Architecture industrielle: les usines
113 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Architecture industrielle: les usines , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
113 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Issue de la révolution industrielle, l’usine a longtemps été considérée comme un « monstre » de fer, soumettant l’être humain au collectif dans un acte de déshumanisation à la chaîne au profit de l’objet. Détournée aujourd’hui de son côté purement fonctionnel, pour lequel elle avait été construite, au profit de son esthétisme, l’usine est parfois revisitée en loft moderne ou en musée d’art contemporain. Les photographies inédites et surprenantes de cet ouvrage nous font redécouvrir les volumes, la pureté des lignes, la beauté et l’architecture, étonnamment moderne, de ces monuments aux clavicules d’acier.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 31 décembre 2015
Nombre de lectures 4
EAN13 9781785259272
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0515€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Mise en page :
Baseline Co Ltd
61A-63A Vo Van Tan Street
4 e étage
District 3, Hô-Chi-Minh-Ville
Vietnam

© Confidential Concepts, worldwide, USA
© Parkstone Press International, New York, USA
Image-Bar www.image-bar.com

Tous droits d’adaptation et de reproduction réservés pour tous pays.
Sauf mention contraire, le copyright des œuvres reproduites se trouve chez les photographes qui en sont les auteurs. En dépit de nos recherches, il nous a été impossible d’établir les droits d’auteur dans certains cas. En cas de réclamation, nous vous prions de bien vouloir vous adresser à la maison d’édition.

ISBN : 978-1-78525-927-2
Architecture industrielle
Les Usines
Sommaire


Introduction
Vieilles Usines
Usines post-industrielles
Usines, la nuit
À l’Intérieur d’une usine
Liste des illustrations
Mine de charbon, Zollverein, Essen, Allemagne.


Introduction


Les usines, avec leurs chaînes de montage, leurs imposantes cheminées et leurs hauts fourneaux, sont érigées comme des symboles puissants d’efficacité et de productivité. Apparue en Grande-Bretagne, l’industrialisation s’étendit à toute l’Europe à partir de la fin du xviii e siècle. La révolution, ainsi engendrée, entraîna une transformation totale de l’activité socio-économique. Catalyseur des temps modernes, cette révolution industrielle fut alimentée par plusieurs inventions et découvertes qui améliorèrent radicalement l’efficacité des industries. En effet, dans le domaine du textile, la modernisation du métier à tisser permit de passer de l’artisanat à une véritable industrie. De nouvelles formes d’énergie virent également le jour, notamment grâce à l’invention de la machine à vapeur qui, dès lors, permit de transformer l’énergie thermique en énergie mécanique, révolutionnant ainsi les moyens de transport et donc, de surcroît, le commerce.
Au cours du xix e siècle, une partie du monde rural quitta ses terres pour travailler dans les usines, lesquelles assuraient une meilleure rémunération. L’exode rural eut donc lieu au profit d’un monde urbain plus prometteur.
Ces changements majeurs, qui apparurent dans l’organisation de la société et dans les relations entre les différentes classes sociales, furent le détonateur de l’émergence d’une classe moyenne, avide de nouveaux produits de consommation. Au début du xx e siècle, les usines devinrent de plus en plus importantes et favorisèrent, ainsi, la croissance économique.
Après la Seconde Guerre mondiale, une grande partie de l’industrie européenne, qui avait été détruite, ainsi que les industries de guerre américaines furent transformées en industries de consommation. De nouvelles techniques de production furent mises en place, notamment sous l’impulsion du monde ouvrier qui, las du taylorisme instauré à la fin du xix e siècle, souhaita retrouver dans le travail une forme d’épanouissement personnel. De nouvelles techniques de management entraînèrent des modifications fondamentales dans la manière de travailler puis, peu à peu, on assista à l’abandon des sites de production.
Les usines représentant souvent des sites propices à l’urbanisation, nombre de villes ont transformé leurs vieilles zones industrielles en spacieux logements très prisés, destinés aux classes moyennes et supérieures, ou en centres commerciaux qui attirent désormais les entreprises, régénérant, de la sorte, la croissance économique dans des quartiers autrefois négligés et appauvris.
Par ailleurs, l’industrialisation jouant un rôle important dans la pollution de l’air, dans la production de déchets toxiques ou encore dans l’émanation de gaz à effet de serre, sources du réchauffement climatique, les usines en activité sont désormais au centre des discussions sur l’environnement. C’est pourquoi, le protocole de Kyoto, signé en 1997, vise à lutter contre ce dérèglement climatique en réduisant les émissions de gaz carbonique. Entré en vigueur en 2005, il a été, à ce jour, ratifié par 189 pays.
Vestiges d’un passé ouvrier préservé, lieux de vie contemporains, ou industries en activité tentant de s’adapter aux préoccupations modernes, les usines restent les éléments-clés de la vie quotidienne où l’art s’invite parfois, transformant ainsi ces bâtiments utilitaires en architectures remarquables à l’esthétique peu conventionnelle.
Monte-charge, mine de charbon, Zollverein, Essen, Allemagne.
Vieilles Usines


Ancienne usine, Allaire, New Jersey, États-Unis.
Usine, Keynsham, Somerset, Angleterre.
Grandes cheminées.
Ancienne aciérie en hiver.


L’acier est un alliage métallique, composé essentiellement de fer et de carbone. Produite dans les hauts fourneaux, la fonte, dont est extrait l’acier, est affinée par un chauffage, appelé décarburation, qui permet d’en retirer les impuretés. C’est en alliant ces dernières à d’autres éléments tels que le manganèse, le nickel, le chrome et le vanadium qu’est finalement produit l’acier. La plus grande aciérie du monde se trouve à Gwangyang, en Corée du Sud.
Paysage industriel, Birmingham, Angleterre.
Usine dans un port, Aarhus, Danemark.
Entrée de la mine Zollern, Dortmund, Allemagne.


Au cours des dernières décennies, nombre de mines de charbon ont été abandonnées. Riches de leur histoire, certaines d’entre elles ont été transformées en monuments historiques. De nos jours, les anciennes mines invitent les touristes à avoir un regard plus éclairé sur leur histoire. Au moment de son ouverture, le puits Zollern, à Dortmund, faisait office de véritable modèle de mine de charbon.
Le « Château du travail », comme on l’appelait alors, fut un exemple d’architecture, mêlant audacieusement Art nouveau et historicisme, et de technique moderne, ces lieux exploitant, en effet, le premier palan électrique.
Ancienne usine en brique avec une cheminée.


Presque tous les bâtiments construits pendant la révolution industrielle en Angleterre, y compris la plupart des usines, furent réalisés en briques. L’architecture du xix e siècle de New York et de Boston démontre également cette préférence pour la brique à tout autre matériau. Les briques les plus anciennes furent retrouvées dans la région du Tigre supérieur. La tradition romaine de l’utilisation de la brique cuite traversa les siècles et ses principes perdurèrent notamment dans les constructions d’Allemagne du Sud et de l’Ouest. Au xii e siècle, ce style, dit Brique gothique, évolua en Europe septentrionale en raison du manque de pierres naturelles. Aussi le retrouve-t-on également au Danemark, en Allemagne, en Pologne et en Russie.
Aménagement moderne sur le toit d’une ancienne usine.
Meunerie victorienne désaffectée, Sneinton, Nottingham, Angleterre.


Pendant l’ère victorienne, la ville de Nottingham était connue pour sa production de bicyclettes, mais surtout pour sa production de textiles. La ville devint un centre important de fabrication de dentelles, notamment grâce à son abondant parc de machines. Cependant, après la Seconde Guerre mondiale, la Grande-Bretagne ne put plus rivaliser avec les bas prix des compagnies de textile basées en Asie et bien des entreprises, autrefois prospères, disparurent. En hommage à l’histoire industrielle locale, la ville de Nottingham entreprit la rénovation de plusieurs vieilles usines de la région.
Ancienne porte d’une usine, Łódź, Pologne.


L’usine textile de Łódź, précédemment illustrée, fut construite en 1852 par l’industriel Izrael Poznanski. Composée de briques rouges, son architecture esquisse déjà les lignes que devait bientôt suivre le style Art nouveau. Entre 1872 et 1892, l’usine fut transformée en ville miniature, comportant un complexe de douze différentes usines de textile, des logements pour les ouvriers, une caserne de pompiers, une centrale électrique et les quartiers personnels d’Izrael Poznanski depuis lesquels ce dernier supervisait les opérations liées à son « empire du textile ». À la mort de Poznanski en 1900, ses fils dirigèrent les affaires et la compagnie continua à prospérer. Cependant, aux alentours de la Seconde Guerre mondiale, l’entreprise dut être nationalisée et elle fut rebaptisée Poltex. Au lieu de fabriquer des textiles de qualité destinés à être expédiés dans le monde entier, Poltex s’orienta vers la fabrication en masse de coton destinée à l’Union Soviétique dont la puissance était grandissante.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents