Le monde arabe et l Europe
404 pages
Français

Le monde arabe et l'Europe

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
404 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Quelle perception le Monde arabe et l'Europe ont-ils respectivement de leurs voisins ? Face à l'autre, chaque monde oppose une image qui détermine non seulement la perception qu'il a de son voisin, de l'Union pour la Méditerranée et du Processus de Barcelone, mais qui définit aussi les limites du partenariat arabo-européen, pourtant nécessaire pour contrôler les déséquilibres démographiques et environnementaux et promouvoir l'intégration régionale de la Méditerranée, qui faciliterait celle de l'islam en Europe et du christianisme dans le monde arabo-islamique.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juin 2014
Nombre de lectures 32
EAN13 9782336350356
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Sous la direction de Dominique Bendo-Soupou
Le Monde arabe et l’Europe Entre conflits et paix
Le Monde arabe et l’Europe
Entre conflits et paix
Sous la direction de Dominique BENDO-SOUPOULEMONDE ARABE ET L’EUROPE
Entre conflits et paix
Ouvrage publié avec le concours du Conseil National des Recherches – Institut d’Etudes des Sociétés Méditerranéennes (CNRS-ISSM) de Naples © L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-00128-9 EAN : 9782343001289
AVANT – PROPOSDominique Bendo-Soupou Le présent ouvrage, qui porte le titre « Le Monde arabe et l’Europe entre les conflits et la paix »,a été élaboré pendant que le « Printemps arabe » battait son plein, mais aussi dans l’esprit du Programme de l’Unité de Recherches n° 18 du Conseil National des Recherches (CNR) italien (1996-1999) qui a été dirigée par Dominique Bendo - Soupou à l’Université de Salerne, où avait été établi le siège de cette unité opérative. En effet, à la fin de son programme stratégique intitulé « Le Système Méditerranée : racines historiques et culturelles, spécificités nationales »,le CNR a recommandé aux responsables scientifiques des unités opératives d’assurer la continuité des programmes sur les études méditerranéennes nées dans le cadre de son initiative presque révolutionnaire.
 Malgré ses moyens financiers limités et la concurrence qui caractérisait la cinquantaine des unités opératives du CNR, l’unique programme qui survit après 1999 etpersiste encoresur la voie des études méditerranéennes et des relations Nord-Sud, est le nôtre. Ce programme a en effet organisé 6 sessions de colloques sur les deux rives dont 5 au Nord : à l’Université de Naples l’Orientale (2000), à l’Université de Salerne et à la Mairie de Mercato S. Severino (2001 et 2004), à l’Université Mohammed V- Agdal de Rabat (2006), à la Faculté Pontificale S. Bonaventure de Rome (2010) et au siège de l’Union des Cultivateurs Italiens de Rome (2013). Ces 6 premières sessions ont été honorées par la présence de la majorité des collègues que ce programme connaît depuis 2000. Elles ont donné lieu à des publications de 3 ouvrages couvrant des thèmes spécialisés sur la Méditerranée après la fin des rivalités Est-Ouest.
 La Ve Session, qui s’est tenue en Mai 2010 à la Faculté Pontificale San Bonaventura de Rome, sous le thème « Le Monde arabe et l’Europe entre les conflits et la paix après la crise du Système bipolaire »,a été parrainée par l’Association Peripli, la Mairie de Rome et la Mairie de Bellone. Elle a réuni ses participants habituels et 8 nouveaux collègues des deux rives dont les travaux sont regroupés dans cet ouvrage. On ne peut pas ne pas reconnaître cependant que la VeSession de Rome a enrichi le débat scientifique de notre programme, tout en révélant les difficultés éprouvées par certains universitaires en vue de débattre les questions nationales dont l’importance politique et stratégique déborde les frontières nationales.  Ces difficultés accuseraient le fait que des questions tabou et intouchables/indiscutables existent encore dans certains pays méditerranéens et que les spécialistes qui les traitent sont obligés de déployer de grands efforts 7
pour les présenter dans les manifestations publiques libres. Ces grands efforts sont-ils justifiés par les profondes aspirations des peuples ou des Etats du Sud qui voudraient cultiver le patriotisme qui s’avère nécessaire dans ces pays afin, non seulement de combattre les dysfonctions créées par le pouvoir colonial dans l’organisation des territoires à récupérer et à intégrer impérativement et douloureusement dans l’ordre national en construction, mais aussi d’effacer l’image négative qui est à l’origine des maux psychologiques sérieux qui sont renforcés par l’influence incontestable du néocolonialisme et de l’impérialisme apparemment sempiternels ?
 Quoi qu’il en soit, les débats de cette rencontre, dont on ne peut sous-estimer la hauteur, n’ont pas été reproduits dans ce volume. Ils se sont par contre caractérisés par uneconfrontation véhémente qui a opposé : d’une part, des Africains du Nord qui, non sans polémiques justifiables, se sont prononcés sur la question de la construction nationale dans leur région ; de l’autre, les participants européens qui se sont penchés sur la manière de concevoir la problématique de l’intégration dans la Méditerranée à partir de l’analyse comparative sur les expériences de l’ALBA en Amérique Latine et de l’Europe en élargissement qui, objectivement dit, reste le modèle que le Monde arabe semble suivre, non sans perversion / égarement comme le font remarquer de nombreux spécialistes arabes et européens. Le recours aux théories élaborées par les grands économistes classiques dont Adam Smith, n’a pas cependant apporté des solutions appropriées aux problèmes engendrés aussi bien par les rapports des forces insidieux et générateurs de relations partenariales inégalitaires que par la crise économique et financière qui ravage actuellement les économies et les sociétés des deux mondes considérés dans ce volume.
 Ces débats ont quand même permis d’avoir une idée claire sur les difficultés éprouvées par l’Europe et le Monde arabe pour combattre ce fléau tout aussi insidieux et apparemment indomptable.Sur ce point, l’idée qui n’a pas émergé dans cette rencontre regarderait la part des devoirs et obligations du Monde arabe face à cette crise pour laquelle il a même déclaré son extranéité / son innocence en sourdine. Alors que l’Europe croit le contraire et n’a pas hésité de souligner la nécessité de partager ce fardeau avec le reste du monde, y compris les pays qui ne disposent pas de disponibilités financières importantes et peinent afin de promouvoir un développement durable.
 Nonobstant le temps limité impartila questionaux sessions, les débats sur des rapports des forces entre les deux mondes, l’image de l’Europe dans le Monde arabe, l’intégration de l’Islam en Europe, le Monde arabe et l’Union pour la Méditerranée, la question migratoire, les rapports entre l’environnement et le développement dans la Méditerranée, l’Europe et la
8
guerre israélienne à Gaza, les efforts budgétaires du Maroc dans la région du Sahara, la situation de la Syrie et du Liban dans le cadre régional, l’évolution démographique, la question de l’intégration de l’Islam, le développement et leurs conséquences dans l’avenir des deux rives, n’ont pas été aussi moins houleux, riches d’objections et d’une ampleur analogue au premier. La lecture de ce volume permettra d’apprécier le niveau sûrement élevé des travaux qui ont été élaborés sur ces thèmes concernant les grands problèmes contemporains qui affligent et divisentdeux mondes baignés par la les Méditerranée à laquelle ses trois continents attribuent leur conflictualité 1 endémique .
 On ne peut pas ne pas signaler en plus que du débat global de cette rencontre dont on trouve les éléments de base dans ce volume, il ressort que les idées et / ou la culture de chaque monde et de chaque Etat considérés ont une forte emprise sur les participants dont les déductions, conclusions formulées et finalités visées pendant le colloque sont appréciables. Ces idées et cultures dominantes qui les font circuler dans la zone méditerranéenne en particulier, expliqueraient l’existence d’un état d’esprit conflictuel qui détermine la démarcation d’un monde face à l’autre, que nous constatons souvent surtout au moment des grands événements comme les révoltes arabes des indignés en Europe qui sont des manifestations plus ou moins analogues, les confrontations et conflits religieux entre les deux mondes, l’agitation et la colère des foules menées par des intégristes rusés et déterminés, les altercations sur la famine et la pauvreté absolues qui traumatisent des millions de citoyens des deux rives, les flux migratoires agressifs, violents, forcés et gérés même par les Etats, les guerres atroces qui engendrent la méfiance à l’égard de l’autre et sont à l’origine de l’implosion globale progressive dont ledit « Printemps arabe » et la crise économique, financière et sociale européenne sont des signes patents.
 Il est sans doute nécessaire de souligner qu’il ressort de cet ouvrage que le thème de la Méditerranée, qui a été le sujet des précédentes rencontres, a été largement dépassé par notre programme stratégique, puisque les colloques qu’il a organisés à Rome se sont penchés particulièrement sur le Monde arabe et l’Europe qui représentent partiellement cette réalité plurielle palpable, inconsistante et fuyante.Cette Méditerranéemarque quotidiennementle monde du Sud auquel l’Europe l’assimile souvent, comme du reste, le processus de Barcelone le fait comprendre à travers l’allusion persistante au concept anachronique d’«Euro –Méditerranée » qui détermine la perception
1 D. Bendo-Soupou (sous la direction),La Méditerranée après la crise du Système bipolaire,L’Harmattan Italie, 2007, pp. 19-64. Voir l’articleLa dimension stratégique Nord-Sud dans la Méditerranée après la crise du Système bipolaire, qui fait allusion au rôle attribué à la Méditerranée dans l’exacerbation du conflit Nord-Sud. 9
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents