Responsabilités et violences envers les femmes
245 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Responsabilités et violences envers les femmes , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
245 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Des professionnels du terrain et de la recherche mobilisent tous leurs savoirs et leurs compétences afin de lever le voile sur les violences faites aux femmes. Mettant de l’avant un outil de conscientisation efficace pourtant resté dans l’ombre, les responsabilités individuelles et collectives, ils cherchent à responsabiliser plus et autrement l’ensemble des acteurs de changement et à rendre plus efficaces les orientations politiques et sociales en la matière.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 07 mai 2014
Nombre de lectures 4
EAN13 9782760539860
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,1200€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Collection

Problèmes sociaux et interventions sociales

Fondée par Henri Dorvil (UQAM) et Robert Mayer (Université de Montréal)
L’analyse des problèmes sociaux est encore aujourd’hui au cœur de la formation de plusieurs disciplines en sciences humaines, notamment en sociologie et en travail social. Les milieux francophones ont manifesté depuis quelques années un intérêt croissant pour l’analyse des problèmes sociaux, qui présentent maintenant des visages variables compte tenu des mutations des valeurs, des transformations du rôle de l’État, de la précarité de l’emploi et du phénomène de mondialisation. Partant, il devenait impératif de rendre compte, dans une perspective résolument multidisciplinaire, des nouvelles approches théoriques et méthodologiques dans l’analyse des problèmes sociaux ainsi que des diverses modalités d’intervention de l’action sociale, de l’action législative et de l’action institutionnelle à l’égard de ces problèmes.
La collection Problèmes sociaux et interventions sociales veut précisément témoigner de ce renouveau en permettant la diffusion de travaux sur divers problèmes sociaux. Pour ce faire, elle vise un large public comprenant tant les étudiants, les formateurs et les intervenants que les responsables administratifs et politiques.
Cette collection était à l’origine codirigée par Robert Mayer, professeur émérite de l’Université de Montréal, qui a signé et cosigné de nombreux ouvrages témoignant de son intérêt pour la recherche et la pratique en intervention sociale.

Directeur Henri Dorvil, Ph. D. École de Travail social, Université du Québec à Montréal
Codirectrice Guylaine Racine, Ph. D. École de Service social, Université de Montréal



Presses de l’Université du Québec Le Delta I, 2875, boulevard Laurier, bureau 450, Québec (Québec) G1V 2M2 Téléphone : 418 657-4399 Télécopieur : 418 657-2096 Courriel : puq@puq.ca Internet : www.puq.ca

Diffusion / Distribution :
Canada Prologue inc., 1650, boulevard Lionel-Bertrand, Boisbriand (Québec) J7H 1N7 Tél. : 450 434-0306 / 1 800 363-2864
France AFPU-D – Association française des Presses d’université Sodis, 128, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, 77403 Lagny, France – Tél. : 01 60 07 82 99
Belgique Patrimoine SPRL, avenue Milcamps 119, 1030 Bruxelles, Belgique – Tél. : 02 7366847
Suisse Servidis SA, Chemin des Chalets 7, 1279 Chavannes-de-Bogis, Suisse – Tél. : 022 960.95.32

Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Vedette principale au titre :
Responsabilités et violences envers les femmes
(Collection Problèmes sociaux & interventions sociales ; 66)
Comprend des références bibliographiques.
Comprend du texte en anglais.
ISBN 978-2-7605-3984-6
1. Violence envers les femmes. 2. Violence entre conjoints. 3. Femmes victimes de violence. I. Smedslund, Katja, 1975- . II. Risse, David, 1976- . III. Collection : Collection Problèmes sociaux et interventions sociales ; 66.
HV6626.R472 2014 362.82’92 C2013-942459-8

Les Presses de l’Université du Québec reconnaissent l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada et du Conseil des Arts du Canada pour leurs activités d’édition.
Elles remercient également la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) pour son soutien financier.

Conception graphique Richard Hodgson
Mise en pages Interscript
Conversion au format ePub Samiha Hazgui

Dépôt légal : 2e trimestre 2014 Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque et Archives Canada
© 2014 – Presses de l’Université du Québec Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés


Aux femmes du monde



« Il faut lever le voile… »
Le 27 janvier 2011, Marie-Andrée Bertrand nous écrivait :
Il faut lever le voile. La responsabilité des intervenants, des chercheurs et des militants est lourde. Il faut présenter avec force le résultat de nos travaux de recherche et de notre expérience professionnelle, rencontrer les législateurs, les magistrats et les policiers, publier nos travaux, aller sur les ondes de la radio et de la télévision.
et, le 12 février 2011, elle approfondissait en nous précisant :
Il appartient aux chercheurs et aux groupes militants de lever le voile, d’exiger la mise à jour de l’Enquête nationale sur la violence envers les femmes, de dénoncer la politique du gouvernement fédéral qui va en sens contraire en abolissant en 2007 la section recherche de Condition féminine Canada et de plusieurs centres pour femmes battues (Bertrand, 2007 et 2010) et de publier les résultats de nos propres recherches sur le volume et la gravité de la violence envers les femm es.
Il s’agit d’extraits de plusieurs propositions faites par Marie-Andrée Bertrand pour son intervention prévue au programme du colloque international « Violences envers les femmes : responsabilités individuelles et collectives », avant qu’elle ne décède subitement. Ce colloque a eu lieu à l’Université de Sherbrooke les 9 et 10 mai 2011 dans le cadre du congrès annuel de l’Acfas (Association francophone pour le savoir). En voici les actes, intégrant d’autres perspectives que celles qui y furent présentées.
Marie-Andrée Bertrand est la première Québécoise et la première femme à obtenir un doctorat en criminologie de l’Université de Californie à Berkeley en 1967. Elle enseigne de 1967 à 1997 comme professeure à l’École de criminologie de l’Université de Montréal, rattachée au Centre international de criminologie comparée. Grâce à sa formation universitaire américaine, son travail d’avant-garde sur les prisons pour femmes, ses travaux 1 sur le genre et le féminisme (Bertrand, 2001, 2004, 2005 ; Bertrand et al., 1990), Marie-Andrée Bertrand a contribué et contribue toujours à nourrir les débats sur les violences faites aux femmes (VFF). Sa pensée critique ne cesse de nous stimuler et de nous faire nous poser des questions importantes et d’actualité sur les lacunes et les manques de prise en compte du genre dans les réponses juridiques. Son analyse prenant en compte la perspective de genre traduit un souci permanent d’atteindre la justice sociale et l’équité entre les hommes et les femmes. En tant que militante féministe critique et engagée, sa lutte pour l’égalité des femmes en droit, dans la vie politique, professionnelle et sociale, durera plus de quarante ans et sera récompensée par la création du prix du Québec au nom de Marie-Andrée Bertrand. Ce prix du Québec pour l’innovation sociale est la plus haute distinction octroyée à une personne dont l’envergure et la qualité scientifique des recherches ont mené à la mise en œuvre et au développement d’innovations sociales d’importance, conduisant au mieux-être des personnes et des collectivités.
Après l’hommage rendu à la regrettée Marie-Andrée Bertrand 2 en ouverture du colloque, nous souhaitons lui dédier ce collectif de recherche.
Nous nous souvenons d’elle, pleine de joie, d’énergie vitale et de générosité active, comme d’une personne qui avait répondu très rapidement avec un vif intérêt manifesté pour l’événement, en nous faisant profiter de son expertise de criminologue pour les femmes et en mettant ses idées originales et critiques au service de la réflexion générale sur les violences envers les femmes. Des idées riches et porteuses, fines et redoutables qui ne cessent d’alimenter celles et ceux qui s’intéressent à ces questions.
Puisse cette contribution posthume de Marie-Andrée Bertrand permettre une compréhension renouvelée et pluralisée des violences faites aux femmes, de leur réduction et de l’avancée des droits des femmes ainsi que des droits humains.
Bi bliographie
Bertrand, M.-A. (2001). « La difficile pratique de la recherche féministe interdisciplinaire », Resource for Feminist Research, vol. 29, nos 1-2, p. 105-115.
Bertrand, M.-A. (2004). « Les effets du genre et de la couleur du droit pénal sur l’intégration sociale des femmes et des autochtones judiciarisés », dans J. Poupart (dir.), Au-delà du système pénal, Montréal, Presses de l’Université du Québec, coll. « P roblèmes sociaux et interventions sociales », p. 169-190.
Bertrand, M.-A. (2005). « F&

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents