Kirchner
256 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
256 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ernst Ludwig Kirchner (Aschaffenburg, 1880 – Frauenkirch, 1938)
«Leader » autoproclamé du groupe d’artistes die Brücke (Pont), fondé à Dresde en 1905, Ernst Ludwig Kirchner, joua un rôle central dans les premiers développements de l’expressionnisme allemand (fig.186). Ses premières oeuvres révèlent l’influence de l’Impressionnisme, du postimpressionnisme et du Jugendstil, mais dès 1909, Kirchner peignait d’une manière distinctive et expressive grâce à un coup de pinceau audacieux, mais détendu, des couleurs vives et non naturalistes, et des gestes intenses. Il travaillait dans son atelier à partir d’esquisses réalisées très rapidement, souvent à partir de figures mouvantes, de scènes inspirées de la vie en ville ou des excursions du Brücke à la campagne.
Un peu plus tard, il commença à réaliser des sculptures grossièrement taillées dans des blocs de bois. A peu près au moment où il s’installa à Berlin, en 1912, le style de Kirchner, aussi bien de sa peinture que de son oeuvre graphique prolifique, devint plus anguleux, caractérisé par des lignes déchiquetées, des formes élancées et atténuées, et, souvent, un plus grand sentiment de nervosité. Ces traits se retrouvent dans leur expression la plus forte dans ses scènes de rue berlinoises (évoquées dans le chapitre «La Métropole et la Modernité »). Avec le déclenchement de la Première Guerre mondiale, Kirchner devint physiquement faible et enclin à l’anxiété. Conscrit, il fut profondément traumatisé par sa brève expérience de l’entraînement militaire pendant le conflit. De 1917 jusqu’à sa mort par suicide en 1938, il vécut une existence de reclus, bien qu’artistiquement productive, dans la tranquillité des Alpes suisses, près de Davos.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juillet 2011
Nombre de lectures 0
EAN13 9781781608357
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0250€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Mise en page :
Baseline Co. Ltd
61A-63A Vo Van Tan Street
4 e étage
District 3, Hô-Chi-Minh-Ville
Vietnam

ISBN : 978-1-78160-835-7

© Parkstone Press International, New York
© Confidential Concepts, worldwide, USA
© Kirchner by Ingeborg & Dr. Wolfgang Henze-Ketterer, Witrach, Bern

Tous droits d’adaptation et de reproduction réservés pour tous pays.

Sauf mention contraire, le copyright des œuvres reproduites se trouve chez les photographes qui en sont les auteurs. En dépit de nos recherches, il nous a été impossible d’établir les droits d’auteur dans certains cas. En cas de réclamation, nous vous prions de bien vouloir vous adresser à la maison d’édition.
« Je me serais senti insulté si j’avais été épargné par une telle engeance. »

— Ernst Ludwig Kirchner
Sommaire


Biogr a phie
Qu ’ est-ce q u e l ’ expressionnisme ?
Un art « allemand » ? Les origines et les sources de l ’ expressionnisme
Le Corps et la Nature
Ernst Ludwig Kirchner (1880 Aschaffenburg – 1938 Frauenkirch)
Index
Autoportrait, double portrait , 1914
Huile sur toile, 60 x 49 cm ,
Staatlische Museen zu Berlin, Nationalgalerie, Berlin.
Biographie



6 mai 1880 : Naissance d’Ernst Ludwig Kirchner à Aschaffenburg, dans une famille de la haute bourgeoisie, fils d’Ernst Kirchner (1847-1921) et Maria Elise Franke (1851-1928).
1882 : Naissance de son frère, Hans Walter (1882-1954).
1886 : La famille déménage à Francfort-sur-le-Main, puis en 1887 à Perlen, près de Luzerne.
1888 : Naissance d’un second frère, Ulrich (1888-1950).
1901 : Entre au Collège technique de Dresde pour apprendre l’architecture, selon le souhait de son père.
1903-4 : Part à Munich pour étudier la peinture; suit les cours de l’Ecole de Wilhelm von Debschitz et Hermann Obrist. Ses nombreuses visites dans les musées et expositions de Munich le décident définitivement à se lancer dans une carrière de peintre. Il visite ainsi la 8ème exposition du groupe d’artistes Phalanx de Munich, où il voit des œuvres de Kandinsky, Seurat, Signac et Cross. En octobre, il voyage également à Nuremberg, pour parfaire ses études. Il admire alors les gravures originales d’Albrecht Dürer au Germanischen Nationalmuseum.
7 juin 1905 : Après son retour à Dresde, il forme avec ses amis Fritz Bleyl, Erich Heckel, et Karl Schmidt-Rottluff le groupe Die Brücke (le Pont, terme emprunté à un texte de Nietzsche), qui se donne pour mission de renouveler l’art allemand étouffé par la tradition académique. Il partage alors un atelier avec les autres membres du groupe et leurs nombreux modèles féminins. Ces artistes se dessinaient les uns les autres, nus, avec leurs modèles, au cours de leur activités quotidiennes de vie commune
Novembre 1905 : Première exposition de Die Brücke à la Galerie P. H. Beyer & Sohn à Leipzig
1906 : Rencontre Doris Große, qui deviendra son modèle préféré jusqu’en 1911.
1 er au 21 sep 1907 : Exposition du groupe à la galerie d’art d’Emil Richter à Dresde.
1907-11 : Passe tous ses étés à Goppeln, au Lac de Moritzburg et sur l’île de Fehmarn, avec les autres membres de Die Brücke . Kirchner commence alors également à pratiquer la sculpture sur bois, dans un style archaïque et violemment expressif, inspiré des œuvres d’art africaines et océaniennes : les arts dits « primitifs » ont en effet constitué une importante source d’inspiration pour les artistes de Die Brücke , en particulier à partir de l’intégration d’Emil Nolde, qui s’était personnellement rendu dans le Pacifique. Les membres du groupe se présentaient ainsi, en quelque sorte, comme les poursuiveurs de l’œuvre de Gauguin.
Janvier 1908 : Exposition de Kirchner avec Karl Schmidt-Rottluff à la galerie d’art d’August Dörbrandt à Braunschweig. Visite l’exposition Van Gogh, présentant une centaine d’œuvres à la galerie Richter.
1909 : Kirchner et ses amis visitent l’exposition Matisse à la galerie de Paul Cassirer à Berlin. Les membres de Die Brücke , influencés par cette découverte du fauvisme, vont alors développer d’avantage leur sens déjà expressionniste de la couleur.
12 juin 1909 : Grande exposition de Die Brücke à la galerie Richter.
Novembre 1909: Visite l’exposition Cézanne à la Galerie Cassirer.
1910-11 : Les membres de Die Brücke se déplacent à Berlin. Kirchner fonde avec Max Pechstein le Moderner Unterricht im Malen (MUIM) - Institut, (Institut pour un enseignement moderne de la peinture), qui fermera en 1912 à cause d’un manque de viabilité. Le groupe continue à exposer dans les villes majeures d’Allemagne (Berlin, Darmstadt, Dresde, Düsseldorf, Hambourg et Leipzig).
1910 : La cinquième porte folio édité par Die Brücke est consacrée entièrement à l’œuvre de Kirchner. Celui-ci devient membre de la Nouvelle Sécession , présidée par Max Pechstein.
Mai 1910 : Rencontre le peintre Otto Mueller qui devient membre de Die Brücke . Passe l’été au Lac Moritzburg avec Heckel, Pechstein et les deux jeunes filles Fränzi et Marzella, qui posent souvent pour eux.
Octobre 1910 : Rend visite au directeur du tribunal régional et collectionneur d’art Gustav Schiefler. Avec Karl Schmidt-Rottluff, fait la connaisance de l’historienne d’art Rosa Schapire, à Hambourg, avec qui ils deviendront amis. Kirchner commence à correspondre avec Karl-Ernst Osthaus, le fondateur du musée Folkwand à Hagen.
1911 : Noue des contacts avec le groupe littéraire Neuer Club (Kurt Hiller, Erwin Loewenson, Jacob van Hoddis) La revue Der Sturm publie de juillet 1911 à Mars 1912 10 gravures de Kirchner .

1912 : Le groupe est invité à participer à l’Exposition Sonderbund, à Cologne, où Heckel, Kirchner et Schmidt-Rottluff avaient reçu une commande pour la réalisation d’une chapelle. Cette année ils exposèrent également à Moscou et Prague, à la deuxième exposition du Blau Reiter (avec qui le groupe avait de nombreux échanges) à Munich, et à Berlin à la Galerie Gurlitt. Kirchner rencontre cette même année Erna Schilling, la sœur d’un de ses amis, qui restera sa compagne jusqu’à sa mort.
27 mai 1913 : Lorsque Kirchner, considéré comme le leader de Die Brücke , décide d’en écrire une histoire officielle, dans Les Chroniques de Die Brücke , les autres membres se rebellent contre son autoritarisme et le groupe se dissout.
1913-15 : Durant ses années passées à Berlin, Kirchner réalise une longue série de représentations de la vie urbaine moderne, à travers des vues de la métropole allemande. Mais le peintre commence à boire de façon régulière et excessive de l’alcool.
Février- Mars 1914 : Importante exposition personnelle à la galerie Jena.
1915 : À la déclaration de la Première Guerre Mondiale, Kirchner se porte « involontairement volontaire », dans l’espoir de pouvoir choisir son affectation pour aller se battre au front. Mais, il tombe dans une profonde dépression qui l’amène à être démobilisé.
1917 : Kirchner s’installe définitivement à Davos. Il habite d’abord dans une usine sidérurgique sur le Staffelap. En hiver, il séjourne dans le sanatorium Bellevue à Kreuzlingen. Puis il achète une ferme dans les Mélèzes (Alpes suisses), où il reçoit le soutient du collectionneur d’art le Dr. Carl Hagemann, ainsi que celui de l’architecte belge Henri van de Velde et de la famille de son médecin, le Dr. Spengler.
1920 : Kirchner commence à donner des cours à un jeune peintre hollandais, Jan Wiegers.
1921 : 50 de ses œuvres sont exposées au Kronprinzenpalais de Berlin, où il reçoit un très bon accueil critique qui le confirme dans son rôle de leader de l’expressionnisme.
1925-26 : Kirchner retourne pour la première fois en Allemagne, depuis son exil suisse. Il séjourne un moment à Dresde avec son futur biographe, Will Grohmann. Il reçoit alors une importante commande publique pour la décoration du hall du musée Folkwang, à Essen, qui ne sera malheureusement ne sera jamais achevée, puisque les nazis fermèrent le musée en 1933. Mais Kirchner a su attirer l’attention de jeunes artistes de Bâle, qui viennent le visiter dans les Alpes pour lui demander conseil.
1926 : Publication de la première monographie consacrée à l’œuvre de Kirchner, ainsi que d’un catalogue raisonné de son importante production graphique, symboles de sa reconnaissance publique et critique.
1928 : Participe à la Biennale de Venise, ce qui démontre sa popularité hors de son pays d’origine.
1936 : Kirchner est profondément marqué par la progression du nazisme, depuis l’invasion de l’Autriche.
1937 : Les Nazis qualifient son œuvre d’ « art dégénéré » et confisquent tous ses tableaux exposés dans les musées allemands, ce qui l’atteint gravement. Sa reconnaissance internationale se poursuit nonobstant, avec des expositions de ses œuvres aux Etats-Unis, à Détroit et New-York.
15 juin 1938 : À bout de force et désespéré par la situation politique allemande, Ernst Ludwig Kirchner met fin à sa vie.
Qu ’ est-ce que l ’ expressionnisme ?
Le mot « expressionnisme » a changé de signification au gré des époques. Dans le sens du terme que nous utilisons aujourd ’ hui, pour parler sans ambiguïté de « l ’ expressionnisme allemand » , il désigne un vaste mouvement culturel, apparu en Allemagne et en Autriche au début du XX e siècle. Pourtant l ’ expressionnisme est complexe et contradictoire. Il englobe la libération du corps comme l ’ exploration de la psyché. Au cœur de ses rangs disparates, on rencontrait aussi bien l ’ apathie politique que le chauvinisme, ou encore l ’ engagement révolutionnaire.
Jeune fille nue aux ombres de branches
1905
Huile sur carton, 37 x 30 cm
Kirchner Museum, Davos

La première partie de cet ouvrage est agencée de façon thématique, plus que chronologique, afin d ’ esquisser certains des traits les plus caractéristiques du mouvement, ainsi que ses préoccupations. La seconde partie est constituée de courts essais sur quelques peintres expressionnistes choisis, mettant en lumière les aspects spécifiques du travail de chacun de ces artistes. Les racines intriquées de l ’ expressionnisme puisent très loin dans l ’ histoire et la géogra

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents