extrêmement précieuse qu'ils En fait, c'est seulement à condition d'avoir à m'ont apportée dans la collecte et l'analyse des données sur l'esprit toutes les transformations de la structure lesquelles s'appuie ce texte.
du champ des institutions d'enseignement supérieur 1— D'après les résultats d'un sondage mené en juin 1987 —et du sous-champ des grandes écoles en partiauprès de 500 anciens élèves de Polytechnique, de l'ENA, culier— que l'on peut interpréter adéquatement de HEC, de Sup de Co-Rouen et de l'École des mines de
Nancy travaillant en entreprise depuis plus de cinq ans, les des faits aussi simples en apparence que la représen
anciens de l'ENA sont plus enclins que ceux des autres tation à différents moments des élèves issus des écoles à déplorer que le système des grandes écoles «n'assure différentes classes sociales dans une institution pas une formation suffisamment adaptée au monde mo déterminée (2). derne» (soit 65 % contre 62 % à Polytechnique, 39 % à
HEC) et constitue «un facteur bloquant pour la société
française» (soit 37 % contre 17 et 18 %). (Ce qui ne les
empêche d'ailleurs pas de se féliciter plus que tous les autres 2—11 pourrait être tentant d'essayer de mesurer si le public
de l'existence des grandes écoles, indispensables «pour de telle ou telle école s'est ou non «démocratisé» et de
fournir à la France les élites que l'Université ne produit comparer par exemple les chiffres fournis par Robert J.
pas»...). (Cf. J. J. Gurviez, «Miroir, mon beau miroir, Smith à propos de l'École normale de la Troisième Répub
sommes-nous encore les meilleurs ?», L'Expansion, 11-24 lique et les chiffres établis par notre enquête. Il serait
septembre 1987, pp. 171-173). dangereux en tout cas de dégager des conclusions du fait 4 Pierre Bourdieu
marquant des positions pertinentes des différentes «régions» Mais, de manière plus générale, l'attention à du champ du pouvoir et caractérisées par la seule infol'écume des faits anecdotiques qui, dans l'expérience rmation qui soit disponible pour la totalité d'entre elles, biographique des agents (et de l'observateur), la distribution des élèves selon la profession du père (en ce
peuvent occuper tout le champ de vision, comme qui concerne l'ENA, qui n'avait pas répondu sur ce point,
on a pu obtenir de l'administration de l'école des données les livres et les films au goût du jour, ou les hommes
sur les caractéristiques sociales, géographiques et scolaires politiques et les philosophes à la mode, a toutes les des élèves présentés, admissibles et admis aux différents chances d'orienter vers des différences frappantes, concours). Plutôt que de rechercher la comparabilité mais aussi superficielles que les bizarreries du formelle en reproduisant purement et simplement l'échant
vêtement ou de la coupe de cheveux dans les illon de la première enquête (ce qui était en tout cas
impossible du fait que certains établissements, comme vieilles photographies, et d'empêcher d'apercevoir l'Institut d'études politiques de Paris, l'École de la magistant la constance des structures profondes que les trature, l'Internat de médecine de Paris ou l'École centrale, transformations qu'elles ont véritablement subies. l'École des langues orientales, certaines écoles de notariat,
n'avaient pu répondre à l'enquête, ou à la question consi
dérée, ou y avaient répondu de manière trop sommaire,
comme HEC), on s'est efforcé d'assurer la comparabilité
réelle en donnant un poids plus élevé aux écoles de com
merce et de gestion qui se sont très fortement multipliées
La permanence de au cours de la période. Comme dans l'analyse de l'état du
champ autour des années 60, la distribution obtenue la structure et sa déformation correspond plus étroitement à la valeur marchande des
titres décernés qu'à leur valeur proprement scolaire (ce qui L'éloignement dans le temps de l'enquête initiale se comprend puisque, dans les deux cas, les résultats scodevient un avantage dès que l'on se donne pour laires antérieurs des élèves ne sont pas pris en compte) :
projet d'essayer d'observer, vingt ans après, dans des institutions comme l'Essec, l'Escae de Lille ou même
l'European Business School occupent dans la hiérarchie quelle mesure la structure du champ des établiss déterminée selon la seule qualité sociale des publics des ements d'enseignement supérieur s'est conservée positions plus élevées que Ulm et Polytechnique qui sont et dans quelle mesure elle s'est déformée ou trans situées au sommet de la hiérarchie scolaire.
formée. Ainsi, en s'appuyant sur les statistiques
du recrutement social des élèves et des étudiants La distribution des établissements présente une pour l'année 1984-1985, on peut appréhender la structure globale très proche de celle qui avait été structure des institutions d'enseignement supérieur obtenue pour la période précédant 68 : c'est ainsi (facultés, grandes écoles, IUT, etc.) et la comparer que, comme alors, la distribution des professions à celle qui avait été établie sur des bases analogues
d'origine reproduit de manière assez exacte la pour les années 1966-1970.
distribution de ces professions dans l'espace social.
Le premier facteur (qui représente 31,5 % de L'analyse a porté sur les données fournies par l'enquête
réalisée en 1984-85 par la sous-direction des enquêtes l'inertie totale) distingue les établissements selon le
statistiques et des études au Ministère de l'éducation volume global du capital hérité (avec d'un côté nationale pour un échantillon de 84 institutions —trois les fils de cadres supérieurs et de l'autre les fils d'entre elles étant traitées en variables supplémentaires (3)—
d'ouvriers), opposant les institutions où les élèves
issus de la classe dominante sont fortement majorit
que les taux de fils d'ouvriers recalculés selon les convent aires (76 % à l'European Business School, 74,5 %
ions proposées par R. J. Smith se sont très légèrement à l'Essec, 72 % à l'ENA premier concours) aux
accrus (passant, si l'on peut dire, de rien à presque rien), établissements où ils sont très faiblement représentsans avoir à l'esprit l'évolution de l'École normale pendant és (22,5 % dans les IUT, 27 % dans les facultés la même période (cf. R. J. Smith, The École normale
des lettres, 33 % à l'Ensi de chimie de Lille). Si supérieure and the Third Re public , Albany, State University
of New York Press, 1982). Les mêmes observations vau l'on trouve au sommet de cette hiérarchie les plus
draient pour toute comparaison des taux de normaliens grandes écoles selon les critères scolaires, comme occupant des positions dans l'enseignement supérieur à Polytechnique et l'ENS de la rue d'Ulm, on y différentes époques ou même des différences entre les rencontre aussi, et en beaucoup plus grand nombre distributions des normaliens littéraires et scientifiques selon
que par le passé, des écoles de commerce et de l'origine sociale à des moments différents. Si, sous la
Troisième République, les scientifiques ont un peu plus de gestion peu exigeantes scolairement : ces institu
chances de provenir des milieux populaires et ruraux que les tions offrent un refuge aux étudiants issus des littéraires, on ne peut en conclure simplement, comme fait régions dominantes du champ du pouvoir qui ont l'auteur, que les études littéraires demandent plus de
échoué au concours d'entrée dans les plus grandes capital culturel que les études scientifiques —bien qu'on
sache .que le degré de formalisation des savoirs n'est sans écoles et qui ont refusé de se rabattre vers les
doute pas indépendant de la «neutralité sociale» de leur facultés ou vers les petites écoles de second rang, transmission— : c'est oublier en effet que, jusqu'autour des telles que l'Ecole des douanes, ou l'Ecole des arts et années 60, les études littéraires étaient beaucoup plus métiers, l'Ensi, les Instituts nationaux des sciences prestigieuses que les études scientifiques, donc mieux faites
pour susciter les «vocations» des élèves les plus favorisés appliquées, etc., autant de voies de promotion
socialement et scolairement. Et de fait, on voit que, en sociale pour classes moyennes. 1967, c'est-à-dire après le renversement de la hiérarchie, Le second facteur (qui représente 19 % de les scientifiques de l'École normale ont un peu plus de l'inertie) oppose principalement, comme pour la capital culturel hérité que les littéraires (un écart systéma
période antérieure, les institutions préparant à tique en leur faveur s 'observant du côté de la profession
et du niveau d'instruction de la mère et du grand-père l'enseignement ou à la recherche et les écoles
maternel). d'ingénieurs et d'agronomie, presque toutes publi
3— C'est le cas des établissements qui, comme HEC, Supelec, ques et opérant une forte sélection scolaire, aux l'ENSAE, l'École des mines de Saint-Etienne, etc., avaient écoles de gestion, de commerce et d'administration fourni des données trop fortement agrégées (regroupant par (et aussi, mais à un moindre degré, d'art et d'archiexemple instituteurs et cadres moyens ou professeurs et
cadres supérieurs). tecture) : ce sont d'une part les Ecoles normales |
'
.
.
.
Variations et invariants 5
hiérarchie proprement sociale ont vu s'accroître supérieures d'Ulm, de Saint-Cloud, de Fontenay et
l'École des chartes et, d'autre côté, l'Ecole supé encore la part des élèves issus de la classe domi
rieure de commerce et d'administration des entre nante, ce qui a eu pour effet d'augmenter
prises de Lille, l'European Business School, l'École l'écart qui les séparait des petites écoles et des
d'administration et de direction des affaires, qui universités (5). C'est sans doute la même logique, liée
apportent les contributions absolues les plus fortes à l'intensification de la compétition scolaire, qui
à sa constitution. Ce facteur oppose aussi, et explique que l'écart social entre les ENS de la rue
selon la même logique, celle de la distribution de
la structure du capital hérité, les fils de professeurs
4— La projection des écoles placées en variables suppléet d'instituteurs aux fils de patrons de l'industrie
mentaires confirme ces analyses en ce qui concerne le ou du commerce (4). premier facteur ; l'opposition secondaire ne peut se manifAinsi, les oppositions principales se sont ester du fait que les données statistiques ne distinguent pas
maintenues entre les années 60 et les années 80 les fils d'ingénieurs et de professeurs des autres cadres supér
en dépit du soubresaut de 1968 qui, loin de ieurs.
révolutionner les structures du champ des institu 5— Cette tendance s'observe aussi dans les institutions qui
n'ont pu être incluses dans l'analyse, comme Sciences Po tions d'enseignement supérieur (dont les transfor
où la part des enfants d'employés et de fonctionnaires mations, et en particulier l'accroissement de l'écart subalternes a fortement diminué tandis qu'augmentait la entre grandes écoles et facultés, étaient pour une proportion des fils de cadres supérieurs. La décroissance de part à son principe) , semble avoir favorisé des la représentation des enfants des classes dominées qui est
réactions individuelles et collectives tendant à les corrélative de l'intensification de la compétition et du
renforcement de la sélectivité des institutions, n'est pas renforcer. On observe néanmoins un ensemble
seulement imputable à la relation régulièrement observée de déformations du champ, qu'il faut interpréter et" entre la position dans l'espace social et la réussite scolaire ; avec prudence. Les écoles qui se trouvaient elle résulte aussi de l'avantage que donne aux plus favorisés
trouvent toujours placées au sommet de la se le sens du placement associé à une origine sociale élevée.
Le champ des établissements
d'enseignement supérieur en 1984-1985
(variables principales) AUTONOMIE + Ulm -Sèvres-
2( 18,9) PROFESSEUR
St Cloud Fontenay Chartes
INSTITUTEUR Polytechnique
Ponts
Télécom Insa Lyon Elec- Agro Enset Ensi Chimie Lille PROF. Khâgne tronique INGENIEUR INTELLECT. Taupe Par i s Polytec. féminine Hor t icul ture TECHNICIEN Ensam Veto Inst Ind. Li 1 le Douanes Lille Lyon GRANDE Mines Nancy Esc Lyon PETITE PORTE Mines Ecole Europ.Affa i res- PORTE et ÉCOLE Sciences Agro fern. Par 1 s 1(31 .5) ARTISAN Archi .Toulouse Archi . Par i s REFUGE Escae Reims IepBordeaux PROF .LIBERALE AGRICULTEUR Médecine Ena1 Dent a i re Biblio. Tannerie Lyon Pharmacie CADRE MOYEN Notariat Arts&Mét iers Lyon ESSEC Se. Droit PETIT CADRE SUPERIEUR Eco. Iep Lyon Ena2 COMM.
Escae Marsel 1 le
Supdeco Paris Navale Escae Rouen
Ecole Adm.&Dir .Affaires
Escae Lille
GROS COMMERÇANT
EurBuss School
AUTONOMIE ;
:
Pierre Bourdieu 6
d'Ulm et de Saint-Cloud se soit très fortement temps qu'elles se féminisent, ou même les petites
réduit, comme si, sous la pression de la nécessité écoles d'application, École supérieure des P et T,
de fuir à tout prix la relégation dans les facultés, Ecole des douanes, Ecole de la magistrature, etc.,
la barrière qui interdisait aux enfants de la bourg qui offraient autrefois aux fils de la petite bourg
eoisie de déroger en s 'orientant vers une école eoisie l'espoir d'atteindre aux positions les plus
de réputation inférieure, et marquée par sa élevées de la fonction publique. Et cela d'abord par
destination ouvertement pédagogique, s'était le seul effet de l'accroissement différentiel des
trouvée abattue (6). publics des différentes institutions : du fait que les
Bien que la méthode utilisée ne permette pas différents établissements ont connu une croissance
vraiment de mesurer les distances et leurs transfor numérique d'autant plus faible qu'ils étaient plus
mations, tout tend à suggérer que l'écart s'est sélectifs en début de période, la population des
fortement accru, sous le rapport du capital hérité facultés connaissant un très fort accroissement
et de la valeur sociale des titres, entre la grande tandis que la population des plus grandes écoles
porte et la petite porte, et, plus précisément, entre n'augmentait pratiquement pas, l'écart entre les
les écoles du pouvoir, l'ENA, Sciences Po (non raretés relatives s'en est trouvé considérablement
représentée ici), HEC, l'Essec, et les facultés des accru (7).
lettres, des sciences, et aussi de droit, dont le
recrutement social ne cesse de s'abaisser en même 6— Alors que, à Polytechnique, le nombre des inscrits ne
croît que très légèrement en longue période, qu'à Ulm il
connaît une croissance assez forte depuis 1956, tandis
qu'à l'ENA, après une croissance marquée entre 66 et 76, Cela se voit bien, par exemple, dans le cas de l'Université il marque un palier après cette date, il s'accroît de manière de Paris -Dauphine, où l'institution de la sélection, au très continue et très rapide à Saint-Cloud (au point de travers notamment du surcroît de prestige et d'attraction dépasser Ulm en 1966). Parmi les écoles scientifiques, qu'elle confère, par soi seule, et indépendamment de tout Centrale, école de second rang, connaît une progression ce qui touche aux contenus et aux méthodes d'enseigne semblable à celle de Saint-Cloud. (Le nombre des inscrits ment, s'est accompagnée d'une élévation très marquée de la semble varier en gros comme le nombre des admis). part des étudiants issus de la classe dominante (cf. Groupe
d'étude sur l'image et la sélection à Dauphine, Paris IX- 7— Cf. P. Bourdieu, Epreuve scolaire et consécration sociale,
Dauphine : entre l'image et la réalité, Paris, mai 1987, Actes de la recherche en sciences sociales, 39, sept. 1981,
pp. 3-70(spéct, p. 61). ronéotypé).
Les caractéristiques sociales du public
(variables principales et supplémentaires)
PROFESSEUR majuscules : variables principales 2( 18,9)
minuscules supplémentaires
INSTITUTEUR
PROF. INTELLE INGENIEUR
TECHNICIEN
EMPLOYE Cadre Publ le +
1(31,5) ARTISAN Autre profession OUVRIER PROF. LIBE RALE
AGRICULTEUR
CADRE MOYEN
PETIT CADRE SUPERIEUR COMMERÇANT Cadre Privé
GROS COMM.& INDUSTRIEL Variations et invariants 7
Évolution des effectifs des universités
et des écoles d'ingénieurs et de commerce,
1950-1984
1 000 000 , échelle Ensemble semi-logarithmique
500 000
Lettres
200 000. ..• Droit et se. éco.
Sciences
' Médecine
Sources : Ministère de l'édu
100 000. cation nationale, Repères et
références statistiques sur les
enseignements et la formation,
édition 1986, Paris, Impr.
nationale, 1986 ¡Ministère de IUT l'éducation nationale, Notes 50 000. d'information ; Ministère de StatisÉcoles d'ingénieurs tiques des enseignements. - Pharmacie Tableaux et informations,
Fascicule 5-3 à partir de Écoles de commerce 1967-68 et Informations staet de gestion tistiques, n. 19, 23, 27 et 44
pour les années antérieures ; 20 000.
S. Breillot, Les écoles d'ingé
nieurs regroupées par niveau
principal de recrutement :
Evolution sur vingt ans des
effectifs, in : Ministère de 10 000- l'éducation nationale, Édu
cation et formations. Études
et documents, 1, oct.-déc.
1982, p. 47 ; Ministère de
l'éducation, Secrétariat d'État
aux Universités, Service cen
tral des statistiques et son
dages, Données statistiques
sur le développement des
effectifs de l'enseignement
supérieur en France depuis
1960, Études et documents,
31, 1975 ; INSEE, Annuaire
statistique de la France,
résumé rétrospectif, Paris,
INSEE, 1966 (pour les
effectifs des universités de
1950-51 à 1963-64) et
Annuaire statistique, 1984. 1 000
1950 55 60 65 70 75 80 84
56 61 71 76 81 85 51 66
Entre 1950 et 1972, et tout particulièrement entre 1959 un accroissement relativement modéré jusqu'à la fin des
et 1972 (où ils sont multipliés par 3,6 et par 4,3 pour les années 1970, ont doublé leurs effectifs entre 1977-80 et
seules facultés des lettres contre 1,7 pour l'ensemble des 1984-85, passant de 13 300 à 27 000 (cf. graphique 1).
écoles d'ingénieurs et de commerce), les effectifs des facultés,
de lettres et de droit notamment, s'accroissent très rapide De même, et bien que le recrutement social des ment tandis que ceux des écoles (surtout les plus grandes) ne établissements les plus prestigieux scolairement progressent que très lentement. Depuis 1972, la progression
s'est fortement ralentie dans les facultés, surtout en sciences se soit aussi élevé, sous l'effet de l'intensification
(du fait, entre autres facteurs, de la création en 1966-67 de la concurrence, il reste que la distance sociale des Instituts universitaires de technologie), avec une reprise s'est aussi accrue entre, d'un côté, les écoles du depuis 1980 ; en médecine les effectifs diminuent régulièr pouvoir, anciennes ou récentes, qui permettent ement depuis 1978-79 et en pharmacie depuis 1982-83. Les
aux enfants de la bourgeoisie d'affaires de coneffectifs des écoles d'ingénieurs (et spécialement, parmi
elles, les écoles sans spécialité précise, comme les instituts tourner l'obstacle scolaire tout en leur assurant nationaux des sciences appliquées) croissent lentement une forme de consécration (c'est le cas en partipendant toute la période, avec une accélération de 1959-60 culier des écoles de gestion, qui se sont déplacées à 1967-68, un ralentissement de 1969-70 à 1979-80, suivi vers la partie droite du diagramme) et, de l'autre, d'une reprise de la croissance pour les dernières années. Les
écoles de commerce qui, dans leur ensemble, avaient connu les grandes écoles à fort prestige intellectuel, 8 Pierre Bourdieu
la logique de processus invariants et nécessaires là comme l'Ecole normale ou Polytechnique, seule à
où l'on ne voit le plus souvent que la succession être encore en mesure de soutenir vraiment la
chronologique d'événements arbitraires et contincompétition pour le pouvoir administratif et
gents. C'est ainsi par exemple qu'on ne peut économique avec les nouveaux dominants. La part
manquer d'être frappé par les analogies entre deux dans chaque école des élèves qui sont issus des
histoires aussi différentes en apparence par leur positions correspondantes dans le champ du pouv
moment et leur lieu social que celle qui, commencée oir, les fils de professeurs à l'ENS, les fils d'ingé
en 1881, a conduit HEC à imposer son hégémonie nieurs et de cadres à Polytechnique, les fils de
sur le sous-champ des écoles de commerce et de hauts fonctionnaires à l'ENA et les fils de patrons
gestion et celle qui, commencée en 1945, a permis de l'industrie et du commerce à HEC, s'est cons
à l'ENA d'étendre son emprise sur le champ des idérablement accrue, renforçant l'homogénéité, et
grandes écoles. Née du souci de la Chambre de la fermeture sur soi, des différentes écoles.
Pour aller au-delà de cette première saisie commerce de Paris, et des milieux d'affaires, de
se doter d'instances de formation propres, et synoptique des changements structuraux qui sont
indépendantes de l'Université (c'est là une des survenus depuis vingt ans dans le champ des institu
raisons de la référence à Centrale, école privée qui tions d'enseignement supérieur, il faut maintenant
tenter de décrire et d'expliquer les deux tran remplit la même fonction), et longtemps considérée
comme une école mineure (on parlait de «sous- sformations majeures qui ont affecté cet univers :
Saint-Cyr»), offrant aux élèves que leur origine d'une part l'accroissement du poids relatif de
désignait pour le succès social un moyen de masquer l'Ecole nationale d'administration qui, forte des
leurs échecs scolaires (soit au baccalauréat, soit à positions acquises par ses anciens élèves dans le
l'un ou l'autre des concours plus prestigieux de champ administratif, le champ politique et le économique, s'approprie une part de plus l'enseignement supérieur), l'Ecole des hautes études
commerciales n'est parvenue à conquérir peu à peu en plus grande des positions disputées par les élèves
des grandes écoles, déterminant par là des tran sa prééminence par rapport aux autres écoles de
sformations profondes dans l'ensemble du champ; commerce, certaines plus anciennes, mais provinc
d'autre part, le développement de tout un ensemble iales, que par tout un ensemble de stratégies indi
d'institutions nouvelles, écoles de gestion, de viduelles et collectives orientées vers l'accumulation
de capital symbolique. Ce sont d'une part toutes les marketing, de publicité, de journalisme, etc., qui
sont venues à point nommé pour servir les innomb initiatives visant à assurer à l'école tel ou tel des
rables stratégies indépendantes et pourtant privilèges et des distinctions impartis aux grandes
objectivement orchestrées par lesquelles les adoles écoles de premier rang, comme la préparation
militaire obligatoire ou la Légion d'honneur et la cents de la bourgeoisie d'affaires et leurs familles
essayaient de tourner la rigueur accrue de la loi Croix de guerre (solennellement décernée à l'école
scolaire. en 1927 et bien faite pour renforcer sa position
vis-à-vis de Saint-Cyr, sa plus proche rivale) (8), et
aussi toutes les manifestations folkloriques à haute
valeur distinctive, comme les revues de fin d'année
qui font leur apparition dès le début du siècle et Les guerres de palais qui se perpétuent jusqu'aux années 1966-1967, ou
L'insuffisance des monographies consacrées à une les chahuts rituels sur la place publique, autant
seule institution n'apparaît jamais aussi clairement d'activités auxquelles se reconnaissent les grandes
que lorsqu'il s'agit de comprendre les changements écoles et par lesquelles elles se font connaître, ou
survenus dans les grandes écoles auxquelles incombe encore et surtout le fameux «Boom HEC», véritable
le plus directement la reproduction du champ du entreprise de promotion commerciale de l'institu
pouvoir. Seule la connaissance de la structure du tion par elle-même qui mobilise pendant près
sous-champ qu'elles constituent à l'intérieur de d'un mois les élèves dans une sorte d'exercice de
l'univers des institutions d'enseignement supérieur marketing grandeur nature. Ce sont d'autre part
permet d'en comprendre les transformations. Les toutes les entreprises, le plus souvent organisées par
luttes de concurrence qui sont au principe de ces l'Association des anciens élèves, qui ont pour fin de
changements sont en effet déterminées par la valoriser le titre de l'Ecole sur le marché des affaires,
structure du rapport de force qui s'établit entre à la fois pratiquement, par l'organisation du
elles à chaque moment : les stratégies qu'une placement, fondée sur l'utilisation rationnelle des
institution peut déployer pour assurer ou améliorer solidarités d'école (dès 1928, se dote
sa position dépendent de son volume global de d'un fichier sur cartes perforées permettant d'orien
capital spécifique, inséparablement social et ter rationnellement les élèves à la recherche d'une
scolaire, et de la structure de ce capital, c'est-à- situation vers les différentes positions contrôlées
dire du poids relatif du capital scolaire, mesuré à par les anciens), et aussi symboliquement, grâce
la rareté spécifique des compétences garanties, et à des manifestations prestigieuses, banquets,
du capital proprement social, lié à la valeur sociale galas de bienfaisance, cérémonies anniversaires, à
actuelle ou potentielle de son public présent et l'occasion desquelles l'institution exhibe ses
passé (les anciens élèves). membres les plus prestigieux (Albert Lebrun,
Seule une histoire structurale attachée à Paul Reynaud, etc.), et par l'édition d'une revue
saisir les rapports objectifs qui s'établissent entre destinée aux cadres et aux chefs d'entreprises.
les différentes institutions en vertu de leurs posi Attestation de l'oscillation permanente de cette
tions relatives dans la hiérarchie sociale et dans
la hiérarchie scolaire et les luttes de concurrence prépara- 8— Les programmes sont très proches et les classes pré
qui les opposent peut donc permettre d'apercevoir toires communes.
V