Churchill
483 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Churchill

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
483 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

année après année les Éditions Chronique reviennent sur tous les moments les plus bouleversants, étonnants et enthousiasmants qui ont marqué le monde politique, culturel et sportif. L'année 2006 a été riche en événements, de l'affaire Clearstream aux mani

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 68
EAN13 9782366020014
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0045€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Churchill

Tout savoir sur « la plus grande personnalité britannique qui ait jamais vécu » selon les Anglais.
François NIDA

© Wissen Media Verlag Gmbh, pour le système Chronique © 1997 - Jacques Legrand © 2005 - Éditions Chronique - Dargaud SA © Éditions Chronique – Mediatoon Licensing, pour la présente édition.
L'œuvre présente sur le fichier que vous venez d'acquérir est protégée par le droit d'auteur.
Toute copie ou utilisation autre que personnelle constituera une contrefaçon et sera susceptible d'entraîner des poursuites civiles et pénales.
EAN : 9782366020014
Éditions Chronique Mediatoon Licensing 15-27, rue Moussorgski – 75018 Paris E-mail : contact@editions-chronique.com Site Internet : http://www.editions-chronique.com
Churchill
Sommaire
1066 Dimanche 14 octobre 1066
1141 1141
1305 1305
1652 1652
1685 1685
1688 1688
1699 1699
1702 1702
1704 Mercredi 13 août 1704
1711 1711
1722 Mardi 16 juin 1722
1733 1733
1817 1817
1840 1840
1874 1874 Mercredi 15 avril 1874 Lundi 30 novembre 1874 1875 à 1880 1881 à 1885 1886 à 1889 1890 à 1893 1894 à 1895 1896 à 1900 1901 à 1907 1908 à 1911 1912 à 1913
1914 Mercredi 11 février 1914 Jeudi 19 mars 1914 Samedi 4 avril 1914 Samedi 25 avril 1914 Mardi 26 mai 1914 Samedi 6 juin 1914 Dimanche 28 juin 1914 Jeudi 23 juillet 1914 Dimanche 26 juillet 1914 Mardi 4 août 1914 Lundi 17 août 1914 Dimanche 23 août 1914 Lundi 31 août 1914 Jeudi 3 septembre 1914 Lundi 14 septembre 1914 Mardi 15 septembre 1914 Dimanche 4 octobre 1914 Lundi 5 octobre 1914 Mercredi 7 octobre 1914 Vendredi 30 octobre 1914 Mardi 3 novembre 1914 Mercredi 4 novembre 1914 Mardi 10 novembre 1914 Vendredi 11 décembre 1914 Vendredi 25 décembre 1914
1915 1915 Mardi 5 janvier 1915 Lundi 11 janvier 1915 Jeudi 21 janvier 1915 Mardi 2 février 1915 Lundi 1 er mars 1915 Mercredi 7 avril 1915 Mercredi 14 avril 1915 Jeudi 22 avril 1915 Vendredi 7 mai 1915 Samedi 15 mai 1915 Dimanche 23 mai 1915 Mardi 25 mai 1915 Lundi 21 juin 1915 Vendredi 23 juillet 1915 Lundi 30 août 1915 Mardi 12 octobre 1915 Samedi 20 novembre 1915 Jeudi 2 décembre 1915 Lundi 20 décembre 1915 1916 à 1917
1918 Mardi 8 janvier 1918 Jeudi 31 janvier 1918 Dimanche 3 mars 1918 Jeudi 21 mars 1918 Mardi 26 mars 1918 Samedi 30 mars 1918 Samedi 6 avril 1918 Samedi 13 avril 1918 Vendredi 10 mai 1918 Samedi 1 er juin 1918 Dimanche 2 juin 1918 Lundi 3 juin 1918 Mardi 16 juillet 1918 Mercredi 31 juillet 1918 Jeudi 8 août 1918 Vendredi 9 août 1918 Lundi 30 septembre 1918 Mardi 1 er octobre 1918 Mercredi 30 octobre 1918 Dimanche 3 novembre 1918 Samedi 9 novembre 1918 Lundi 11 novembre 1918 Vendredi 15 novembre 1918 Mardi 26 novembre 1918 Samedi 28 décembre 1918 Mardi 31 décembre 1918 1919 à 1920 1921 à 1922 1923 à 1924 1925 à 1927 1928 à 1929 1930 à 1935 1936 à 1938
1939 1939 Janvier 1939 Mercredi 11 janvier 1939 Lundi 27 février 1939 Mercredi 15 mars 1939 Vendredi 31 mars 1939 Lundi 24 avril 1939 Jeudi 4 mai 1939 Lundi 22 mai 1939 Dimanche 30 juillet 1939 Jeudi 17 août 1939 Mercredi 23 août 1939 Jeudi 31 août 1939 Vendredi 1 er septembre 1939 Samedi 2 septembre 1939 Dimanche 3 septembre 1939 Mercredi 6 septembre 1939 Lundi 18 septembre 1939 Dimanche 1 er octobre 1939 Mercredi 4 octobre 1939 Samedi 14 octobre 1939 Mercredi 8 novembre 1939 Jeudi 30 novembre 1939 Dimanche 17 décembre 1939 Dimanche 24 décembre 1939
1940 1940 Janvier 1940 Samedi 17 février 1940 Vendredi 23 février 1940 Jeudi 14 mars 1940 Mardi 2 avril 1940 Lundi 8 avril 1940 Jeudi 2 mai 1940 Vendredi 10 mai 1940 Lundi 13 mai 1940 Mercredi 29 mai 1940 Vendredi 31 mai 1940 Mardi 4 juin 1940 Lundi 10 juin 1940 Vendredi 14 juin 1940 Dimanche 16 juin 1940 Mardi 18 juin 1940 Samedi 22 juin 1940 Vendredi 28 juin 1940 Mercredi 3 juillet 1940 Mercredi 10 juillet 1940 Mardi 17 septembre 1940 Lundi 23 septembre 1940 Lundi 30 septembre 1940 Samedi 9 novembre 1940 Dimanche 15 décembre 1940 Lundi 30 décembre 1940
1941 Mercredi 22 janvier 1941 Vendredi 14 février 1941 Lundi 10 mars 1941 Mardi 11 mars 1941 Mercredi 19 mars 1941 Jeudi 3 avril 1941 Dimanche 13 avril 1941 Jeudi 17 avril 1941 Dimanche 27 avril 1941 Samedi 10 mai 1941 Dimanche 11 mai 1941 Lundi 12 mai 1941 Mardi 20 mai 1941 Mardi 27 mai 1941 Jeudi 29 mai 1941 Dimanche 8 juin 1941 Dimanche 22 juin 1941 Lundi 14 juillet 1941 Lundi 21 juillet 1941 Mardi 12 août 1941 Lundi 1 er septembre 1941 Jeudi 18 septembre 1941 Jeudi 16 octobre 1941 Dimanche 7 décembre 1941 Mercredi 10 décembre 1941 Jeudi 11 décembre 1941 Mardi 30 décembre 1941
1942 1942 Jeudi 15 janvier 1942 Lundi 9 février 1942 Jeudi 16 avril 1942 Mardi 26 mai 1942 Samedi 30 mai 1942 Juin 1942 Dimanche 7 juin 1942 Dimanche 21 juin 1942 Mardi 23 juin 1942 Jeudi 2 juillet 1942 Dimanche 2 août 1942 Jeudi 6 août 1942 Lundi 17 août 1942 Mercredi 19 août 1942 Mercredi 2 septembre 1942 Vendredi 18 septembre 1942 Mercredi 28 octobre 1942 Mardi 10 novembre 1942 Dimanche 15 novembre 1942 Vendredi 27 novembre 1942 Jeudi 17 décembre 1942
1943 Samedi 23 janvier 1943 Samedi 30 janvier 1943 Dimanche 31 janvier 1943 Dimanche 7 février 1943 Mercredi 12 mai 1943 Dimanche 16 mai 1943 Mercredi 19 mai 1943 Jeudi 3 juin 1943 Mercredi 30 juin 1943 Dimanche 4 juillet 1943 Jeudi 8 juillet 1943 Samedi 10 juillet 1943 Mardi 13 juillet 1943 Dimanche 25 juillet 1943 Mardi 24 août 1943 Mercredi 25 août 1943 Vendredi 3 septembre 1943 Mercredi 8 septembre 1943 Dimanche 12 septembre 1943 Samedi 20 novembre 1943 Jeudi 25 novembre 1943 Lundi 29 novembre 1943 Mardi 30 novembre 1943 Mercredi 1 er décembre 1943 Samedi 18 décembre 1943 Vendredi 24 décembre 1943 Samedi 25 décembre 1943 Vendredi 31 décembre 1943
1944 1944 Mardi 11 janvier 1944 Samedi 15 janvier 1944 Samedi 22 janvier 1944 Samedi 26 février 1944 Jeudi 9 mars 1944 Jeudi 23 mars 1944 Samedi 8 avril 1944 Lundi 24 avril 1944 Samedi 3 juin 1944 Dimanche 4 juin 1944 Mardi 6 juin 1944 Mercredi 14 juin 1944 Vendredi 16 juin 1944 Jeudi 20 juillet 1944 Samedi 22 juillet 1944 Lundi 7 août 1944 Lundi 14 août 1944 Vendredi 25 août 1944 Samedi 26 août 1944 Lundi 4 septembre 1944 Vendredi 8 septembre 1944 Samedi 16 septembre 1944 Lundi 25 septembre 1944 Samedi 14 octobre 1944 Mardi 17 octobre 1944 Mardi 7 novembre 1944 Samedi 11 novembre 1944 Samedi 16 décembre 1944 Mardi 26 décembre 1944 Dimanche 31 décembre 1944
1945 Mardi 9 janvier 1945 Dimanche 11 février 1945 Mercredi 14 février 1945 Jeudi 15 mars 1945 Dimanche 25 mars 1945 Lundi 26 mars 1945 Jeudi 12 avril 1945 Mardi 17 avril 1945 Samedi 28 avril 1945 Lundi 30 avril 1945 Mardi 8 mai 1945 Mercredi 23 mai 1945 Lundi 4 juin 1945 Mardi 26 juin 1945 Dimanche 1 er juillet 1945 Dimanche 15 juillet 1945 Samedi 21 juillet 1945 Lundi 23 juillet 1945 Mercredi 25 juillet 1945 Jeudi 26 juillet 1945 Mercredi 1 er août 1945 Lundi 6 août 1945 Mardi 14 août 1945 Mercredi 15 août 1945 Lundi 20 août 1945 Mercredi 5 septembre 1945 Mercredi 19 septembre 1945 Mardi 13 novembre 1945 Jeudi 13 décembre 1945
1946 Mardi 1 er janvier 1946 Mercredi 30 janvier 1946 Vendredi 1 er février 1946 Jeudi 7 février 1946 Mars 1946 Mardi 5 mars 1946 Mercredi 6 mars 1946 Lundi 11 mars 1946 Samedi 16 mars 1946 Lundi 8 avril 1946 Mercredi 10 avril 1946 Jeudi 18 avril 1946 Mardi 7 mai 1946 Mercredi 8 mai 1946 Vendredi 10 mai 1946 Dimanche 26 mai 1946 Jeudi 13 juin 1946 Dimanche 14 juillet 1946 Lundi 22 juillet 1946 Août 1946 Mercredi 14 août 1946 Lundi 19 août 1946 Jeudi 19 septembre 1946 Mercredi 16 octobre 1946 Mardi 3 décembre 1946 1947 à 1948 1949 à 1950 1951 à 1952 1953 à 1955 1956 à 1964
1965 1965 Vendredi 15 janvier 1965 Mercredi 20 janvier 1965 Samedi 30 janvier 1965 Lundi 1 er février 1965 Jeudi 25 février 1965 Dimanche 14 mars 1965 Mercredi 31 mars 1965 Jeudi 1 er avril 1965 Vendredi 14 mai 1965 Jeudi 10 juin 1965 Mardi 15 juin 1965 Mardi 27 juillet 1965 Dimanche 1 er août 1965 Samedi 11 septembre 1965 Mercredi 22 septembre 1965 Lundi 27 septembre 1965 Mercredi 6 octobre 1965 Jeudi 11 novembre 1965 Jeudi 16 décembre 1965
1066 Dimanche 14 octobre 1066
Dimanche 14 octobre 1066

Brèves

Octobre 1066
14 octobre 1066

. Un membre de la famille normande de Courcelle arrive en Angleterre avec Guillaume le Conquérant.
Sommaire
1141 1141
1141

Brèves

1141
1141

. Sir Bartholomew de Churchill, partisan du roi Etienne, défend le château de Bristol contre l'impératrice Matilda.
Sommaire
1305 1305
1305

Brèves

1305
Vers 1305

. La seigneurie de Churchill est saisie par le roi Edouard I er .
Sommaire
1652 1652
1652

Brèves

1652
1652

. Sir John Churchill achète la seigneurie de Churchill. Il épouse une Winstone, membre de l'aristocratie, et arrange le mariage de son fils, Winston, avec Elizabeth, issue de la famille de Sir Francis Drake.
Sommaire
1685 1685
1685

Brèves

1685
1685

. Sir John Churchill meurt. Député de Bristol et maître des honneurs, il a fortement accru la fortune des Churchill.
Sommaire
1688 1688
1688

Brèves

1688
1688

. Sir Winston Churchill décède trois ans après son père. Ses trois fils sont militaires. John, major général, a été fait baron Churchill de Sandridge, George est capitaine de vaisseau et Charles, officier.
Sommaire
1699 1699
1699

Brèves

1699
1699

. La fille de John Churchill, Anne, épouse Charles Spencer, héritier du comte de Sunderland.
Sommaire
1702 1702
1702

Brèves

1702
1702

. John Churchill est fait premier duc de Marlborough.
Sommaire
1704 Mercredi 13 août 1704
Mercredi 13 août 1704

Défaite des Français à Blenheim
Blenheim

Le premier duc de Marlborough, John Churchill, a écrasé l'armée de Louis XIV près de ce petit village des bords du Danube. A marche forcée et à l'étonnement de tous, son armée anglo-hollandaise, partie de la mer du Nord, a atteint le cœur de l'Europe pour rejoindre celle de ce grand soldat qu'est le prince Eugène de Savoie. Réunies, ces forces ont attaqué les Franco-Bavarois au petit matin. Les combats ont fait rage toute la journée. L'issue est restée incertaine jusqu'à la manœuvre de Marlborough : le duc a lancé quatre-vingts escadrons de cavalerie contre l'infanterie française et l'a taillée en pièces. Ce soir, les Français fuient à travers la Forêt-Noire. C'est l'une des grandes victoires de cette guerre de Succession d'Espagne.
Savoie, Eugène de / Louis XIV, roi de France / Grande-Bretagne / France / Churchill de Sandridge, baron John / Blenheim
Sommaire
1711 1711
1711

Sarah se brouille avec la reine
Janvier 1711

Le duc de Marlborough, ce général victorieux et l'un des hommes les plus puissants d'Angleterre, n'a plus les faveurs de la reine Anne. Cette brouille a des causes politiques. Elle découle aussi de la rupture entre la reine et la fière et tempétueuse épouse du duc, Sarah. Elle s'était acquis un immense pouvoir à la cour en tant que maîtresse de la Garde-Robe et de la Cassette royale. Son erreur a été d'adopter, à l'égard de la reine, une attitude très impérieuse et d'introduire à la cour une jeune parente, Abigail Hill. Celle-ci a en effet supplanté Sarah dans le cœur de la reine et a secrètement servi les intérêts de l'adversaire politique de Marlborough, Robert Harley, le chancelier de l'Echiquier. Sarah a été démise de ses fonctions et les ennemis de son mari sont désormais au pouvoir. Cependant, les alliés de l'Angleterre contre la France ont tous déclaré qu'ils ne se battraient que sous les ordres de Marlborough. C'est pourquoi celui-ci a accepté, pour la dixième année d'affilée, de reprendre du service.
Sommaire
1722 Mardi 16 juin 1722
Mardi 16 juin 1722

Brèves

Juin 1722
16 juin 1722

. Le duc de Marlborough meurt à l'âge de 72 ans. Comme il n'a pas d'héritier mâle, sa fille aînée, Henrietta, est autorisée, à titre exceptionnel et pour maintenir le nom, à devenir la duchesse de Marlborough.
Marlborough, duchesse Henrietta de / Marlborough (duché de) / Churchill de Sandridge, baron John
Sommaire
1733 1733
1733

Brèves

1733
1733

. Charles Spencer, le fils d'Anne Churchill, hérite Blenheim Palace et le duché de Marlborough de sa tante Henrietta. Le nom de la famille est désormais Spencer.
Sommaire
1817 1817
1817

Brèves


1817
1817

. Le quatrième duc meurt après avoir vécu 58 ans à Blenheim. Il a doté ce monument d'une magnifique collection d'art et d'un parc dessiné par Capability Brown, dont même George III est jaloux.

1817
1817

. Par décret royal, le cinquième duc change le nom de la famille en Spencer-Churchill pour « perpétuer la mémoire de son illustre ancêtre ».
Sommaire
1840 1840
1840

Brèves

1840
1840

. Mort du cinquième duc. Il a ruiné la famille en dépensant son argent dans sa collection d'incunables et dans ses jardins.
Sommaire
1874 1874 Mercredi 15 avril 1874 Lundi 30 novembre 1874
1874

Winston est né au milieu d'une fête à Blenheim


Brèves

1874
1874

. Lord Randolph Churchill, fils cadet du septième duc, fait ses débuts en politique comme membre du Parlement.
Sommaire
Mercredi 15 avril 1874

Jennie et Randolph, un couple brillant
Paris

Lord Randolph Churchill, second fils du duc de Marlborough et âgé de 25 ans, a épousé à l'ambassade de Grande-Bretagne Jennie Jerome, une belle New-Yorkaise de 20 ans. Ils forment un couple étincelant : elle, beauté aux yeux sombres, et lui, aristocrate jusqu'au bout des ongles. Ils tenaient à ce mariage malgré les réticences de leurs deux familles. Les Churchill se méfient de son père à elle, un entrepreneur yankee sans scrupules. Et celui-ci n'apprécie pas du tout les exigences des Churchill qui veulent que Lord Randolph ait le contrôle de la dot de Jennie.
Jerome, Jennie / Churchill, Lord Randolph
Sommaire
Lundi 30 novembre 1874

Un bébé né dans… une penderie
Blenheim Palace

Ce soir, prématurément et durant un bal, Lady Randolph Churchill a donné naissance à un fils. Celui-ci, attendu dans plusieurs semaines, a cependant décidé d'apparaître au milieu des festivités. Aux premières contractions, Lady Randolph a bien voulu rejoindre sa chambre mais, au milieu d'un long couloir, son fils était si impatient de faire son entrée dans le monde qu'elle a dû s'arrêter dans une petite pièce qui servait de vestiaire. C'est là, au beau milieu des capes de velours et des boas de plumes, qu'est né Winston Leonard Spencer Churchill.
Jerome, Jennie / Churchill, Sir Winston / Churchill, Lord Randolph / Blenheim Palace
Sommaire
1875 à 1880


Un scandale agite la famille Churchill


L'oncle Blandford au cœur de l'histoire
Londres

George, marquis de Blandford et le frère aîné de Lord Randolph, s'est compromis dans une scandaleuse liaison avec la comtesse d'Aylesford dont le mari est aux Indes avec le prince de Galles. La haute société de Londres bruisse de mille rumeurs sur cette affaire. Il se murmure que Aylesford était à peine parti que Blandford s'installait aussitôt dans une auberge près du domaine de sa maîtresse. Avec deux enfants, son mariage ne lui aurait guère apporté d'autres satisfactions. Surnommé « Sporting Joe », son mari est connu pour être violent. Elle s'est entichée de Blandford qui parle de l'épouser, alors que lui-même est marié à la fille du duc d'Abercorn, Bertha. Promesse vaine : Lady Aylesford a en effet écrit à son mari pour lui confesser son infidélité.

Randolph se met à dos le prince héritier
Londres

Lord Randolph se retrouve entraîné dans les remous déclenchés par la liaison entre Lady Aylesford et son frère. En voulant aider celui-ci à sortir de ce mauvais pas, il s'est mis à dos son ancien ami, le prince de Galles. Randolph, inconsidérément, avait fait appel à la princesse de Galles afin qu'elle pousse son mari à rejeter la demande en divorce de Lord Aylesford. Randolph a aussi laissé entendre dans certains cercles qu'il détenait quelques lettres assez compromettantes du prince à Lady Aylesford. La reine Victoria a été furieuse d'apprendre ces démarches de Randolph auprès de sa belle-fille. Quand, en Inde, le prince eut vent de tous ces bruits, il fit parvenir à Randolph une lettre acrimonieuse. Ce dernier l'interpréta comme une invitation au duel ou une demande d'excuses. Estimant qu'il ne pouvait pas se battre contre un héritier du trône, il présenta donc ses excuses à contrecœur. Pas satisfait, le prince suggère au Tout-Londres d'ignorer désormais les Churchill.

Les Marlborough envoyés en « exil »
Dublin

Le nouveau vice-roi d'Irlande, le duc de Marlborough, est arrivé pour prendre ses fonctions. La duchesse, son fils, Lord Randolph, qui sera le secrétaire particulier du duc, Lady Randolph et leur fils Winston, âgé de 2 ans, l'accompagnent. C'est un grand honneur, même pour un duc, d'être le représentant de la reine en Irlande. Mais le duc considère cette nomination plus comme un exil doré que comme une récompense. C'est la conséquence directe de l'affaire Aylesford. La situation à Londres était devenue intenable. Suite au diktat du prince de Galles, peu de gens continuaient à les fréquenter. C'était si intolérable pour Randolph et Jennie qu'ils s'éclipsèrent aux Etats-Unis pour l'été. Blandford, lui, s'en moquait puisqu'il vit avec sa maîtresse. La reine dut faire appel à toute la diplomatie de Benjamin Disraeli pour résoudre ce problème. C'est lui qui a suggéré d'envoyer les Marlborough à Dublin. Le duc, ne pouvant faire face aux dépenses qui en résulteraient, a d'abord refusé le poste. Disraeli a finalement réussi à le persuader qu'il serait sage qu'il accepte. La cour ainsi que la haute société en sont soulagées. Les amis du prince et des Churchill n'ont plus à choisir entre les deux. Désormais, il reste à savoir ce que les bouillants Irlandais vont penser de ce nouveau représentant de la Couronne.

Jennie à la pointe des mondanités
Dublin

Jennie Churchill a déjà apposé sa marque sur la société dublinoise. Arborant son ornement favori, une étoile de diamant, elle brille de tous les feux de la vice-royauté lors des bals donnés dans les belles demeures géorgiennes de l'aristocratie anglo-irlandaise. C'est aussi une cavalière intrépide et élégante qui participe aux chasses à courre, poussant sa monture à travers les fossés et les haies de la campagne irlandaise. Elle est ce que les Irlandais aiment par-dessus tout, une femme courageuse et belle. Son éducation, d'abord à Brooklyn puis à Paris, et l'exemple de son flibustier de père ont fait d'elle une personne pleine d'ardeur et de franchise, entourée d'un cercle d'admirateurs dévoués. Bien sûr, elle ne consacre que peu de temps à Winston. Il attend ses visites avec plaisir et impatience : elle l'emmène en ville. Le jeune garçon compense ce manque d'affection avec nanny Everest. Lord Randolph est aussi devenu une belle figure de la haute société de Dublin. Peu porté sur la danse, il est, comme son épouse, un chasseur infatigable. Parcourant la campagne, il connaît les problèmes de l'Irlande rurale, les risques de disette et les expulsions massives des petits paysans. Il l'a comprise à tel point qu'il en a conçu des idées et des solutions libérales très éloignées de celles défendues par ses collègues du parti tory.

A 5 ans, Winston a un frère, John
Dublin

Lady Randolph Churchill a donné naissance à un second fils, dont le nom de baptême sera John Strange Spencer-Churchill. Ce garçon n'est pas arrivé avec la hâte de son aîné. Tout avait été prévu et préparé dans la résidence officielle des Churchill à Pheonix Park. Le nouveau-né est pris en charge par des nurses, sous les yeux attentifs de M lle Everest, la nounou de Winston. Nul doute que celle-ci saura aussi bien prendre soin du petit John qu'elle s'est occupée de Winston quand la mère de celui-ci a repris sa vie mondaine, pleine de bals et de chasses. Lady Randolph aime ses enfants mais… de loin.

La chute de Disraeli profite aux Churchill
Londres

Le duc de Marlborough devrait être bientôt rappelé de Dublin, après la défaite écrasante subie par Disraeli face à Gladstone lors des élections générales du mois dernier. Vu les circonstances de sa nomination, le duc s'en est finalement très bien sorti à ce poste. Jennie et Randolph se sont installés au 29, St James's Place. Celui-ci a réussi à conserver son siège d'élu de Woodstock, près de Blenheim. Il entend poursuivre sa carrière politique à partir de cette nouvelle résidence londonienne. Si les consignes du prince à leur égard sont encore en vigueur, la colère de celui-ci semble s'émousser.

Brèves


1875 - 1880
13 janvier 1875

William Gladstone, le grand politicien britannique, se retire de la direction du Parti libéral.

1875 - 1880
8 novembre 1875

Le prince de Galles commence sa visite officielle en Inde.

1875 - 1880
25 novembre 1875

Benjamin Disraeli, le Premier ministre, achète pour la Grande-Bretagne une minorité de contrôle dans les parts du canal de Suez.

1875 - 1880
12 août 1876

Disraeli est fait comte de Beaconsfield par la reine.

1875 - 1880
15 août 1876

Violentes émeutes interconfessionnelles entre catholiques et protestants à Belfast.

1875 - 1880
Noël 1876

La reine intercède en faveur des Churchill auprès de son fils dans l'affaire Aylesford. Elle déclare qu'elle ne pourra pas leur interdire la cour.

1875 - 1880
1 er janvier 1877

Victoria est proclamée impératrice des Indes.

1875 - 1880
Mai 1877

Le prince de Galles a une nouvelle maîtresse, l'actrice Lily Langtry, surnommée « The Jersey Lily ».

1875 - 1880
Août 1877

Charles Stewart Parnell, membre d'une célèbre famille anglo-irlandaise, mène la campagne du Home Rule .

1875 - 1880
2 avril 1878

Lord Salisbury succède à Lord Derby au Foreign Office.

1875 - 1880
4 juin 1878

La Turquie et la Grande-Bretagne signent un accord secret permettant aux Anglais d'occuper Chypre contre une aide militaire.

1875 - 1880
13 juillet 1878

Disraeli obtient « la paix dans l'honneur » au congrès de Berlin, qui règle les conflits balkaniques.

1875 - 1880
1 er juin 1879

Le prince Louis Napoléon, fils de Napoléon III et officier dans l'armée britannique, est tué par les Zoulous.

1875 - 1880
Novembre 1879

Gladstone, âgé de 70 ans, revient en politique pour battre Disraeli et exercer un troisième mandat.

1875 - 1880
21 décembre 1879

Naissance de Joseph Staline à Gori en Géorgie.

1875 - 1880
Novembre 1880

Les ouvriers agricoles irlandais refusent de travailler sous les ordres du capitaine Boycott, l'agent de Lord Erne. Ils désignent leur action comme boycotting .

1875 - 1880
Décembre 1880

Les colons boers en Afrique du Sud déclarent la guerre aux Anglais et les chassent du Transvaal.
1881 à 1885


Très bon orateur, Lord Randolph se fait remarquer au Parlement
Londres

L'esprit vif de Lord Randolph et ses dons pour le débat parlementaire lui ont sans peine ouvert les portes du succès aux Communes, au milieu d'orateurs plutôt ternes. S'il se fait connaître dans tout le pays, c'est non seulement par ses discours bien tournés et bien préparés, mais aussi parce que ses yeux globuleux et sa belle moustache en font une cible de choix pour les caricaturistes. Avec ses amis, Arthur Balfour, J. E. Gorst et Sir Henry Drummond Wolff, il a créé à la droite du parti tory un groupe de pression qui cause plus de soucis à leur très fade leader, Sir Stafford Northcote, qu'aux libéraux du gouvernement. Ce sont eux, que l'on appelle parfois « le quatrième parti », qui ont mené les attaques contre Charles Bradlaugh, le nouvel élu radical, qui a refusé de prêter serment sous prétexte qu'il est athée. Bradlaugh est sorti des Communes sous les cris de « Bradlaugh et blasphème ». Lors de ce débat houleux, son omniprésence a éclipsé celle de son leader. Son rôle dans l'affaire Bradlaugh peut apparaître comme une véritable profession de foi tory, mais les choses sont plus nuancées. Lors de ses nombreuses tournées électorales à travers le pays, il a pu constater que les travailleurs tout comme les aristocrates pouvaient être tories. Il a donc commencé à changer d'avis sur la nécessité des réformes électorales et en particulier sur l'élargissement du droit de vote. Il dit désormais qu'il faut « faire confiance au peuple » et parle d'une « démocratie tory ». Il se pourrait que, derrière les grosses moustaches des caricaturistes, se cache un vrai libéral, et que celui-ci soit le futur leader qui saura enfin réformer de fond en comble le parti tory.

Winston, fasciné par son armée de plomb
Londres

Utilisant une collection de soldats miniatures de Blenheim, Winston se monte un splendide ensemble de guerriers, parfaitement équipés et peints. Il met en place des batailles sur le sol de sa chambre d'enfant, avec des charges de cavalerie, des modèles réduits de canons. Ce sont toujours les Anglais qui gagnent.

Son père décédé, Blandford lui succède
Blenheim

La mort du grand-père de Winston, le 7 e duc de Marlborough, signifie que c'est Blandford, son oncle, qui hérite du titre et de la propriété du palais. La vie du nouveau duc est toujours entachée par sa liaison avec Lady Aylesford. Il y a deux ans à Paris, celle-ci lui a donné un fils, Bertrand, et en février dernier sa femme a fini par divorcer. Lady Aylesford, elle, est toujours mariée, et son mari est parti aux Etats-Unis. Il y a acheté des terres au Texas pour mener une vie de rancher et de gros buveur. La situation paraît bloquée et Blandford semble chercher une nouvelle épouse ailleurs. Il a un fils légitime, Charles ; la succession est donc assurée. Après lui, vient Lord Randolph. Quant à Winston, il est le troisième en ligne dans l'ordre de succession de la famille Churchill à prétendre au titre ducal.

Fouetté et victime du sadisme de son principal
Londres

Le petit Winston Churchill est retiré de l'école St George. M lle Everest a en effet découvert les marques d'une sadique punition corporelle qui lui a été administrée par le révérend et principal H. W. Sneyd-Kynnersley. Winston était entré à St George il y a deux ans comme interne. C'est une des écoles les plus courues et les plus chères du royaume ; elle est censée préparer les garçons à Eton. Elle a même la lumière électrique. Jennie y a accompagné son fils et, confiante, s'en est remise à Sneyd-Kynnersley, persuadée, alors qu'elle retournait au tourbillon de ses mondanités, que son fils était en de bonnes mains. Winston vient en fait de passer deux horribles années bien qu'il ne s'en soit jamais plaint dans ses lettres à ses parents. Certes il est agressif et pas toujours facile à manier. Il a peu progressé en classe et pas du tout en sport. Son seul plaisir est la lecture. Il a compté chaque jour le séparant de celui où il retrouverait le doux réconfort de sa chambre d'enfant, sa collection de soldats et l'affection de M lle Everest. Ses notes restèrent uniformément mauvaises et il a ainsi reçu son lot de coups de fouet. Leur rituel est cruel. La pauvre victime doit baisser son pantalon. Ensuite, deux aînés la maintiennent courbée sur une malle couverte d'un drap noir. Le principal frappe alors de toutes ses forces avec sa baguette, si bien que les fesses du malheureux se couvrent de marques sanglantes. Ce sont les traces d'une telle punition que M lle Everest a montrées à la mère du jeune Winston. Ce dernier devrait aller maintenant dans une école bien plus calme, à Brighton, dirigée par deux vieilles filles. Autre avantage appréciable, le docteur de la famille Churchill, Robson Roose, vit dans les environs.

Souffrant, Lord Randolph visite les Indes
Calcutta

Lord Randolph a donc entrepris une tournée de quatre mois en Inde. Il veut se préparer à la nomination que lui a promise Lord Salisbury si les tories gagnaient les prochaines élections : secrétaire d'Etat chargé des Indes. A 35 ans, il doit sa stature politique à ses qualités de député et au contrôle qu'il exerce sur l'Union nationale des associations conservatrices, ce qui lui donne beaucoup de pouvoir au sein des tories. Il espère aussi que ce voyage va améliorer sa santé. Il a eu une sévère infection des muqueuses deux ans auparavant dont il a eu du mal à se débarrasser. Récemment encore, sa formidable voix s'est altérée, ce qui inquiète ses amis politiques.

Le général Gordon est tué à Khartoum
Londres

Aux premières heures du matin, par 14 voix, le gouvernement Gladstone a de justesse évité la censure. Cette motion avait été déposée après la chute de Khartoum et le meurtre du général Gordon. Une poussée de colère a submergé tout le pays après que la nouvelle de son assassinat par les forces du Mahdi eut atteint Londres. Gladstone a été vertement critiqué parce que les renforts n'ont pas pu atteindre Khartoum à temps. S'en prenant à ses ministres, la reine a envoyé un télégramme courroucé à son Premier ministre. Gladstone reste en place mais son parti est très affaibli. Toute la nation exige que son héros, Gordon « le Chinois », soit vengé.

Brèves


1881 - 1885
19 avril 1881

Benjamin Disraeli, comte de Beaconsfield, meurt à l'âge de 77 ans. Le marquis de Salisbury lui succède à la tête des tories.

1881 - 1885
27 février 1881

Les Boers battent les Britanniques à la bataille de Majuba Hill.

1881 - 1885
2 août 1881

La convention de Pretoria assure aux Boers une totale indépendance dans le Transvaal. Les Britanniques gardent le contrôle des Affaires étrangères.

1881 - 1885
13 octobre 1881

Charles Parnell et plusieurs autres leaders irlandais sont arrêtés pour leur opposition au Land Act de Gladstone.

1881 - 1885
Février 1882

Lady Blandford obtient de divorcer de son mari en raison de l'adultère de celui-ci avec Lady Aylesford.

1881 - 1885
6 mai 1882

Le nouveau secrétaire d'Etat à l'Irlande, Lord Frederick Cavendish, et son adjoint, Thomas Burke, sont poignardés dans Pheonix Park à Dublin.

1881 - 1885
3 novembre 1882

Winston Churchill entre à l'école St George d'Ascot.

1881 - 1885
Janvier 1883

Les Britanniques abolissent leur protectorat commun avec la France sur l'Egypte. Ils sont désormais les seuls aux commandes.

1881 - 1885
Novembre 1883

Les troupes islamistes du Mahdi écrasent au Soudan une armée égyptienne conduite par le général britannique William Hicks.

1881 - 1885
18 février 1884

Le général Gordon, envoyé à Khartoum pour évacuer la garnison britannique, décide d'y rester et de négocier avec le Mahdi.

1881 - 1885
22 février 1884

Le prince de Galles fait son premier discours à la Chambre des Lords sur les conditions de vie des pauvres. La reine Victoria a été horrifiée par la lecture d'un opuscule sur la pauvreté dans la capitale.

1881 - 1885
Décembre 1884

Le Parlement adopte le Franchise Bill qui élargit l'électorat à 5 millions de personnes.

1881 - 1885
24 janvier 1885

La Chambre des Communes et la Tour de Londres sont endommagées par des bombes posées par les Fenians.

1881 - 1885
14 août 1885

L'Ecosse obtient son premier secrétariat d'Etat depuis la rébellion de 1745.

1881 - 1885
21 novembre 1885

Lord Randolph passe un accord électoral avec le leader irlandais Charles Parnell. Ses partisans devront aider le Parti conservateur.
1886 à 1889


Une pneumonie a failli tuer Winston
Brighton

La semaine passée, Winston a frôlé la mort, victime d'une pneumonie. Il y a trois jours, sa température est montée à 40,2 ° et son poumon droit était hors d'usage. Il va mieux et le pire semble être derrière lui. Il doit essentiellement sa survie aux soins du docteur Robson Roose, médecin de la famille. C'est d'ailleurs parce qu'il habitait Brighton que Winston y a été placé dans cette école. Lord et Lady Randolph se sont précipités à son chevet, et le docteur Roose les tient au courant heure après heure. Enfin, ce matin, il était optimiste sur l'issue de la maladie. Winston a pu enfin dormir six heures et ses délires fiévreux ont cessé. La seule crainte est que ses poumons soient affaiblis.

Lord Randolph est nommé chancelier
Londres

Le parti tory se retrouve au pouvoir après une écrasante victoire. Celle-ci a été en partie orchestrée par Lord Randolph, grâce à son contrôle de la machine électorale du parti. En guise de reconnaissance mais aussi pour sa présence et son inlassable et brillante activité aux Communes, Lord Salisbury, le Premier ministre, l'a nommé chancelier de l'Echiquier et leader parlementaire des tories. Il est jeune et déjà proche du sommet de sa carrière. Il est même présenté comme le dauphin et successeur de Salisbury. Ce succès politique est couronné par la fin de l'ostracisme social et son retour en grâce auprès du prince de Galles. Peu d'hommes ont un si brillant avenir.

Des signes de folie chez son père
Dartford

Lord Randolph a tenu un discours plutôt inhabituel aujourd'hui devant un public de 14 000 personnes. Il a critiqué la politique extérieure de son propre gouvernement, exigé des coupes dans les dépenses publiques et proposé un programme radical de réforme intérieure et parlementaire. Tout cela sans avoir eu la courtoisie d'en informer son Premier ministre. C'est un nouvel exemple, chez Lord Randolph, d'un comportement de plus en plus étrange. Arrogant et impétueux de nature, il est devenu versatile et traite ses collègues avec une exceptionnelle rudesse. Il perd tous ses amis, et ceux qui lui restent craignent qu'il ne souffre d'une sorte de dégénérescence mentale.

Triste fin d'une brillante carrière politique
Londres

Lord Randolph a démissionné de son poste de chancelier parce que ses collègues du War Office et de l'Amirauté avaient refusé de réduire leurs budgets. Alors qu'il était à Windsor, il y a deux nuits, attendant d'être reçu par la reine, il a écrit à Salisbury une lettre dont les termes étaient inacceptables. Il ne s'est pas récusé et, sans rien en dire à son épouse, Lord Randolph a envoyé hier soir sa démission à la résidence du Premier ministre à Hatfield. Ce dernier y donnait un bal auquel était invitée la mère de Lord Randolph. Salisbury n'a rien laissé paraître, mais il est soulagé du départ de ce brillant politicien qui a gâché sa carrière par sa folle arrogance.

Trop occupée pour aller voir son fils
Brighton

Depuis des semaines, Winston tente de convaincre sa mère de venir à la cérémonie de remise des prix de son école. Elle lui répond qu'elle est trop occupée. Une dernière fois, il veut la persuader et lui explique dans sa lettre qu'elle ne peut à la fois être à Brighton et participer à un dîner à Londres. Il la supplie de choisir son école. Mais, hélas pour lui, elle ne peut manquer un dîner !

Spectateur du Jubilé d'or de la reine
Londres

Après une avalanche de lettres de supplique à sa mère, Winston a eu la permission de venir à Londres pour assister aux célébrations du Jubilé d'or de la reine Victoria. Sous un...

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents