Que faire
41 pages
Français

Que faire

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
41 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Nombre de lectures 207
Langue Français

Exrait

IRAK QUE FAIRE ?
RELATIONS DIPLOMATIQUES
Les relations Rencontre avec le Dr. Ghazi Fayssalie Hussain, représentant de la sectione-des intérêts de la Républiquees d’Irak en France.mi ne Pourriez-vous faire un point sur lesre relations franco-irakiennes et sur laet situation en Irak aujourd’hui ?o-Je vous rappelle que, depuis 1970, l’Irak avait ès déjà choisi la France comme partenaire éco- on nomique et technologique de premier plan, la car ce partenariat signifiait des relations d’in- b-dépendance garantissant des intérêts ut mutuels basés sur la coopération et non sur tie l’hégémonie. li-Les relations franco-irakiennes resteront un fondées sur une politique particulière de la ire part de notre pays, basées sur les nobles tie principes d’indépendance, de progrès et de er développements économique, scientifique, technologique et culturel. Je voudrais signaler qu’il existe aujourd’hui en Irak de gigan-Durant les dernières années de crise qui ont frappé notre pays, tesques projets dans les domaines du pétrole et de l’énergie, de la France a tenu une politique claire et compréhensible qui a l’électricité, des transports, des communications, de l’industrie encouragé, à plusieurs, reprises, de nombreuses organisations électronique et de l’informatique, de l’eau, de l’agriculture, de politiques, sociales et économiques à suivre une relation amica- l’irrigation et de l’environnement. Les sociétés françaises ont le avec leurs homologues irakiens, ce qui a permis de renouve- donc de grandes perspectives d’investissements et de dévelop-ler les rapports politiques et économiques entre l’Irak et la pements commerciaux avec l’Irak. Il nous reste actuellement à France. Par conséquent, la France est devenue l’un des premiers travailler ensemble pour la levée de l’embargo économique partenaires commerciaux de l’Irak, malgré la complexité des cir- imposé à l’Irak. constances existant aujourd’hui à cause de l’embargo. L’Irak présente aujourd’hui, tout comme par le passé, un mar-Les parlementaires français, de tous courants et partis politiques ché économique vital pour l’Europe mais est également un confondus, ont déployé des efforts reflétant la réalité de croire acteur principal pour la stabilité et la paix dans la région, sans aux principes des Droits de l’homme et des peuples de décider lesquelles, la paix en Europe ne pourrait être garantie. de leur sort et aux principes de non-intervention dans les affaires intérieures des autres pays, de respect des valeurs deUn message ? leur indépendance et de leur souveraineté, de traiter avec eux Il faut préserver l’amitié entre les peuples irakien et français, qui dans le cadre du respect mutuel des spécificités nationales, ont accompli un travail remarquable dans les domaines techno-culturelles, religieuses et philosophiques. logique, culturel, scientifique, commercial et humain. Je crois qu’il faut continuer le développement de ces relations et les appro-Cependant, ces parlementaires ont compris les particularités du fondir dans tous les domaines pour que la paix, la sécurité et la problème ou de la crise entre l’Irak et les Etats-Unis. Ils ont prospérité règnent dans le monde, pour résoudre et améliorer compris que la poursuite de la politique américaine, en impo- les problèmes entre le Nord et le Sud. sant à l’Irak un embargo est un acte incompatible avec les prin- J’appelle la France à jouer son rôle primordial et remarquable, cipes des Droits de l’homme et constitue un genre de crime comme elle l’a toujours fait dans le passé et qu’elle le continue contre l’humanité.Washington tente d’anéantir le peuple irakien dans l’avenir, aussi bien dans les domaines culturels que dans le en utilisant l’uranium appauvri, en bombardant d’une façon développement des pays du tiers-monde et dans la création de répétée des cibles civiles, en entravant le fonctionnement des liens réels entre le Nord et le Sud de la Méditerranée ; hôpitaux et des universités et en arrêtant la majorité des usines J’appelle également, du fond de mon cœur, la France, avec son de tourner faute de matières premières et de pièces de rechan- histoire et sa liberté de pensée, la France, membre du Conseil ge augmentant, ainsi, le taux de chômage. Ceci prive la société de sécurité, à jouer son rôle dans le problème actuel de l’Irak irakienne de son droit de travail, de son droit de répondre aux qu’est l’embargo, et comme le disaient des dirigeants français, impératifs de soins médicaux, de son droit à l’enseignement et qui est injuste et cruel, afin d’arrêter la destruction de tout un à l’éducation. peuple. Que la France soit dynamique, qu’elle soit un moteur, Le peuple français se soucie des problèmes réels du monde, sur- pour changer la situation d’aujourd’hui en Irak et que mon pays tout ceux qui exposent les sociétés civiles aux dangers d’exter- retourne sur la scène internationale. mination ou de propagation de l’ignorance et des maladies afin L’Irak, ce n’est pas seulement du pétrole, du gaz et des matières d’aplanir la politique d’hégémonie immorale que les Etats-Unis premières. C’est un pays très riche dans son histoire, sa culture essaient d’imposer aux peuples en Asie et en Afrique. Tout cela et qui peut jouer un rôle important dans notre région.Faits & Projets -Irak
ucitrap tente sur le planilrèmene trblial
HISTOIRE
apitale à Akkad, sur les rives de , non loin du site plus tardif de Avec beaucoup d’habileté poli-on mit en place le premier état à voir le jour sur la terre d’Irak. se présentait véritablement  synthèse réussie des diffé-uences culturelles qui le consti-l’idiome sémite, l’akkadien, angue officielle et véhiculaire, conquérants adoptèrent en anthéon, la cosmogonie et les cultuelles des Sumériens. Ainsi , pendant près d’un siècle, à  ’un état fort, cette civilisation mésopotamienne ingénieuse et prospè-re, aventureuse sur terre comme sur mer,
Faits & Projets -Irak
De la Mésopotamie à l’Irak peapsystorique sur le epsrvitcih e par Edouard Méténier Pour le voyageur qui arrive en Irak en descendant le cours d’un des deux fleuves qui le constituent, le fait le plus frappant réside sans doute dans l’extraordinaire platitude du paysage. De Mossoul à Bassorah, en effet, le pays n’apparaît que comme une immense plaine à peine parcourue de quelques ondulations au nord de Samarra. Toute aspérité qui se laisse dis-tinguer sur l’horizon de la steppe peut alors apparaître comme la marque, ou la trace ultime de la longue histoire qui unit les hommes à cette terre, la Mésopotamie des Anciens. Celle-ci a vu naître des civilisa-tions dont nous nous plaisons à nous considérer les héritiers spirituels et culturels, bien qu’elles nous soient généralement fort mal connues. Mais elles constituent surtout le substrat humain et culturel sur lequel s’est construit, à travers l’histoire, l’actuel pays d’Irak. e histoire plonge ses racines Csynt la  civhèsetaoilisielapnnlea iuqénnoçaf nal ed sellec sandettuqitéM e-os Mése laérisract eacels uqle ral-o potamie, mère de la civilisation de par l’invention de l’agriculture, de Il y eut tout d’abord au sortir de la l’écriture et des premières formes de préhistoire, vers la fin du quatrième mil-regroupements urbains. C’est, en effet, lénaire avant notre ère, le moment sumé-dans cette région de ce que l’on a pris rien, qui vit l’organisation de la Basse-l’habitude d’appeler le Croissant fertile Mésopotamie et de la vallée de l’Euphrate que s’est initiée, il y a presque dix mille autour d’un ensemble de cités-états farou-ans, la révolution du néolithique proche- chement indépendantes les unes des oriental. Les premières communautés autres. Elles n’en partagaient pas moins humaines qui s’y organisèrent alors, une même culture qu’elles avaient en quoique de tailles encore réduites, com- commun, et qui se manifestait dans les mencèrent à poser les assises du modèle domaines religieux, politique, écono-social de la cité. C’est ainsi que se mirent mique et artistique. Les Sumériens furent en place les éléments d’une véritable surtout les inventeurs de l’écriture, qu’ils culture mésopotamienne, marquée par mirent au point progressivement en l’ébauche d’une administration fondée fixant sur des tablettes d’argile, à l’aide de sur l’enregistrement inscrit dans la pierre signes cunéiformes, tout ce qu’ils vou-ou dans l’argile, par le développement de laient garder en mémoire. C’est ainsi que techniques agricoles reposant sur la maî- nous sont parvenues à la fois des comp-trise de l’irrigation, par le développement tabilités royales et la première grande des activités économiques et commer- œuvre littéraire de l’histoire de l’humani-ciales et par l’essor d’une activité artisa- té, la fameuse épopée de Gilgamesh. Il ne nale et artistique élaborée. fait par ailleurs aucun doute que les Puis se sont succédées dans le temps Sumériens donnèrent à la civilisation un les grandes civilisations mésopota- essor fantastique en tous les domaines. miennes, chacune apparaissant comme Mais, aux alentours de 2350 av. J.-C., les un moment de l’histoire dévolu à un cités sumériennes se révélèrent inca-peuple qui trouvait là l’occasion d’expri- pables de résister à la poussée d’un mer les traits d’un génie particulier ; et peuple sémite du Nord. c’est cette succession d’hégémonies poli- Celui-ci, mené par le roi Sargon, entre-tiques, préservant malgré tout, voire ren- prit par la force des armes la première forçant une remarquable unité culturelle, unification de la Mésopotamie et fonda sa
artistique. Le royaume akkadien se trouva pour-tant emporté, vers la fin du XXIIèmesiècle. avant J.-C., par des invasions de peuples déferlant du Nord et de l’Est à la faveur de dissensions qui avaient miné la puissance de l’Etat. Malgré la vitalité et la prospérité que connut alors la ville d’Our, qui redon-na pour un temps son éclat à la civilisa-tion sumérienne, les invasions étrangères et les divisions intestines marquèrent pour presque deux siècles une période de troubles, à la faveur desquels émergea la dynastie amorrite. Celle-ci, vers 1850 av. J.-C., fonda sa capitale à Babylone. Un demi-siècle plus tard, le grand roi Hammourabi parvint à réunifier dans ses limites antérieures l’ancien royaume " d’Akkad et de Sumer " nouvel état. Le ainsi constitué jouit en son temps d’un prestige exceptionnel et domina large-ment le commerce et les échanges à l’échelle régionale. Son administration était efficace et son armée puissante. Les Babyloniens avaient le souci des arts, des lettres et des sciences et, sous leur égide, celles-ci se développèrent de manière remarquable grâce à la fondation d’écoles et à l’organisation de corps d’ingénieurs, de savants et de lettrés. Deux siècles plus tard, pourtant, la
e.uqitna eimatop
é
(8
l’
ir
HISTOIRE
région était de nouveau la proie d’enva-hisseurs, Hittites venus d’Anatolie et Elamites venus de l’Est. Les troubles qui s’en suivirent conduisirent à une nouvel-le division du pays et, malgré de longues périodes de rémissions et de stabilité, durèrent jusqu’à ce que la puissance assy-
Faits & Projets -Irak
dans la région,grâce à la généralisation de la monnaie et à la mise au point de tech-niques bancaires fort élaborées. Lorsque, en 539 av. J.-C., mal défendue par les faibles successeurs de Nabuchodonosor, Babylone tomba sous la coupe de la nouvelle puissance régio-
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents