On entend dire que... La presse est morte
37 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

On entend dire que... La presse est morte

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
37 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


On entend dire que...
On entend un peu partout que la presse papier est morte. Cette affirmation a surtout la peau dure auprès du grand public.
Pourtant, beaucoup ignorent que la vente de journaux papier représente une large partie du chif


On entend dire que...



On entend un peu partout que la presse papier est morte. Cette affirmation a surtout la peau dure auprès du grand public.



Pourtant, beaucoup ignorent que la vente de journaux papier représente une large partie du chiffre d'affaires des grands groupes, que le secteur de la presse est extrêmement dynamique en termes de nouveautés, et que le numérique, s'il constitue un vrai succès d'audience et colle parfaitement aux nouvelles pratiques médiatiques, est loin de dégager les résultats escomptés. Au mieux, le numérique, tout confondu, représente 15 % du chiffre d'affaires des groupes.



Quoiqu'on puisse en dire, le papier porte toujours l'économie de l'information écrite !




  • Remerciements


  • Avant-propos


  • "Winter is coming"


  • Bouger pour survivre


  • Introduction


    • Une baisse continue des ventes de la presse


    • Plus de presse papier en France en 2029 ?


    • "On prédisait déjà notre mort il y a dix ans"


    • Les revenus issus du papier sont encore majoritaires


    • Un discours négatif chez les éditeurs eux-mêmes


    • Les plans sociaux se suivent et se ressemblent




  • Chapitre 1


    • Le secteur de la presse est-il immobile ?


    • Les Français continuent de lire la presse


    • L'audience de 146 titres de presse progresse


    • Les lancements presse fleurissent encore et toujours


    • L'Opinion, un nouveau quotidien lancé en 2013


    • "L'avenir est numérique mais le papier reste un élément essentiel du chiffre d'affaires »


    • Les magazines ne sont pas en reste en termes de nouveautés


    • Les bons élèves de la presse


    • Des stratégies Web to Print gagnantes




  • Chapitre 2


    • La presse parvient-elle à opérer la transition numérique ?


    • Le Washington Post "un investissement personnel" pour Jeff Bezos


    • Personne n'a la formule magique


    • Les groupes de presse ont du mal à rentabiliser le digital


    • La publicité digitale peut rapporter dix fois moins que sur le Print


    • Plusieurs pistes pour gagner de l'argent en ligne


    • Passer d'un modèle fondé sur le papier à un modèle numérique


    • "Le numérique vit à nos crochets"


    • De bonnes audiences, des marques fortes


    • Développer des stratégies payantes


    • Les pure-players gratuits ont du mal à trouver le bon modèle


    • "Le juge de paix de la rentabilité économique va trancher"


    • Les modèles à suivre en France et à l'étranger


    • Les lecteurs sont prêts à payer du contenu de qualité en ligne




  • Chapitre 3


    • L'avenir de la presse Écrite est riche et multiple


    • Arrêter de courir après la diffusion en kiosques


    • Investir les bars, les boulangeries, les grandes surfaces


    • Tabler sur les diffusions numériques


    • "Etre présent sur tous les canaux de diffusion"


    • La lecture numérique progresse de 11 %


    • La presse papier, un produit de luxe pour certains contenus uniquement


    • Le papier reste statutaire


    • Interroger l'utilité de la presse TV ou de la presse cinéma sur papier


    • Vers une recomposition du paysage de la presse entre rapprochements et disparitions


    • Une perte de nombreuses marques média au niveau mondial




  • Bibliographie


  • Presse et Web


  • Ouvrages


  • Etudes

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 24 juillet 2014
Nombre de lectures 55
EAN13 9782212251739
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0049€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait



  • Bouger pour survivre


  • Introduction


    • Une baisse continue des ventes de la presse


    • Plus de presse papier en France en 2029 ?


    • "On prédisait déjà notre mort il y a dix ans"


    • Les revenus issus du papier sont encore majoritaires


    • Un discours négatif chez les éditeurs eux-mêmes


    • Les plans sociaux se suivent et se ressemblent




  • Chapitre 1


    • Le secteur de la presse est-il immobile ?


    • Les Français continuent de lire la presse


    • L'audience de 146 titres de presse progresse


    • Les lancements presse fleurissent encore et toujours


    • L'Opinion, un nouveau quotidien lancé en 2013


    • "L'avenir est numérique mais le papier reste un élément essentiel du chiffre d'affaires »


    • Les magazines ne sont pas en reste en termes de nouveautés


    • Les bons élèves de la presse


    • Des stratégies Web to Print gagnantes




  • Chapitre 2


    • La presse parvient-elle à opérer la transition numérique ?


    • Le Washington Post "un investissement personnel" pour Jeff Bezos


    • Personne n'a la formule magique


    • Les groupes de presse ont du mal à rentabiliser le digital


    • La publicité digitale peut rapporter dix fois moins que sur le Print


    • Plusieurs pistes pour gagner de l'argent en ligne


    • Passer d'un modèle fondé sur le papier à un modèle numérique


    • "Le numérique vit à nos crochets"


    • De bonnes audiences, des marques fortes


    • Développer des stratégies payantes


    • Les pure-players gratuits ont du mal à trouver le bon modèle


    • "Le juge de paix de la rentabilité économique va trancher"


    • Les modèles à suivre en France et à l'étranger


    • Les lecteurs sont prêts à payer du contenu de qualité en ligne




  • Chapitre 3


    • L'avenir de la presse Écrite est riche et multiple


    • Arrêter de courir après la diffusion en kiosques


    • Investir les bars, les boulangeries, les grandes surfaces


    • Tabler sur les diffusions numériques


    • "Etre présent sur tous les canaux de diffusion"


    • La lecture numérique progresse de 11 %


    • La presse papier, un produit de luxe pour certains contenus uniquement


    • Le papier reste statutaire


    • Interroger l'utilité de la presse TV ou de la presse cinéma sur papier


    • Vers une recomposition du paysage de la presse entre rapprochements et disparitions


    • Une perte de nombreuses marques média au niveau mondial




  • Bibliographie


  • Presse et Web


  • Ouvrages


  • Etudes

  • " />

    Marie Malaterre-Roques
    ON ENTEND DIRE QUE LA PRESSE ÉCRITE EST MORTE
    Copyright
    Groupe Eyrolles 61, bd Saint-Germain 75240 Paris Cedex 05 www.editions-eyrolles.com
    En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le présent ouvrage, sur quelque support que ce soit, sans autorisation de l’Éditeur ou du Centre Français d’Exploitation du Droit de copie, 20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris.
    © Groupe Eyrolles, 2014 ISBN : 978-2-212-86910-1
    Sommaire

    Remerciements
    Avant-propos
    « Winter is coming »
    Bouger pour survivre
    Introduction
    Une baisse continue des ventes de la presse
    Plus de presse papier en France en 2029 ?
    « On prédisait déjà notre mort il y a dix ans »
    Les revenus issus du papier sont encore majoritaires
    Un discours négatif chez les éditeurs eux-mêmes
    Les plans sociaux se suivent et se ressemblent
    Chapitre 1
    Le secteur de la presse est-il immobile ?
    Les Français continuent de lire la presse
    L’audience de 146 titres de presse progresse
    Les lancements presse fleurissent encore et toujours
    L’Opinion , un nouveau quotidien lancé en 2013
    « L’avenir est numérique mais le papier reste un élément essentiel du chiffre d’affaires »
    Les magazines ne sont pas en reste en termes de nouveautés
    Les bons élèves de la presse
    Des stratégies Web to Print gagnantes
    Chapitre 2
    La presse parvient-elle à opérer la transition numérique ?
    Le Washington Post « un investissement personnel » pour Jeff Bezos
    Personne n’a la formule magique
    Les groupes de presse ont du mal à rentabiliser le digital
    La publicité digitale peut rapporter dix fois moins que sur le Print
    Plusieurs pistes pour gagner de l’argent en ligne
    Passer d’un modèle fondé sur le papier à un modèle numérique
    « Le numérique vit à nos crochets »
    De bonnes audiences, des marques fortes
    Développer des stratégies payantes
    Les pure-players gratuits ont du mal à trouver le bon modèle
    « Le juge de paix de la rentabilité économique va trancher »
    Les modèles à suivre en France et à l’étranger
    Les lecteurs sont prêts à payer du contenu de qualité en ligne
    Chapitre 3
    L’avenir de la presse Écrite est riche et multiple
    Arrêter de courir après la diffusion en kiosques
    Investir les bars, les boulangeries, les grandes surfaces
    Tabler sur les diffusions numériques
    « Être présent sur tous les canaux de diffusion »
    La lecture numérique progresse de 11 %
    La presse papier, un produit de luxe pour certains contenus uniquement
    Le papier reste statutaire
    Interroger l’utilité de la presse TV ou de la presse cinéma sur papier
    Vers une recomposition du paysage de la presse entre rapprochements et disparitions
    Une perte de nombreuses marques média au niveau mondial
    Bibliographie
    Presse et Web
    Ouvrages
    Études
    Remerciements
    Avant tout, je tiens à remercier chaleureusement Didier Falcand, éditeur et fondateur des Clés de la Presse , sans qui l’idée même de cet ouvrage n’aurait jamais fait son chemin.
    Merci également à toutes les personnes qui ont participé à cette réflexion sur l’avenir de la presse avec enthousiasme et professionnalisme : Jean-Christophe Tortora (président de La Tribune ), Franz-Olivier Giesbert (P.-D.G. du Point qui a quitté le journal pour laisser les rênes à Étienne Gernelle), Xavier Romatet (P.-D.G de Condé Nast), Laurent Joffrin (ex-directeur du Nouvel Observateur de retour aux commandes de Libération ), Jacques Hardoin (directeur général de La Voix du Nord ), Arnaud de Puyfontaine (CEO Hearst UK et désormais directeur général des activités contenus et médias au sein du groupe Vivendi), Rolf Heinz (président de Prisma Média), Dominique Quinio (directrice de La Croix ), Bruno Lesouëf (directeur des affaires publiques pour la presse de Lagardère Active), Francis Morel (P.-D.G. des Échos ), Jean-Paul Lubot (directeur général délégué du groupe Marie Claire), Marc Feuillée (directeur général du Figaro ), Christophe Barbier (directeur général de L ’ Express ), Véronique Faujour (directrice générale Uni Editions), Olivier Bonsart (directeur délégué du groupe Sipa Ouest France et président de 20 Minutes ), Jean-Christophe Thiery (président de Bolloré Média), Carmine Perna (directeur général de Mondadori France), Louis Dreyfus (président du directoire du Monde ), Natalie Nougayrède (ex-directrice du Monde ), Edwy Plenel (cofondateur et directeur de Médiapart), Nicolas Demorand (ancien directeur de Libération ) Jean Hornain (directeur général du Parisien ), Nicolas Beytout (fondateur de L’Opinion ), Vincent Hirtz (directeur de la diffusion de L’Opinion ), Grégory Lassus-Debat (cofondateur de Causette ).
    Et d’autres professionnels qui, au travers de discussions informelles, ont largement contribué à nourrir cet essai. Sans oublier les nombreux journalistes et kiosquiers avec qui j’ai souvent l’occasion d’échanger, ainsi que ma famille et mes amis qui ont toujours répondu présents pour me livrer leurs expériences et leur sentiment concernant l’avenir de la presse. Ils m’ont soutenue dans l’élaboration de l’enquête qui suit.
    Avant-propos
    L’idée de cet ouvrage n’est en aucun cas de nier les difficultés rencontrées depuis plusieurs années par le secteur de la presse en France. Le constat est alarmant. Les diffusions baissent, les recettes publicitaires plongent, les lecteurs ne semblent plus prêts à payer pour lire les journaux, pas même pour accéder à l’information. Dans les groupes de presse, les plans sociaux se suivent et se ressemblent.
    « Winter is coming »
    Le paysage semble bien sombre. Coup de massue supplémentaire, au tout début de notre enquête, Lagardère Active, le poids lourd de la presse magazine en France, éditeur de titres célèbres comme Elle , Paris Match ou encore Le Journal du dimanche (JDD), a décidé de se délester de dix de ses magazines. « Si – ce qui n’est pas notre perspective – nous n’arrivions pas à céder certains de ces titres, nous n’aurions d’autre choix que de les fermer », a même écrit, Denis Olivennes, président du directoire du groupe Lagardère Active qui a repris sous son aile les activités de presse magazine une semaine plus tôt, le 10 octobre. Et d’ajouter : « Ces titres cédés sont d’une grande qualité, ils ont des équipes hautement professionnelles. Mais, Lagardère Active doit impérativement resserrer son portefeuille pour concentrer ses efforts d’investissement. » Les mots sont lâchés, la plupart des titres de presse du groupe Lagardère Active ne sont plus assez rentables pour l’actionnaire.
    Au début du mois d’avril 2014, c’est finalement une offre commune, formulée par les groupes Rossel et Reworld Media, qui a remporté la mise. Le premier, notamment éditeur du Soir à Bruxelles et du quotidien La Voix du Nord , en France, est désormais l’heureux propriétaire du mensuel de cinéma Première , mais aussi de Psychologies , repris en partenariat avec trois autres investisseurs belges. Le second, Reworld Media, déjà éditeur de Marie France et de Télé Magazine , reprend les autres titres comme le féminin Be , Auto Moto , Union , Pariscope en papier, mais aussi trois autres titres de décoration.
    Leur offre commune a été préférée à celle de Didier Quillot, ancien patron de Lagardère active, qui s’était associé à deux entrepreneurs spécialistes du Web, Marc Menasé et Alexis Caude, et au banquier Charles-Henri Rossignol.
    « Winter is coming » (l’hiver arrive), se sont empressés de répéter sur les ondes et à la télévision, les spécialistes des médias et autres sociologues. Mais quel hiver ? Celui d’une France sans presse papier ? Dans cinq ans ? Dans dix ans ? « Comment expliquer que l’on fabrique encore des produits que plus personne n’achète ? » va même jusqu’à analyser Philippe Jannet, aujourd’hui directeur général du kiosque ePresse et ancien patron numérique des Échos et du Monde interactif . Et d’évoquer plus particulièrement la crise sans précédent que vivent actuellement les quotidiens nationaux payants. Il affirme « Regardez ce qui se passe au Financial Times . Avant, à travers ses différentes éditions, partout dans le monde, le soleil ne se couchait jamais sur ce journal. » En effet, le quotidien économique britannique a annoncé, en octobre 2013, son intention de ne publier qu’une seule édition par jour afin de pouvoir consacrer plus de ressources à ses publications numériques. La fin d’une époque.
    Bouger pour survivre
    Si certains prédicateurs, et notamment aux États-Unis, n’hésitent pas une seule seconde à enterrer la presse, la majorité des éditeurs, journalistes, lecteurs, patr

    • Accueil Accueil
    • Univers Univers
    • Ebooks Ebooks
    • Livres audio Livres audio
    • Presse Presse
    • BD BD
    • Documents Documents