3/00 - GENDER EQUALITY - THE MAGAZINE N. 10

-

Documents
24 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Magazine «Égalité entre femmes et hommes» Magazine du programme d'action communautaire à moyen terme pour l'égalité des chances entre les femmes et les hommes (1996­2000) N° 10— 2001 φ N¿** 03 σι IH* sLjj — —*— Emploi & affaires sociales * * * • • •*• • ** * Comm lission européenne Sommaire Magazine «Égalité entre femmes et hommes», n° 10 INTERVIEW 3-4 Marie C.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 79
Langue Français
Signaler un problème

Magazine
«Égalité entre femmes et hommes»
Magazine du programme d'action communautaire à moyen terme pour l'égalité des chances entre les femmes et les hommes (1996­2000)
N° 10— 2001
φ N¿**
03
σι IH*
sLjj
— —*— Emploi & affaires sociales
* * *
• •
•*
• •
** *
Comm lission européenne Sommaire
Magazine «Égalité entre femmes et hommes», n° 10
INTERVIEW 3-4
Marie C. Donnelly, nouveau chef de l'unité
«Égalité entre les femmes et les hommes» de la Commission européenne
Adoption du programme d'action communautaire en matière d'égalité
entre les femmes et les hommes 5-7
Extraits de la décision du Conseil relative au programme d'action communautaire
en matière d'égalité entre les femmes et les hommes
INTERVIEWS 8-12
»Margareta Wlnberg, ministre suédoise chargée de l'égalité entre les femmes
et les hommes: le quatrième «E» — égalité — de la Suède
»Une nouvelle étape dans les efforts communautaires de lutte contre la pauvreté
et l'exclusion sociale
»La lutte contre la traite et l'abus sexuel
»L'éducation en matière d'égalité entre les femmes et les hommes
ACTUALITÉS CONCERNANT L'ÉGALITÉ ENTRE LIS FEMMES IT LES HOMMES 13-14
»Directive sur l'égalité de traitement: des changements trop timides
»La présidence française met l'accent sur l'égalité
»Appel pour l'interdiction des mutilations génitales des femmes
»Accord sur la charte des droits fondamentaux d politique sur deux mesures communautaires antidiscrimination
Sommet
Un nouvel élan pour l'Europe économique et sociale
DOSSIER 16-18
Des emplois plus nombreux pour les femmes
ACTUALITÉS CONCERNANT LE PROGRAMME 19-20
»Les femmes parlementaires discutent de l'égalité
»Réflexion sur l'action en matière d'égalité entre les femmes et les hommes
»La participation des femmes au pouvoir
»Des avancées en matière d'égalité
»Suivi législatif
INTERVIEWS CONCERNANT LES PROJETS 21-23
Changer les attitudes: un pari en passe d'être gagné
Magazine du programme d'action communautaire à moyen terme pour l'égalité des
chances entre les femmes et les hommes (1996-2000)
Éditeur responsable
Marie C. Donnelly
Chef de l'unité «Égalité entre les femmes et les hommes»
DC EMPL/C.1, rue de la Loi 200, B-1049 Bruxelles
Fax (32-2) 296 35 62
E-mail: eqop@cec.eu.int
Internet: http://europa.eu.int/comm/employment_social/equ_opp/index_fr.html
Édition
CREWSCRL
Cette publication est éditée en trois langues: allemand, anglais et français.
Les opinions exprimées dans cette publication ne reflètent pas nécessairement celles
dela Commission.
Manuscrit terminé en février 2001
De nombreuses autres informations sur l'Union européenne sont disponibles sur
Internet via le serveur Europa (http://europa.eu.int).
Luxembourg: Office des publications officielles des Communautés européennes, 2001
© Communautés européennes, 2001
Reproduction autorisée, moyennant mention de la source
Photo de couverture: James Hardy
Printed in Belgium
Magazine «Égalité entre femmes et hommes» n° 10 Instaurer l'égalité dans le monde du travail
Marie C. Donnelly, nouveau chef de l'unité «Égalité entre les femmes
et les hommes» de la Commission européenne, évoque son parcours
professionnel et la manière dont elle perçoit ses nouvelles f onctions.
arie C. Donnelly a intégré la Commission européenne Les attitudes ont changé, mais la prise de conscience de
Maprès avoir travaillé environ quatorze ans dans le l'inégalité entre les femmes et les hommes reste insuffisante.
secteur pharmaceutique, parcours peu commun pour une Souvent, il s'agit de «démontrer l'existence du déséquilibre»,
personne en charge de l'unité «Égalité entre les femmes et déclare M™ Donnelly, et cela suffit pour que les politiques
les hommes» de la Commission. Cependant, elle considère évoluent et prennent en compte l'égalité entre les femmes
que toutes ces années passées dans l'industrie lui ont permis et les hommes. «Les chiffres peuvent aider à mettre en évidence
d'acquérir une expérience très utile pour traiter les questions les inégalités et à sensibiliser les responsables.»
concernant le monde du travail. Cela ne signifie pas que les attitudes foncièrement «vieux
La politique de l'emploi et sociale ne constitue pas un jeu», qui sous­tendent la discrimination, soient révolues. Elle
domaine nouveau pour elle. Avant d'être nommée à la rajoute qu'on peut trouver des exemples de telles attitudes
au sein même de la Commission et ailleurs. tête de cette unité, elle était responsable de l'unité chargée
de l'adaptation à l'évolution du travail et des implications La nomination de M™ Donnelly coïncide avec l'adoption
sociales de la société de l'information, au sein de la direc­ du programme d'action communautaire en matière d'égalité
tion «Emploi». entre les femmes et les hommes (2001­2005) (vo¡r Ρ· 5 à 7)
et de la nouvelle stratégie­cadre communautaire en ma­Elle a accepté de diriger l'unité «Égalité entre les femmes
et les hommes» en raison des défis que présentait cette tière d'égalité entre les femmes et les hommes (2001­2005).
Une partie essentielle de ce programme et de cette stratégie charge. L'unité supervise la législation en matière d'égalité,
collabore étroitement avec le Parlement européen, est en implique une collaboration avec d'autres services de la
Commission en vue d'intégrer la dimension du genre dans rapport avec un grand nombre d'organisations impliquées
tous les domaines d'action. dans le domaine de l'égalité des chances et, enfin, travaille
avec différents autres services de la Commission pour intégrer La tâche est immense. Cependant, M"" Donnelly est opti­
la dimension du genre dans tous les domaines d'action. miste quant à la possibilité de relever le défi: «Le défi est
Elle pense que l'instauration de l'égalité entre les pour nous d'aider avec succès à l'intégration de la dimen­
femmes et les hommes est inhérente à la bonne gestion de sion du genre d'une façon qui améliore les politiques des
l'entreprise. Pour encourager les entreprises à s'intéresser
davantage à la question de l'égalité entre les femmes et les
hommes, M™ Donnelly souhaite lancer un prix pour l'égalité
des chances dans l'entreprise. Une telle initiative doit être
pilotée par les entreprises elles­mêmes pour une «plus «Le défi est pour nous d'aider
grande crédibilité». Elle précise qu'il revient au monde de
l'entreprise, et non à la Commission, de choisir le lauréat. avec succès à l'intégration de la
Mm' Donnelly estime que la Communauté dispose désor­
mais de «bases solides» pour promouvoir l'égalité entre les dimension du genre d'une façon
femmes et les hommes.Toutefois, elle avoue que ce proces­
sus a peut­être été un peu trop graduel, et elle cite qui améliore les politiques des
l'exemple de l'écart salarial entre les femmes et les
hommes, qui se maintient à environ 20 % depuis qu'on autres services de la Commission.
dispose de statistiques sur ce paramètre: «soit nous accep­
tons cette inégalité, soit nous tentons d'y remédier». Elle Nous devons éviter de présenter
pense qu'il convient de fixer des objectifs, assortis d'un
calendrier: «il se pourrait que nous n'atteignions pas les la chose comme une charge
objectifs au terme de la période fixée, mais cela vaut mieux
que d'attendre passivement une évolution graduelle de la supplémentaire.»
situation».
Magazine »Égalité entre femmes et hommes» n° 10 autres services de la Commission. Nous devons éviter de Pour M™ Donnelly, la collaboration étroite avec le
présenter la chose comme une charge supplémentaire.» Parlement européen est un autre volet essentiel. Le
À ce jour, l'unité a dépensé beaucoup d'énergie pour t indique les normes à atteindre. Il peut égale­
comprendre à fond les différents domaines d'action, exami­ ment promouvoir la place des femmes dans la vie politique.
Mme Donnelly souhaite voir une amélioration de la situation ner les possibilités d'une meilleure intégration de la dimen­
sion du genre et, ensuite, essayer d'amener les services et pense que le Parlement a un rôle clé à jouer pour cela,
parce qu'il a les réseaux nécessaires dans les États membres concernés à appliquer les suggestions formulées. «Nous
n'avons pas à comprendre chaque domaine d'action, car nous et la capacité d'inspiration.
ne disposons pas des ressources nécessaires pour cela. Le processus de réformes à la Commission a permis
Notre rôle est d'apporter un appui à des responsables d'améliorer les contrôles financiers. De l'avis de
connaissant leur domaine d'action, afin qu'ils puissent M™ Donnelly, il s'agit là d'un progrès important, du fait
introduire eux­mêmes des mesures d'intégration de la duquel les conditions requises sont désormais plus strictes
dimension du genre.» en matière de gestion et de rigueur financière pour les
organisations non gouvernementales sollicitant un Cet appui peut revêtir la forme d'une meilleure informa­
cofinancement au titre du programme d'action commu­tion sur l'intégration de la dimension du genre et ses impli­
nautaire en matière d'égalité entre les femmes et les cations. Mme Donnelly souhaiterait que soit mis sur pied
pour le personnel de la Commission un programme de hommes.
formation en matière d'intégration de la dimension du Mm' Donnelly nous confie qu'elle ne ménage actuelle­
genre — afin que celle­ci devienne une pratique systéma­ ment pas ses efforts pour mieux comprendre les questions
tique —, de la même manière qu'une formation en gestion de genre. Ses responsabilités constituent pour elle un défi
financière est actuellement dispensée à ce personnel. de taille. Elle a retenu la mobilisation accrue du monde de
l'entreprise en faveur de l'égalité entre les femmes et les Cela permettrait à l'unité de libérer du temps pour se
concentrer sur la stratégie globale, la mise en oeuvre de la hommes comme un «nouvel axe» à exploiter. Par ailleurs,
elle souhaite voir davantage d'hommes travailler dans le législation européenne en matière d'égalité ainsi que les
aspects essentiels de l'élargissement, la stratégie dans le domaine de l'égalité entre les femmes et les hommes, non
seulement au sein de l'unité dont elle a la charge, mais secteur de l'emploi, la protection sociale et les Fonds structurels.
aussi dans le groupe interservices pour l'égalité entre les
femmes et les hommes de la Commission. «Le problème
réside aussi dans le fait que nous sommes exclusivement
des femmes à nous pencher sur la situation. Nous devons «... Nous sommes exclusivement
désormais dialoguer avec les autres et obtenir leur mobili­
sation.»♦ des femmes à nous pencher sur la
situation. Nous devons désormais
dialoguer avec les autres et obtenir
leur mobilisation.»
Magazine «Égalité entre femmes et hommes» n° 10 ^pption du programme
d'action communautaire
en matière d'égalité entre
les femmes et les hommes
e programme de promotion de l'égalité entre les femmes En dépit de ses réserves, Mme Eriksson a déclaré qu'elle
Let les hommes proposé par la Commission européenne a était, tout compte fait, satisfaite du nouveau programme.
été adopté lors de la réunion des ministres de l'emploi et Cependant, elle a réitéré son appel pour l'adoption de
des affaires sociales de l'Union européenne en décembre mesures plus énergiques. Nous devrions nous évertuer à
promouvoir l'égalité «365 jours par an pendant cinq ans 2000 ('). Ce programme s'inscrit dans le cadre de la
stratégie­cadre communautaire en matière d'égalité entre pour obtenir des résultats».♦
les femmes et les hommes (2001­2005) {') en soutenant les
activités de coordination jugées nécessaires pour la mise en
œuvre des objectifs de la stratégie.
Le nouveau programme couvrira la période allant de jan­
vier 2001 à décembre 2005. Doté d'un budget de 50 millions
d'euros, il pourra cofinancer des activités de sensibilisation,
d'analyse et d'évaluation, des s de coopération
transnationale et des échanges de bonnes pratiques.
En outre, le programme a reçu l'approbation du Comité
économique et social et du Comité des régions.
Enfin, il a été approuvé par le Parlement européen, mais
seulement après son renvoi à la commission des droits de la Premier appel à propositions
femme et de l'égalité des chances pour examen complé­
mentaire. Marianne Eriksson, le rapporteur, a estimé qu'il Le premier appel à propositions dans le cadre du présent
fallait davantage de temps pour examiner les nombreux programme devrait être lancé en mars-avril 2001. Des
amendements — plus de 120 — soumis à l'origine lors des informations détaillées seront fournies en temps utile à
travaux de la commission. En fin de compte, le nombre ce sujet sur le site Internet de la Commission
d'amendements a été ramené à 14. (http://europa.eu.int/comm/
employmentsocial/equopp/indexfr.html). Lors d'une interview accordée au Magazine «Égalité entre
femmes et hommes», Mm' Eriksson a salué l'adoption du
programme, tout en disant sa crainte qu'il ne représente
beaucoup de paroles sans indication précise des mesures à
mettre en œuvre. De son point de vue, les questions abordées
étant sur la table depuis un certain temps déjà, la nouveauté
devrait résider dans les mesures proposées. De plus, elle a
émis des critiques à l'endroit du programme d'action
communautaire à moyen terme pour l'égalité des chances
entre les femmes et les hommes (1996­2000), dont elle
pense qu'il est «trop complexe» pour les organisations non
gouvernementales et comporte «trop de paperasserie et
des délais de paiement excessifs». Elle a regretté l'absence
d'une évaluation systématique du quatrième programme
afin de déterminer les objectifs qui ont été atteints.
(') Décision du Conseil établissant un programme d'action communautaire
concernant la stratégie communautaire en matière d'égalité entre les
femmes et les hommes (2001­2005) (J0 L17 du 19.1.2001).
(') COM(200o) 335 final du 7juin 2000.
Photo: Frédéric Cirou
Magazine «Égalité entre femmes et hommes» n° 10 Extraits de la décision du Conseil
relative au programme d'action communautaire
en matière d'égalité entre les femmes et les hommes
Pour le texte intégral de la décision et de l'annexe concernant la mise en œuvre des actions, voir JO L17 du 19.1.2001
(http://www.europa.eu.int/eur­lex/de/oj/index.html).
directe et indirecte fondée sur le sexe et la b) procède régulièrement à un échange de Article premier
discrimination multiple à l'égard des vues avec les membres du comité visé à Établissement du programme
femmes, en examinant l'efficacité des l'article 7, avec les représentants des
politiques et des pratiques au travers de partenaires sociaux au niveau La présente décision établit pour la période
leur analyse préalable, du suivi de leur mise communautaire et des organisations non allant du 1" janvier 2001 au 31 décembre 2005
en œuvre et de l'évaluation de leur impact; gouvernementales, un programme d'action communautaire
sur la mise en œuvre et le suivi du concernant la stratégie e en
c) développer la capacité des acteurs à
programme et sur les orientations matière d'égalité entre les femmes et les
promouvoir efficacement l'égalité entre les
politiques qui y sont liées. À cette fin, la hommes, ci­après dénommé «le programme».
femmes et les hommes, en particulier en
Commission met les informations utiles à la Le programme vise la promotion de l'égalité
soutenant l'échange d'informations et de
entre les femmes et les hommes, notamment disposition des organisations non
bonnes pratiques et le travail en réseau au
gouvernementales et des partenaires en assistant et en soutenant la stratégie­cadre
niveau communautaire.
sociaux. La Commission informe ledit communautaire.
comité de ces points de vue;
Article 4
Article 2
Actions communautaires c) encourage un partenariat et un dialogue
Principes
actifs entre tous les participants au
i. En vue d'atteindre les objectifs visés à l'article programme, notamment dans le but de
ι. Le programme est l'un des instruments
3, les actions communautaires suivantes sont favoriser une approche intégrée et
nécessaires à la mise en œuvre de la stratégie
coordonnée visant à promouvoir l'égalité mises en œuvre dans un cadre transnational:
globale communautaire en matière d'égalité
entre les femmes et les hommes.
entre les femmes et les hommes, qui couvre a) la sensibilisation, essentiellement en
toutes les politiques et toutes les actions mettant l'accent sur la dimension
2. La Commission, en coopération avec les États
communautaires visant à réaliser l'égalité communautaire de la promotion de
membres, prend les mesures nécessaires pour:
entre les femmes et les hommes, y compris les l'égalité entre les femmes et les hommes
politiques d'intégration de la dimension du et en diffusant les résultats du programme, a) promouvoir la participation au programme
genre et les actions spécifiques ciblées sur en particulier par des publications, des de toutes les parties concernées;
les femmes. campagnes et des manifestations;
b) assurer la diffusion des résultats des
b) l'analyse des facteurs et des politiques actions menées dans le cadre du
2. Le programme coordonne, appuie et finance
relatifs à l'égalité entre les femmes et les programme;
la mise en œuvre des activités horizontales
hommes, y compris la collecte de
dans les domaines d'intervention de la stratégie­ c) fournir une Information accessible et
statistiques, la réalisation d'études,
cadre communautaire en matière d'égalité
assurer une publicité et un suivi appropriés
l'évaluation de l'impact selon le genre,
entre les femmes et les hommes. Ces domaines
concernant les actions qui bénéficient du
l'utilisation d'instruments et de
d'intervention sont: la vie économique, l'égalité soutien du programme.
mécanismes, la mise au point d'indicateurs
de la participation et de la représentation, les
et de repères et la diffusion effective des
droits sociaux, la vie civile ainsi que les rôles Article 10
résultats. Cette action comporte également
et les stéréotypes féminins et masculins.
le suivi de la mise en œuvre et de
Le principe de l'égalité entre les femmes et les
Participation des pays de l'AELE et de ΓΕΕΕ, des
l'application du droit communautaire
hommes dans le processus d'élargissement de
pays associés d'Europe centrale et orientale, de
concernant l'égalité, par une évaluation de
l'Union et la dimension du genre dans les
Chypre, de Malte et de la Turquie la législation et des pratiques,
relations extérieures de la Communauté
en vue de déterminer leur impact et leur comme dans les politiques de coopération au
Le programme est ouvert à la participation des
efficacité; développement doivent être présents dans
pays suivants:
tous les domaines d'intervention de la
c) la coopération transnationale entre les
stratégie­cadre communautaire. a) les pays de l'AELE et de ΙΈΕΕ,
acteurs, par la promotion du travail en
conformément aux conditions fixées dans
réseau et des échanges d'expériences au
l'accord EEE; Article 3 niveau communautaire.
Objectifs
b) les pays candidats d'Europe centrale et
2. Les dispositions relatives à la mise en œuvre orientale (PECO), conformément aux
Dans le cadre des principes visés à l'article 2 et
des actions visées au paragraphe 1 figurent conditions fixées dans les accords
en tenant compte, le cas échéant, des activités en annexe. européens, dans leurs protocoles
législatives futures, les objectifs du programme
additionnels et dans les décisions des
sont les suivants: Article 5 Conseils d'association respectifs;
Mise en œuvre du programme et coopération a) promouvoir et diffuser les valeurs et les
c) Chypre, Malte et la Turquie, la participation avec les États membres pratiques sur lesquelles se fonde l'égalité
étant financée par des crédits
entre les femmes et les hommes;
supplémentaires selon des procédures à 1. La Commission:
convenir avec ces pays. b) améliorer la compréhension des questions a) assure la mise en œuvre des actions
liées à l'égalité entre les femmes et les communautaires faisant l'objet du présent
hommes, y compris la discrimination programme;
Magazine «Égalité entre femmes et hommes» n° 10 Volet 3 — Renforcement des capacités participer à des actions d'échange ANNEXE
transnational ainsi que des liens vers les sites
web pertinents dans les États membres. Les actions mentionnées ci-après peuvent
I. DOMAINES D'INTERVENTION bénéficier d'un soutien, afin d'améliorer les
5. La mise en œuvre d'initiatives transnationales, capacités et l'efficacité des acteurs clés
Dans le cadre des principes visés à l'article 2, par exemple des réunions, des séminaires ou participant à la promotion de l'égalité entre
le programme peut intervenir dans un ou des campagnes sur des thèmes particuliers les femmes et les hommes.
plusieurs des domaines suivants, dans les approuvés chaque année, après concertation
limites des compétences que le traité confère avec le comité visé à l'article 7. Le but de ces Les actions d'échange transnational faisant
à la Communauté: activités est de soutenir et d'améliorer les Intervenir un éventail d'acteurs de trois États
synergies entre les politiques nationales membres au moins et consistant en un
i) la vie économique; d'égalité entre les femmes et les hommes et transfert d'Informations, d'expériences et de
2) l'égalité de la participation et de la d'obtenir une valeur ajoutée communautaire. bonnes pratiques. Ces actions peuvent être
représentation; réalisées par des ONG ou des partenaires
3) les droits sociaux; sociaux au niveau européen et par des réseaux 6. L'organisation de séminaires et la diffusion
4) la vie civile; transnationaux d'autorités régionales ou d'informations concernant et contribuant à la
5) les rôles et les stéréotypes féminins locales et d'organisations visant à promouvoir mise en œuvre de la législation
et masculins. l'égalité entre les femmes et les hommes. communautaire dans le domaine de l'égalité
entre les femmes et les hommes, en accordant
II. ACCÈS AU PROGRAMME une attention particulière aux besoins et aux Ces actions peuvent comporter une comparaison
exigences des pays candidats. de l'efficacité des processus, des méthodes et
Dans les conditions et selon les modalités des outils par rapport aux thèmes choisis,
d'exécution précisées dans la présente annexe, des échanges et des applications de bonnes Volet 2 — Analyse et évaluation
l'accès au programme est ouvert à l'ensemble pratiques, des échanges de personnel, le
des organismes et des Institutions publics développement commun de produits, 1. L'élaboration et la diffusion de statistiques
et/ou privés intervenant dans la promotion de processus, de stratégies et de méthodes, comparables, ventilées par sexe et, si possible,
de l'égalité entre les femmes et les hommes, par âge, et de séries statistiques sur la situation l'adaptation à des contextes différents de
notamment aux: a) États membres, méthodes, d'outils et de processus définis des femmes et des hommes dans différents
b) autorités locales et régionales, comme de bonnes pratiques et/ou la diffusion domaines d'action.
de résultats, la production de matériel c) organismes de promotion de l'égalité entre
les femmes et les hommes, d) partenaires renforçant la visibilité et l'organisation de 2. L'élaboration et la diffusion de méthodes et
sociaux, e) organisations non manifestations. d'indicateurs permettant d'évaluer l'efficacité
gouvernementales, f) universités et Instituts des politiques et des pratiques en matière
de recherche, g) offices nationaux des d'égalité entre les femmes et les hommes
statistiques et h) médias. (étalonnage des performances).
III. TYPES D'ACTION 3. La situation des femmes sur le marché du
travail, la mise en œuvre de la législation en
Les actions suivantes peuvent bénéficier d'un matière d'égalité dans les États membres,
soutien du programme, dans un cadre l'influence et l'Impact sur les femmes et les
hommes des systèmes de protection sociale et transnational.
d'Imposition et la progression des femmes dans
Volet 1 — Sensibilisation l'accès aux postes de décision feront l'objet d'une
analyse et les conclusions seront diffusées.
1. L'organisation de conférences, de séminaires
et de manifestations au niveau européen. 4. La collecte, l'évaluation et la diffusion
d'informations et d'expériences récentes
2. L'organisation, dans les États membres, ainsi concernant des initiatives, des méthodes et
que dans les pays candidats, conformément à des techniques réussies relatives aux femmes
l'article 10, d'un grand événement européen, à dans les médias, y compris l'élimination des
périodicité annuelle, sur un sujet prioritaire du stéréotypes sexistes et la promotion d'une
programme. ¡mage positive et diversifiée des femmes et
des hommes dans les médias.
3. L'organisation de campagnes médiatiques et
de manifestations européennes destinées à 5. La publication d'un rapport annuel sur
soutenir l'échange transnational d'informations l'égalité entre les femmes et les hommes dans
ainsi que l'identification et la diffusion des l'Union, décrivant notamment les progrès
bonnes pratiques, y compris l'attribution d'un réalisés en direction des repères fixés et
prix annuel aux entreprises ayant réussi à évaluant les résultats obtenus.
promouvoir l'égalité entre les femmes et les
hommes, et à renforcer la visibilité des 6. La réalisation et la diffusion d'études
questions y afférentes. thématiques sur les domaines cibles,
comparant et contrastant les approches dans
4. La publication de supports destinés à diffuser et entre les États membres et les pays
les résultats du programme,y compris la candidats.
création d'un site Internet comportant des
exemples de bonnes pratiques, un forum pour 7. Une étude de faisabilité analysera les
les échanges d'Idées et une base de données conditions préalables à l'établissement d'un
de partenaires potentiels susceptibles de institut européen du genre.
Magazine «Égalité entre femmes et hommes» n° 10 Int er vi e ws
Le quatrième «E» — égalité — de la Suède
Entretien avec Margareta Winberg, ministre suédoise chargée
de l'égalité entre les femmes et les hommes
a Suède a débuté la Cette réunion constitue un volet important de la prépa­
présidence de l'Union ration du sommet printanier de l'emploi de l'UE, qui se L
européenne en janvier 2001 tiendra à Stockholm en mars 2001.
avec la promesse de mettre Par ailleurs. M™ Winberg a promis de poursuivre les
l'accent sur trois domaines: efforts engagés sous les précédentes présidences de l'UE
l'élargissement, l'emploi et pour collecter des statistiques ventilées par sexe, définir
l'environnement, désignés des indicateurs et fixer des objectifs d'avancement. Elle est
collectivement «les trois E». particulièrement préoccupée par l'écart salarial entre les
Dans un entretien accordé au Magazine «Égalité entre femmes et les hommes qu'on constate dans l'ensemble des
femmes et hommes», la ministre suédoise chargée de États membres.
l'égalité entre les femmes et les hommes, Margareta Cette année, les employeurs suédois devront analyser la
Winberg, a déclaré qu'elle rajoutait souvent un «qua­ structure des salaires au sein de leur entreprise afin de
trième E», celui de l'égalité. déterminer si elle comporte des inégalités fondées sur le
De son point de vue, s'attaquer à la question de sexe. À la suite de cela, ils devront établir un programme
l'égalité entre les femmes et les hommes requiert de faire d'action triennal en vue de corriger les déséquilibres.
en sorte que le marché du travail s'adapte davantage aux Il s'agit là d'une première, et M™ Winberg espère que
besoins de la vie familiale. L'emploi constitue le fondement l'initiative permettra une véritable avancée.
de l'égalité entre les femmes et les hommes, et c'est à ce La Suède est largement favorable à l'élargissement de
niveau que la présidence s'efforcera de faire véritablement l'Union européenne et la ministre a souligné que la préven­
changer la situation. L'objectif général est de permettre à tion de la traite des femmes et des enfants est un des
l'ensemble des femmes et des hommes de concilier un points qu'elle souhaite examiner avec les pays candidats.
emploi rémunéré et leur condition de parent. Ils doivent Une conférence est prévue en mars, à l'occasion de laquelle
pouvoir subvenir à leurs besoins et parvenir à une autonomie les États membres et les pays candidats se pencheront
financière sans pour autant sacrifier leur famille. sur ce problème complexe. Elle permettra également de
débattre de la violence domestique, un phénomène inquié­Mme Winberg, enseignante de formation, a débuté sa car­
tant dans l'ensemble de l'Europe. rière politique dans les années 70 en adhérant au parti
social démocrate. Elle y a gravi les échelons, successivement La rencontre aura pour troisième thème les hommes et
aux niveaux local, régional et national, avant d'entrer dans l'égalité. L'égalité entre les femmes et les hommes est une
le gouvernement. L'égalité entre les femmes et les hommes question de redistribution équilibrée du pouvoir économique
n'est pas sa seule charge ministérielle, vu qu'elle détient et politique entre les femmes et les hommes. D'après la
aussi le portefeuille de l'agriculture. Une telle combinaison ministre, «il est important d'impliquer les hommes dans le
de portefeuilles est rare dans la plupart des États membres. débat sur l'égalité, à défaut de quoi l'écart entre les femmes
Toutefois, pas en Suède, où, d'après M™ Winberg, l'égalité et les hommes se creusera davantage et certains hommes
entre les femmes et les hommes est une priorité gouverne­ risquent de prendre peur des femmes dans leur nouveau
mentale depuis près d'un demi-siècle. rôle». Elle estime que les hommes aussi doivent déterminer
leur nouveau rôle. «Il ne s'agit pas seulement d'être un bon L'articulation de la carrière professionnelle et de la condition
mari ou un bon amant, mais aussi un bon père.» La confé­de parent est au cœur du modèle suédois de promotion de
rence examinera les possibilités d'aider les hommes afin l'égalité entre les femmes et les hommes, selon la ministre.
qu'ils puissent articuler leur vie professionnelle et leurs Depuis les années 50, la Suède s'est faite le champion de
obligations parentales. cette cause. Des aménagements fiscaux ont été adoptés, le
congé parental a été substitué au congé de maternité Le gouvernement dont fait partie M™ Winberg pense que
exclusif et les prestations en matière de garde des enfants la présidence de l'UE offre un bon moyen pour sensibiliser
et autres ont été étendues pour mieux soutenir les familles. les citoyens suédois aux questions intéressant l'UE. Ainsi,
Et ces efforts se poursuivent. «Je suis fière d'être suédoise quelque 200 réunions sont prévues à travers le pays au
à la vue de tout cela», a déclaré la ministre. cours des six prochains mois sur l'égalité entre les femmes
La première réunion ministérielle de la présidence, de et les hommes. Des organisations de tout type
nature informelle, s'est tenue du 21 au 23 janvier dans la et des organismes publics ont mis en commun leurs
ville de Norrköping. Les ministres des États membres de ressources dans le cadre d'un projet baptisé «Sonja» dans
l'UE et des pays candidats en charge des questions de genre ce but.^
et leurs homologues en charge de la protection sociale
y ont été invités. Le thème de la réunion a été l'égalité Le projet «Sonja» sur Internet
entre les femmes et les hommes et l'assurance sociale. (http://narlng.regenngen.se/fragor/jamstalldhet/sonja2001/).
Les ministres ont examiné les types de systèmes susceptibles
de promouvoir l'égalité ou, au contraire, de lui faire obstacle.
Magazine «Égalité entre femmes et hommes» n° 10 Une nouvelle étape dans les efforts communautaires
de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale
Entretien avec Jean-Paul Tricart de la Commission européenne
Les États membres sont invités à impliquer les parte­ors du sommet de Nice en décembre 2000, les chefs
naires sociaux, les organisations non gouvernementales Ld'État ou de gouvernement de l'Union européenne ont
réaffirmé leur engagement à lutter contre l'exclusion sociale (ONG) et les autorités locales dans la préparation de leur
et la pauvreté. À cette fin, ils sont convenus d'objectifs plan d'action national respectif. Ils devraient avoir mis au
communs ainsi que de la préparation de plans d'action natio­ point ces plans, qui définiront leurs priorités pour les deux
naux d'ici juin 2001. Un programme d'action communautai­ années à venir, d'ici juin 2001. Lors du sommet de Nice,
re visant à soutenir ces efforts concertés au niveau de l'UE il leur a aussi été demandé de proposer des indicateurs et
sera probablement adopté par le Parlement européen et le des mécanismes de suivi destinés à mesurer les progrès
Conseil d'Ici juin 2001 (3). accomplis. La Commission analysera les plans d'action
nationaux en vue d'élaborer une synthèse identifiant les En fait, lors du sommet de Lisbonne en mars 2000, les
domaines d'intérêt commun, qui servira ultérieurement de gouvernements avaient donné leur accord initial à la pro­
base pour l'élaboration d'un rapport conjoint de la position relative à la promotion des politiques de lutte
Commission et du Conseil. contre la pauvreté et l'exclusion sociale ainsi qu'à la nouvelle
méthode ouverte de coordination, comme l'a rappelé Jean- Le comité de la protection sociale jouera un rôle clé dans
Paul Tricart de la Commission européenne, qui a contribué le suivi des changements de politique pertinents. En outre,
à l'élaboration du dispositif. il contribuera activement à la mise au point des indicateurs
en 2001. À Lisbonne, les dirigeants européens étaient convenus
que le nombre d'individus vivant en dessous du seuil de En juin 2000, la Commission avait proposé un programme
pauvreté et victimes de l'exclusion sociale dans l'Union d'action communautaire destiné à soutenir la mise en
était inacceptable. Ils avaient souhaité un accord sur un œuvre d'une méthode ouverte de coordination concernant
ensemble d'objectifs pour venir à bout de la pauvreté, sous- la lutte contre l'exclusion sociale. Le budget proposé par la
tendus par des plans d'action nationaux définissant les Commission se chiffre à 70 millions d'euros pour la période
priorités de chaque pays et par un programme à l'échelle de 2001-2005.
l'UE destiné à renforcer la coopération entre les États Plus précisément, ledit programme vise à soutenir la
membres. recherche et l'analyse pour comprendre les caractéristiques,
L'emploi constitue la meilleure protection contre l'exclu­ les causes, les processus et les évolutions de l'exclusion
sion sociale. Cependant, l'exclusion sociale étant un pro­ sociale et de la pauvreté, à encourager la coopération et
blème multidimensionnel, d'autres politiques ont aussi un l'échange d'informations et de meilleures pratiques entre
rôle important à jouer, telles que la protection sociale, le les États membres et, enfin, à promouvoir le travail en
logement, l'éducation, la santé, l'information et la commu­ réseau au niveau européen d'organisations engagées dans
nication, la mobilité, la sécurité et la justice, les loisirs et la la lutte contre la pauvreté. Pour faciliter les échanges de
culture. Dans chacun de ces domaines, l'égalité entre les vues entre tous les acteurs concernés, une table ronde
européenne annuelle sur l'exclusion sociale est également femmes et les hommes est un facteur Important.
prévue.
Le sommet de Nice a identifié quatre objectifs importants: Le programme sera adopté par codécision. Lors de la
première lecture, le Parlement européen a demandé que
• faciliter l'accès à l'emploi et assurer à tous un accès aux soit constitué un groupe de réflexion en vue d'associer les
ressources, aux droits, aux biens et aux services; institutions européennes (Parlement européen, Comité des
• prévenir les risques d'exclusion; régions et Comité économique et social) et les ONG à la
• aider les couches les plus vulnérables de la société à sortir mise en œuvre du programme ainsi qu'à son suivi et à son
évaluation. Cependant, la Commission et le Conseil n'ont de la pauvreté;
pas agréé cette proposition, qu'ils jugent contraire aux • mobiliser tous les organismes concernés des secteurs
dispositions institutionnelles en matière de comltologie. Ils public et privé pour lutter contre la pauvreté et l'exclusion
n'ont pas approuvé non plus la proposition du Parlement sociale.
M. Tricart a expliqué qu'il s'agit là d'objectifs généraux, qui
laissent aux États membres la marge de liberté nécessaire
pour élaborer des plans d'action nationaux adaptés à leur
contexte national respectif.
(') Proposition de décision du Parlement européen et du Conseil
établissant un programme d'action communautaire pour encourager
la coopération entre les États membres visant à lutter contre
l'exclusion sociale [COM(200o) 368 final du 16 juin 2000].
Photo: Isabelle Rozenbaum
Magazine «Égalité entre femmes et hommes» n° 10 européen de relever le budget à 100 millions les échanges sur des questions pertinentes pour les plans
d'euros, car ils ont estimé le montant de d'action nationaux et concourent ainsi à maximiser l'Im­
70 millions d'euros suffisant pour les pact politique de ces derniers», a­t­il Indiqué. Pourront pré­
objectifs du programme. tendre à une aide au titre du programme les organisations
européennes, les États membres ou les s acti­Un appui financier sera disponible pour
vement soutenues par des États membres. les projets transnationaux, mais pas pour
les projets locaux, régionaux ou nationaux; il sera alloué sur Un financement de base sera également disponible pour
la base d'appels à propositions. les grands réseaux européens satisfaisant aux critères qui
seront définis par le comité du programme. Selon M. Tricart, les projets devraient correspondre aux
secteurs et aux priorités identifiés par plusieurs États Les discussions entre le Parlement européen, le Conseil
membres dans leurs plans d'action nationaux. «Nous pro­ et la Commission continueront en vue de l'adoption du
posons de financer de tels projets, parce qu'ils facilitent programme d'ici à la mi­2001. ♦
La lutte contre la traite et Tabus sexuel
Entretien avec Dr Patrick Trousson de la Commission européenne
a plupart des victimes de la violence, phénomène en Cette année, les 47 nouveaux projets retenus ont bénéficié
hausse au sein de l'Union européenne, sont des femmes d'allocations s'élevant à la coquette somme d'environ L
4,56 millions d'euros. Ils impliquent quelque 360 organisa­et des enfants. Déjà en 1997, la Commission européenne
avait décidé de soutenir le travail d'organisations non tions issues de 25 pays. Un tiers de ces projets ciblent les
enfants, un autre tiers les femmes et le dernier tiers les gouvernementales intervenant dans la lutte contre la
violence, en lançant l'initiative Daphne. En mars 2000, la enfants et les femmes. Les problèmes traités ont trait
durée de l'Initiative a été prolongée à travers un programme notamment aux violences domestique, sexuelle, à l'école,
quadriennal allant jusqu'à 2003 et doté d'un budget de fondée sur le genre et psychologique.
20 millions d'euros. Les projets Daphne visent à combattre Daphne a pour vocation d'amorcer des mesures, que ce
la traite et l'exploitation sexuelle, toutes les formes de soit sous la forme de campagnes, de sessions de formation,
violence et d'abus domestiques ainsi que la violence à l'école d'un service d'assistance téléphonique ou de refuges,
et la violence à l'endroit des minorités et des populations comme l'a rappelé D'Trousson. Elle permet aux promoteurs
immigrées. de démarrer leur activité. Il revient ainsi à des parrains
locaux ou nationaux de prendre ensuite le relais, ce qui a D' Patrick Trousson, responsable du programme
été le cas généralement. au sein de la direction générale de la justice et des affaires
intérieures de la Commission européenne, a déclaré lors D'Trousson a précisé que Daphne ne donne pas une défi­
d'un entretien accordé au Magazine «Égalité entre femmes nition de la violence, vu que cela pourrait exclure certaines
et hommes» que l'initiative Daphne a cofinancé en moyenne victimes de son action. La violence peut se manifester sous
par an une cinquantaine de projets visant à lutter contre la plusieurs formes et dans des contextes variés — au sein du
violence depuis son lancement. foyer, à l'école, au travail ou dans la rue.
Daphne ne constitue que l'une des mesures adoptées par
la direction générale pour venir en aide aux femmes et aux
enfants.
En effet, la direction générale met également en œuvre
un autre programme dénommé «Stop», qui vise à prévenir
la traite des femmes et l'abus sexuel à l'endroit des enfants.
Selon D'Trousson,«le programme Stop cible les institutions
et les autorités telles que la police et le système judiciaire.
Daphne, pour sa part, cible les victimes de la violence».
La direction générale connaît particulièrement bien la
question de la discrimination fondée sur le genre et des
besoins spéciaux des femmes — y compris celles ayant été
le témoin d'actes de violence et de discrimination —, pour
pouvoir avancer des propositions concernant le traitement
de personnes déplacées, de réfugiés et de demandeurs
d'asile.
Par ailleurs, la direction générale de la justice et des
affaires intérieures a piloté la rédaction du projet de charte
des droits fondamentaux de l'Union européenne adopté le
Photo: Isabelle Rozenbaum
Magazine «Égalité entre femmes et hommes» n° 10 10