L
264 pages
Français

L'appropriation de la mer en Asie du sud-est

-

264 pages
Français

Description

La mer d'Asie du Sud-Est est le lieu de tensions et de conflits depuis plusieurs décennies : d'abord limités au contentieux bilatéral entre la Chine et le Viet Nam à propos de l'archipel des Paracels, les litiges se sont « multilatéralisés » sur la question des Spratleys, avant de se généraliser à l'ensemble de la zone depuis les années 1990. Ces tensions dépassent largement le cadre régional et les enjeux sont considérables : sur les plans économique, stratégique et géopolitique.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 18 mai 2018
Nombre de lectures 0
EAN13 9782140090721
Langue Français
Poids de l'ouvrage 5 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

La mer d’Asie du Sud-Est est le lieu de tensions et de conits depuis plusieurs décennies : d’abord limités au contentieux bilatéral entre la Chine et le Viet Nam à propos de l’archipel des Paracels, les litiges se sont « multilatéralisés » sur la question des Spratleys, avant de se généraliser à l’ensemble de la zone depuis les années 1990.
Ces tensions dont il est peu question dans les médias occidentaux dépassent largement le cadre régional, car les enjeux sont considérables : sur le plan économique, les sous-sols sont riches en pétrole et les ressources halieutiques importantes ; sur le plan stratégique, la possession d’une mer territoriale dans cette partie de l’océan, et plus encore d’une zone économique exclusive, permet de surveiller et de contrôler le traîc maritime qui est intense puisque transite par cette zone l’essentiel du commerce maritime entre l’Asie de l’Est d’une part, et l’Asie du Sud, le Moyen-Orient et l’Europe d’autre part ; sur le plan géopolitique, la conîscation de cette zone par la Chine remettrait en question le dans la région.
Le comportement de la Chine dans le conit est scruté et ses initiatives dans la région sont perçues comme autant de précédents : si Pékin impose son hégémonie sur l’Asie du Sud-Est et ses 600 millions d’habitants, l’impact de cette situation se fera sentir au-delà de la région Asie-Paciîque. C’est l’équilibre géopolitique mondial qui est en jeu.
ISBN : 978-2-343-14731-4 26 €
Jean-Marie Crouzatier
L’APPROPRIATION DE LA MER EN ASIE DU SUD-EST
LAPPROPRIATION DE LA MEREN ASIE DU SUD-EST
Points sur l’Asie Collection dirigée par Philippe Delalande La collection a pour objet de publier des ouvrages brefs (200 à 250 pages), sur l’actualité politique, économique, sociale, culturelle en Asie. Ils traitent soit d’un pays d’Asie, soit d’un problème régional, soit des relations de ces pays avec le reste du monde. Ces ouvrages s’apparentent à des essais aisément accessibles, mais sur des bases documentaires précises et vérifiées. Ils s’efforcent, au-delà de l’analyse de l’actualité de prolonger la réflexion sur l’avenir. La collection voudrait, autant que faire se peut, pressentir les questions émergentes en Asie. Elle est ouverte à des témoignages, des expériences vécues, des études systématiques. Les auteurs ont tous une connaissance pratique de l’Asie. Les lecteurs visés sont des personnes soucieuses de s’informer de l’actualité asiatique : investisseurs, négociants, journalistes, étudiants, universitaires, responsables d’ONG, cadres de la fonction publique en relation avec cette Asie en rapide mutation, où vit la majeure partie de la population du monde. Dernières parutions Philippe DELALANDE,La Chine de Xi Jinping, 2018. Philippe DELALANDE,La Chine depuis le congrès de 2012, 2016. Marion BOTTERO,Tourisme sexuel et relations conjugales en Thaïlande et en Malaisie, 2015. Marie-Liesse LEFRANC,L’Inde, «pharmacie du Sud».Son rôle en matière de santé mondiale et commerce international, 2015. Peh BUNTONG,Le développement socio-économique au Cambodge,2013. Camille LAPORTE,L’aide au développement en Corée du Nord. Efficacité et évaluation, 2012.Antoine MAIRE,La Mongolie en quête d’indépendance.Une utilisation stratégique du développement minier,2012.Frédéric BERAHA,Apprendre de la Chine et s’y orienter, 2012.Anna OWHADI RICHARDSON (dir.),Les Instituts Pasteur du Vietnam face à l’avenir. Alexandre Yersin à l’heure d’internet, 2012. Olivier van INGELGEM,L’agriculture sud-coréenne, 2012. Tierry GUTHMANN,Précis de politique japonaise,2011.
Jean-Marie Crouzatier L’appropriation de la mer en Asie du Sud-Est
© L’Harmattan, 2018 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-14731-4 EAN : 9782343147314
ϳ
« L’immense et vaste mer est-elle la dépendance d’un royaume seul, et qui n’est pas même le plus grand de tous ? Est-ce le droit d’un peuple quelconque d’empêcher les peuples qui le veulent de vendre, d’échanger, en un mot de communiquer entre eux ? Quelqu’un a-t-il pu donner ce qui ne lui a jamais appartenu, ou s’emparer à titre d’inventeur de ce qui était déjà la propriété d’un autre ? L’injustice d’un long temps donne-t-1 elle quelque droit en ces matières ? » . Les formules ciselées par Grotius pour contester la prétention de l’Angleterre à considérer les mers voisines de l’Angleterre – lesnarrow seas– comme undominiumsur lesquelles anglais, leurs navires exigeaient lenaval salute de la part des bateaux d’autres nationalités, sont reprises depuis quatre siècles pour justifier les libertés de navigation sur les océans et d’exploitation de leurs ressources.
Mais la théorie duMare liberumpar Grotius en 1609 élaborée ne tenait sa force que de l’impossibilité matérielle de réaliser une occupation effective et permanente du milieu marin. À l’heure actuelle, les installations fixes – plates-formes, îles artificielles, ports en mer et autres structures industrielles – concrétisent une emprise sur la mer appuyée par des moyens de contrôle rapides et efficaces. Ces progrès techniques expliquent, pour une bonne part, l’extension des juridictions côtières, notamment après l’adoption de la convention de Montego Bay. La troisième conférence sur le droit de la mer avait pour objectif d’élaborer un code de conduite universel touchant à toutes les questions du droit de la mer : la convention qu’elle adopta en 1984 fut d’ailleurs considérée comme une véritable 2 « constitution des océans » . Ce texte consacre une profonde évolution du statut et de l’utilisation des milieux marins qui sont désormais mesurés, divisés, catalogués, partagés en distinguant les eaux, le sol, le sous-sol, les ressources minérales
1 Hugo Grotius,De la liberté des mers.
2  La formule est de Tommy Koh (Singapour), président de la troisième conférence des Nations unies sur le droit de la mer.
ϵ
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents