Une dimension ignorée des relations économiques franco-japonaises : Mitsubishi en France après 1945 - article ; n°2 ; vol.25, pg 213-221

-

Documents
10 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Histoire, économie et société - Année 2006 - Volume 25 - Numéro 2 - Pages 213-221
Résumé
Créé en 1878 par Iwasaki Yataro, Mitsubishi s'est rapidement imposé comme le premier des zaibatsu. Présent dans tous les domaines (navigation, commerce, import-export, banque, industrie chimique et industrie lourde, etc.), Mitsubishi s'est implanté en France, en 1924 sous la raison sociale de Société Anonyme Française Mitsubishi. Celle-ci s'est d'abord intéressé à l'aviation, entre 1924 et 1927, en particulier à la société Dewoitine. C'est un échec, dû à la faillite de cette dernière entreprise. De 1928 à 1932, la SAFM investit dans l'import -export, mais la crise économique l'oblige à réduire de moitié son capital en 1932. La rationalisation des années 1933-1938 puis la guerre lui permet de subsister jusqu'à sa liquidation le 24 juillet 1944.
Abstract
Created in 1878 by Iwasaki Yataro, Mitsubishi soon emerged as the first of the Zaibatsu. Present in every field (navigation, trade, import-export business, banking, chemical industry and heavy industry...) Mitsubishi sat up in France in 1924 as Société Anonyme Française Mitsubishi. They first took an interest in aircraft s between 1924 and 1927, especially in the Dewoitine company. It was a failure, because of the bankruptcy of this last firm. From 1928 to 1932, the SAFM invested in import-export business, but the economic crisis forced them to reduce the capital by its half. The rationalisation of the 1932-1938 years then the War allowed them to subsist until its liquidation on July 24th 1944.
9 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 2006
Nombre de visites sur la page 11
Langue Français
Signaler un problème
Terushi Hara
Une dimension ignorée des relations économiques franco-
japonaises : Mitsubishi en France après 1945
In: Histoire, économie et société. 2006, 25e année, n°2. pp. 213-221.
Résumé
Résumé
Créé en 1878 par Iwasaki Yataro, Mitsubishi s'est rapidement imposé comme le premier des zaibatsu. Présent dans tous les
domaines (navigation, commerce, import-export, banque, industrie chimique et industrie lourde, etc.), Mitsubishi s'est implanté en
France, en 1924 sous la raison sociale de Société Anonyme Française Mitsubishi. Celle-ci s'est d'abord intéressé à l'aviation,
entre 1924 et 1927, en particulier à la société Dewoitine. C'est un échec, dû à la faillite de cette dernière entreprise. De 1928 à
1932, la SAFM investit dans l'import -export, mais la crise économique l'oblige à réduire de moitié son capital en 1932. La
rationalisation des années 1933-1938 puis la guerre lui permet de subsister jusqu'à sa liquidation le 24 juillet 1944.
Abstract
Abstract
Created in 1878 by Iwasaki Yataro, Mitsubishi soon emerged as the first of the Zaibatsu. Present in every field (navigation, trade,
i
m
p
o
r
t
-
e
x
p
o
r
t
b
u
s
i
n
e
s
s
,
b
a
n
k
i
n
g
,
c
h
e
m
i
c
a
l
i
n
d
u
s
t
r
y
a
n
d
h
e
a
v
y
i
n
d
u
s
t
r
y
.
.
.
)
M
i
t
s
u
b
i
s
h
i
s
a
t
u
p
i
n
F
r
a
n
c
e
i
n
1
9
2
4
a
s
"
S
o
c
i
é
t
é
Anonyme Française Mitsubishi". They first took an interest in aircraft s between 1924 and 1927, especially in the Dewoitine
company. It was a failure, because of the bankruptcy of this last firm. From 1928 to 1932, the SAFM invested in import-export
business, but the economic crisis forced them to reduce the capital by its half. The rationalisation of the 1932-1938 years then the
War allowed them to subsist until its liquidation on July 24th 1944.
Citer ce document / Cite this document :
Hara Terushi. Une dimension ignorée des relations économiques franco-japonaises : Mitsubishi en France après 1945. In:
Histoire, économie et société. 2006, 25e année, n°2. pp. 213-221.
doi : 10.3406/hes.2006.2593
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/hes_0752-5702_2006_num_25_2_2593