//img.uscri.be/pth/267fc5279769d3428b4d02492d96b125517378f4
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication
Lire

VOLONTARISME

De
2 pages

Universalis_Article publié par Encyclopaedia Universalis VVOOLLOONNTTAARRIISSMMEE Doctrine qui affirme le primat de la volonté sur l'intelligence.

Publié par :
Ajouté le : 27 mars 2014
Lecture(s) : 33
Signaler un abus
VOLONTARISME

Doctrine qui affirme le primat de la volonté sur l'intelligence. Elle inspire des théologies (Duns Scot), des philosophies (Schopenhauer, Nietzsche, et aussi Descartes), des psychologies (Wundt, Burloud), des sociologies (Weber, Tönnies, jusqu'à un certain point Talcott Parsons et Alain Touraine).

En fait, le volontarisme n'est radical que là où la volonté est conçue comme créatrice, non seulement des valeurs, mais aussi des idées (du vrai autant que du bien). Duns Scot et, à sa suite, Descartes ont professé la création des vérités éternelles par Dieu, par une libre décision de Dieu (ces vérités n'étaient pas contenues depuis toujours dans son essence : elles ont été décrétées, posées par un acte de sa volonté). Curieusement, mais sciemment, délibérément, Sartre a changé le dieu cartésien en créateur humain : qu'il s'agisse des valeurs ou des catégories, tout dérive de l'initiative du pour-soi, c'est-à-dire de l'homme. En résulte-t-il, comme on l'a reproché à Sartre et aussi à Nietzsche, une dépréciation de la logique et de la science ? Probablement pas. Sartre n'enseigne point que l'existence se pose sans lois : il enseigne, selon une formule de Simone de Beauvoir, que l'existence se pose elle-même en posant ses lois.

On aurait donc tort de penser que le volontarisme, ou la créativité des valeurs, est nécessairement synonyme d'arbitraire, d'anomie. La tendance est néanmoins très forte d'assimiler volontarisme et irrationalisme. Le grief est fondé dans le cas où l'on privilégie, sous le nom de volonté, l'affectif, le sentimental, les impulsions de la sensibilité. Mais beaucoup d'auteurs admettent que la volonté est capable d'orientation, capable de jugement. De leur point de vue, le volontarisme n'exclut nullement la réflexion ; il refuse seulement que la représentation ait le pas sur l'activité de l'esprit ; c'est celle-ci qui est souveraine, la représentation n'est que médiatrice.

Auteur: HENRY DUMERY