Ma raison d être
394 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
394 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L'auteur relate ici sa jeunesse heureuse, son parcours entre la France, la Belgique et la Scandinavie avant l'engagement de toute sa famille dans la Résistance et sa déportation. Elle raconte son retour des camps de concentration, sa rencontre avec le général de Gaulle, l'exercice de son art quand elle devint professeur de danse, puis ses rencontres avec les jeunes et les moins jeunes pour bannir la haine. Son témoignage bouleversant est une leçon de vie, de courage et d'optimisme malgré tout.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 mars 2015
Nombre de lectures 53
EAN13 9782336371375
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Couverture
4e de couverture
Rue des Écoles
Le secteur « Rue des Écoles » est dédié à l’édition de travaux personnels, venus de tous horizons : historique, philosophique, politique, etc. Il accueille également des œuvres de fiction (romans) et des textes autobiographiques.
Déjà parus
Albert (Thierry), Quel est votre nom ?, 2015.
Mbuyi Mizeka (Alfred) L’enfant noir d’Afrique centrale , 2015.
Alain Nesme, Léa la Sainte , 2015.
Pham Ngoc (Lân), De père inconnu , 2015.
Duhameaux-Lefresne (May), Le sourire du père , 2015.
Brousse (Odette-Claire), Sortir de chez soi , 2014.
Beuchée (Laurent), Un regard de Haute-Bretagne , 2014.
Lemaître (Vincent), Risques salés , 2014.
Micaleff (André), Heimat , 2014.
Michelson (Léda), Les corps acides , 2014.
Leclerc du Sablon (Françoise), Derrière la seizième porte , 2014.
Nicole-Le Hors (Jacqueline), La croix ou la bannière , 2014.
**
Ces douze derniers titres de la collection sont classés par ordre chronologique en commençant par le plus récent.
La liste complète des parutions, avec une courte présentation du contenu des ouvrages, peut être consultée
sur le site www.harmattan.fr
Titre
MA RAISON D’ÊTRE

Souvenirs d’une famille de déportés résistants
Copyright



















© L’HARMATTAN, 2015
5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris
www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
EAN : 9782343057576
PRÉAMBULE
Ce petit recueil n’a aucunement la prétention d’être une œuvre littéraire.
Il est la transcription de mes réflexions et de mes souvenirs, au moment même où je les ressens et où je les revis. Il s’inscrit dans la continuité des quelques pages rédigées à la Libération et que voici :
PREMIÈRE ÉBAUCHE











À la mémoire de MES PARENTS qui m’ont appris l’essentiel : savoir se sacrifier par amour, pour la LIBERTÉ et la FRATERNITÉ.
À la mémoire de l’abbé STOCK, aumônier des prisons de Fresnes, de la Santé et du Cherche-Midi, grand bienfaiteur de l’humanité.
Par sa grâce, il me fit découvrir le « sens de notre vie ». Il me sauva la vie, en m’évitant le départ en forteresse où je devais être fusillée.

MES PARENTS :

ALICE YAHIEL (VAN GOETHEM)
Née le 6 mars 1893 à Crespin (Nord)
Arrêtée le 23 juillet 1943 à Lyon
Détenue au fort Montluc à Lyon, puis à la prison de Fresnes
Déportée au camp de Ravensbrück puis dans les mines de sel de Beendorf
Libérée le 1 er mai 1945 à Hambourg



JACQUES YAHIEL
Né le 14 juillet 1883 à Constantinople (Istanbul, Turquie)
Arrêté le 23 juillet 1943 à Lyon
Détenu au fort Montluc, puis à la prison de Fresnes
Passage probable au camp du Struthof
Déporté au camp de Neuebrem le 10/01/1944 (selon la procédure NN), puis à Buchenwald en mars 1944
Il y décède le 28 août 1944


MES FRÈRES :

RENÉ
Né le 23 octobre 1911 à Bruxelles
Prisonnier de guerre
Capturé le 10 juin 1940
Cinq ans au Stalag VIII C en Silésie
Libéré en juin 1945



GEORGES
Né le 23 octobre 1914 à Paris
Arrêté avec ses parents à Lyon le 23 juillet 1943
Détenu au fort Montluc, puis à la prison de Fresnes
Déporté au camp de Buchenwald
Libéré le 11 avril 1945




MAURICE
Né le 5 juillet 1916 à Paris
Arrêté le 26 juin 1943 à Lyon, détenu au fort Montluc
Noms de résistance : Maurice Garnier et Maurice Mesnil
Bras droit du chef du réseau Brandy à Lyon et chef du maquis de Savoie
Déporté dans les camps de Dora et Mauthausen
Il y décède enjanvier 1945



ET MOI :
SIMONE
Née le 18 novembre 1917 à Paris
Arrêtée à Paris en gare de Lyon, le 27 juin 1943, sur dénonciation
Incarcérée à la prison de Fresnes jusque fin janvier 1944
Départ du camp de Compiègne, par le convoi des 27000
Déportée avec maman au camp de Ravensbrück
Puis en août 1944 dans les mines de sel de Beendorf Libérée le 1 e mai 1945 à Hambourg, convalescence en Suède et retour à Paris enjuillet 1945
FACTEURS PRINCIPAUX QUI ONT COMBLÉ MA RAISON D’ÊTRE
1. DIEU
Pourquoi Dieu ? Parce qu’IL est le seul à pouvoir nous insuffler le sens de notre vie, de nous gracier d’une force irréelle, de vaincre le mal et de pardonner à nos pires ennemis.
2. LES MIENS
Parce qu’ils m’ont permis de lutter, de vaincre les pires difficultés, afin de leur prodiguer tout mon amour.
3. L’ART, DANS TOUS LES DOMAINES
Parce qu’il estompe les souvenirs cruels et douloureux de notre existence, pour accéder ainsi à une vie spirituelle.
4. UNE LUTTE CONTRE LE DIABLE
Afin de nous délivrer de ses maléfices, de cette haine qui engendre les guerres et leurs conséquences dramatiques.
DE MA NAISSANCE À LA DÉCLARATION DE GUERRE * * *
Un moment de grand bonheur avec « mon papa ».
SOUVENIRS D’ENFANCE
Il me faudrait des pages et des pages pour faire l’éloge de mon cher papa, né en Turquie, à Constantinople, à présent Istanbul 1 , de mère anglaise et de père turc, dont naissent douze enfants, neuf filles et trois garçons, mon père étant le cadet. À cette époque, dans ce pays règne une grande misère. Après le décès du chef de famille, ils décident de prendre le chemin de l’exil. C’est notre bonne terre de France qui les accueille. Mon père a alors douze ans, son enfance continue à être perturbée. Il est embauché comme apprenti dans diverses fonctions. Tout à fait par hasard, j’ai retrouvé des certificats de ses employeurs, tous si élogieux à son égard. Il est de loin le plus intelligent et le plus débrouillard de la famille, ses frères habiteront Paris et toutes ses sœurs se fixeront à Enghien.
J’ai bien connu ses deux frères ; quant à mes tantes, les réunions étant très espacées, je les revois comme dans un brouillard. Mais avant de bien narrer ce parcours, je me dois d’ouvrir une parenthèse pour vous entretenir de celle qui a fait le grand bonheur de mon papa : ma maman, née à Crespin, près de Valenciennes, enfant unique. Son enfance est également tourmentée. Elle se trouve seule à subvenir aux besoins de sa maman. Ma grand-mère maternelle était flamande, issue d’une famille de tisseurs de lin et d’artistes – musique et danse – et, cela va de pair, tous demeuraient à Anvers. Suite à des revers, ma grand-mère maternelle quitte la France et retourne auprès de ses sœurs. Sa nièce Rachel, grande chanteuse à l’Opéra d’Anvers, y fait entrer sa cousine (ma maman) comme petit rat. Très douée, elle ne tarde pas à se faire remarquer par la danseuse étoile, mademoiselle Bartelotti, italienne, qui projette de l’amener dans son pays afin de parfaire son éducation dans cet art de la danse qui exige tant de volonté, d’abnégation et d’humilité.
Le destin en décide autrement. À chaque sortie par l’entrée des artistes, un beau jeune homme aux grands yeux noirs et à la chevelure abondante attend patiemment son amie Lisette, sa future fiancée, qui n’a que 17 ans ! Vous devinez la suite : se liant d’un parfait amour, « ils eurent beaucoup d’enfants »…
Notre étoile, mademoiselle Bartelotti voyant ses illusions s’en aller en fumée, apostrophe « sa danseuse » et lui fait cette réflexion : « Tu vas te marier et tu auras neuf enfants. » Pourquoi neuf ? Et adieu à la danse. Ainsi va la vie !
De cette union, naît le 23 octobre 1911, accidentellement à Bruxelles, un garçon, mon frère aîné : René. Ma grand-mère et mes parents décident de revenir en France. Trois années passent. Nous sommes en 1914. C’est l’horreur, l’Allemagne déclare 2 la guerre à la France. Mon père demande sa naturalisation française. Il l’obtient en 1927, pour maints services rendus à la France. Nous avons affaire à l’Administration française avec un grand A ! Pendant toute la durée de la guerre, papa sera engagé à l’intendance militaire et ses deux fr

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents