Modigliani
81 pages
Español

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Modigliani , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
81 pages
Español

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Amedeo Modigliani nació en Italia en 1884 y murió en París a la edad de treinta y cinco años. Desde temprana edad se interesó en estudios de desnudos y en la noción clásica del ideal de belleza. En 1900-1901 visitó Nápoles, Capri, Amalfi y Roma, además de Florencia y Venecia, y estudió de primera mano muchas obras maestras del Renacimiento. Quedó impresionado por los artistas del trecento (siglo XIV), como Simone Martini (c. 1284-1344), cuyas figuras alargadas y con aspecto de serpientes, realizadas con gran delicadeza de composición y color e imbuidas de tierna tristeza, fueron precursoras de las líneas sinuosas y luminosas evidentes en la obra de Sandro Botticelli (c. 1445-1510). Ambos artistas claramente influyeron en Modigliani, que utilizó las poses de la Venus de Botticelli en El nacimiento de Venus (1482) en su Desnudo de pie (Venus) (1917) y en Mujer joven pelirroja con camisa (1918), y la misma pose invertida en Desnudo sentado con collar (1917). La deuda de Modigliani con el arte del pasado se transformó por la influencia del arte antiguo (sobre todo las figuras cicládicas de la antigua Grecia), el arte de otras culturas (como la africana) y el cubismo. Sus círculos y curvas balanceadas, a pesar de ser voluptuosos, poseen patrones cuidadosos, más que naturalistas. Sus curvas son precursoras de las líneas móviles y geométricas que Modigliani usaría más tarde en obras tales como Desnudo reclinado. Los dibujos de las cariátides de Modigliani le permitieron explorar el potencial decorativo de poses difíciles y hasta imposibles de lograr en la escultura. En su famosa serie de desnudos, Modigliani tomó composiciones de varios desnudos bien conocidos de los grandes maestros, como los de Giorgione (c. 1477-1510), Tiziano (c. 1488-1576), Jean-Auguste-Dominique Ingres (1780-1867) y Velázquez (1599-1660), pero evitó caer en el exceso de romanticismo o en una elaborada decoratividad. Modigliani también estaba familiarizado con la obra de Francisco de Goya y Lucientes (1746-1828) y de Edouard Manet (1832-1883), quien causara controversia al pintar mujeres reales e individuales en sus desnudos, rompiendo con las convenciones artísticas del uso exclusivo del desnudo en escenas mitológicas, alegóricas o históricas.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 22 décembre 2011
Nombre de lectures 3
EAN13 9781781606698
Langue Español

Informations légales : prix de location à la page 0,021€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Mise en page :
Baseline Co. Ltd
61A-63A Vo Van Tan Street
4 ème étage
District 3, Hô Chi Minh-Ville
Vietnam

© Confidential Concepts, worldwide, USA
© Parkstone Press International, New York, USA

Tous droits réservés

Tous droits d'adaptation et de reproduction réservés pour tous pays. Sauf mention contraire, le copyright des œuvres reproduites se trouve chez les photographes qui en sont les auteurs. En dépit de nos recherches, il nous a été impossible d'établir les droits d'auteur dans certains cas. En cas de réclamation, nous vous prions de bien vouloir vous adresser à la maison d'édition.

ISBN: 978-1-78160-669-8
Amedeo
Modigliani
SOMMAIRE



De l‘Art traditionnel à l‘Art moderne Une nouvelle interprétation des oeuvres classiques
La découverte de nouvelles formes d‘Art
Le nu et la morale
Une libération inconsciente
L’art du gros plan
L’engagement émotionnel Un processus de dépersonnalisation
La quête de l’esthétique
Conclusion
BIOGRAPHIE
LISTES DES ILLUSTRATIONS
1. Autoportrait , 1919.
Huile sur toile, 100 x 65 cm.
Museu de Arte Contemporanea da
Universidade de São Paulo, Brésil.
Amedeo Modigliani naquit à Livourne (Italie) en 1884 et décéda à l’âge de 35 ans à Paris. De mère française et de père italien, il fut élevé dans la foi judaïque et grandit ainsi au contact de trois cultures. Modigliani était un homme charmant et passionné qui eut de nombreuses liaisons amoureuses au cours de sa vie. Trois sources alimentèrent l’inégalable puissance visionnaire de l’ artiste : sans renier son héritage italien et classique, il comprenait également la sensibilité et le style français, particulièrement l’ambiance artistique dense qui régnait dans le Paris de la fin du XIXe siècle. De plus, il était marqué par une lucidité intellectuelle influencée par la tradition judaïque. Contrairement à d’autres avant-gardistes, Modigliani peignit essentiellement des portraits aux formes étirées. Il leur donna un caractère étrange et ajouta cette touche mélancolique qui lui était propre. Ses nus sont d’une beauté sublime et empreints d’un érotisme exotique. En 1906, Modigliani s’établit à Paris, centre de l’innovation artistique et du commerce international de l’art. Là, il fréquenta régulièrement les cafés et les galeries de Montmartre et de Montparnasse, lieux de rencontre des groupes d’artistes les plus divers. Très tôt, il se lia d’amitié avec Maurice Utrillo (1883-1955), peintre néo-impressionniste et alcoolique, et avec le peintre allemand Ludwig Meidner (1844-1966) qui qualifiait Modigliani de « dernier vrai bohémien » (Traduction de la citation du Modigliani de Doris Krystof).

S’il est vrai que sa mère lui envoya tout l’argent dont elle pouvait disposer, il fut néanmoins souvent contraint de changer de domicile. Parfois, il dut même abandonner sur place ses oeuvres lorsqu e, incapable de payer son loyer , il quittait précipitamment les lieux. Voici la description d’un des logis de Modigliani faite par Fernande Olivier (1881-1973), la première amie de Pablo Picasso à Paris, dans son livre Souvenirs intimes - Ecrits pour Picasso : « Une estrade sur quatre pieds dans un coin de la pièce. Un petit fourneau rouillé avec une cuvette en terre cuite posé e dessus ; à côté, sur une table en bois blanc, une serviette et un morceau de savon. Dans un autre coin, une caisse étroite et miséreuse, barbouillée de peinture noire, servait de divan. Une chaise en osier, des chevalets, des toiles de toutes les dimensions, des tubes de couleur éparpillés par terre, des pinceaux, des récipients pour l’essence de térébenthine, un pot contenant de l’acide nitrique (pour les gravures) et pas de rideaux. »

Modigliani était un des personnages éminents du Bateau-Lavoir, cette fameuse maison où de nombreux artistes, comme Picasso, avaient leurs ateliers. C’est probablement à l’écrivain et bohémien Max Jacob (1876-1944), un ami de Modigliani et de Picasso, que le Bateau-Lavoir doit son nom.
2. Paysage dans le Midi , 1919.
Huile sur toile, 60 x 45 cm.
Collection particulière.
3. Arbre et Maison , 1919.
Huile sur toile, 57 x 45 cm.
Collection particulière.
A cette époque, Picasso y peignit Les Demoiselles d’Avignon , cette représentation radicale d’un groupe de prostituées qui marqua le début du cubisme. Au Bateau-Lavoir, d’autres artistes travaillèrent eux aussi au développement du cubisme, parmi eux les peintres Georges Braque (1882-1963), Jean Metzinger (1883-1956), Marie Laurencin (1885-1956), Louis Marcoussis (1883-1941) et les sculpteurs Juan Gris (1887- 1927), Jacques Lipchitz (1891-1973) et Henri Laurens (1885-1954). En ce temps-là, les couleurs vives et le style libre du fauvisme jouissaient d’une grande popularité. Modigliani fit la connaissance des Fauves du Bateau-Lavoir, parmi eux André Derain (1880-1954), Maurice de Vlaminck (1876-1958) et le sculpteur expressionniste Manolo (Manuel Martinez Hugué ; 1876-1945) ainsi que Chaim Soutine (1893-1943), Moïse Kisling (1891-1953) et Marc Chagall (1887-1985).

Dans ses portraits, Modigliani représenta bon nombre de ces artistes. Outre Max Jacob, d’autres écrivains étaient eux aussi attirés par cette communauté, parmi eux Guillaume Apollinaire (1880-1918), poète et critique d’art (et amant de Marie Laurencin), le surréaliste Alfred Jarry (1873-1907), Jean Cocteau (1889-1963), écrivain, philosophe et photographe, dont la relation avec Modigliani était ambiguë, et André Salmon (1881-1969) qui écrivit plus tard un roman adapté pour la scène sur la vie très peu conventionnelle de Modigliani ( La Vie passionnée de Modigliani , Editions Seghers, Paris). L’écrivain américain et collectionneur d’oeuvres d’art, Gertrude Stein (1874-1946) et son frère Léo comptaient également parmi les habitués du Bateau-Lavoir.

Appelé ‘Modi’ par ses amis, sûrement un jeu de mot basé sur l’expression ‘peintre maudit’, il était convaincu que les besoins et les désirs de l’artiste étaient différents de ceux des hommes ordinaires. Il en déduisit qu’il fallait par conséquent que sa vie s oit jugée de manière différente ; théorie que lui inspira la lecture d’auteurs tels que Friedrich Nietzsche (1844-1900), Charles Baudelaire (1821-1867) et Gabriele d´Annunzio (1863-1938). Modigliani eut des liaisons innombra bles ; but copieusement et se drogua. De temps à autre pourtant, il retourna en Italie afin de voir sa famille et se reposer.

Dans son enfance, Modigliani avait souffert d’une pleurésie et de la typhoïde, maladies dont il ne guérit jamais complètement. Le manque constant d’argent et sa vie instable et dissolue aggravèrent son état de santé déjà inquiétant. Lorsque la tuberculose l’emporta, Jeanne Hébuterne, sa jeune fiancée, était enceinte de leur deuxième enfant. Sans lui, la vie lui sembla alors insupportable et elle se suicida le lendemain de sa mort.
4. Nu , vers 1908.
Huile sur toile, 61 x 38 cm.
Perls Gallery, New York.
5. Le Mendiant de Livourne , 1909.
Huile sur toile, 66 x 52,7 cm.
Collection particulière.
6. Le Joueur de violoncelle , 1909.
Huile sur toile, 130 x 80 cm.
Collection particulière.
7. Portrait de Jeanne Hébuterne. Tête de profil (Jeune Fille rousse) , 1918.
Huile sur toile, 46 x 29 cm.
Collection particulière.
8. Nu au chapeau , 1907-08.
Huile sur toile, 80,6 x 50,1 cm.
Reuben et Edith Hecht Museum,
University of Haïfa, Israël.
9. Cariatide , 1913-14.
Crayon et tempera sur papier,
90 x 70 cm. Collection particulière.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents