Types de pratiques, types de journées et déterminants sociaux de la vie quotidienne - article ; n°1 ; vol.223, pg 25-46
25 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Types de pratiques, types de journées et déterminants sociaux de la vie quotidienne - article ; n°1 ; vol.223, pg 25-46

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
25 pages
Français

Description

Economie et statistique - Année 1989 - Volume 223 - Numéro 1 - Pages 25-46
Tipos de prácticas, tipos de jornadas y determinantes sociales de la vida cotidiana -
Cuâles son los tipos de jornadas a los que la gente esta confrontada con mayor f recuencia en el transcurso de su vida ? La diversidad de la utilización del tiempo se funda, de hecho, en apenas una codena de prácticas y de conjuntos de prácticas. Estas definen alrededor.de treinta grandes tipos de jornadas. La mayoría de esos tipos son típicos de categorías particulars de individuos. La actividad, el sexo, el estatuto social y el entorno del hogar son suficientes para determinar tales categorías : son los determinantes principales de lo cotidiano.
La vida en pareja hace que se saïga menos durante la semana que cuando se vive solo. Pero, esta acentúa, sobre todo, las diferencias de participación en actividades profesionales y las obligaciones domésticas entre hombres y mujeres. Les hombres que integran una pareja dedican más tiempo a su actividad profesional que los que viven solos. Las jornadas de las mujeres activas a cargo de un hogar son muy pesadas, a causa de las tareas domesticas.
Al llegar el fin de semana, el abismo se ahonda entre lo cotidiano de los hombres y de las mujeres, en especial cuando viven juntos : la participaciôn de los hombres en los que haceres domésticos aumenta menos que las obligaciones domésticas de las mujeres y las salidas de las mujeres aumentan menos que las de los hombres.
En situación de desempleo, las mujeres rencuentran más o menos la condición de mujer de hogar. Los hombres, por el contrario, tienen dificultades para abandonar su condición de activos : sus jornadas siguen llevando aún la huella del trabajo profesional. La perdida del trabajo se resiente mucho más por parte de los que viven solos.
Más aún que el desempleo, la jubilación es una ruptura en la vida de los activos. Los hombres, como las mujeres, pierden una gran parte de las relaciones que tenfan fuera del hogar. La perdida es más significativa para los hombres. De hecho, más que las mujeres, pierden lo que corespondfa a su vocación social. El efecto de la jubilación es mucho más profundo en lo que respecta a la utilisación del tiempo : la vida cotidiana de las mujeres continua siendo muy estructurada por las trabajos domesticos.
Various types of activities, the organizations of one's day and social factors which determine daily life - What are the most common ways of organizing a day that a person can encounter in his lifetime? In fact, the diversity of timetables only depends on a dozen habits or associations of habits. These establish about thirty types of days. Most of these types belong to certain categories of individuals. One's job, sex, social status and home environment are sufficient to determine these categories: they are the prime factors which determine one's daily life.
A couple does not go out as often during the week as a single person. Also living as a couple accentuates the differences in men's and women's professional commitment and their involment with household chores. Men who live in a couple devote more time to their professional work than men who live alone. The days of working women in charge of a household are encumbered by domestic chores.
During week-ends, differences widen between the daily life of men and women, particularly, when they live together: with respect to the other days of the week, men's share of the household chores increases less than the time women spend on their domestic involvement, and women's outings increase less than men's.
When unemployed, women find themselves more or less in the situation of a non-working woman. On the contrary, unemployed men find it very difficult to adjust to their new condition: their days still follow the pattern of working men. The loss of a job is even harder for those men who live alone.
To an even larger degree than unemployment, retirement is a break in a working person's life. Men, like women, lose much of their relationship with the outside world. However, this loss is greater for men. In fact, in terms of their social definition, men lose more than women. Retirement affects men's timetable much more thant that of women daily life remains structured by house tasks.
Types de pratiques, types de journées et déterminants sociaux de la vie quotidienne
Eric Maurin
Quels sont les types de journées les plus fréquents au cours d'une existence ? La diversité des emplois du temps repose en fait sur à peine une dizaine de pratiques et d'associations de pratiques. Elles définissent une trentaine de grands types de journées. La plupart de ces types sont le propre de catégories particulières d'individus. L'activité, le sexe, le statut social et l'entourage du foyer suffisent à déterminer ces catégories : ce sont les principaux déterminants du quotidien.
La vie de couple fait qu'on sort moins en semaine que lorsqu'on vit seul. Mais surtout elle accentue les différences d'investissement professionnel et d'engagement ménager entre hommes et femmes. Les hommes qui •vivent en couple (mariés ou non) consacrent plus de temps à leur travail professionnel que les hommes seuls. Les journées des femmes actives en charge d'un foyer sont lourdement marquées par les tâches ménagères.
Avec le week-end, les différences s'accentuent encore entre l'emploi du temps des hommes et celui des
mes, surtout quand ils vivent l'un près de l'autre : la participation domestique des hommes augmente moins l'engagement ménager des femmes, et les sorties femmes augmentent moins que celles des
Au chômage, les femmes retrouvent plus ou moins condition de femme au foyer. Les hommes, en ont du mal à quitter celle d'actif : leurs journées encore la marque du travail professionnel. La perte du travail est plus durement ressentie par ceux qui vivent
Plus encore que le chômage, la retraite est une dans la vie des actifs. Une grande part des relations l'extérieur disparaît, surtout pour les hommes. En les hommes davantage que les femmes perdent ce correspond à leur vocation sociale. L'effet de la est beaucoup plus profond sur leurs emplois du la vie quotidienne des femmes restant très structurée les travaux domestiques.
22 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1989
Nombre de lectures 33
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Exrait

Monsieur Éric Maurin
Types de pratiques, types de journées et déterminants sociaux
de la vie quotidienne
In: Economie et statistique, N°223, Juillet-Août 1989. pp. 25-46.
Citer ce document / Cite this document :
Maurin Éric. Types de pratiques, types de journées et déterminants sociaux de la vie quotidienne. In: Economie et statistique,
N°223, Juillet-Août 1989. pp. 25-46.
doi : 10.3406/estat.1989.5344
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/estat_0336-1454_1989_num_223_1_5344Resumen
Tipos de prácticas, tipos de jornadas y determinantes sociales de la vida cotidiana -
Cuâles son los tipos de jornadas a los que la gente esta confrontada con mayor f recuencia en el
transcurso de su vida ? La diversidad de la utilización del tiempo se funda, de hecho, en apenas una
codena de prácticas y de conjuntos de prácticas. Estas definen alrededor.de treinta grandes tipos de
jornadas. La mayoría de esos tipos son típicos de categorías particulars de individuos. La actividad, el
sexo, el estatuto social y el entorno del hogar son suficientes para determinar tales categorías : son los
determinantes principales de lo cotidiano.
La vida en pareja hace que se saïga menos durante la semana que cuando se vive solo. Pero, esta
acentúa, sobre todo, las diferencias de participación en actividades profesionales y las obligaciones
domésticas entre hombres y mujeres. Les hombres que integran una pareja dedican más tiempo a su
actividad profesional que los que viven solos. Las jornadas de las mujeres activas a cargo de un hogar
son muy pesadas, a causa de las tareas domesticas.
Al llegar el fin de semana, el abismo se ahonda entre lo cotidiano de los hombres y de las mujeres, en
especial cuando viven juntos : la participaciôn de los hombres en los que haceres domésticos aumenta
menos que las obligaciones domésticas de las mujeres y las salidas de las mujeres aumentan menos
que las de los hombres.
En situación de desempleo, las mujeres rencuentran más o menos la condición de mujer de hogar. Los
hombres, por el contrario, tienen dificultades para abandonar su de activos : sus jornadas
siguen llevando aún la huella del trabajo profesional. La perdida del trabajo se resiente mucho más por
parte de los que viven solos.
Más aún que el desempleo, la jubilación es una ruptura en la vida de los activos. Los hombres, como
las mujeres, pierden una gran parte de las relaciones que tenfan fuera del hogar. La perdida es más
significativa para los hombres. De hecho, más que las mujeres, pierden lo que corespondfa a su
"vocación" social. El efecto de la jubilación es mucho más profundo en lo que respecta a la utilisación
del tiempo : la vida cotidiana de las mujeres continua siendo muy estructurada por las trabajos
domesticos.
Abstract
Various types of activities, the organizations of one's day and social factors which determine daily life -
What are the most common ways of organizing a day that a person can encounter in his lifetime? In
fact, the diversity of timetables only depends on a dozen habits or associations of habits. These
establish about thirty types of days. Most of these types belong to certain categories of individuals.
One's job, sex, social status and home environment are sufficient to determine these categories: they
are the prime factors which determine one's daily life.
A couple does not go out as often during the week as a single person. Also living as a couple
accentuates the differences in men's and women's professional commitment and their involment with
household chores. Men who live in a couple devote more time to their professional work than men who
live alone. The days of working women in charge of a household are encumbered by domestic chores.
During week-ends, differences widen between the daily life of men and women, particularly, when they
live together: with respect to the other days of the week, men's share of the household chores increases
less than the time women spend on their domestic involvement, and women's outings increase less
than men's.
When unemployed, women find themselves more or less in the situation of a non-working woman. On
the contrary, unemployed men find it very difficult to adjust to their new condition: their days still follow
the pattern of working men. The loss of a job is even harder for those men who live alone.
To an even larger degree than unemployment, retirement is a break in a working person's life. Men, like
women, lose much of their relationship with the outside world. However, this loss is greater for men. In
fact, in terms of their social definition, men lose more than women. Retirement affects men's timetable
much more thant that of women daily life remains structured by house tasks.
Résumé
Types de pratiques, types de journées et déterminants sociaux de la vie quotidienne
Eric MaurinQuels sont les types de journées les plus fréquents au cours d'une existence ? La diversité des emplois
du temps repose en fait sur à peine une dizaine de pratiques et d'associations de pratiques. Elles
définissent une trentaine de grands types de journées. La plupart de ces types sont le propre de
catégories particulières d'individus. L'activité, le sexe, le statut social et l'entourage du foyer suffisent à
déterminer ces catégories : ce sont les principaux déterminants du quotidien.
La vie de couple fait qu'on sort moins en semaine que lorsqu'on vit seul. Mais surtout elle accentue les
différences d'investissement professionnel et d'engagement ménager entre hommes et femmes. Les
hommes qui •vivent en couple (mariés ou non) consacrent plus de temps à leur travail professionnel
que les hommes seuls. Les journées des femmes actives en charge d'un foyer sont lourdement
marquées par les tâches ménagères.
Avec le week-end, les différences s'accentuent encore entre l'emploi du temps des hommes et celui des
mes, surtout quand ils vivent l'un près de l'autre : la participation domestique des hommes augmente
moins l'engagement ménager des femmes, et les sorties femmes augmentent moins que celles des
Au chômage, les femmes "retrouvent" plus ou moins condition de femme au foyer. Les hommes, en ont
du mal à quitter celle d'actif : leurs journées encore la marque du travail professionnel. La perte du
travail est plus durement ressentie par ceux qui vivent
Plus encore que le chômage, la retraite est une dans la vie des actifs. Une grande part des relations
l'extérieur disparaît, surtout pour les hommes. En les hommes davantage que les femmes perdent ce
correspond à leur "vocation" sociale. L'effet de la est beaucoup plus profond sur leurs emplois du la vie
quotidienne des femmes restant très structurée les travaux domestiques.EMPLOIS DU TEMPS
Types de pratiques, types de journées
et déterminants sociaux
de la vie quotidienne
Quels sont les types de journées les plus fréquents au cours d'une existence ? La
Eric par Maurin* diversité des emplois du temps repose en fait sur à peine une dizaine de pratiques d'associations' et de pratiques. Elles définissent une trentaine de grands types de
journées. La plupart de ces types sont le propre de catégories particulières
d'individus. L'activité, le sexe, le statut social et l'entourage du foyer suffisent à
déterminer ces catégories : ce sont les principaux déterminants du quotidien
(première partie, p. 26).
La vie de couple fait qu'on sort moins en semaine que lorsqu'on vit seul. Mais
surtout elle accentue les différences d'investissement professionnel et
d'engagement ménager entre hommes et femmes. Les hommes qui vivent en
couple (mariés ou non) consacrent plus de temps à leur travail professionnel que
les hommes seuls. Les journées des femmes actives en charge d'un foyer sont
lourdement marquées par les tâches ménagères (deuxième partie, p.34).
Avec le week-end, les différences s'accentuent encore entre l'emploi du temps des
hommes et celui des femmes, surtout quand ils vivent l'un près de l'autre : la
participation domestique des hommes augmente moins que l'engagement ménager
des femmes, et les sorties des femmes augmentent moins que celles des hommes.
Au chômage, les femmes "retrouvent" plus ou moins une condition de femme au
foyer. Les hommes, en revanche, ont du mal à quitter celle d'actif : leurs * Eric Maurin fait part
ie du département ' 'Edi journées portent encore la marque du travail professionnel. La perte du travail est tion et promotion des plus durement ressentie par ceux qui vivent seuls (troisième partie, p,42). produits nationaux" de
l'INSEE. Ce travail a
bénéficié des conseils de Plus encore que le chômage, la retraite est une rupture dans la vie des actifs. D. Cogneau, N. Herpin,
Y. Lemel, C. Roy et Une grande part des relations avec l'extérieur disparaît, surtout pour les hommes.
D. Verger. En fait, les hommes davantage que les femmes perdent ce qui correspond à leur
Les nombres entre cro "vocation" sociale. L'effet de la retraite est beaucoup plus profond sur leurs
chets renvoient à la emplois du temps, la vie quotidienne des femmes restant très structurée par les bibliographie en fin
d'article. travaux domestiques.
25
ECONOMIE ET STATISTIQUE N° 223, JUILLET/AOÛT 1989 TRAVAIL PROFESSIONNEL, TRAVAIL DOMESTIQUE, SORTIES :
LES TROIS TEMPS FONDAMENTAUX DU QUOTIDIEN
La diversité des emplois du temps repose pour
l'essentiel sur une dizaine de pratiques et de LA NOMENCLATURE D'ACTIVITÉS
groupes de pratiques : à quelques variantes
près, il y a des journées sans travail, des jour La nomenclature d'activités utilisée dans cet article nées de travail, et des journées avec beaucoup est la même que celle qui est présentée dans l'enca
de travail. Le principe est à peu près le même dré p. 14, à quelques regroupements près.
du côté des tâches ménagères : il y a les jour — Les postes "petit déjeuner à domicile", "déjeuner nées sans rien, les "petites" journées ménagèr à domicile", et "dîner à domicile" sont regroupés en es, et les "grandes" journées ménagères. Même un poste "repas à domicile". — "Sommeil" et "sieste" sont regroupés en un poste chose encore pour les sorties. Au total, une tren
unique "sommeil". taine de types de journées recouvrent l'ensem — "Repas à domicile avec parents ou connaissanble des journées observées. ces", "apéritifs à domicile", "café, thé à domicile"
sont regroupés en un poste appelé "repas à la mai
Si nous n'avions que quelques questions à poser son avec parents ou amis".
— "Faire sa toilette", "s'habiller", "soins esthétiques pour estimer avec le moins d'erreur possible et médicaux" sont regroupés en un poste "toilette". l'emploi du temps d'une journée prise au hasard — "Cuisine" et "vaisselle" sont regroupées en un
dans une vie elle-même prise au hasard, nous poste appelé "cuisine". . "divers" devrions d'abord demander quelle a été la place du — Enfin, "rangements et mises en ordre",
sont regroupés dans un poste "rangements". travail professionnel, puis quelle a été la place du domestique, et enfin a été la des D'un point de vue global, l'analyse des données consorties. Une fois obtenues trois réponses sur ces duit à un partage des activités un peu différent de celui
points fondamentaux, toutes les questions se vau qui sert à leur présentation en page 14. En particul
ier, le temps professionnel, le temps domestique et draient et leurs réponses ne nous apporteraient plus le temps libre prennent dans la présente étude un sens grand chose. En particulier, nous saurions déjà à différent. Ils ne recouvrent que les quelques activipeu près comment sommeil, repas à domicile et tél tés qui fondent les grands types d'emplois du temps.
évision complètent l'essentiel de la journée A mi-chemin entre le temps "physiologique" et le
temps libre, on a trouvé une unité à un temps de "relrecherchée. âche" : dormir, manger à domicile, regarder la télévi
sion, activités qui ont pour particularité de se déveLa diversité des emplois du temps repose en effet lopper quand les trois premiers temps prennent moins
sur une dizaine d'oppositions à peine : avoir ou non de place. Les autres activités forment un cinquième
groupe hétérogène du point de vue de l'importance passé une journée au travail, avoir ou non travaillé et de la signification que ces activités peuvent revêtlongtemps, avoir ou non fait beaucoup de travail ir aux yeux des individus. Elles ont en commun de domestique, être ou non resté chez soi toute la jour fonder des différences horaires beaucoup moins massnée, etc. (graphique I)- Ces oppositions ne sont pas ives et en tous cas beaucoup moins présentes dans
l'espace des emplois du temps. indépendantes entre elles. Elles s'organisent suivant
trois dimensions essentielles : tenant au
travail professionnel, oppositions tenant au travail
domestique, et enfin aux sorties,
aux contacts avec l'extérieur. La rigidité du quotidien
Ces résultats ont été obtenus par une analyse des Des multiples combinaisons d'activités que l'on
données réalisée à partir de l'enquête Emploi du aurait pu imaginer a priori pour reconstituer un
temps (voir dans ce dossier l'encadré p.4). emploi du temps, seule une petite fraction est pré
L'analyse porte sur un échantillon de plus de 16.000 sente au sein de nos journées. C'est d'abord que,
journées. Chaque journée est caractérisée par une quelle que soit l'activité, il y a toujours des temps 1 . Les techniques statis batterie de 43 activités pour lesquelles quatre inten de pratique beaucoup plus probables que d'autres. tiques qui ont été util sités de pratiques différentes ont été distinguées Les activités quotidiennes sont en fait empreintes isées pour établir ces
résultats mettent sur un (encadré ci-contre). C'est donc au total 172 prati d'une grande inertie : pour partie nous leur don
même plan des événe ques qui sont analysées. Une analyse des corre nons notre temps, pour partie elles nous le "prenments exceptionnels et spondances multiples appliquée à cet ensemble de nent". La plus marquante de ces inerties, celle du d'autres qui le sont pratiques permet d'abord de localiser les pratiques travail, est liée à notre organisation sociale : il n'est moins. Elles ne prennent
pas davantage en qui apparaissent trop rarement ou trop uniformé pratiquement que deux catégories de journées, celcompte l'omission de ment dans le quotidien pour définir des types de les dont le coeur est un nombre d'heures de travail deux heures passées journées (pratiques visualisées "en maigre" sur le quasiment fixé à l'avance, et les autres, sans tradevant la télévision que graphique [)• Une classification des pratiques res vail. La contrainte joue dans les deux sens : un jour l 'omission de deux heu
res passées au théâtre tantes permet ensuite de localiser la dizaine de pra sans travail est, dans la plupart des cas, un jour où
(événement beaucoup tiques et associations de pratiques qu'il suffit de con on ne peut pas travailler, même si on le désire. plus rare) (les choix naître pour déterminer les grands types d'emplois implicites de la méthode du temps (pratiques visualisées en gras). Le détail On pouvait a priori se douter que le temps libre sont décrits à la fin de
l'encadré p. 33). de la méthode est exposé dans l'encadré p.33 (1). serait, lui-aussi, rempli de petites rigidités : les
26 émissions de télévision arrivent à heures détermi au travail professionnel. Il n'y a pratiquement pas
nées, ont des durées déterminées, et ces rigidités de journées "cuisine", encore moins de journées
' 'ménage' ' ou ' 'linge' ' . La plupart des journées sont s'inscrivent dans notre temps quotidien. Même
chose pour les salles de cinéma ou les installations telles que lorsqu'on y trouve des activités ménagèr
sportives : elles ont leurs lois propres qui forcément es, on y trouve tout à la fois.
structurent nos pratiques.
Les activités du quotidien sont doublement "preLe temps des sorties est malgré tout celui dont on nantes" : en elles-mêmes, et par les activités est le plus surpris qu'il soit constitutif de la rela connexes qu'elles entraînent. Elles fondent ainsi des tive simplicité du quotidien. temps (professionnel, domestique, ou encore exté
rieur) qui partagent profondément l'espace des jourParmi les classes de pratiques mises en évidence par nées entre celles où ils apparaissent et celles dont l'analyse des données, deux rendent compte de l'impor ils sont absents. tance des sorties. La première est composée de trois pra
déplacé" (pour des raisons non tiques : "s'être beaucoup
professionnelles), "avoir eu beaucoup de contacts",
"avoir mangé à l'extérieur avec des parents ou des amis" Un quotidien à trois temps (classe III du graphique I). La seconde ne comporte et un contre-temps qu'une seule pratique "ne pas avoir bougé de chez soi"
(classe VI du même graphique). Chacune de ces classes
traduit une opposition entre types d'emplois du temps : Les trois "temps" qui structurent l'espace des jour
avoir eu ou non des rapports importants avec l'extérieur, nées ne sont pas complètement indépendants : le trapour la première, et évidemment être sorti ou non pour vail professionnel rend évidemment très improbabla seconde. Ces deux clivages révèlent que, du point de le un travail domestique de l'envergure de celui vue des rapports avec l'extérieur, trois types de journées qu'on rencontre dans les journées sans travail pros'opposent assez profondément : les journées passées à
fessionnel (tableaux 1 et 2). Le temps de travail la maison, les journées où l'on passe au contraire beau
coup de temps à l'extérieur, surtout pour nouer des con
tacts avec autrui, et les journées intermédiaires où l'on Tableau 1 sort un peu et sans avoir forcément les contacts avec Plus des trois quarts des journées autrui. de travail professionnel sont sans sorties
ou sans travail domestique* Le temps des sorties structure l'espace des journées
pour plusieurs raisons. C'est d'abord qu'il y a un Combinaison des travaux domestiques et des
seuil, plus que quantitatif, entre ne pas avoir bougé sorties pendant les jours de travail E %
de chez soi et être sorti : sortir, même un peu,
temps appelle des activités, des comportements qui ne peu domestique vent pas apparaître si on reste chez soi. Mais sur nul ou presque faible fort tout, il n'y a assez clairement que deux régimes de temps
sorties, les "petites" et les "grandes". Aux peti des sorties
tes sorties correspondent surtout des achats, aux
grandes sorties des "contacts" et des repas entre nul ou presque 22,4 7 4,9 |
amis ou parents. Les "petites" sorties sont sans faible 27,3 14,9 0,9
doute davantage vécues comme un prolongement fort 15,7 5,9 1,6 à l'extérieur du travail domestique que comme des
sorties à part entière. Les types de journées où elles ■"Lecture : sur 100 jours de travail, 22,4 sont sans sorties et
apparaissent se définissent néanmoins bien plus par sans travail domestique ; 27,3 sont sans travail domestique et
avec faibles sorties, etc. Au total, ce sont donc plus des trois opposition aux journées de "grandes" sorties et aux quarts des journées de travail qui sont sans sorties ou sans trajournées sans sorties, que par leur proximité avec vail domestique (valeurs encadrées). Pour la définition des inten
les activités ménagères. sités de pratiques, voir l'encadré p.31.
Tableau 2 Des activités qui s'associent 80 % des journées sans travail professionnel
sont remplies d'un travail domestique intense Nous sommes d'autant plus constamment "pris", ou de grandes sorties* que la plupart des activités quotidiennes ont, en plus Combinaison des travaux domestiques et des de leur inertie propre, un petit cercle d'autres acti
sorties pendant les jours sans travail En % vités auxquelles elles s'associent. Ainsi, "aller au
travail" va évidemment de pair avec "travailler", temps
"prendre des pauses dans le travail" ou "manger domestique nul ou presque faible fort à l'extérieur du domicile". temps
des sorties Ces pratiques liées au travail professionnel apparaissent
dans plus du tiers de l'ensemble des emplois du temps nul ou presque 5,5 4 13 et elles y occupent évidemment un temps considérable.
Elles constituent en fait la classe qui partage le plus pro1 faible 4 5 20,5
fondement l'espace des journées. Cette classe, la classe I fort 20 J 17 11 du graphique I explique 13,6 % de l'inertie du sous-
espace factoriel de dimension 3. Juste derrière vient la * Lecture : sur 100 jours de travail, 20 sont avec fort travail classe des tâches ménagères (classe II du graphique I). domestique et fortes sorties ; 11 sont avec faible travail domest
ique et fortes sorties, etc. Au total, c'est plus de 80 % des jourLes tâches ménagères s'enchaînent avec une régul nées sans travail professionnel qui sont remplies d'un travail
domestique intense ou de grandes sorties (valeurs encadrées). arité presqu'aussi rigoureuse que les activités liées
27 \
r> o
* Lecture : une analyse
des correspondances AXE 2 multiples est appliquée à Graphique I l 'échantillon des 16. 047
journées. Elle comporte pèche, Les classes de pratiques* 172 variables actives chasse 3 issues des 43 activités de
la nomenclature (enca pêche, chasse 2 dré ' 'contacts p. S3). ' 'recouvre L'activité les
conversations, et le
temps passé au tél sport 3 éphone ou à écrire son
courrier. L 'activité "trajet" recouvre tous les
jardinage 3 déplacements non pro
fessionnels. autres sorties 3 A chacune des activités
correspondent quatre étude 1 modalités de pratiques. promenade 3 La première indique un
temps de pratique nul, écoute musique 3 les trois autres partagent
l'ensemble des prati REPAS A DOMICILE 3 CONVERSATIONS. quants par temps de pra CONTACTS 0 RANGEMENTS»,
tiques croissants, en SOMMEIL 3 TÉLÉVISION 3 trois classes d'effectifs /eux 3 ' Ces quatre égaux.
modalités de pratiques (' 'nulle ' ', "faible "moyenne" et "forte") ' ', lecture 3
sont repérées par les
symboles 0, 1, 2, et 3.
Ainsi, "cuisine 3" cor travaux à la maison 3 soins aux enfants 0 respond à un temps de
cuisine supérieur à au spectacle 3
moins 66 % des temps pêche, chasse 1 promenade 2 de cuisine apparaissant bricolage 3 autres sorties 2 écoute musique 2 dans l 'échantillon. , 'toilette 1 ^ Les trois premiers axes ■ ■ ï TRAJET DOMICILE-TRAVAIL 0 TRAVAIL 0 MUSE DANS LE TRAVAIL 0 fuctoriels expliquent re REPASAL'EXTERKUR REPASAL'EXTÉMEUB spectivement 3,3 %, CHEZ DES PARENTS aides diverses 3 teux2 spectacle 1 .OUDESAMSO 2,1 % et 1,9 % de sans aux ' animaux >■' 0 repas hors domicile 0 l'inertie. Les axes sui lecture Q visites chez des parents ou amis 3 travail secondaire 2 travaux a la maison 0 - vants expliquent entre visites de parents ou d'amis 3 participation * - bricolage 0 0,9 % et 1,2 % de jardinage 2 l'inertie. On a repré jardinage 0 ■> repas a la maison lrava,i a don senté ici les projections avec parents ou amis 2 toilette 2 promenade 0 '■ soins aux animaux 3 des pratiques sur les etude Q lecture 2 ; deux premiers axes. bricolage 2 sommeil 2 TRAJETS 3 En gras sont signalées activités privées 3 les pratiques qui suffi ne rien faire 2 participation religieuse 3 toilette 3 sent à positionner les CONTACTS 3 trois premiers axes. A travail professionnel 1 trajets 2 activité associative 1 partir des coordonnées travaux à la maison 2 promenade 1 *""* formation professionnel! sur les trois premiers télévision 1 «*" axes, on a construit un achats 3 associa visites de parents ou d'amis 2 arbre des classification trajet 1 ret hiérarchique ascendante soins aux animaux 2 soins personnes malades 3 •ontact2 regroupant ces pratiques menage 2
en classes. L 'agrégation écoute musique 1 sport 1 bricolage 1 des pratiques et des clas lecture 1 soins aux personnes malades 2 ses se fait suivant une cuisine 2 méthode de minimisation de la variance intra- /euxi
groupe. L 'arbitrage visites de parents MÉNAGE 3 aides diverses 2 ou d'amis 2 rangements 1 entre taille de la classi
fication et perte d'infor activité associative 2 mation conduit à retenir rangements 2
une représentation en 9 ne rien faire 1 classes. L'une de ces soins aux animaux 1 classes de pratiques cor
respond au centre du
nuage et ne définit pas
d'oppositions entre types rangement3
de journées.
En gras souligné sont soins aux personnes malades 1
indiquées les pratiques
composant chacune des - visites de parents aides diverses 1 huit classes utilisées ,, visites chez des parents ou d'amis 1 pour définir les types ou amis 1
élémentaires de journées
(encadré p.33).Les huit
classes de pratiques sont '** numérotées de I à VIII <■ s" classe VIII ,%>,, par ordre décroissant de jardinage 1 LVV, SOW» AUX ENTANTS 2 contribution au sous- SOINS AUX ENFANTS 3 *
espace factoriel de ,*•£■> ° education enfant 3 dimension 3 (la classe I
contribue à 13,6 % , la
classe VIII à 1,9 %).
28 I
I
r>
étude 3
•>--~ ■ classeV%X
' ' - « % * . ' '■ y
travail secondaire 3 -, ,
.. classe VI
„ 0 ACHATS 0
LINGE 0
spectacle 2
- classe VII' ts a domicile 0
TRAVAIL 3- AVK DES PARENTS OU DES AMIS 3
class» III
repas hors domicile 3
classe IV ^"^"TRIMM
formation professionnelle 3 ,' * ,N ' -*
ms avec des parents ou amis à la maison 1
contacts 1
nage 1
activités privées 2
i Don f soins aux enfants 7
29 r
donne le ton du quotidien. Sa présence ou son vités, affiner notre description du temps qui se déve
absence conditionnent les autres temps. Reste que loppe lorsque le travail et les sorties prennent moins
les diverses combinaisons des trois "temps" sont de place. Elles apparaissent en effet souvent dans
toutes représentées dans l'échantillon. Aucun d'eux les journées entièrement passées à la maison, jour
n'est jamais totalement déterminé par un autre ou nées typiques de retraités.
par une combinaison des deux autres. Ils laissent
dans les journées un temps plus ou moins grand
pour les autres activités. Trois échelles à trois barreaux
pour repérer les emplois du temps
Dormir, manger, regarder la télévision : La dizaine d'oppositions structurelles sur lesquel
les heures de "relâche" les reposent les différences entre emplois du temps,
définissent un grand nombre de types élémentaires
Le temps occupé par le sommeil, les repas à domic de journées. Certains sont très proches les uns des
ile et la télévision dépend étroitement des formes autres, d'autres très éloignés. A partir des coordon
nées de ces types élémentaires sur les trois premiers qu'ont prises les trois temps structurants du quoti
dien, et avant tout le professionnel : le tra axes de l'analyse, on a construit un arbre de classi
fication hiérarchique les regroupant en grands types vail professionnel empêche en général que l'on
d'emplois du temps. L'arbitrage entre nombre de s'attarde beaucoup à ces activités.
types et perte d'information conduit à retenir une
représentation en 26 grands types (encadré p. 33). table" "Dormir et "passer beaucoup", beaucoup "passer de temps beaucoup devant de la temps télévi à
sion" contribuent à positionner les trois axes d'inertie Passer beaucoup de temps au travail (disons 9 heures de principaux (en gras sur le graphique I). On peut néan travail sans compter les pauses) apparaît au coeur d'un moins se passer de ces pratiques pour localiser les types type de journées qui ne s'organisent plus comme de simde journées. Il existe une forte corrélation entre faible ples journées de travail : on y trouve autant de sorties "relâche" et travail professionnel. C'est, en particulier, mais moins de sommeil, moins de présence à la maison. ce que montre la proximité de la classe au centre de Les journées de travail partiel ne forment par contre pas laquelle se trouve "dormir un peu" et "manger peu à de groupe à part. En fait, autant que le temps de travail domicile" (classe IV) et de la classe I. proprement dit, c'est le fait de devoir se déplacer pour
aller au travail qui fait d'une journée, une "journée de En l'absence de travail professionnel, ces activités travail". Les journées de travail partiel, sans déplaceinterviennent avant tout pour compléter les journées ments significatifs domicile-travail, sont par exemple pro
sans trop de sorties et sans trop de travaux ménag ches de certaines journées d'inactifs et ne peuvent en être
distinguées ; c'est le cas de nombreuses journées d'agriers. "dormir" Ce qui ou fait "regarder donc l'unité la télévision", d'activités c'est comme quel cultrices. Les nuances de la vie professionnelle tenant à
la durée des pauses, au temps pris pour déjeuner, ou les prennent ensemble un temps d'autant plus grand
même au temps de trajet domicile-travail ne définissent que les trois temps structurants occupent moins de pas non plus de journées vraiment spécifiques. place. Elles sont un peu ce qui se développe "en
privé" quand le reste cesse, et c'est pourquoi nous
Du point de vue de l'investissement professionnel, "relâche" pour les emprunterons le mot de les différences entre grands types de journées repodénommer. sent donc en gros sur un système simplifié d'oppos
itions : il y a des journées sans travail, des jour
Le temps qui reste nées avec travail, et des journées avec beaucoup de
travail. Le principe est à peu près le même du côté Certaines activités comme "faire du sport" ou des tâches ménagères : il y a les journées sans rien, "aller au spectacle" ont pour l'instant été laissées les ' 'petites" journées ménagères, et les ' 'grandes"
de côté. Plus que d'autres, pourtant, elles peuvent journées ménagères. Même chose encore pour les être le moment important d'une journée, le moment sorties. qui justement rend cette journée différente aux yeux
de celui qui la passe (encadré p. 33). L'analyse des Autrement dit, à quelques variantes près, les trois données conduit en fait à laisser de côté deux caté temps structurants (professionnel, domestique, extégories d'activités : celles dont l'emprise sur le quo rieur), prennent chacun trois grandes formes distidien est trop uniforme, tout ce qui touche à la toi tinctes (nulle, moyenne, forte), et c'est en cela qu'ils lette par exemple ; celles qui sont insuffisamment fondent l'essentiel des différences entre emplois du en prise sur le quotidien, soit qu'elles ne concer temps. Ce système simplifié d'oppositions est décrit nent qu'une fraction trop réduite de la population, dans l'encadré ci-contre. soit qu'elles soient trop peu quotidiennes (c'est par
exemple le cas pour le sport, la chasse, les spectac
les). Pour porter un autre regard sur le quotidien, Une vie quotidienne il faudrait majorer l'importance des loisirs rares ou moins monolithique exceptionnels.
Certaines nuances ont disparu au fil des catégori
La frontière entre ces activités et les heures de relâ sations. La plus importante est sans doute celle qui
che n'est, bien entendu, pas toujours parfaitement tient aux enfants et aux soins particuliers qu'ils
nette : bricolage, jardinage et lecture sont beaucoup demandent. C'est qu'il n'y pas de journées
"enfants" à proprement parler : les journées durant moins en prise sur le quotidien que le sommeil, ou
la télévision, mais nous aurions pu, avec ces lesquelles on se consacre beaucoup aux enfants sont
30 PRINCIPAUX "TEMPS" DU QUOTIDIEN LES
Les grands types d'emplois du temps mis en évidence par l'analyse inductive de l'échantillon prennent essentiel
lement trois positions sur chacune des trois dimensions structurelles : il y a des journées sans travail ou presque,
des journées avec travail, et des journées avec beaucoup de travail (tableau A). Même chose pour les sorties et
les travaux domestiques (tableaux B et C).
Une plus ou moins grande "relâche" complète la journée : de ce côté là, il y a essentiellement une faible "rel
âche" s'opposant à une forte- "relâche" (tableau D). __
On ne présentera pas ici le détail des familles d'emplois du temps sur lesquelles on a travaillé. Cependant, pour
en donner une image concrète, on donne ici les fourchettes horaires dans lesquelles se situent, pour chacune
des dimensions qui les distinguent, les principaux temps de pratiques.
A — Les trois principales formes de "temps" professionnel
Nul ou faible Pas du tout de travail, ou éventuellement un peu (entre une heure et trois heur
es) mais ne nécessitant pas de trajet domicile-travail. Pas de repas « non con
viviaux » à l'extérieur, pas de pause dans le travail.
Normal Un total tournant autour d'une heure de trajet domicile-travail, et environ sept
heures de travail proprement dit (éventuellement moins). Repas non conviviaux
à l'extérieur (une heure environ), pauses dans le travail. ,
Très fort Plus de neuf heures de travail professionnel proprement dit, et un total d'envi
ron une heure de trajet. Pauses dans le travail, repas non conviviaux à l'extérieur.
B — Principales formes de « temps » de travail domestique
Rien ou presque Eventuellement une petite demi-heure de cuisine, mais ni ménage
ni linge.
En tout une à deux heures de travail. La répartition la plus fréquente : Un peu
environ une heure de cuisine, une demi-heure de ménage.
Trois à quatre heures de travail de base : deux heures à deux heuBeaucoup res et demie de cuisine, une heure à une heure trente de ménage.
Eventuellement une heure à une heure et demie de linge. Eventuel
lement une heure et demie à deux heures pour les enfants.
C — Principales formes de « temps » de sorties
Rien ou presque Pas de sortie qui nécessite de trajet significatif, éventuellement quel
ques courses et un peu de conversation.
Un peu Des sorties qui nécessitent entre 20 et 40 minutes de trajet, le plus
fréquemment pour une bonne heure d'achat ou un repas pris à
l'extérieur. Le volume de conversations est d'environ une
demi-heure.
Des sorties qui nécessitent plus d'une heure de trajet et des conBeaucoup tacts d'un volume de plus d'une heure.
D — Principales formes de "relâche" domestique
Faible Huit à neuf heures de sommeil, entre une heure et une heure et demie
de repas à domicile, et de une heure et demie à deux heures de
télévision.
Forte Dix à onze heures de sommeil, une heure à une heure et demie de
repas à domicile, plus de deux heures de télévision.
31