Léonard de Vinci
256 pages
Français

Léonard de Vinci , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
256 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Léonard de Vinci (Vinci, 1452 – Le Clos-Lucé, 1519)
Léonard passa la première partie de sa vie à Florence, la seconde à Milan et ses trois dernières années en France. Le professeur de Léonard fut Verrocchio, d'abord orfèvre, puis peintre et sculpteur. En tant que peintre, Verrocchio était représentatif de la très scientifique école de dessin ; plus célèbre comme sculpteur, il créa la statue de Colleoni à Venise. Léonard de Vinci était un homme extrêmement attirant physiquement, doté de manières charmantes, d'agréable conversation et de grandes capacités intellectuelles. Il était très versé dans les sciences et les mathématiques, et possédait aussi un vrai talent de musicien. Sa maîtrise du dessin était extraordinaire, manifeste dans ses nombreux dessins, comme dans ses peintures relativement rares. L'adresse de ses mains était au service de la plus minutieuse observation, et de l'exploration analytique du caractère et de la structure de la forme. Léonard fut le premier
des grands hommes à désirer créer dans un tableau une sorte d'unité mystique issue de la fusion entre la matière et l'esprit. Maintenant que les Primitifs avaient conclu leurs expériences, poursuivies sans relâche deux siècles durant, il pouvait prononcer les mots qui serviraient de sésame à tous les artistes du futur dignes de ce nom : peindre est un acte intellectuel, une cosa mentale. Il enrichit le dessin florentin en intensifiant la perspective de champ par un modelage de l'ombre et de la lumière que ses prédécesseurs n'avaient utilisé que pour donner une plus grande précision aux contours. Cette technique est appelée sfumato. Cette merveilleuse maîtrise du dessin, ce modelé et ce clair-obscur, il les utilisa non seulement pour peindre l'aspect extérieur du corps, mais aussi, comme personne avant lui, pour explorer une part du mystère de sa vie intérieure. Dans sa Mona Lisa, sa Sainte Anne et ses autres chefs-d'oeuvre, il ne se contente pas d'utiliser le paysage comme un ornement plus ou moins pittoresque, mais bien comme une sorte d'écho de cette vie intérieure, un élément constitutif de cette harmonie parfaite. Se fiant aux lois toujours assez récentes de la perspective, ce docteur en sagesse académique, qui, à cette même époque, posait les bases de la pensée moderne, substitua à la manière discursive des Primitifs le principe de concentration qui est le fondement de l'art classique. Le tableau ne nous est plus présenté comme un agrégat presque fortuit de détails et d'épisodes. C'est un organisme dont tous les éléments, lignes et couleurs, ombres et lumières, composent un subtil entrelacs convergeant vers un noyau spirituel, voire sensuel. Dans Mona Lisa, Léonard de Vinci dépeignit la quintessence de l'univers et de la femme, éternelle idée de l'homme et symbole de la beauté parfaite auquel il aspire. La nature est évoquée ici par un magicien dans tout son mystère et sa puissance. Derrière le charmant visage, calme, derrière le front, juvénile et pourtant méditatif, pparaissent des montagnes, des glaciers, de l'eau et des rochers. Dans cette très petite portion de surface peinte, se dévoile une vaste révélation, à côté de l'éternel féminin, de notre planète, notre mère la Terre. Léonard de Vinci ne se préoccupait pas de l'aspect extérieur des objets, mais bien de leur signification intérieure et spirituelle.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juillet 2011
Nombre de lectures 2
EAN13 9781780421407
Langue Français
Poids de l'ouvrage 24 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,025€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Léonard de Vinci
Auteur : Gabriel Séailles
Page 4 : Étude pour la tête de la Vierge, 1508-1512 Craie tendre, 20,3 x 15,6 cm The Metropolitan Museum of Art, New York
Mise en page : Baseline Co Ltd 127-129A Nguyen Hue e Fiditourist, 3 étage District 1, Hô Chi Minh Ville Vietnam
© Parkstone Press International, New York, USA © Confidential Concepts, worldwide, USA.
Tous droits réservés
Sauf mention contraire, le copyright des œuvres reproduites se trouve chez les photographes qui en sont les auteurs. En dépit de nos recherches, il nous a été impossible d’établir les droits d’auteur dans certains cas. En cas de réclamation, nous vous prions de bien vouloir vous adresser à la maison d’édition.
ISBN : 978-1-78042-140-7
«»Les détails font la perfection, et la perfection n’est pas un détail.
- Léonard de Vinci
3
1452
1457 1460 1469
1472 1473 1478
1492
1483
1492 1495
Biographie
Léonard est né le 15 avril dans la petite ville toscane d’Anchiano, près de Vinci, dans la région florentine. Il est le fils illégitime d’un riche notaire, Ser Piero, et d’une paysanne, Caterina. Son père le prit en charge après sa naissance, tandis que Caterina le quittait pour en épouser un autre. Les deux parents de Léonard, tous deux remariés, lui donnèrent dix-sept demi-frères et sœurs. Léonard s’installe à Vinci avec son père. Ce dernier épouse Alberia Amadori. Le jeune homme suit son père à Florence. A l’âge de 15 ans, il entre en apprentissage dans l’atelier réputé d’Andrea del Verrochio à Florence. Là, il est associé à la mise en œuvre de retable et de grands panneaux peints, ainsi qu’à la réalisation de sculptures en bronze et en marbre. Il dessina un ange pour une des peintures de Verrochio, qui impressionna tellement son maître que celui-ci fit vœu d’arrêter de peindre. Léonard reste dans cet atelier jusqu’en 1477. Entrée dans la guilde des peintres. Léonard exécute la première de ses œuvres célèbres,La Vallée de l’Arno. Le peintre reçoit la commande d’une peinture de retable pour le Palazzo Vecchio, ce projet n’aboutira jamais. Léonard quitte Florence pour Milan. Il parvient à entrer au service du duc Ludovic Sforza, en lui vantant, au cours d’une lettre, son aptitude à construire ponts, canons et navires, à concevoir des catapultes et des machines de guerre. C’est en fait parce qu’il se prétendait être un musicien hors paire qu’on lui confia le poste qu’il convoitait. Il fut pendant dix-huit ans artiste de la cour milanaise. Il exécute de nombreux portraits et conçoit les décors des fêtes du palais. Sa fascination pour les mécanismes complexes s’intensifie, et pour réaliser ses projets d’ingénierie, il étudie longuement les différentes physiques, la biologie et les mathématiques. Cependant, peu nombreux sont les projets que Léonard aient menés à terme. Exécution deLa Vierge aux Rochers. L’artiste dessine des armes élaborées, dont un tank et des véhicules de guerre, des sous-marins et autres engins de combat. Projet d’une machine volante. Commencement deLa Cène, dans le réfectoire de Santa Maria delle Grazie. L’œuvre est achevée en 1498.
5
6
1496 1499
1500 1502
1503
1504
1506
1507 1514
1516
1518 1519
Léonard rencontre le mathématicien Luca Pacioli, avec qui il étudie les traités d’Euclide. La prise de Milan par les français accule Léonard à quitter la ville. Il se rend successivement à Mantoue puis à Venise, et enfin à Friuli pour trouver du travail. Retour à Florence. Léonard commence à travailler comme ingénieur militaire pour Cesare Borgia, duc de Romagne, fils du Pape Alexandre VI et général en chef de son armée. Il supervise les chantiers des forteresses élevées sur les territoires pontificaux, dans le centre de l’Italie. Il fait partie de la commission chargée de trouver un lieu digne de recevoir la statue duDavidde Michel-Ange. Ses qualités d’ingénieur sont fortement sollicitées durant la guerre contre Pise. L’artiste dessine des esquisses pourLa Bataille d’Anghiari. Son père meurt le 9 juillet. La part d’héritage qui lui revient lui est soutirée par ses frères et sœurs peu scrupuleux. La mort de son oncle peu après ravive les disputes d’héritage ; cependant Léonard en sort cette fois-ci favorisé, recevant la fortune et les terres de son oncle. C’est au cours de cette période qu’il commence à peindreMona Lisa. Retour à Milan, sur les injonctions du gouverneur français, Charles d’Amboise. Là, il se passionne pour l’étude des éléments : l’eau, la terre et le feu. Léonard est nommé peintre de la cours de Louis XII de France. L’artiste retourne à Rome, où il entre sous le patronage du Pape Léon X. Il se penche longuement sur les découvertes scientifiques. Sa fascination pour l’étude anatomique et physiologique est néanmoins freinée par le pape, qui n’accepte pas que le chercheur dissèque des corps humains pour approfondir ses recherches. Le mécène de Léonard, Julien de Médicis, meurt le 4 mars. L’artiste est alors invité en France pour er entrer au service de François I , comme Premier Peintre, Ingénieur et Architecte du roi. Il construit un lion mécanique à l’occasion de son couronnement. Ce nouveau mécène est extrêmement généreux, et Léonard passe les dernières années de sa vie dans les luxueux appartements d’un manoir, situé non loin du château royal d’Amboise. L’artiste dessine les plans d’un palais à Romorantin. Léonard de Vinci meurt le 2 mai à Cloux, et est enterré dans l’église de Saint-Valentine à Amboise. Il lègue l’ensemble de ses manuscrits, dessins et outils à son élève favori, Francesco Melzi. Toutes les peintures de son atelier, dontMona Lisa, sont destinées à Salai, un autre élève. On dit que le roi er François I serait resté longuement auprès de la dépouille de Léonard, tenant sa tête entre ses mains.
7
8
éonard est né à Vinci en 1452, entre L Florence et Pise, sur la rive droite de l’Arno. Le père de Léonard était Ser Piero, alors âgé de vingt-deux ou vingt-trois ans ; sa mère, une jeune paysanne du nom de Catarina. Ici se place un petit drame de famille, dont chacun est libre d’imaginer les incidents à sa fantaisie. La naissance de Léonard donne brusquement à l’idylle une fin toute prosaïque.
Léonard de Vinci et Andrea del Verrocchio, Vierge à l’Enfant et anges
vers 1470 Tempera sur panneau de bois, 96,5 x 70,5 cm National Gallery, Londres
9
10
Sans doute sur les instances de son père, Ser Piero rompit avec Catarina, prit son fils et la même année se maria avec Albiera di Giovanni Amadori. Catarina de son côté épousa sagement un certain Accatabriga di Piero del Vacca, quelque paysan. Fils naturel, recueilli par son père, Léonard se passa de cette influence maternelle que doit subir tout grand homme qui se respecte.
Léonard de Vinci et Andrea del Verrocchio, Baptême du Christ
1470-1476 Huile et tempera sur bois, 177 x 151 cm Musée des Offices, Florence
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents