Une simple querelle de clocher ? Viollet-le-Duc à Saint-Denis (1846). - article ; n°1 ; vol.101, pg 17-28

-

Documents
13 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Revue de l'Art - Année 1993 - Volume 101 - Numéro 1 - Pages 17-28
12 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1993
Nombre de visites sur la page 32
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

Monsieur Jean-Michel Leniaud
Une simple querelle de clocher ? Viollet-le-Duc à Saint-Denis
(1846).
In: Revue de l'Art, 1993, n°101. pp. 17-28.
Citer ce document / Cite this document :
Leniaud Jean-Michel. Une simple querelle de clocher ? Viollet-le-Duc à Saint-Denis (1846). In: Revue de l'Art, 1993, n°101. pp.
17-28.
doi : 10.3406/rvart.1993.348054
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rvart_0035-1326_1993_num_101_1_348054Leniaud Jean-Michel
Une simple querelle
de clocher Viollet-le-Duc
Saint-Denis 1846)
pas existence réelle Guizot insiste sur les puis
sances qui lient homme au sol où il est né la
patrie1 et parmi celles-ci le passé La création conservation fondements ginent trinaires structures Le les Moment en de partisans une effet du Etat-nation passé Guizot individu politique du Pour Contrat qui abstrait nouvelle la le voit fran social disciple organiser tel aise touchant ne que des jette possède ima Doc les la progressive du service des monuments historiques
sous la Monarchie de Juillet institutionnalise ce
principe que le corps social est pas seulement
Illustration non autorisée à la diffusion
Charles Perder croquis de Dagobert considéré depuis abbé Hilduin comme le fondateur du monastère son
fils Clovis et Charles Marcel vers 1797 bibliothèque municipale de Compiègne album Villain Ce dessin été
reproduit par Viollet-le-Duc dans son Dictionnaire raisonné IX 32-33
17 fait de présent comme expriment les sectateurs
de Rousseau
acte de conserver constitue donc une mission
de service public il ne vise que certaines catégo
ries de biens artistiques on désigne comme
Monuments historiques Et surtout il est ac
compli au nom de la collectivité par des spécia
listes ceux que Vitet et Mérimée rassemblent
autour eux pour Guizot2 comme pour autres
philosophes politiques tel Barante3 seul le gou
vernement des capables une minorité éclairée
peut conduire le gouvernement vers intérêt gé
Illustration non autorisée à la diffusion néral Le système des Monuments historiques avec
ses correspondants ses architectes sa commission
et son inspecteur général est le pur produit de la
monarchie censitaire avec son corps électoral ré
duit aux capacités
écrasante personnalité de Viollet-le-Duc se
trouve au centre de ce processus de confiscation au
profit une poignée archéologues et architectes
parisiens dont: en définitive les élites provinciales et
la société toute entière ont fait les frais On ne est
toutefois pas interrogé semble-t-il sur le processus
par lequel jeune architecte il réussi prendre la
direction des principaux chantiers et imposer ses
vues aux experts chevronnés du conseil des bâtiments
civils et la gent archéologique éclipsant quasiment Charles Percier album Villain mosaïque de la chapelle Sainc-Firmin Viollet-le-Duc en publié la restitution
Jean-Baptiste Lassus Adolphe-Napoléon Didron et du sol sur la base de ce dessin dans les Annales archéologiques IX 173
Arcisse de Caumont
est Mérimée on le sait qui lui mis le pied de reconnaissance auprès de Viollet-le-Duc pour érrier en lui confiant le chantier de Vézelay avoir fait appeler la remise en ordre des tom Lassus qui appelé faire équipe pour le beaux8 Une vérité reprise par Paul Vitry qui se concours de Notre-Dame et une petite coterie fonde sur. Montalembert pour critiquer la pré composée de Montalembert Didron et Mérimée sentation des tombeaux par Debret et sur. les trois pouvoirs de la politique de la presse Guilhermy pour louer celle de Viollet-le-Duc9 et de administration qui imposé le tandem Reprise sans ombre de discussion tout récemment
face Gödde Danjoy et Arveuf5 pour une res encore par Anne-Marie Romero 10 Il est guère
tauration qui était peut-être moins nécessaire que Sumner McK Crosby qui ait entrepris pro on le disait Mais on ignore encore par exem pos du portail de la fa ade occidentale de mettre ple comment le futur auteur du Dictionnaire en doute les dires de Viollet-le-Duc et de Didron été désigné en 1848 la commission des arts et sur les travaux conduits par Debret11 édifices religieux er en 1853 inspecteur général Une vérité officielle établie de la fa on la plus des édifices diocésains véritable point de départ simple ont été appelés témoigner au procès une ascension désormais irrésistible que les seuls amis et alliés de architecte Méri Illustration non autorisée à la diffusion Pour Saint-Denis les volumineux dossiers du mée Monralembert Didron et Guilhermy Il est
chantier de restauration de ancienne abbatiale pas question de réinstruire ensemble de af
permettent en tout cas de comprendre comment faire 12 mais de mettre en lumière comment Viol
les choses se sont faites On habitude de lire let-le-Duc est vu confier le chantier
que pour mettre fin une détestable opération
conduite par Fran ois Debret qui acheva par la
oison gloussant âne qui brait honteuse destruction de la flèche nord peine re
construite administration des travaux publics fit Fêtent Gödde Pey re et Debret 13
appel Viollet-le-Duc que tel un deus ex machi
na il sut rétablir une situation terriblement Fran ois Debret 1777-1850 fut nommé
compromise et que son intervention jugée salutaire architecte de Saint-Denis en remplacement de
symbolise la victoire des idées de la jeune équipe Cellerier en 1813 et membre de académie des
mériméenne sur incompétence des architectes de Beaux-Arts en 182514 Il avait été élève de Per-
académie des Beaux-Arts dont Debrer était cier qui un des premiers avait effectué pendant
membre et des membres du conseil des bâti la Révolution des croquis et relevés de Saint-De
ments civils Telle est en tout cas la vérité offi nis Viollet-le-Duc se vante avoir eu connais
cielle au soir de sa vie Viollet-le-Duc sance de ces dessins grâce architecte Alexandre Charles Percier album Villain détail du rombeau lui-même confirmait encore dans une de ses Villain neveu et légataire de Percier13 Mais De de Dagobert Causeries du dimanche6 Et en croire était bret en avait tiré parti tout autant avant lui et il
bien son ami Prosper Mérimée que ancienne serait extrêmement injuste affirmer avec
abbatiale devait son salut tant pis pour Didron Adolphe Lance 16 que non content ignorer art
Montalembert et les autres du Moyen Age il ne aimait pas 17
Une vérité officielle donc une vérité établie Les travaux de Saint-Denis avaient été ordon
très tôt en tout cas dès 1848 sous la plume du nés par Napoléon qui voulait en cette ancienne
laborieux Guilhermy qui avait contracté une dette nécropole des trois races établir sa sépulture et
18 celle de ses descendants Empereur avait décidé
une activité liturgique permanente serait as
surée par office une institution originale un
chapitre episcopal18 Entre autres travaux Jac
ques-Guillaume Legrand entreprit de remonter le
sol de la nef au niveau du parvis ce qui le condui
sit reconstituer des bases postiches aux piliers 19
Provoqua-t-il affaiblissement de ces piliers en
procédant incrustement de ces nouvelles bases
est ce affirma plus tard Viollet-le-Duc Quant
son successeur Jacques Cellerier 1742-1814) il
commen la construction un choeur hiver pour
les chanoines au flanc sud de la nef implantation Illustration non autorisée à la diffusion
de ce petit édifice néo-classique cinq travées allant
de la fa ade occidentale au bras du transept contre
les ma onneries médiévales déstabilisa le système de
contrebuttement de la nef Debret entreprit re
médier partir de 1834
La Restauration confirma abbatiale dans sa
vocation de nécropole maintint le chapitre et
conformément une décision déjà prise sous Em
pire20 décida de reconduire Saint-Denis une
partie de la sculpture funéraire du musée des mo
numents fran ais La Monarchie de Juillet portée
dynamiser activité du Bâtiment ouvrit par la
loi du 27 juin 1833 un crédit de 17240 000 fr
pour achèvement des monuments de la capitale
Saint-Denis fit partie de la liste avec une dotation Charles Perder album Villain supporr de la châsse de la chapelle de la Vierge disposition du ch ur
de 350 000 fr et du déambulatoire méridional
En 1837 pendant que Debret emploie
divers travaux de confortation et de décoration
intérieure la foudre tombe sur la flèche septen
trionale les dégâts sont estimés 150000 fr.21
Le conseiller Etat Vatout président du conseil
des bâtiments civils propose en raison de ur
gence ouvrir au titre de exercice 1837 un cré
dit exceptionnel de 50 000 fr22 Les travaux
commencent23
Un crédit de 400 000 fr ouvert en 1838 per
met de continuer la restauration générale tours
terrasses et balustrades des parties supérieures de
la fa ade voûtes des trois premières travées de la
nef menuiseries et sculptures du nouveau buffet
Illustration non autorisée à la diffusion orgue est alors on découvre que le pignon
du bras nord menace ruine Vatout propose de
réserver une partie des crédits destinés la fa ade
la reprise de cette partie de édifice24 Les tra
vaux sont entrepris sans tarder
En février 184225 on fait le point sont no
tamment restaurées la fa ade principale compris
le perron et la plate-forme entre les deux tours
les tours nord et sud la terrasse sur le bas-côté
sud les rosés des bras nord et sud et les trois pre
mières voûtes de la nef dans la nef les chapelles
du sanctuaire et la chapelle Saint-Jean-Baptiste ont
été aménagées dans la crypte les peintures des
voûtes des douze travées26
Charles Percier album Villain chapelle Saint-Hippolyce er entrée du déambulatoire septentrional
La restauration de cet édifice
réunie propos de Saint-Denis étaient présents Aucun entre eux avait émis alors la majestueux les difficultés sans nombre Vitet Caristie Taylor Cavé Vatout Grille de moindre réserve par écrit en tout cas sur les tra il fallu vaincre les immenses Beuzelin et Mérimée secrétaire de la commis vaux de Debret travaux quelles ont nécessités suffisent sion28 Vitet et avaient déjà eu connaî Pourtant en 1833 déjà Edmond Blanc maî
pour assurer Debret une célébrité tre des travaux de Saint-Denis en tant que tre des requêtes au conseil Etat et secrétaire gé
membres de droit du conseil des bâtiments civils néral du ministère du commerce29 avait fait part bien mérité
Caristie vraisemblablement aussi er surtout Va Debret de son opposition personnelle son pro
tout président du même conseil qui présentait jet de décoration des chapelles pas assez étudié Quelque temps plus tôt le 14 juin 1841 la
chaque année la répartition des crédits au ministre selon lui et en désaccord avec le monument30 commission des monuments historiques était
19 toutes les sculptures et inscriptions modernes Le 19 octobre 1841 le ministre de intérieur
Taylor prend le relais en lan ant la question des transmet le contenu du rapport son collègue des
travaux publics il faut éviter écrit-il39 encourir vitraux la suite de rois qui est prévue dans la nef
les reproches des savants fran ais et de opinion devrait être mise au concours mais Varout rappelle
internationale or le parti adopté dans la restau que opinion générale des membres de la
Commission est favorable des grisailles avec bor ration est contraire aux justes exigences de la
dures colorées comme le XIIIe siècle en fournit science les pierres ont été grattées vif char
quelques exemples Vitet approuve Vatout au gées de décorations et inscriptions apocryphes40
tant que la crypte qui est en même temps un Il est urgent entourer architecte une commis
musée et une sépulture ne doit pas être trop sion pour éviter le retour de semblables fautes
sombre la grisaille sera préférable cet égard car il est dangereux de appuyer sur de seuls do
la couleur En fait tout le monde est pas ac cuments écrits Les textes sont une lettre morte
Illustration non autorisée à la diffusion cord car Taylor maintient sa position sur la né laquelle on ne peut pas se fier sans une grande
habitude de la critique archéologique est un ins cessité de vitraux en couleur dans la nef tandis
trument plus dangereux utile quand on ne que Carisrie juge ridicule de juxtaposer les figures
des souverains les plus récents dans leurs cos connaît pas le secret de en servir pour cela il
tumes modernes et des vitraux de style ancien faut une vie toute entière et des études toutes
spéciales Ainsi voit-on poindre ici pour la pre Là-dessus Debret est prié de quitter la séance
mière fois la proposition de remplacer Debret par er les langues se délient propos des peintures
un véritable spécialiste des chapelles opinion de Vatout est interdire
architecte engager avenir Puis il donne lec
ture une lettre de Lenormant excusant être Sinon la Commission ne donnera plus absent car son dissentiment avec architecte est
avis aussi francs) trop tranché pour pouvoir espérer heureux ré
sultats une délibération en sa présence est
Informé est-ce par le truchement de Vatour lui absent dont on saura plus tard il se livrait
lui-même qui serait le Janus de histoire ou par Charles Perder album Villain elevaci méridionale des activités de faussaire qui est le plus violent
celui des services que le rapport ne reflète pas du bras nord du transept Le premier monument historique de la France
avis unanime de la commission le ministre des été profané et dévasté par une prétendue res
travaux publics saisit Institut de France tauration Aussi demande-t-il que la Commis Il prescrivit arrêt des travaux et consulta De- sion qui trouble existence de pauvres Raoul-Rochette secrétaire perpétuel de acadé bret protesta immédiatement31 les travaux architectes de département pour une misérable mie des Beaux-Arts dont est membre Debret dé avaient bénéficié des autorisations requises les église de village ne reste pas inerte vis-à-vis un cide de la constitution une commission trois plans aménagement de la chapelle de la Vierge homme dont la position rend les actes dangereu architectes Lebas Ledere et Carisrie par ailleurs étaient entre les mains de administration de sement exemplaires elle interrompe les travaux membre de la commission des monuments histo même que les dessins des autels de Saint-Martin et mette architecte en tutelle Après quoi la riques auxquels sont adjoints Picot Couder et Pe- et de Saint-Jean-Baptiste32 Blanc saisit son collè Commission lève la séance après avoir décidé de titot ainsi que lui-même De son côté académie gue du conseil tat inspecteur général des mo rédiger une note détaillée des erreurs reconnues et des inscriptions et belles-lettres désigne Berger numents historiques Vitet Dans un rapport de de ne pas ébruiter affaire afin de ne pas faire de Xivrey Beugnot Guérard Hase Letronne Ra huit pages 33 Vitet loua la culture et les intentions refuser les fonds par les Chambres Dorénavant mée et. Vitet décidément omni-présent de Debrec lui reprocha sur divers points un man décide-t-elle plus rien ne sera effectué Saint- Cette commission mixte se réunit pour la pre que de sévérité et exactitude contesta le savoir- Denis sans son avis mière fois le 19 novembre suivant élit son prési faire de entreprise de peinture et surtout emploi
dent et son secrétaire en la personne de de la peinture huile et estima en définitive peu
Raoul-Rochette et de Berger de Xivrey prend urgent de poursuivre les travaux de décoration vu chacun ses uvres est toute justice
connaissance du rapport de la commission des mo importance des travaux de ma onnerie restant
numents historiques et suggère il soit transmis Après un nouvelle visite sur place effectuée par exécuter En marge du rapport Blanc annota Debret afin il puisse rédiger sa réponse41 Dès Vatout Mérimée et Lenormant un rapport détail Demander Biet son rapport et classer
le lendemain il est rendu compte de cette pre inspecteur général des bâtiments civils négli lé est rédigé attention du ministre de inté
rieur38 On déclare tout abord frappé de mière réunion académie des Beaux-Arts or gence ou tactique semble ne pas être conformé
voici que Caristie qui en avait parlé la veille hors habileté avec laquelle les travaux purement ma cette instruction34 affaire fut enterrée. jus
tériels ont été conduits notamment la consoli procès-verbal signale en sa qualité de membre de ce 14 juin 1841 35
dation de la flèche nord qui présentait beaucoup la commission des monuments historiques que le
de difficultés la suppression des toitures sur les rapport est que uvre de trois personnes et avoue que je ne suis jamais sorti de pas été soumis avis des autres 42 chapelles de abside et les voûtes des collatéraux
église Saint-Denis sans éprouver un au profit un dallage en pierre est un travail Le débat ne inscrit pas au reste dans la plus
profond sentiment de colère et de remarquable qui rendu édifice son véritable extrême transparence le ministre des travaux pu
dégoût- 36 aspect et permis de dégager et éclairer la galerie blics ne transmet pas Debret la totalité du rap
intérieure bouchée par un mur de plâtras port de la Commission il été élagué de tout
Ce jour-là Debret est introduit devant la Après les éloges les blâmes architecte vou ce qui pouvait être désobligeant égard de ar
tiste 43 Quant au ministre de intérieur il re commission des monuments historiques elle avait lu restituer une décoration dont il ne restait plus
effectué une visite sur place le 10 juin précédent de vestiges partir de textes plus ou moins va commande mais trop tard que les académies ne
Il présente les dessins qui lui ont servi de modèle gues et souvent obscurs et exemples tirés des sachent pas où provient le rapport sinon la
pour sa restauration est alors que le président monuments contemporains mais appartenant Commission ne donnera plus avis aussi
de la Commission qui est autre que Vatout autres pays il paraît être complu dans cette francs Et quand il transmet sa réponse au mi
émet sur les travaux des critiques on ne lui avait étude pleine attraits Telle était pas sa mis nistre des travaux publics Debret se plaint que le
jamais entendu faire semble-t-il aux Bâtiments sion il devait se borner reproduire sans altéra fameux rapport avec son contenu et ses me
civils Debret mélange le vrai et le faux système tions toutes les parties conservées de ancienne naces déjà été publié dans plusieurs journaux
de restauration déplorable qui trompera les sa décoration et ne pas se lancer dans le champ des par des membres de la Commission lui-même
vants venir il aurait fallu apposer une date sur ajoute-t-il pris soin de ne pas faire de scandale conjectures
20 Elle juge aussi correctes les inscriptions des
noms des rois applaudit ornementation des
détails de sculpture non figurées répartis avec
goût. et exécutés très finement sur les divers en
droits de la fa ade Elles rendent au monument
une partie de sa richesse Au reste dans une telle
restauration on est souvent forcé de recourir aux
équivalents car en architecture pas plus ail
leurs le passé ne peur être entièrement ressuscité
Les portes du transept imitent une porre du
XIVe donr architecte trouvé encore des par
ties vers le même lieu Cependant ajoute la
commission mixte la disposition de linteaux Illustration non autorisée à la diffusion
droits et lisses encadrements caissons sculptés
paraît laisser quelque chose désirer pour har
monie du style
intérieur de édifice on ne trouve rien
redire des autels pas plus que des retables qui les
surmontent Cependant le travail des restaurateurs
semble assez imparfait pour motiver le désir de
voir dorénavant de meilleurs artistes chargés de
cette partie si importante dans une église du
Moyen Age53
Reste la question de la peinture nul doute que
non seulement presque toutes les sculptures en
pierre mais une partie même des membres de ar
chitecture devait se revêtir de brillantes couleurs Perder album Villain elevaci vers ouest vue du déambulatoire septentrional Charles instar des monuments de Orient Debret
avait restitué le décor des voûtes et colonnes du malgré les injures personnelles et les inconve contre la Pucelle Il porte du feuillet 29 au feuil déambulatoire aide des éléments subsistants sur nances on lui prodiguées45 let 37 une mise au point des inscriptions de la place et observations faites à. Ravenne La fa ade et des portails des tombes de la chapelle Le février suivant la commission mixte commission mixte juge effet gracieux et splen Saint-Jean 12 du monument Saint-Denis des au prend connaissance du long rapport de Debret46 dide et en harmonie avec éclat des riches ver tels Saint-Eugène Saint-Grégoire Sainte-Gene et le 12 février dresse une série de quatorze ques rières tout en formulant des réserves propos viève de la Vierge Saint-Benoit Saint-Vincent er tions sur les points principaux évoqués par le rap de la chapelle de la Vierge dont certains détails Saint-Valére et Saint-Lazare port et la réponse de Debret qui assiste ailleurs rappellent Antiquité et du monument de
est donc un rapport fort savant qui est pré la séance avec tous les plans et dessins relatifs saint Denis dont la richesse de la décoration de
la restauration de Saint-Denis La séance sui senté aux deux académies car art tient essen
vante lieu même le mars47 tiellement histoire et art et érudition se
tout le monde est présent exception de Picot prêtent un mutuel concours Les neuf premiers
qui est fait représenter par Blondel la visite dure feuillets sont consacrés histoire de la construc
de midi Enfin les 18 et 24 mars la tion des agrandissements et des modifications de
abbatiale depuis Suger la Révolution les commission mixte met aux voix les avis sur chacun
des points litigieux et charge Berger de Xivrey de feuillets 13 relatent les travaux entrepris de
rédiger le rapport final puis Empire La suite au feuillet 28 est
consacrée examen des points litigieux
48 La commission mixte estime infondées les cri Les loups ne se mangent pas
tiques encontre des inscriptions portées sur la
Le Rapport académie des inscriptions et belles- fa ade celle de Suger et la commémoration de la lettres et celle des Beaux-Arts sur le caractère des restauration de église depuis Napoléon travaux de restauration exécutés Eglise St Deny Louis-Philippe Pas davantage accepte-t-elle les par Debret architecte membre de Institut est Illustration non autorisée à la diffusion critiques encontre du tympan de la porte nord lu et approuvé académie des Beaux-Arts le En revanche les figures ajoutées aux portails la
avril 1842 et des belles-lettres le téraux beaucoup trop épaisses sont retoucher avril suivant Il été signé de tous les membres entièrement er ramener aux proportions des an
de la commission mixte exception de Ludovic ciennes Le tombeau de Dagobert ne doit pas
Vitet être restauré mais remplacé par une copie Le
Il couvre trente-sept grands feuillets portant en monument en est digne par la célébrité ancien
notes de nombreuses références au De administra- neté élégance fine et originale de exécution
tione sua de Suger aux Gesta Sancii Ludovici de La statue acéphale sur le meneau de la porte
Guillaume de Nangis Histoire de abbaye de des Valois doit au contraire être restaurée Les qua
tre statues modernes de Saints Pierre Paul Ma Saint-Denys de dom Félicien Histoire de ab
thias et Barnabe de la fa ade ne sont pas assez baye de Saint-Denys en France de dom Doublet
la Notice sur abbaye royale de Saint-Denys de Ro imposantes Quant aux colonnes des portails la
quefort et au journal de organiste Gautier50 aux commission mixte regrette que les circonstances
procès-verbaux de ouverture des tombes royales politiques aient empêché le rétablissement des sta
Charles Percier album Villain portail du bras par dom Druon et dom Poirier dont Debret avait tues royales mais espère que la sécurité publique
nord du transept communiqué original et aux Actes accusation permettra un jour de le faire
21 disgracieux61 Il présente en séance publique des
cinq académies une notice sur les modifications
et restaurations faites église royale que la Revue
générale architecture et des travaux publics publie
immédiatement62 César Daly pose cette occa
sion la question Debret dans sa restaura
tion a-t-il ménagé suffisamment les parties
anciennes de édifice a-t-il dénaturé aucune
des formes primitives il eût été possible de
conserver intactes et répond pas puisque le
rapport de la commission mixte pas été rendu
public
Cependant la commission des monuments his Illustration non autorisée à la diffusion toriques ne désarme pas et évoque la question au
cours de la séance du juin 1842 Vatout cu
rieusement est absent aussi est-ce Vitet qui la
préside Leprévost est mécontent le rapport des
académies constitue pour la commission de mo
numents historiques un blâme contre lequel il
est essentiel de protester Vitet qui refusé de
signer le rapport rédigé par Berger de Xivrey
estime que ce dernier pas rendu suffisamment
improbation de la commission mixte la
plupart des travaux exécutés et comme Caristie
est pas présent la séance volontairement ou
par nécessité nul ne le contredit Lenormant se
montre fort inquiet de ce que la note de Debret
ait été lue en séance publique est Berger Charles Percier album Villain élévation latérale nord de Xivrey qui lue. de sorte elle dû passer
dans le public pour le rapport de la sous-commis
la partie supérieure contraste de manière trop des lettres mais authenticité des inscriptions sion On décide finalement de rédiger une note
heurtée avec eaustère simplicité du bas ailleurs ajoutait la commission mixte Saint- sur la marche de affaire et le relevé des travaux Denis était pas un musée destiné des monu Un développement particulier est consacré la exécutés postérieurement aux deux rapports et ments études un genre quelconque où la coloration de la sculpture figurée Le XII s. dé contrairement leur esprit qui sera publiée en curiosité ait les premiers droits être satisfaite clare la commission mixte cherchait une imitation appendice au rapport général que la Commission est un temple rendu au culte art doit partout excessive de la nature dans les carnations les che doit bientôt faire paraître Mérimée est chargé de chercher provoquer entretenir les idées rédiger cette note63 veux et les barbes Ces enluminures emparent religieuses 57 tout abord de la vue interposent si on peut
Le rapport achevait sur examen de quelques dire entre observateur et le monument en dé affaire de la Vierge moustaches6 points de dérail et celui des vitraux les vitraux robent le caractère et unité Debret été trop
composés par Debret la grande rosé et les fenêtres fidèle ce procédé que nous jugeons barbare 54 année suivante une sourde polémique ex latérales du bras nord les vitraux des croisades Il faudrait substituer ces tons animés des car prime dans les journaux dont Didron est le prin étaient jugés des morceaux excellents éclat et nations un ton uni et mat tout de convention cipal acteur Ainsi le 20 octobre 1843 Univers harmonie qui pouvaient rivaliser avec les an qui offrirait pas la prétention imiter les publie une note fielleuse sur un détail iconogra nuances de la nature 55 La commission mixte ciens vitraux de église est le meilleur et le phique dans de récents travaux de sculpture on plus juste éloge on puisse en faire estime conforme ses vues la coloration de cer mis un nimbe ce vieil hérétique Origène taines figures que Debrer fait graver en creux Ainsi Institut accorde-t-il Debret un brevet Trois autres articles paraissent dans les mêmes co notamment les douze pères de Eglise du soubas excellence58 lonnes les 18 novembre 27 et 30 décembre sement de autel Saint-Grégoire pour le dessin administration des travaux publics tire la mo 1843 on reconnaît toujours la plume de Di duquel elle aurait cependant désiré moins de rale de histoire en déclarant que les défauts de dron65 En 1844 les amateurs de potins archéo
science visible et plus de simplicité de moyens la restauration doivent être attribuée bien plus logiques disposent désormais une nouvelle revue et les figures de Charles Charles VI Isabeau de aux moyens exécution mis la disposition de les Annales archéologiques dont Didron précisé Bavière et Charles VII dans la chapelle Saint-Jean architecte des conceptions vicieuses et dé ment est le rédacteur en chef ils ouvrent le t.I Elle ne souhaite cependant pas que on repeigne cide employer pour certaines sculptures des ar la rubrique des scandales de vandalisme ils ne un bas-relief jugé de belle qualité la statue de tistes recommandables par leurs talents 59 le trouveront rien concernant Saint-Denis66 pas da saint Louis er celle de Marguerite de Provence ministre réhabilite architecte calomnié60 Quant vantage dans article du baron de Guilhermy in sa femme 56 au prudent et duplice Vatout il recommande après titulé Statistique monumentale du département de
avoir pris connaissance du consciencieux rap la Seine67 On peut en revanche lire dans le Restait la question des inscriptions Un mem
port de Institut de ne pas lui donner une publi même numéro et toujours sous la signature du bre isolé de la commission mixte sans doute Vitet
cité qui pourrait réveiller la polémique et de Guilhermy la première livraison un article estimait on ne devait pas reproduire les inscrip
garder cet excellent document dans les archives sur Saint-Denis restauration de église royale66 tions manquantes mais donner une explication en
de administration en invoquant son éternel ar Les premières lignes en donnent le ton il quelques mots fran ais destinés rappeler nette
gument ne pas attirer attention des Chambres ment les frais qui se rapportent essentiellement sera question de la restauration infligée Saint-
qui tireraient parti de affaire pour diminuer les chaque monument plutôt en célébrer reli Denis Guilhermy conclut des événements de
crédits 1842 attaque est retournée contre la commis gieusement objet et le caractère II voit dans
Debret pour sa part plastronne il promet de sion des monuments historiques qui avait manqué le procédé il admet pas une sorte de men
de rigueur et de sérieux dans affaire69 La nou songe de art faisant considérer comme gravée an laisser intactes les statues de saint Louis et Mar
ciennement une gravure récente Mais pour la guerite de les remplacer sur place par des mou velle école archéologique doit tirer les le ons de
majorité ce qui comptait était non pas la gravure lages et de rectifier le bas-relief du portail sud jugé la défaite et repartir au combat Car en deux ans le contexte bien changé cette nouvelle école anciennes ou leur copie fort mal nourrie Et voici
triomphe sur les chantiers de restauration Notre- encore un nouveau chef accusation intérieur
Dame notamment sur les chantiers de construction les travaux de Legrand ont rehaussé le niveau du
Saint-Nicolas de Nantes et dans toute la France sol de deux mètres les bases des colonnes ont été
elle dispose appuis politiques la chambre des refaites six pieds au-dessus des anciennes et ar
pairs Victor Hugo et Montalembert elle vient enfin chitecture des portes mutilées
de se doter un organe de presse Et puis un cri alarme est lancé Debret va
Aussi Guilhermy reprend-il le procès comme construire un comble en cuivre un comble en
fonte 71 comme Notre-Dame de Chartres plu si affaire avait pas déjà été jugée car il
point de prescription contre le sens commun tôt une toiture en plomb Or chacun sait que
ailleurs dit-il elle été clandestinement les progrès de la science moderne ne surpasse
ce qui est une contre-vérité flagrante70 ront jamais la qualité de la technique médiévale
Et le spirituel baron de esclaffer sur le réputé extérieur de édifice et surtout la fa ade défaut étanchéité de la toiture de Chartres72 Illustration non autorisée à la diffusion tout est faux tranche notre érudit qui entre autres
année suivante est au tour de Didron de exemples iconographiques bis repetita placent cite
le cas anatomique de la Vierge moustaches relevé dénoncer les travaux de la basilique On grat
tée raclée écorchée vitrée une manière horrible par Didron Les arguments employés est clair
sont infiniment mieux développés que dans le meublée une fa on ridicule encombrée de soi-
mémoire critique de la commission des monu disants chefs uvre de plâtre et de carton-pierre
ments historiques Didron et Guilhermy sont des On vient de la gratifier une porte en fonte
bas-reliefs encadrés dans des médaillons 73 Le maîtres en iconographie et signalent impitoyable
ment une série erreurs comme ils font observer même reconnaît pourtant peu de temps après que
il était aberrant que Debret allât tirer son ins Debret bien voulu dans quelques cas avoir
piration de Notre-Dame de Poitiers pour restaurer égard ses charitables observations
le fleuron du domaine royal Les deux affaires de la porte de bronze et du
Mais Guilhermy en ajoute de nouveaux les comble en cuivre étaient tenues particulièrement
travaux de ma onnerie qui avaient été très favo ur par Debret La première permettrait de
rablement appréciés sont désormais condamnés marcher la fois sur les traces de Suger qui en 11 Fran ois Debret coupe de édifice 1833 ibid au parement du flanc nord la sécheresse et la avait disposé une au portail central de ancienne
raideur ont remplacé la grâce et le naturel Les basilique et des artistes du Quattrocento et de ri
terrasses du bas-côté qui avaient également rem valiser avec certains chantiers du moment comme
cette réalisation Tout au plus sait-on elle fut porté adhésion sont maintenant réputées répu celui de la Madeleine Curieusement les volumi
occasion une brouille entre architecte et Ber gner architecture gothique du nord Les rosés neux dossiers des travaux de Saint-Denis ne
comportent rien qui éclairent les conditions de ger de Xivrey se rendant Saint-Denis un jour du transept ne sont que le squelette décharné des
de septembre 184574 érudit découvre avec colère
que les inscriptions nouvellement placées sur les
portes reproduisent fautivement le texte de Suger
et que les vanteaux ne sont pas dorés75
Quant affaire du comble en fer couvert en
cuivre il pas lieu de la rapporter ici Rap
pelons seulement que le 19 septembre 1845 la to
talité des fermes de la grande nef était en place 76
déclenchant la fureur de la nouvelle école archéo
logique qui était hostile emploi de toute tech
nique moderne dans les monuments anciens
Quant on laisse un vieil édifice en
repos il achève tranquillement son
existences77
Illustration non autorisée à la diffusion
Or le 19 août précédent un terrible ouragan
et une trombe la trombe de Monville avaient ra
vagé la région parisienne La flèche nord de Saint-
Denis qui avait subi la foudre trois fois depuis
1813 avait dû être reconstruite en 1837 partir
de la deuxième assise mais en 1842 et 1843 de
violents ouragans avaient provoqué des lézardes
dans les ma onneries Le janvier 1846 Debret
fait placer les premiers étais Vatout se rend im
médiatement sur place et prescrit la reconforta-
tion provisoire de la tour puis son rétablissement
définitif78 les membres du conseil des bâtiments
civils qui accompagnent observent aucune al
tération apparente mais un fléchissement consi
ir i. ffii dérable dans les murs de la tour Un mois plus
tard le février 1846 inspecteur général Biet 10 Fran ois Debret elevaci latérale nord 1833 arch de la direction du patrimoine retourne sur les lieux et note les rapides progrès
23 querelle Ainsi Prosper Mérimée publia un article
anonyme dans le Constitutionnel du 10 février
184687 accusant avoir fait preuve impru
dence pour avoir rebâti une flèche sur une base
qui était insuffisante il six siècles avoir
probablement diminué le pouvoir de résistance
de cette base déjà ébranlée par ses travaux de dé
coration et enfin argument constamment employé
nos jours avoir eu le tort employer la
pierre de Saint-Nom beaucoup plus lourde que
le vergelé origine Debret fait donc montre
inexpérience et jamais incident de la flèche
ne se serait produit sous la conduite un archi
tecte spécialisé Mérimée ne citait pas de noms
Illustration non autorisée à la diffusion La technicité du propos comme de celui
Illustration non autorisée à la diffusion vait tenu Guilhermy dans les Annales archéologi
ques en 1844 et il développe précisément
cette année 1846 nouveau dans la revue de Di-
dron88 laisse rêveur on était pas habitué
de la part de Mérimée qui était tout au plus
un brillant amateur On est pas loin ima
giner que inspecteur général des monuments his
toriques se fait écho de la position un architecte
expérimenté celui-ci Et pourquoi pas Viollet-le-
Duc lui-même qui commencerait intervenir
dans affaire
Parallèlement Didron se dépensait sans
compter dans les Annales archéologiques le IV
de 1846 ne comportait pas moins de quatre réfé
rences Saint-Denis89 le t.V comprenait la se
conde livraison de la diatribe90 que Guilhermy 12 Fran ois Debret erat de la flèche septentrionale 13 Fran ois Debret projet de restauration avait partiellement publiée en 1844 un extrait des en 1837 ibid de la fa ade occidentale 1837 ibid débats la chambre des députés sur le vote des
45 000 fr de crédits nécessaires opération91 du mal Il constate 79 que Debret est trop soucieux sud-est nord-ouest que des effets écartement se ainsi un article de Didron lui-même92 La de soutenir sa flèche pour reprendre en sous- uvre sont produits côtés sud et surtout nord et ouest nouvelle école archéologique avait bien orches le clocher et il perd du temps 80 Il signale que la partie supérieure de la tour doit donc être dé tré sa campagne Le rédacteur en chef rendait ce que préconise Debret est trop hasardeux car molie la plate-forme de la terrasse on ver hommage la chambre des députés qui alertée le noyau de ma onnerie est usé la flèche pèse ra plus tard si la partie inférieure peut être par Deslongrais Ferdinand de Lasteyrie et Deles dit-il 4000 tonnes81 et culmine 66 Très conservée sen93 au moment du vote un budget complé alarmiste il préconise de la déposer de remplir mentaire pour la flèche aurait condamné immédiatement les bases de la tour de ma onnerie Debret9 mais avec des circonstances atté Saint-Denis restera comme un exemple envelopper les piliers du milieu de chaque face nuantes 95 Et surtout il développait les argu pour leur restituer momentanément une consi de ce que peut ignorance et le ments techniques esquissés par Mérimée Debret stance ils ont plus et de chaîner la tour en vandalisme avait affaibli la fa ade en tondant sur toute la bois et en fer surtout en partie haute Il signale hauteur les parements une épaisseur de enfin que le mouvement du clocher accentue Là dessus Debret démissionne Il songeait cm. alors que épaisseur de ces parements ne que le phénomène est pas dû un tassement depuis la fin de année 1845 et en était confié dépassait pas 25 30 cm il avait en outre en dans les fonctions82 mais la vétusté des maté au conseiller tat Vatout au cours une visite taillé la fa ade sous les tours sur une hauteur de riaux Le conseil des bâtiments civils retourne sur effectuée ensemble Saint-Denis Vatout avait été trois ou quatre pour incruster les rois surmon place et fait ordonner la dépose de la flèche extrêmement satisfait des travaux exécutés par tés un plein-cintre placé des gargouilles pos Debret exécute fait placer une armature en architecte notamment de la peinture de la tiches et des tuyaux de fonte pour écoulement fer pour ceinturer le tour annonce édification voûte de la chapelle hiver et désira vivement que des eaux pluviales Rien étonnant donc que les
un échafaudage intérieur de la flèche et an toute la voûte de abbatiale fût également peinte ma onneries fussent déstabilisées Pis encore plus
nonce un coût prévisionnel de opération de en bleu et or Mais Debret avait été très affecté rien authentique ne subsistait dans le monu
45 000 fr La demande en est faite aux Chambres des critiques formulées encontre du vitrail du ment Pas un parement dans toute la surface. La dépose commence le mars Debret en rend bras sud représentant la visite de Louis-Philippe qui nait été raclé modifié arrangé
sur le chantier il avait fait réaliser après un compte presque tous les jours par écrit Le mal était fait il fallait ne plus toucher carton de son frère Jean-Baptiste 86 Debret Faut-il reconstruire la flèche Telle est la ques rien Se contenter de déraser la tour nord protéger reconnu lui-même il serait bien de le rem tion que se pose Biet83 Je ai cet égard au la nef avec une couverture semblable ancienne placer Et Vatout ajoutait laconiquement Je cune opinion précise émettre si ce est que et laisser tout le travail de décoration dans état partage cette opinion comme artiste désireux de voir nos monuments se Dans cent ans ici tout cela sera fort curieux
perpétrer dans leur intégralité je fais pour le Que est-il passé exactement Le dossier ad et dès hui est fort instructif Au reste
rétablissement de la flèche Mais ajoute-t-il ministratif est muet sur le sujet Certes Debret ajoutait-il aucun architecte était heure pré
état des ma onneries médiévales est tel il faut commen ait être âgé et sans doute fatigué il sente capable de remplacer ce qui avait été fait
dès présent démolir la tour nord dans intérêt avait soixante-neuf ans et décéda quatre ans plus personne était capable de distinguer ancien du du portail de Saint-Denis est ce que préconise tard Il avait de plus vraisemblablement mal sup moderne ailleurs parmi ceux qui étaient en le conseil des bâtiments civils 84 la tour éprouvé porté les critiques incessantes Car elles ne ces mesure de replâtrer le plâtrage de Debret
un tel déversement dans le sens de la diagonale saient pas et incident de la flèche rallumait la ils aient rôdé autour de Notre-Dame ou de
24 incalculables Aussi démissionne-t-il im-
médiatement101 comme il démissionnera peu de
temps après du chantier de la Sainte-Chapelle
Il en explique longuement Les édifices de
âge et de la nature de celui dont il agit solides
et durables encore tant que la face de cohésion
de toutes leurs parties est pas gravement altérée
tant que leur habitude être si je puis exprimer
ainsi est pas rompue violemment ne peuvent
mon avis se prêter sans la crainte de graves dé
sordres ces remèdes énergiques qui en attaquent
essence Semblables en cela la vieillesse du corps
humain ce est aide de palliatifs prudents
on peut en prolonger la durée Toute action Illustration non autorisée à la diffusion violente leur est fatale et telle est la connexion
de toutes leurs parties que édifice entier ne tarde
pas recevoir le contre-coup une action trop
violente introduite dans telle ou telle partie de
difice était ce qui était produit Saint-Ger
main des Prés et risquait arriver Rouen cause
de la flèche en fonte 102
Selon lui la tour ne pouvait plus porter la
flèche il fallait abord consolider les parties in
férieures et pour cela disposer de puissants chaî
nages extérieurs qui eussent embrassé une partie
de la fa ade Puis si on tenait vraiment re
construire la flèche il fallait reconstruire entière
ment cette tour ainsi que la portion de fa ade
correspondante Une telle opération pourrait en
traîner beaucoup de désordre provoquer des tas
sements du côté sud et ne déboucherait pas sur 14 Geffrier entrepreneur attachements des travaux de ma onnerie aux travées nord et sud de la fa ade une solution digne et monumentale 1840 ibid
Duban avait-il lu article de Didron
la Sainte-Chapelle il ne en trouverait aucun qui
consentît le faire il compromettrait son nom
La Revue générale architecture et des travaux
publics en revanche sous la plume Henri Jan-
niard ne reprenait pas son compte les affirma
tions de Mérimée et de Didron96 Pour le futur
architecte diocésain la cause résidait dans la dis
position vicieuse de la tour nord et ses nombreux
porte-à-faux97
était un plaidoyer pour Debret un plaidoyer
infiniment plus technique que les articles de
Didron et Mérimée98
Illustration non autorisée à la diffusion
Celui qui oserait entreprendre une
pareille tâche. ne ferait preuve que
une outrecuidance excessive ou un
dévouement sans résultat-
Pourtant Didron se trompait Debret après
sa nomination comme membre du conseil des bâ
timents civils avait recommandé Duban son
beau-frère et élève100 persuadé disait-il que
sa belle restauration de la Sainte-Chapelle vous est
un sûr garant de sa capacité Duban est nommé
par arrêté du 15 juillet 1846 et chargé de trois
missions entretien de édifice achèvement du
15 Cabiller profil du contrefort de la tour nord de la ra ade 1847 ibid comble en fer et de la couverture en cuivre étude
de la question de la tour est après bien des hé
sitations il accepté cette responsabilité il
effectué une vérification approfondie de la situa
tion et la réussite lui apparaît comme sinon im
possible au moins comme hérissée de difficultés
25