Lignée paternelle, lignée maternelle : un rôle voisin dans l
9 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Lignée paternelle, lignée maternelle : un rôle voisin dans l'hérédité sociale - article ; n°1 ; vol.199, pg 107-113

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
9 pages
Français

Description

Economie et statistique - Année 1987 - Volume 199 - Numéro 1 - Pages 107-113
Ascendencia paterna, ascendencia materna : un papel semejante en la herencia social - Para poder establecer en la posición social de cada persona la parte correspondiente a la «herencia » paterna o a la materna, es preciso pasar por los nombres, es decir por los dos abuelos. Se puede observar de este modo que el estatuto de agricultor se transmite mejor cuando el abuelo paterno es agricultor que cuando lo es el materno. El caudal económico no agricola y el cultural se transmiten tanto en la rama materna como en la paterna, pero frecuentemente estos son objeto de una conversion cuando se trata de una transmisión por via materna.
La movilidad « suegro - yerno » permite el estudio de la herencia social entre generaciones de parejas y no solo de individuos. La transmisión del acervo familiar por parte de los padres a la hija y al yerno es quizes un poco menos eficaz que la que hacen los padres al hijo, ya que trae aparejada, con mayor frecuencia, una modificación de la naturaleza de dicho acervo.
Pour faire la part, dans la position sociale de chacun, de « l'héritage » du père et de la mère, il faut passer par les hommes, donc par les deux grands-pères. On observe ainsi que le statut d'agriculteur se transmet mieux quand le grand-père paternel est agriculteur que lorsque c'est le grand-père maternel. Le capital économique non agricole et le capital culturel se transmettent, eux, aussi bien en lignée maternelle qu'en lignée paternelle, mais il font souvent l'objet d'une conversion pour se transmettre par la mère.
La mobilité « beau-père-gendre » permet l'étude de l'hérédité sociale entre les générations de couples, et non plus d'individus. La transmission du capital familial des parents à la fille et au gendre est peut-être un peu moins efficace que des parents au fils. Elle s'accompagne à coup sûr plus souvent d'une modification de la nature de ce capital.
Paternal line, maternal line: related roles in social heredity - In order to take paternal and maternal « inheritance » into account in each person's social position, it is necessary to go through the men, that is, the two grandfathers.
In this way, it may be observed that the status of farmer is more easily transmitted Mirhpl Collar when the paternal grandfather is a farmer than when it is the maternal grandfather.
Non-agricultural economic assets and cultural assets are transmitted both through
paternal as well as maternal lines, but in order to be transmitted by the mother they
are often the object of a conversion.
« Father-in-law - son-in-law » mobility leads to the study of social heredity, no longer of individuals, but between generations of couples. The transmission of family assets from parents to the daughter and son-in-law is perhaps somewhat less efficient than from parents to sons. It is definitely accompanied more often by a modification of the nature of these assets.
7 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1987
Nombre de lectures 30
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Exrait

Monsieur Michel Gollac
Monsieur Pierre Laulhé
Lignée paternelle, lignée maternelle : un rôle voisin dans
l'hérédité sociale
In: Economie et statistique, N°199-200, Mai-Juin 1987. pp. 107-113.
Citer ce document / Cite this document :
Gollac Michel, Laulhé Pierre. Lignée paternelle, lignée maternelle : un rôle voisin dans l'hérédité sociale. In: Economie et
statistique, N°199-200, Mai-Juin 1987. pp. 107-113.
doi : 10.3406/estat.1987.5097
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/estat_0336-1454_1987_num_199_1_5097Resumen
Ascendencia paterna, ascendencia materna : un papel semejante en la herencia social -Para poder
establecer en la posición social de cada persona la parte correspondiente a la «herencia » paterna o a
la materna, es preciso pasar por los nombres, es decir por los dos abuelos. Se puede observar de este
modo que el estatuto de agricultor se transmite mejor cuando el abuelo paterno es agricultor que
cuando lo es el materno. El caudal económico no agricola y el cultural se transmiten tanto en la rama
materna como en la paterna, pero frecuentemente estos son objeto de una conversion cuando se trata
de una transmisión por via materna.
La movilidad « suegro - yerno » permite el estudio de la herencia social entre generaciones de parejas
y no solo de individuos. La transmisión del acervo familiar por parte de los padres a la hija y al yerno es
quizes un poco menos eficaz que la que hacen los padres al hijo, ya que trae aparejada, con mayor
frecuencia, una modificación de la naturaleza de dicho acervo.
Résumé
Pour faire la part, dans la position sociale de chacun, de « l'héritage » du père et de la mère, il faut
passer par les hommes, donc par les deux grands-pères. On observe ainsi que le statut d'agriculteur se
transmet mieux quand le grand-père paternel est agriculteur que lorsque c'est le grand-père maternel.
Le capital économique non agricole et le capital culturel se transmettent, eux, aussi bien en lignée
maternelle qu'en lignée paternelle, mais il font souvent l'objet d'une conversion pour se transmettre par
la mère.
La mobilité « beau-père-gendre » permet l'étude de l'hérédité sociale entre les générations de couples,
et non plus d'individus. La transmission du capital familial des parents à la fille et au gendre est peut-
être un peu moins efficace que des parents au fils. Elle s'accompagne à coup sûr plus souvent d'une
modification de la nature de ce capital.
Abstract
Paternal line, maternal line: related roles in social heredity - In order to take paternal and maternal «
inheritance » into account in each person's social position, it is necessary to go through the men, that is,
the two grandfathers.
In this way, it may be observed that the status of farmer is more easily transmitted Mirhpl Collarwhen
the paternal grandfather is a farmer than when it is the maternal grandfather.
Non-agricultural economic assets and cultural assets are transmitted both through
paternal as well as maternal lines, but in order to be transmitted by the mother they
are often the object of a conversion.
« Father-in-law - son-in-law » mobility leads to the study of social heredity, no longer of individuals, but
between generations of couples. The transmission of family assets from parents to the daughter and
son-in-law is perhaps somewhat less efficient than from parents to sons. It is definitely accompanied
more often by a modification of the nature of these assets.LA MOBILITÉ SOCIALE
Lignée paternelle, lignée maternelle :
un rôle voisin dans l'hérédité sociale
Par Michel Gollac et Pierre Laulhé*
La mobilité « beau-père - gendre » permet Pour faire la part, dans la position sociale de
chacun, de « l'héritage » du père et de la mère, il l'étude de l'hérédité sociale entre les généra
faut passer par les hommes, donc par les deux tions de couples, et non plus d'individus. La
grands-pères. On observe ainsi que le statut transmission du capital familial des parents à la
d'agriculteur se transmet mieux quand le grand- fille et au gendre est peut-être un peu moins ef
père paternel est agriculteur que lorsque c'est le ficace que des parents au fils. Elle s'accompagne
grand-père maternel. Le capital économique non à coup sûr plus souvent d'une modification de la
agricole et le capital culturel se transmettent, nature de ce capital.
eux, aussi bien en lignée maternelle qu'en lignée
paternelle, mais ils font souvent l'objet d'une
conversion pour se transmettre par la mère.
Chaque homme hérite d'un capital -capital économi Pour la génération étudiée, celle des hommes âgés de
que, capital culturel- issu de sa ligne paternelle (voir les 40 à 59 ans en 1985, l'appartenance sociale des
deux précédents articles du dossier). Mais un capital est grands-pères maternels, est globalement très proche
aussi transmis par la lignée maternelle. Certes, c'est de celle des grands-pères paternels. Toutefois, la caté
plutôt la position sociale du père qui représente celle de gorie sociale du grand-père maternel est un peu moins
la famille ; on peut supposer aussi que c'est par rapport souvent ignorée du petit-fils que celle du grand-père
à lui que son fils situera sa propre trajectoire professionn paternel : 23, 1 % contre 24,3 % des cas. Il est plus rare
elle. Mais le rôle de la mère dans l'éducation des en de n'avoir pas connu sa mère (et donc pas reçu d'info
fants, donc dans la transmission du capital culturel, est rmations sur le père de celle-ci) que de n'avoir pas connu
considérable. D'autre part, les règles juridiques de l'hé son père. D'autre part, la mémoire des événements fa
ritage ne font pas, en principe, de différence selon le miliaux se transmet davantage par les femmes. En se
sexe. limitant aux ascendants dont la catégorie est connue, le
La catégorie socioprofessionnelle du père, utilisée grand-père maternel appartient un peu plus souvent que
pour situer la lignée paternelle n'a pas d'équivalent dans le paternel aux catégories populaires :
la lignée maternelle. Particulièrement dans la générat 68,7 % contre 67,8 %. Les mariages où l'homme a une
ion de parents étudiée, certaines femmes n'ont pas origine sociale supérieure à celle de la femme sont en
d'activité professionnelle (voir dans le premier article du effet un peu plus fréquents que ceux où c'est l'inverse.
dossier, l'encadré sur l'enquête « Formation-qualificat Les tables de mobilité « grand-père maternel x petit-
ion professionnelle, p. 88). De plus, même pour les femfils » et « grand-père paternel x petit-fils » sont extrême
mes actives, l'appartenance à une catégorie sociopro ment proches. Néanmoins, les hommes de la générat
fessionnelle n'a pas la même signification sociale pour ion étudiée ont un peu plus souvent la même position
elles que pour un homme. Force est donc de repérer les que leur grand-père paternel. Par exemple, si le grand-
deux lignées par des hommes qui y jouent des rôles
symétriques : le grand-père paternel et le grand-père
• M. GOLLAC fait partie de la division <r Emploi » du département maternel, même si la proximité sociale avec les grands-
« Population-ménages » de l'INSEE. parents est moindre qu'avec les parents (THELOT et DE Les noms propres en capitales et entre parenthèses renvoient à la bi
SINGLY, 1986 ;POHLetSOLEILHAVOUP, 1982). bliographie en fin d'article.
107 LE « PARTAGE DU CAPITAL »
L'héritage des parents est-il un gâteau que les enfants se
partagent, ou bien est-ce que « chacun en a sa part et tous
l'ont tout entier » ? La première image est certainement
fausse, mais il n'en est pas moins vrai que, à catégorie socio
professionnelle du père égale, les hommes issus de famille de
un ou deux enfants sont avantagés par rapport à ceux qui ont
davantage de frères et soeurs. Il y a peu d'exceptions, et elles
ne sont pas significatives (1). L'écart n'est pas en moyenne
négligeable. Ainsi, les fils d'ouvrier non qualifié industriel ont
12 % de chances d'accéder aux classes dominantes, et 49 %
de rester dans les classes populaires s'ils sont issus d'une
famille peu nombreuse (un ou deux enfants), contre 5 % et
54 % dans le cas contraire.
Les aînés réussissent mieux que les cadets
La comparaison entre les aînés et les autres doit se faire à
taille de la fratrie égale (puisque les aînés sont surreprésentés
dans les petites familles où la réussite des enfants est meill
eure). En revanche, du fait même que la taille de la famille est
contrôlée, il n'est pas nécessaire d'utiliser une nomenclature
fine de catégories socioprofessionnelles. Nous nous conten
terons d'un partage en quatre grands groupes : agriculteurs,
ouvriers agricoles, autres ouvriers, et classes moyennes ou
dominantes. Il est clair que, par exemple, la répartition des
« aînés de famille ouvrière de quatre enfants » par catégorie
socioprofessionnelle fine est à priori la même que celle des
« cadets de famille ouvrière de quatre enfants ». Bien en
tendu, des fluctuations aléatoires peuvent intervenir, mais
nous ne nous intéressons pas à tel ou tel résultat particulier,
mais à la tendance globale. Sauf parmi les enfants d'agriculTableaux statistiques pour comprendre 100 teur, le taux de réussite des aînés est, la plupart du temps, révolution de la femme dans la société : supérieur à celui des cadets. Par exemple/ dans une famille
ouvrière de quatre enfants, l'aîné avait 9 % de chances d'ac• Meilleure maîtrise de la fécondité.
céder aux catégories dominantes et 38 % de rester dans les • Espérance de vie accrue.
classes populaires, les cadets 8 % et 46 %. Les fils d'agricul• Activité professionnelle croissante.
teur font exception, mais c'est en partie parce que les aînés • Niveau de formation plus élevé.
ont plus de chances d'être eux-mêmes agriculteurs, (36 % Des freins subsistent : contre 32 % pour les cadets, y compris les cas où l'aînée est
une fille, dans une famille de trois enfants), ce qui ne saurait • Sphères politiques et syndicales inaccessibles. être interprété comme un désavantage. • Autonomie financière précaire...
1 . Des résultats antérieurs sur le niveau intellectuel indiquent que le désaCet ouvrage est en vente : vantage des enfants de familles nombreuses n'existe pas dans les classes INSEE : dans les Observatoires Économiques Régionaux dominantes (voir l'enquête publiée parl'INED en 1970 sur le niveau intellectuel des enfants d'âge scolaire). La taille de l'échantillon à notre disposition et chez les librairies spécialisées. n 'était pas suffisante pour permettre de le confirmer. CNIDF: Centre National de l'Information sur le» Droits
des Femmes, 7, rue du Jura 75013 Paris.
BON DE COMMANDE
à retourner, au CNGP - INSEE - BP 2718 - 80027 Amiens -
Cedex France. père paternel était patron, il y a 2 1 chances sur 1 00 pour
que son petit-fils le soit aussi ; cette probabilité tombe à Veuillez m'adresser _ exemplaire(s) de l'ouvrage CHIFFRES* 1 8 % si c'était le grand-père maternel. Un tel écart n'est "FEMMES EU format 16 cm x 24 cm, 96 pages,
prix : 40 francs. cependant pas très considérable, et les autres écarts
sont plus faibles. Nom ou raison sociale :.
La similitude des deux tables de mobilité provient Activité : évidemment, pour une part, de l'homogamie : le grand-
Adresse : père maternel a souvent la même position sociale que le
Tél. :. grand-père paternel, ou du moins une position proche.
Ci joint en règlement la somme de : francs Une comparaison plus précise de l'influence de la posiD mandat D chèque bancaire D chèque postal tion des deux grands-pères ne peut se faire qu'en étuà l'ordre de l'INSEE
diant les destinées des petits-fils en fonction de la catéInstitut National de la Statistique et des Etudes Economiques gorie sociale des deux grands-pères simultanément.
108 Tableau 1
Probabilité que le petit-fils soit agriculteur
A - En 1985 En%
Le grand-père agriculteur
est le grand-père...
paternel maternel
Aucun grand-père agriculteur
Un et :
— un grand-père employé, profession intermédiaire ou cadre 6 — un patron 13
— un ouvrier non-agricole 10
— un grand-père agricole 18
Les deux grands-pères agriculteurs 28
S - En 1977 En%
Le grand-père agriculteur
est le grand-père...
paternel maternel
Aucun grand-père agriculteur
Un et :
14 10 — un grand-père employé, profession intermédiaire ou cadre
20 15 — un patron
— un ouvrier non-agricole 13 7
— un grand-père agricole 33 12
Les deux grands-pères agriculteurs 37
Source : enquêtes Formation-qualification professionnelle 1977 et 1985.
ment structurel, la même étude menée à partir de Le statut d'agriculteur l'enquête précédente effectuée en 1977 aboutit d'ail
se transmet mieux en lignée paternelle leurs aux mêmes résultats.
Quel est en l'occurence le capital qui se transmet
Premier résultat important : le statut d'agriculteur se mieux par le grand-père paternel : le capital agricole, ou
transmet mieux en lignée paternelle qu'en lignée matern l'insertion dans la culture urbaine ? Les données ne
elle (tableau 1 ). Examinons d'abord le cas d'un homme permettent pas de trancher. L'explication la plus vra
dont un des grands-pères est agriculteur, et l'autre pas. isemblable est que la transmission du capital agricole se
La probabilité qu'il soit lui-même agriculteur est plus fait beaucoup plus aisément par les hommes. L'autre
élevée si c'est le grand-père paternel qui est agriculteur. explication peut se combiner à la précédente pour expli
Ceci est vrai quelle que soit l'appartenance sociale de quer les écarts dans la transmission du statut d'agricul
l'autre grand-père. Si les deux grands-pères sont agri teur. C'est quand l'un des grand-pères est ouvrier que
culteurs, le petit-fils a 28 chances sur 100 de l'être les écarts observés sont les plus importants : ce serait
aussi. Si aucun des grands-pères n'est agriculteur, il est alors la culture ouvrière qui se transmettrait aussi de
quasiment exclu que leur petit-fils le soit. Si le grand- façon dissymétrique.
père paternel est ouvrier non agricole et le grand-père
maternel agriculteur, il y a fort peu de chances égale
ment que le petit-fils soit agriculteur : 2 %. Si au La quantité de capital transmis contraire c'est le grand-père paternel qui est agriculteur
diffère peu selon la lignée et le grand-père maternel ouvrier non agricole, le petit-
fils est bien plus souvent agriculteur lui-même : une fois
Comment le capital des grands-parents se transsur dix. Cet écart de 2 % à 10 % est considérable. Lors
met-il à des hommes qui ne sont pas paysans ? On peut que le grand-père non appartient aux mi
mieux le comprendre à partir d'une analyse des correlieux non populaires, on trouve encore un écart de
spondances du tableau de contingence obtenu en croimême sens, mais moins important. Il est très peu vra
sant la catégorie socioprofessionnelle des individus étuisemblable que tous ces écarts concordants soient
diés d'une part, la position sociale de leurs deux grands- dus au hasard. S'agissant d'un phénomène
109 pères d'autre part (graphique). La hiérarchie ainsi En lignée maternelle,
dégagée entre les catégories socioprofessionnelles est le capital se transforme
proche de celle établie, par la même méthode ou par une
pour se transmettre méthode plus simple, à partir de la table de mobilité
« père-fils », et que nous avons identifié à une échelle de
II semble bien que le capital issu de la lignée patercapital total (voir dans le premier article de ce dossier, le
nelle soit plus souvent transmis dans la même forme graphique p. 87 ). En outre la position des grands-pères
(capital économique ou capital culturel), alors que celui sur l'axe du capital total s'interprète comme un indice
issu de la lignée maternelle fait plus souvent l'objet du capital qu'ils transmettent à leurs petits fils.
d'une conversion. De même, quand les deux grands-pèr
Dans le cas d'une origine « mixte », un grand-père salar es disposent de capitaux d'espèce différente, le capital
ié non ouvrier et un grand-père ouvrier, ce capital se du petit-fils est plus souvent du type de celui du grand-
père paternel. Les écarts observés sont faibles, quelsitue entre les deux. Le capital est un peu plus élevé
ques pour cent, aucun n'est significatif en lui-même, quand c'est le grand-père maternel qui est ouvrier, mais
mais il y a peu d'exceptions, et la tendance globale peut l'écart n'est peut-être pas significatif, et, en tous cas, il
être considérée comme une hypothèse fortement est négligeable devant celui qui existe entre les origines
étayée. « homogènes ».
Plus généralement, dans les cas d'origine « mixte »
(c'est-à-dire un grand-père paysan ou ouvrier, et l'autre
pas), le capital transmis a une valeur intermédiaire entre
Capital scolaire : influence presque celle correspondant aux origines « homogènes ». Par
rapport à l'écart considérable observé entre les cas égale des deux parents
« homogènes », la distance est toujours faible entre les
cas mixtes dans lesquels c'est le grand-père paternel A condition de se limiter à la transmission du capital
scolaire, il est possible d'éviter le « détour par le grand- qui appartient aux couches populaires, et les cas ou
père ». En effet nous connaissons les diplômes posséc'est le grand-père maternel.
dés par le père et la mère des personnes enquêtées. A
Les différences de capital transmis entre lignée pater vrai dire, on peut discuter le fait que ces diplômes soient
nelle et lignée maternelle ne semblent pas significati comparables. En effet, pour la génération des
ves. Le sens même des écarts n'est pas assuré : dans 40-59 ans étudiée ici, les pères sont notablement plus
certains cas, l'influence du grand-père paternel semble diplômés que les mères. Ceci n'est pas gênant si on
l'emporter quelque peu, celle du grand-père maternel pense que c'est le niveau de connaissances scolaires
domine dans certains autres. On ne peut même pas dire absolu qui importe. On peut estimer au contraire que ce
que la lignée paternelle l'emporte le plus souvent : les qui compte, c'est la position dans une échelle relative de
résultats de 1 985 et ceux de 1977 ne concordent pres capital culturel dont le diplôme ne serait qu'un indice :
que jamais ! Ceci ne prouve pas qu'aucune différence l'équivalence d'un baccalauréat de père avec un bacca
n'existe dans la transmission du capital en lignées pa lauréat de mère, sensiblement plus rare, n'est pas va
ternelle et maternelle, mais seulement que les différen lide.
ces éventuelles sont trop faibles pour être prouvées par Nous nous limiterons au premier point de vue (« un
les données et instruments statistiques dont nous bac, c'est un bac »), pour des raisons pratiques : il ne
disposons. nécessite ni hypothèse complémentaire ni modélisat
ion. Lorsque ni le père ni la mère n'ont de diplôme, le Les différences de capital transmis selon la lignée ne niveau scolaire du fils est généralement aussi fort bas : il sont-elles pas brouillées par la méthode factorielle ? En n'atteint le niveau du BEPC ou du CAP que 24 fois sur particulier, identifier le capital total au premier facteur 100. Si les deux parents ont le certificat d'études sans de l'analyse est une approximation, peut-être trop gross plus, les chances de leur fils sont largement augmentière. Toutefois, les conclusions précédentes sont ées : dans 54 % des cas il obtiendra au moins le BEPC confirmées par l'étude directe des tableaux croisant ou le CAP. Quand un seul des parents a son certificat, et l'appartenance sociale des deux grands-pères avec que l'autre n'a aucun diplôme, les chances de leur fils celle de leurs petits-fils : pour déterminer le capital du sont intermédiaires entre les deux cas précédents. Elles petit-fils, l'important est bien le nombre de grands-pèr sont peut-être légèrement meilleures si c'est le père qui es susceptibles de le transmettre, et non la lignée qui le est diplômé, mais l'écart est faible : 41 % contre 37 % transmet. Il y a une légère présomption que la lignée de chances d'avoir le BEPC ou le CAP (l'écart serait plus paternelle joue un rôle supérieur, mais elle ne peut être faible encore en choisissant un autre niveau de dconfirmée. iplôme).
Dans les autres cas « mixtes » où le niveau scolaire du
père diffère de celui de la mère, les chances du fils sont
généralement intermédiaires entre celles qu'il a dans les
cas « purs » correspondants. Importe-t-il que le père soit
110 Graphique 1
Catégorie socioprofessionnelle des petits-fils et position sociale de leurs deux grands-pères*
PAT : Patron Chef Commerçant NPS : Salarié non populaire (employé, d'entreprise profession intermédiaire, cadre) de 10 ONA : Ouvrier non agricole PAT, ONA salariés OAG : agricole et plus AGR : Agriculteur
ND: Non déclaré AGR. PAT : Grand-père paternel NPS, AGR salarié non populaire, PAT, PAT grand-père maternel agriculteur PAT. AGR Les catégories socio-professionnelles détaillées AGR.ND représentent les points «petits-fils». 4Employé de PAT. ND commerce
OAG. NPS Artisan Ouvrier qualifié Profession de type industriel intermédiaire OAG. PAT Ouvrier qualifié de santé Z de manutention PAT. OAG OAG, AGR
ONA, ND
Profession intermédiaire ONA. ONA adm. comm. d'entreprise Ouvrier qualifié de Contremaître ND. NPS agent de maîtrise . type artisanal PAT, ofe; NPS
Capital total (+) Professeur, OAG, ONA ND.ONA Capital total H scientifique AGR, NPS Instituteur Cadre administratif
et comm. d'entreprise Ingénier, cadre agent service Employé de civil OAG. OAG Chauffeur / technique Technicien - ice \ AGR, AGR ND.AGR ONA. NPS
i / . .Employé iloyé \ NPS, ND ONA, AGR Profession de l'information, adm. Y^ ND, ND } NPS, OAG arts et spectacles d'entreprise
NPS, ONA Policier, militaire NPS, NPS Cadre Fonction ND, OAG Ouvrier non qualifié
Publique de type industriel AGR. ONA
intermédiaire Profession Fonction adm. Publique de la AGR, OAG Ouvrier non qualifié
de type artisanal
NPS, AGR
ONA, OAG
NPS. PAT
Profession libérale
• Lecture : Ce graphique représente le premier plan factoriel de l'ana Sur l'axe du capital total, la coordonnée d'un couple de grands pères lyse des correspondances du tableau de contingence obtenu en croi peut s'interpréter comme la combinaison linéaire des mesures de casant la catégorie socioprofessionnelle des individus étudiés d'une pital des différentes catégories de petits-fils pondérées par les propart, la position sociale de leurs deux grands-pères d'autre part. babilités d'accès des petits fils du couple considéré à ces catégories. L'axe horizontal correspond au facteur le plus important, qui peut Pour juger quelle est la lignée par laquelle le capital se transmet le s'interpréter comme étant le capital total transmis à travers deux gé mieux, on peut procéder comme dans l'exemple suivant. Le couple nérations (Le capital total est la somme du capital économique, du « grand-père paternel patron, grand-père maternel ouvrier agricole » capital culturel et du capital social ; voir, dans le précédent article du est plus à gauche que le couple « grand-père paternel ouvrier agridossier, l'encadré p.9Q). Les catégories socio-professionnelles des cole, maternel patron » : il transmet donc un peu plus de petits-fils qui figurent le plus à gauche sont celles qui ont reçu le plus capital aux petits-fils qui en sont issus. En d'autres termes, la transde capital total : les cadres, et en particulier les professions libérales, mission du capital est dans cet exemple un peu plus efficace en lles gros patrons. Les catégories figurant dans la partie droite du gra ignée paternelle. Un tel écart n'est pas forcément significatif en lui- phique n'ont au contraire reçu qu'un très faible capital : ouvriers, en même, et l'on s'est plutôt attaché à compter le nombre de cas ou particulier non qualifiés, personnels des services directs aux particul chacune des lignées l'emporte. iers (coiffeurs, concierges, etc). L'axe vertical ne s'interprète pas
aussi directement.
111 .
Tableau 2
La mobilité père x fils et beau-père x gendre En%
Fils Classes dominantes Petite-bourgeoisie Classes populaires Total
Profession Chef Artisan Cadre intermédiaire Ouvrier Agriculteur d'entreprise commerçant Père employé
61 6 4 Cadre 3 25 1 100
Chef d'entreprise 31 18 12 27 8 4
Profession
intermédiaire, 1 employé 28 43 9 19 100
Artisan, commerçant 20 2 26 22 28 2
Ouvrier 8 1 33 10 47 1 100
Agriculteur 6 1 21 9 3 31
Gendre
Beau-père
Cadre 56 4 22 7 8 3 100
Chef d'entreprise 44 9 18 17 9 3
Profession
intermédiaire,
employé 24 2 40 11 22 1 100
Artisan, commerçant 23 1 32 19 21 4
Ouvrier 11 1 31 11 44 2 100
Agriculteur 6 1 24 10 31 28
Champ : hommes âgés de 40 à 59 ans, mariés ou vivant en couple, dont le père et le beau-père ont des catégories connues. Source : enquête Formation-Qualification professionnelle.
plus diplômé que la mère ? On ne saurait l'affirmer. hommes ressemblent un peu moins à leur beau-père
Dans certains cas, le niveau de diplôme du père semble qu'à leur père. Mais l'écart n'est pas très grand. Les
plus important ; dans d'autres cas, moins nombreux, « phi-deux » des deux tables, qui fournissent un indica
c'est celui de la mère. Aucun écart n'est en lui-même teur synthétique de la force du lien entre variables, sont
significatif. Il semble que dans l'ensemble l'influence du de 0,68 et 0,55 respectivement ( 1 ). En fait, si on s'inté-
père soit un peu plus importante. Les résultats de l'e
nquête de 1 977, dans une autre nomenclature, toutefois, Schéma
incitent plutôt à conclure à un rôle symétrique des deux
L'ascendance du couple.., parents. En tout état de cause, la dissymétrie serait
...du point de vue du mari faible, comme dans le cas étudié plus haut, et pourrait
être attribuée, au moins en partie, aux hétérogénéités
internes de la nomenclature de diplômes, forcément Père du mari - Mère du mari | Père de la femme - Mère de la femme 1 agrégée, utilisée pour les parents.
Lignée masculine*1 *» <sk _^-— Lignée féminine
Mari - Femme [
Tel gendre, tel beau-père du point de vue du mari
[ L'étude de la table de mobilité « beau-père x gendre »
n'est pas moins intéressante, parce que nous pouvons
7=] la considérer comme une table de mobilité « couple des
parents de la femme x couple mari-femme ». On peut
donc la comparer à la table « père x fils », qui représente 1 Beau-père |
la mobilité « couple des parents du mari x couple mari-
femme », sous réserve d'assimiler la situation sociale r Sendre | des trois couples considérés à celle des trois maris
(schéma ci-contre). Assimilation certes excessive, mais
non dénuée de sens, à titre d'approximation, pour la
1 . Le phi-deux est une mesure de l'écart entre le tableau de contingénération étudiée. La question reste ouverte de savoir gence relatif à deux variables et celui qu'on obtiendrait en cas d'indsi des résultats établis à l'aide de ces indicateurs se épendance entre ces deux variables. Il est défini par la formule :
révéleraient robustes si on ne se contentait plus d'une (pij-pipj)2 telle approximation. I
La mobilité « beau-père x gendre » est un peu plus où pv est la probabilité que la variable I ait la modalité i et la variable J la modal
forte que la mobilité « père x fils » (tableau 2). Les ité i, et où p, est la probabilité que la variable i ait la modalité i.
112 resse surtout au niveau social, la différence est peu
importante. Par exemple, 60 % des gendres de cadre
appartiennent aux classes dominantes, contre 64 %
des fils de cadre mariés : c'est à peine moins. De même,
46 % des gendres d'ouvriers appartiennent aux classes
populaires, contre 48 % des fils d'ouvrier mariés.
L'écart est plus net, en revanche, si on tient compte
de la nature du capital transmis. En particulier, le capital
économique se transmet plus souvent au fils et à la bru
qu'à la fille et au gendre (THELOT, 1982). Sur 100 fils
de chef d'entreprise mariés, 45 sont chef d'entreprise,
artisan ou commerçant ; sur 100 gendres de chef d'en
treprise, 26 seulement. En terme de niveau social, cet
écart est rattrapé par le fait que les gendres seront plus
souvent employés, professions intermédiaires ou ca
dres : il y a conversion, plutôt que disparition, du capital
économique. On ferait des observations analogues,
quoique moins frappantes, à propos des artisans et
commerçants.
Le capital culturel aussi subit plus fréquemment une
conversion en passant à la fille ou au gendre. Par exemp
le, 7 1 % des fils mariés d'employé ou de profession
intermédiaire appartiennent aux classes dominantes ou
moyennes à dominante culturelle, et 10% sont pa
trons. Pour les gendres, ces proportions sont de 64 %
et 13%.
Enfin, pour autant que la relative faiblesse des effect REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ifs concernés permette d'en juger, l'hérédité plus stri
ctement professionnelle, par exemple l'opposition entre
ouvriers industriels et ouvriers artisanaux, est fort atté Reflet fidèle du fonds nuée dans la transmission du beau-père au gendre par documentaire de l'INSEE, rapport à ce qu'on observe dans la transmission du père SCRIBECO couvre la au fils. □
théorie économique,
l'économétrie et l'économie
sectorielle, en France et à l'étranger,
notamment pour les pays en voie
de développement.
Abonnement 1 an (6 numéros)
France 515 F, étranger 620 F.
le numéro 125 F.
B39
BULLETIN D'ABONNEMENT à retourner à INSEE - CNGP, BIBLIOGRAPHIE BP 2718, 80027 AMIENS Cedex.
Veuillez noter mon abonnement à SCRIBECO, 6 numéros
[1] François DE SINGLY et Claude THELOT : « Racines et au pYix de 515 F (France), 620 F (étranger) profils des ouvriers et des cadres supérieurs », Revue fran Nom : { çaise de sociologie, janvier-mars 1 986. Activité :
Adresse : [2] Richard POHL et Jeannine SOLEILHAVOUP : « La mobilité
sociale à travers deux et trois générations », Economie et Tél. :
Statistique , numéro 1 44, mai 1 982. Ci-joint □ mandat □ chèque postal □ chèque bancaire
[3] Claude THELOT :« Tel père, tel fils »&r, Dunod, 1982.
institut national de la statistique et des études économiques
113