Commission « agriculture et communication - SAF-agriculteurs de France

-

Documents
7 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Commission « agriculture et communication - SAF-agriculteurs de France

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 80
Langue Français
Signaler un problème
Commission « agriculture et communication » Présidée par Sandrine SIMONNOT et JeanFrançois COLOMER La commission agriculture et communication poursuit ses travaux. En 2004 et 2005, cinq réunions ont été organisées. Les participants ont eu l’occasion d’aborder des thèmes à la fois riches et diversifiés : la communication de crise, la publicité, l’exemple de la communication de grands entreprises. Un point a également été fait sur l’avancé de la mise en place du fonds de communication agricole. Il est prévu prochainement une réunion de la commission sur la communication menée par l’amont agricole (industries des engrais et des phytosanitaires), et une journée sera organisée pour rencontrer les différentes ONG qui se préoccupent d’agriculture et d’environnement. En parallèle des travaux de la commission, un groupe de travail se penche plus spécifiquement sur la communication autour des innovations en agriculture; les premières réunions de ce groupe ont eu lieu sur le thème des OGM, et se poursuivront dans les prochains mois. Des recommandations précises seront élaborées suite aux travaux du groupe. D’autre part, le travail initié en 2003 avec l’accueil d’une étudiante en DESS au CELSA sur un observatoire de l’information agricole est reconduit en 2005. Pour cela, un étudiant en DEA de Sociologie politique à Sciences Po planche à nouveau sur ce sujet. Son travail ce déroulera en deux temps : l’analyse des articles et du contenu médiatique des problématiques agricoles, puis une rencontre avec les principaux journalistes de la presse nationale grand public qui traitent de thèmes agricoles (télévision, radio, presse écrite). Un travail de restitution sera réalisé à l’automne, devant les membres de la commission communication, et via un document écrit. « Communiquons l’agriculture au grand public » La fonds de communication agricole a été créé en 1999 par la loi d’orientation. Abondé à hauteur de 2 millions d’euros, le fonds dispose désormais d’une structure juridique autour d’un établissement public créé par la loi sur le développement des territoires ruraux pour fonctionner. Dans l’immédiat, il est vrai que dans les faits aucune campagne de communication unitaire de la part du secteur agricole n’a pour l’instant vu le jour. Mais il est prévu que de nombreuses opérations locales puissent être portées au niveau national. Il existe avant tout plutôt une nécessité de coordination, plutôt que de création. Dans l’immédiat, un certain nombre d’études préalables ont permis de faire le bilan de l’existant et de lancer des propositions. Deux cibles ont été identifiées : les français de plus de 40 ans qui connaissent ou connaissaient l’agriculture, et les moins de 40 ans, qui ne la connaissent plus. Les bilans qui ressortent sont les suivants :le grand public ne comprend pas les «mots »de l’agriculture. Quand l’agriculture parle au grand public, ses portes paroles ne sont pas considérés comme objectifs, enfin, ce secteur apparaît comme extrêmement complexe pour une bonne partie de l’opinion. Le socle d’une stratégie commune est en train de se construire. Celleci s’inspire du principe que «dans toute la richesse et la diversité de leur métier, de leurs produits, et de leurs territoires, les agriculteurs sont une force en mouvement au service de chacun et de tous, créateurs de qualité, de sécurité sanitaire et de valeurs au cœur des aspirations de vie et des aspirations des citoyens ». Partant du constat que l’agriculture a besoin de communiquer pour retrouver sa légitimité, une action massive et directe doit être lancée. Sur quoi communiquer? Plusieurs pistes apparaissent :le bien être, le mode de vie rural, l’esthétique… Or, ce type de contenu de message s’intéresse à la « forme », et non pas au fond : ne fautil pas communiquer plutôt sur la réalité l’agriculteur luimême (en évitant de trop insister sur le métier) ? D’autre part, il existe  SAF agriculteurs de France – Commission communication – 2004 /2005 