Communiqué de presse des agriculteurs de Franche-Comté

Communiqué de presse des agriculteurs de Franche-Comté

-

Documents
2 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Valparc - Espace Valentin Est – 25048 BESANCON Cedex Tél. 03.81.54.71.71 Besançon le, 23 juin 2014 Communiqué Stop aux contraintes administratives: trop c’est trop !!! Manif des agriculteurs(rices) le 24 juin 2014 à Besançon Malgré l’intérêt stratégique que représente la production agricole et alimentaire en France, malgré les millions d’emplois créés et les excédents de la balance commerciale générés, malgré un potentiel de développement riche et diversifié, malgré une demande et un intérêt croissant des consommateurs, la perte de compétitivité de notre agriculture se poursuit, dans un contexte de concurrence exacerbée. On verbalise ici pour avoir taillé une haie, là pour avoir entretenu le fossé ou broyé des ronces. Pire encore, on ose sanctionner un agriculteur qui moissonne l’été parce qu’il fait chaud ! On discrédite constamment une profession sans tenir compte des efforts accomplis et en passant sous silence les autres pollutions. On décourage la formation de jeunes apprentis qui ne peuvent même pas utiliser un objet coupant pour tailler les arbres. On imagine une écotaxe qui aura pour principal effet de condamner la production locale. On envisage des interdictions d’épandage des produits phytosanitaires sans proposer des mesures de protection destinées à leur utilisation,…On propose de nouvelles normes sans tenir compte des réalités agronomiques.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 23 juin 2014
Nombre de visites sur la page 362
Langue Français
Signaler un problème
Valparc - Espace Valentin Est – 25048 BESANCON Cedex Tél. 03.81.54.71.71 Besançon le, 23 juin 2014 Communiqué Stop aux contraintes administratives: trop cest trop !!! Manif desagriculteurs(rices) le 24 juin 2014 à Besançon Malgré lintérêt stratégique que représente la production agricole et alimentaire en France, malgré les millions demplois créés et les excédents de la balance commerciale générés, malgré un potentiel de développement riche et diversifié, malgré une demande et un intérêt croissant des consommateurs, la perte de compétitivité de notre agriculture se poursuit, dans un contexte de concurrence exacerbée.
On verbalise ici pour avoir taillé une haie, là pour avoir entretenu le fossé ou broyé des ronces. Pire encore, on ose sanctionner un agriculteur qui moissonne lété parce quil fait chaud ! On discrédite constamment une profession sans tenir compte des efforts accomplis et en passant sous silence les autres pollutions. On décourage la formation de jeunes apprentis qui ne peuvent même pas utiliser un objet coupant pour tailler les arbres. On imagine une écotaxe qui aura pour principal effet de condamner la production locale. On envisage des interdictions dépandage des produits phytosanitaires sans proposer des mesures de protection destinées à leur utilisation,On propose de nouvelles normes sans tenir compte des réalités agronomiques. Les contraintes administratives et réglementaires sadditionnent chaque jour. Pas une semaine sans une  innovation » qui est un boulet de plus et un frein au  made in France ». Il ny a bientôt plus de viande française dans les cantines des écoles de la république !!! Et, pendant ce temps, le solde de notre commerce extérieur se dégrade inexorablement et les importations de produits agricoles explosent au détriment de lemploi. Cet empilement de normes et de procédures na plus de limites avec la directive nitrates, le schéma régional de cohérence écologique, les trames verte et bleue, le plan de protection de latmosphère,les évaluations dincidence des zones Natura 2000, les zones humides, les zones vulnérables, les zones de protection, de nouvelles exigences pour les mises aux normes des bâtiments, les calendriers dinterdiction des épandages,. Les agriculteurs(-trices) français(-ses) sont des gens responsables, formés et compétents : ils veulent valoriser la production de leurs territoires et de leurs filières ; ils veulent répondre aux besoins diversifiés des consommateurs. Ils savent produire avec du bon sensen respectant lenvironnement par leurs bonnes pratiques, par le progrès technique et agronomique ! Ils savent produire tout en valorisant les paysages que beaucoup nous envient ! Les efforts réalisés dans ces domaines doivent être enfin reconnus. Il ny a plus de cours deau sans une bande enherbée.
Cest pourquoi, trop cest trop. Aussi, il faut endiguer la marée administrative qui touche tout lappareil productif. Pour de nombreuses réglementations, ladministration et en particulier la DREAL de Franche-Comté propose systématiquement daller au-delà du réglementaire.Mais trop de normes tuent la norme. Or le principal risque que nous courrons est le risque de déclin.
En effet, comment continuer aujourd'hui à assurer à nos concitoyens des produits français sans un minimum de pragmatisme pour ne pas nuire à la compétitivité de nos activités agricoles? Dans ce contexte, quel intérêt de continuer à empiler des normes si c'est pour être obligé demain de s'approvisionner en dehors du pays? Des pays qui , soit dit en passant, sont loin de respecter nos normes!
Il est grand temps de recréer les conditions pour que les agriculteurs français, et en particulier les agriculteurs de Franche-Comté, puissent sinstaller, se développer et travailler dans la sérénité.
Une délégation dagriculteurs(rices) de Franche-Comté premiers producteurs de nature manifesteront leur ras-le-bol par une action symbolique le mardi 24 juin à 11 h 00 devant la DREAL de Franche-Comté 17 rue Alain SAVARY à Besançon.Contact AlexSONTAG : 06 82 38 31 32