Itinéraire d un militant
206 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Itinéraire d'un militant , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
206 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

"Ce ne sont pas des mémoires, mais plutôt des réflexions que m'inspirent des événements que j'ai vécus, le besoin de porter un autre regard que celui habituellement porté. Je décris un itinéraire, celui d'un militant qui a connu des hauts et des bas, des combats plutôt rudes et des déceptions, des ruptures pour rester fidèle. Un certain devoir de transmission..."

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 février 2013
Nombre de lectures 69
EAN13 9782296530423
Langue Français
Poids de l'ouvrage 6 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Jean GIARD
ITINÉRAIRE D’UN MILITANT
RUE DES ÉCOLES
Itinéraire d’un militant
Rue des Écoles Cette collection accueille des essais, d’un intérêt éditorial certain mais ne pouvant supporter de gros tirages et une diffusion large. La collection « Rue des Écoles » a pour principe l’édition de tous travaux personnels, venus de tous horizons : historique, philosophique, politique, etc. Déjà parus Michel JAMET,Trente photos plus une, 2013. Patrice HAMEL,Il était une fois dans l’Ouest. Une enfance bretonne et normande, 2012. Maurice CHALAYER,Mes apprentissages. De l’apprenti au raconteur d’histoires…, 2012. Jacques BLOEME,L’Europe médiévale en 50 dates. Les couronnes, la tiare et le turban, 2012. Simon JACQUES-YAHIEL,Ma raison d’être, 2011.Nicole MORIN,Entre-deux, 2011. Nathalie PEYNEAU,La tactique du bonheur, 2011. Jean-Louis CHARTRAIN,Sur le pré vert, 3 lignes pour le 15, Les haïkus du rugby, 2011. René-Jean ANDERSON,Le Stylibroscope, 2010. Jacques LESPARAT,Aubépine Brugelade,2010. Denise KAWUN,Journal de la vie absente, 2010. Sakina GAMAZ HACHEMI,Chemins croisés. De Sétif à Sétif en passant par Lyon, 2010. Daniel Verstraatt,Carnets de jeunesse d’un dinosaure. 1941-1943, 2010. Ange Miguel do SACRAMENTO,Ni noir, ni blanc. Une vie atypique, 2010. Véran CAMBON DE LAVALETTE,De la Petite-Bastide à la Résistance et au camp de Dachau, 2010. Patrick GERARD,Je n’ai jamais été vieille, 2010.
Jean Giard
Itinéraire d’un militant
Du même auteur Demain la ville ?,avec François Ascher,Ed. Sociales, 1975. Les cadres aussi,avec Bernard Di Crescenzo,Ed. Soc. 1977.L’enjeu régional,avec Jacques Scheibling,Ed. Soc. 1981.Cinquante ans aux frontières de l’Eglise, Ed. L’Harmattan, 1994. A la recherche du citoyenL’Harmattan,, avec Daniel Hollard, Ed. 2000. L'innovation technologique au service du maintien à domicile des personnes âgées,Rapport commandité par le Conseil général de l'Isère et la municipalité de Grenoble, septembre 2004.© L’Harmattan, 2013 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-00108-1 EAN : 9782343001081
Le devoir de transmission « Le passé n’est pas mort ; il n’est même pas passé. » Christa Wolf: « Trame d’enfance » 1995… Mon troisième mandat à la mairie de Grenoble prenait fin. Une petite fête organisée par ma plus proche collaboratrice rassemblait celles et ceux qui, pendant 18 ans, furent mes compagnons de route au Conseil municipal de Grenoble : quelques communistes, des socialistes, des écologistes, des amis de Go95. Ils étaient tous là, ou presque, alors que nous étions en pleine campagne électorale, sur des listes différentes et concurrentes. J'étais ému et heureux de les voir réunis pour me souhaiter une bonne retraite. Malgré les difficultés, on sentait en effet poindre la victoire, et par-delà les différences, chacun tenait par sa présence à manifester une amitié. J'avais pensé le faire quatre ans plus tôt, à 65 ans. J'en avais à l'époque averti la section du parti communiste, des élus socialistes et quelques amis personnels. Ils m'en avaient alors tous ou à peu près tous dissuadé et finalement je les avais suivis, estimant que je pouvais être plus utile pour la préparation des futures élections municipales en étant encore élu. Une page se tournait,« Il y a un temps pour tout », dit l'Ecclésiaste, mais une autre s'ouvrait qu'il me revenait d'écrire. Dans mon intervention, je leur dis que j'aimais la traduction espagnole du mot retraite : « jubilacion. » Mais je n'ai pas été bien compris et de surcroît, il n’en fut rien… Je m’imaginais alors que sans me désintéresser de « la chose publique », j’allais pouvoir faire autre chose et autrement. J'éprouvais en effet le besoin de me désintoxiquer, de me cultiver, d'acquérir des connaissances nouvelles. J'ai toujours estimé qu'un homme politique devait être un homme cultivé. Mais le temps m'a trop été compté... 7
La retraite, telle que je l’envisageais alors, devait être le temps de la réflexion en dehors de toute agitation. Bien que sollicité par plusieurs, je n’avais pas l’intention d’écrire mes mémoires, je ne suis pas un historien et n'ai guère envie de porter un jugement sur des personnes qui m'ont été proches et qui de surcroît, sont toujours là. J'éprouve pour elles, par delà les désaccords qui parfois nous ont séparés, voire aujourd'hui éloignés, trop de respect. Mais il ne s’est rien passé de ce que j’avais imaginé. La maladie de Françoise, mon épouse, m’a complètement accaparé pendant une quinzaine d’années. Adieu tous nos projets. Il m’a fallu faire face. C’est ainsi que je suis « entré en gérontologie » sans préparation, sans connaissance particulière et sans attrait pour cette discipline. Aujourd’hui, je fais mienne cette réflexion de Marie de Hennezel :« Une vie accomplie est une vie apaisée. C’est pourquoi il est si important de mettre de l’ordre dans sa vie avant de quitter la 1 scène du monde, de faire le bilan. » Je reprends ainsi un vieux projet de rendre compte, de m’expliquer sans me justifier, en prenant le risque de dire « je », un exercice ardu comme l’écrit Tzvetan Todorov dans « l’homme dépaysé » :fait partie d'une honnêteté« Cela fondamentale que de dire où on est et qui on est quand on affirme quelque chose. Il est trop facile de faire la morale aux autres en s'excluant soi-même. »Ce ne sont pas des mémoires, mais plutôt des réflexions que m’inspirent des événements que j’ai vécus, le besoin de porter un autre regard que celui habituellement porté. Je décris un itinéraire, celui d’un militant qui a connu des hauts et des bas, des combats plutôt rudes et des déceptions, des ruptures pour rester fidèle. Un certain devoir de transmission… 1 Marie de Hennezel,la chaleur du cœur empêche nos corps de rouiller,p. 150 8
L'influence des parents... J'ai eu la grande chance d'avoir eu des parents qui ont durablement marqué mes options et mon évolution. A vrai dire, je ne sais pas grand chose d'eux. Ils ont toujours eu beaucoup de réticences, ou plutôt de pudeur à parler d'eux-mêmes. J'ai respecté ce choix, comme l'ont respecté mes frères et sœurs ; et comme nous n'avions pas de famille connue, il nous a été impossible d'en savoir beaucoup plus que ce que les parents ont bien voulu nous révéler de leurs origines. Mais ce n'est pas cela qui m'importe ici. Ce que je veux montrer, c'est en quoi ils m'ont influencé. Je leur suis profondément reconnaissant d'avoir toujours respecté mes engagements, même si ceux-ci ne leur convenaient pas. Je garde de mon père l'image d'un homme honnête, ce n'est pas lui qui aurait aggravé le déficit de la Sécurité Sociale !!! Un homme qui aimait par dessus tout l'ordre : il me disait souvent qu'après de Gaulle, il voterait communiste, car pour lui, les communistes étaient avec de Gaulle les garants de l'ordre républicain. Mais de Gaulle disparu, je ne crois pas qu'il ait jamais voté communiste, ne serait-ce que par respect pour la mémoire du Général. Sur le plan politique, c'était en effet un gaulliste. Son attachement à de Gaulle tenait sans doute à ses origines militaires (il fut un militaire de carrière dans les troupes coloniales, et à ce titre obtint de nombreuses décorations dont une me fit beaucoup rêver : Chevalier du Dragon d'Annam !) Mais ce fut un militaire un peu particulier, car sa baguette de chef de musique lui servit de fusil... Je fus élevé dans cette ambiance de soldats, et plus particulièrement de Sénégalais dont je 9
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents