L Expressionnisme
200 pages
Français

L'Expressionnisme , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
200 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Dans l’Allemagne du début du XXe siècle, toute une génération d’artistes défie les conventions académiques, troublant les sensibilités conservatrices. Fédérés sous le nom d’ « expressionnistes », les peintres allemands et autrichiens tels Max Beckmann, Otto Dix, Oskar Kokoschka, Egon Schiele et bien d’autres encore, participèrent au développement de ce vaste mouvement artistique.
Cet ouvrage, riche en couleurs, offre une vision globale du contexte culturel de l’époque, ainsi que de nombreuses biographies de ces artistes hors normes qui marquèrent non seulement leur temps mais aussi tout le XXe siècle.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 05 janvier 2012
Nombre de lectures 1
EAN13 9781780427690
Langue Français
Poids de l'ouvrage 63 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0524€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

LExpressionnisme
Ashley Bassie
Texte : Ashley Bassie Traduction : Karin Py
MISE EN PAGE : Baseline Co Ltd 33 Ter - 33 Bis Mac Dinh Chi St., e Star Building, 6 étage District 1, Ho Chi Minh City Vietnam
© Parkstone Press International, New York © Confidential Concepts, Worldwide, USA © Max Beckmann Estate / Artists Rights Society (ARS), New York / VG Bild-Kunst, Bonn © Otto Dix Estate / Artists Rights Society (ARS), New York / VG Bild-Kunst, Bonn © Hugo Erfurt / Artists Rights Society (ARS), New York / VG Bild-Kunst, Bonn © Conrad Felixmüller Estate / Artists Rights Society (ARS), New York / VG Bild-Kunst, Bonn Art © George Grosz / Licensed by VAGA, New York, NY © Alfred Hanf © Erich Heckel Estate / Artists Rights Society (ARS), New York / VG Bild-Kunst, Bonn © Alexeï von Jawlensky Estate / Artists Rights Society (ARS), New York / VG Bild-Kunst, Bonn © Vassily Kandinsky Estate / Artists Rights Society (ARS), New York / ADAGP, Paris © By Ingeborg & Dr. Wolfgang Henze-Ketterer, Wichtrach/Bern © Paul Klee Estate / Artists Rights Society (ARS), New York / VG Bild-Kunst, Bonn © Oskar Kokoschka Estate / Artists Rights Society (ARS), New York / Pro Litteris, Zurich © Käthe Kollwitz Estate / Artists Rights Society (ARS), New York / VG Bild-Kunst, Bonn © Ludwig Meidner © Kunstsammlungen Böttcherstraße Bremen, Paula Modersohn-Becker Museum © Otto Mueller Estate / VG Bild-Kunst, Bonn © Edvard Munch Estate / Artists Rights Society (ARS), New York/ Bono, Oslo © Gabriele Münter Estate / Artists Rights Society (ARS), New York / VG Bild-Kunst, Bonn © Heinrich Nauen Estate / Artists Rights Society (ARS), New York / VG Bild-Kunst, Bonn © Emil Nolde Estate / Artists Rights Society (ARS), New York / VG Bild-Kunst, Bonn © Nolde Stiftung Seebüll © Max Pechstein Estate / Artists Rights Society (ARS), New York / VG Bild-Kunst, Bonn © Christian Rohlfs Estate / Artists Rights Society (ARS), New York / VG Bild-Kunst, Bonn © Karl Schmidt-Rottluff Estate / Artists Rights Society (ARS) , New York / VG Bild-Kunst, Bonn © Foto : Städtische Galerie im Lenbachhaus München © Sprengel Museum Hannover, Photo: Michael Herling/Aline Gwose
Tous droits réservés Sauf mention contraire, le copyright des œuvres reproduites se trouve chez les photographes qui en sont les auteurs. En dépit de nos recherches, il nous a été impossible d’établir les droits d’auteur dans certains cas. En cas de réclamation, nous vous prions de bien vouloir vous adresser à la maison d’édition.
ISBN : 978-1-78042-769-0
Ashley Bassie
L’EXPRESSIONNISME
- Sommaire -
Introduction : qu’est-ce que l’expressionnisme ?
Un Art « allemand » ?
Les Origines et les sources de l’expressionnisme
Le Corps et la nature
Le Moi et la psyché
La Métropole et la modernité
La Vision et l’esprit
La Guerre et la révolution
La Fin de l’expressionnisme ?
Les Incontournables
Bibliographie
Index
7
13
37
51
71
87
103
123
133
196
197
QU’EST-CE QUE L’EXPRESSIONNISME ?
e mot « expressionnisme » a changé de signification au gré des époques. Dans le sens du terme que nous utilisons aujourd’hui, pour parler sans ambiguïté de « l’expressionnisme au déLbut du XXesiècle. Pourtant l’expressionnisme est complexe et contradictoire. Il englobe la allemand», il désigne un vaste mouvement culturel, apparu en Allemagne et en Autriche libération du corps comme l’exploration de la psyché. Au cœur de ses rangs disparates, on rencontrait aussi bien l’apathie politique que le chauvinisme, ou encore l’engagement révolutionnaire. La première partie de cet ouvrage est agencée de façon thématique, plus que chronologique, afin d’esquisser certains des traits les plus caractéristiques du mouvement, ainsi que ses préoccupations. La seconde partie est constituée de courts essais sur quelques peintres expressionnistes choisis, mettant en lumière les aspects spécifiques du travail de chacun de ces artistes. Les racines complexes de l’expressionnisme puisent très loin dans l’histoire et la géographie. Deux de ses sources les plus importantes ne sont ni modernes, ni européennes : l’art du Moyen Âge et l’art tribal des peuples prétendus « primitifs ». Une troisième source n’a pas grand-chose à voir avec les arts visuels : il s’agit de la philosophie de Friedrich Nietzsche. Pour compliquer encore l’affaire, le terme « expressionnisme » était à l’origine utilisé différemment. Jusqu’en 1912 environ, il décrivait généralement une forme d’art progressiste, très distincte de l’impressionnisme, voire « anti-impressionniste », apparue en Europe, principalement en France. Par conséquent, l’ironie veut que le terme ait d’abord été appliqué à des artistes non allemands comme Gauguin, Cézanne, Matisse ou Van Gogh. En pratique, jusqu’au déclenchement de la Première Guerre mondiale, l’« expressionnisme » était encore une expression « fourre-tout » englobant les plus récentes formes de modernité, comme les Fauves, les futuristes ou encore les cubistes. L’importante exposition duSonderbundpar exemple, organisée à Cologne en 1912, se servait du terme pour désigner à la fois la toute jeune peinture allemande et les artistes internationaux. Mais à Cologne déjà, le glissement s’amorçait. Les organisateurs de la manifestation et la plupart des critiques soulignèrent les affinités manifestes entre l’« expressionnisme » de l’avant-garde allemande, et celui du Hollandais Van Gogh et du Norvégien Edvard Munch, invité d’honneur de l’exposition (p.6). Ce faisant, ils minimisaient légèrement l’importance dont jouissaient jusque-là les artistes français, comme Matisse, et imprimaient au concept d’expressionnisme une orientation clairement « nordique ». Munch lui-même fut stupéfait lorsqu’il vit l’exposition. « Il y a ici une collection des plus sauvages peintures d’Europe », écrivit-il à un ami, « la cathédrale de Cologne vacille sur ses fondations ». Bien plus qu’un domaine géographique, ce glissement révélait que les atouts de l’expressionnisme ne résidaient pas tant dans la nouveauté des moyens formels servant à décrire le monde physique, que dans sa façon de communiquer une perception particulièrement sensible, voire légèrement névrotique du monde, allant bien au-delà des simples apparences. Comme dans l’Œuvre de Van Gogh et de Munch, l’expérience humaine subjective et individuelle était au cœur de ses préoccupations. Tandis qu’il prenait de l’ampleur, une chose devint parfaitement claire : l’expressionnismen’était pasCeci explique en partie pourquoi ni les conservateurs, ni lesstyle ». un « critiques, ni les marchands d’art, pas plus que les artistes eux-mêmes, ne pouvaient s’accorder sur l’emploi ou la signification du terme.
Edvard Munch, Madone, 1893-1894. Huile sur toile, 90 x 68,5 cm. Munch museet, Oslo.
7
Oskar Kokoschka, Dents du Midi, 1909-1910. Huile sur toile, 80 x 116 cm. Collection privée.
Egon Schiele, Soleil d’automne I (Lever de soleil), 1912. Huile sur toile, 80,2 x 80,5 cm. Collection privée.
8
Néanmoins, le terme « expressionnisme » fut largement consacré dans le monde des arts en Allemagne et en Autriche. Il s’appliqua d’abord à la peinture, à la sculpture et à la gravure, et un peu plus tard à la littérature, au théâtre et à la danse. On a même été jusqu’à dire que si l’impact de l’expressionnisme avait été le plus fructueux sur les arts visuels, c’est sur la musique que ses répercussions furent les plus radicales, impliquant des éléments comme la dissonance et l’atonalité dans les œuvres des compositeurs (surtout à Vienne) tels que Gustav Mahler, Alban Berg ou Arnold Schoenberg. En dernier lieu, l’expressionnisme infiltra l’architecture, et l’on put même en discerner les effets dans les films de divertissements les plus récents. Aujourd’hui, les historiens ne sont toujours pas d’accord sur ce qu’est l’expressionnisme. Beaucoup d’artistes qui incarnaient la quintessence du mouvement rejetèrent eux-mêmes cette étiquette. Compte tenu de l’esprit anti-académique et de l’individualisme féroce qui caractérisaient l’expressionnisme, cela n’a rien de surprenant. Dans son autobiographie,Jahre der Kämpfe(Années de lutte), Emil Nolde écrivit : « Les intellectuels de l’art me qualifient d’expressionniste. Je n’aime pas cette restriction. » De profondes différences séparent les œuvres des principales figures du mouvement. Le terme est
9
Ernst Ludwig Kirchner, Rue à Dresde, 1907-1908. Huile sur toile, 150,5 x 200,4 cm. The Museum of Modern Art, New York.
10
tellement élastique qu’il peut s’appliquer à des artistes aussi variés que Ernst Ludwig Kirchner, Paul Klee, Egon Schiele et Vassily Kandinsky. Nombre d’artistes allemands qui eurent la chance de vivre longtemps, tels Max Beckmann, George Grosz, Otto Dix et Oskar Kokoschka, n’adoptèrent le mode « expressionniste » que durant un petit nombre de leurs années de productivité – et encore à des degrés très divers. D’autres eurent des carrières tragiquement courtes, nous laissant imaginer la façon dont aurait évolué leur Œuvre. Paula Modersohn-Becker et Richard Gerstl disparurent avant même que le terme ne soit entré dans l’usage. Avant la fin de l’année 1914, le peintre August Macke et les poètes Alfred Lichtenstein et Ernst Stadler étaient morts au champ de bataille. Un autre poète, Georg Trakl, absorba une overdose de cocaïne, incapable de surmonter les horreurs endurées dans une unité médicale de Pologne pendant son service militaire. Franz Marc tomba en 1916. À Vienne, le jeune Egon Schiele ne survécut pas à l’épidémie de grippe dévastatrice de 1918, et Wilhelm Lehmbruck demeura tellement traumatisé par l’expérience de la guerre, qu’il se suicida à Berlin en 1919. Il est plus facile de déterminer ce que l’expressionnismenétait pasque ce qu’il était. Assurément, l’expressionnisme n’était pas une entité cohérente et uniforme. Contrairement aux futuristes de Marinetti en Italie, qui fondèrent et proclamèrent haut et fort l’identité de leur groupe, il n’existait pas de communauté unifiée d’« expressionnistes ». Néanmoins, à la différence des petites entités réunissant les peintres « Fauves » ou « cubistes » en France, les « expressionnistes » de l’une ou l’autre tendance étaient si nombreux à travers les arts, qu’on a parfois qualifié cette période de l’histoire culturelle allemande de « génération expressionniste ». L’ère de l’expressionnisme allemand s’acheva finalement avec l’avènement de la dictature nazie en 1933. Mais sa phase la plus incandescente, entre 1910 et 1920, nous a légué un héritage dont les
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents