Monet
256 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Monet , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
256 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Claude Monet (Paris, 1840 – Giverny, 1926)
Pour Claude Monet, le qualificatif d'impressionniste est toujours resté un sujet de fierté. Malgré tout ce que les critiques ont pu écrire sur son oeuvre, Monet n'a cessé d'être véritablement impressionniste jusqu'à la fin de sa très longue vie. Il l'a été par conviction profonde, et peut-être a-t-il sacrifié à son impressionnisme beaucoup d'autres possibilités que lui offrait son immense talent. Monet n'a pas peint de compositions classiques avec des personnages, il n'est pas devenu portraitiste, bien que tout cela fût compris dans sa formation professionnelle. Il s'est choisi, en fait, un seul genre, celui du paysage, et il y a atteint un degré de perfection auquel aucun de ses contemporains n'a pu parvenir. Pourtant, le garçonnet avait commencé par dessiner des caricatures. Puis Boudin lui conseilla d'abandonner la caricature et d'opter pour le paysage : c'est que la mer et le ciel, les animaux, les gens et les arbres sont beaux justement dans l'état où les a créés la nature, c'est-à-dire entourés d'air et de lumière. C'est en effet de Boudin que Monet hérita la conviction de l'importance du travail en plein air, conviction qu'il transmit plus tard à ses amis impressionnistes. Monet ne voulut pas entrer à l'École des Beaux-Arts. Il préféra fréquenter une école privée, l'Académie Suisse, fondée par un ancien modèle, quai des Orfèvres, près du pont Saint-Michel. On pouvait y dessiner et peindre un modèle vivant pour une somme modique. C'est là que Monet rencontra le futur impressionniste Camille Pissarro. C'est ensuite dans l'atelier de Gleyre, que Monet rencontra Auguste Renoir, Alfred Sisley et Frédéric Bazille. Il parlait aussi à ses amis d'un autre peintre qu'il avait également trouvé en Normandie. Il s'agissait de l'étonnant Hollandais Jongkind. «Il fut à partir de ce moment mon vrai maître », disait Monet. «C'est à lui que je dois l'éducation définitive de mon oeil ». Ces paysagistes normands, Boudin et Jongkind, se rangent au nombre des maîtres directs des impressionnistes.
En 1871-1872, les paysages de Monet ne se distinguaient pas encore par une grande richesse de coloris ; ils rappelaient plutôt les tonalités de la peinture des artistes de Barbizon ou les marines de Boudin. Il composait une gamme de coloris sur la base de tons marron-jaune et bleu-gris.
En 1877, lors de la troisième exposition des impressionnistes, Monet présenta, pour la première fois, une série de tableaux : sept vues de la gare Saint-Lazare. Il les choisit parmi les douze toiles peintes dans la gare. Ce motif, dans l'oeuvre de Monet, est dans la ligne non seulement du Chemin de fer de Manet et de ses propres paysages, avec trains et gare, à Argenteuil, mais aussi de la tendance qui commença à se manifester avec l'apparition des chemins de fer. Un beau matin, il réveilla Renoir avec un cri de victoire : «J'ai trouvé, la gare Saint-Lazare ! Au moment des départs, les fumées des locomotives y sont tellement épaisses qu'on n'y distingue à peu près rien. C'est un enchantement, une véritable féerie ». Il n'avait pas l'intention de peindre la gare Saint-Lazare de mémoire ; il voulait saisir les jeux de lumière du soleil sur les nuages de vapeur qui s'échappaient des locomotives.
En 1883, Monet avait acheté une maison dans le village de Giverny, à proximité de la petite ville de Vernon. À Giverny, les séries devinrent une des principales méthodes de travail en plein air de Monet. Quand un journaliste, venu de Vétheuil pour interviewer Monet, lui demanda où se trouvait son atelier, le peintre répondit : «Mon atelier ! Mais je n'ai jamais eu d'atelier, moi, et je ne comprends pas qu'on s'enferme dans une chambre. Pour dessiner, oui, pour peindre, non ». Montrant d'un geste large la Seine, les collines et la silhouette de la petite ville, il déclara : «Voilà mon atelier, à moi » Dès la dernière décennie du XIXe siècle, Monet commença à aller à Londres. Il commençait tous les tableaux à Londres, d'après nature, mais en terminait beaucoup, ensuite, à Giverny. Un ami de Monet, l'écrivain
Octave Mirbeau, écrit que Monet avait accompli un miracle : à l'aide de couleurs, il avait réussi à reconstituer sur la toile une matière quasi insaisissable, à reproduire la lumière solaire, en l'enrichissant d'une quantité infinie de reflets. Claude Monet fut le seul parmi les impressionnistes à avoir mené jusqu'au bout une étude presque scientifique des possibilités de la couleur ; il est peu probable qu'on eût pu aller plus loin dans cette direction.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juillet 2011
Nombre de lectures 0
EAN13 9781780421087
Langue Français
Poids de l'ouvrage 25 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,025€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Monet
Page 4 : Portrait de Claude Monet Auguste Renoir, 1875 huile sur toile, 85 x 60,5 cm Musée d'Orsay, Paris
Mise en page : Baseline Co Ltd 19-25 Nguyen Hue e Bitexco, 11 étage District 1, Hô Chi Minh-Ville Vietnam
ISBN : 978-1-78042-108-7
© Confidential concepts, Worldwide, USA © Parkstone Press USA, New York
Tous droits d'adaptation et de reproduction réservés pour tous pays.
Sauf mention contraire, le copyright des œuvres reproduites se trouve chez les photographes qui en sont les auteurs. En dépit de nos recher-ches, il nous a été impossible d’établir les droits d'auteur dans certains cas. En cas de réclamation, nous vous prions de bien vouloir vous adresser à la maison d'édition.
2
Avant-propos
Ce futImpression, Soleil Levantde Claude Monet, peint en 1873, qui incita les critiques réprobateurs à appliquer le nom d' « impressionnisme » à l'ensemble du mouvement auquel il était associé. Voici un splendide recueil des œuvres de ce grand maître. Il comprend de nombreuses reproductions en couleurs de ses premières œuvres, telles que les célèbresFemmes au Jardin à Sainte-Adresse(1867) etEtang à Montgeron(1876-1877), dans lesquels l'extraordinaire capacité de l'artiste à saisir l'atmosphère et la lumière s'exprime dans des scènes au contraste absolu. On trouvera ici des exemples de séries de tableaux inspirés d'un même sujet que Monet aimait à produire – les meules de foin, la cathédrale de Rouen, Londres – tout comme les nombreuses représentations de ses lieux de prédilection, notamment Sainte-Adresse et Etretat, sur la côte d'Albâtre en Normandie.
3
Biographie
1840 : Le 14 novembre, à Paris, naissance de Claude Oscar Monet. 1845 : La famille Monet déménage au Havre. 1858 : Boudin s'intéresse au jeune artiste et l'incite à peindre en plein air. 1859 : Voyage à Paris. Monet fait la connaissance de Troyon. Il s'inscrit à l'Académie Suisse où il rencontre Pissarro. 1860 : Suit les cours à l'Académie Suisse. Peint des paysages à Champigny-sur-Marne. En automne, Monet est appelé sous les drapeaux. 1861 : Fait son service en Algérie. 1862 : Démobilisé. En été, travaille à Sainte-Adresse en compagnie de Boudin et Jongkind. En novembre, revient à Paris; il y fréquente l'atelier de Gleyre où il rencontre Renoir, Sisley et Bazille. 1863 : Travaille en leur compagnie à Chailly, près de Fontainebleau. Vers la fin de l'année, Monet, Renoir, Sisley et Bazille quittent l'atelier de Gleyre. 1864 : En compagnie de Bazille, Boudin et Jongkind, travaille à Honfleur. A Paris, Monet rencontre Courbet. 1865 : Expose deux marines au Salon. Passe l'été en compagnie de Bazille à Chailly. Passe l'automne à Trouville en compagnie de Courbet, Daubigny et Whistler. 1866 : Peint des vues de Paris. Au Salon exposeCamille, ou la Femme à la robe verte. Fait la connaissance de Manet. A Ville-d'Avray, peintFemmes au jardin, et au Havre la Terrasse. Puis travaille à Sainte-Adresse et à Honfleur. 1867 : Eprouve de graves difficultés financières. Vit avec ses parents à Sainte-Adresse. En automne, revient à Paris. 1868 : Travaille à Etretat et à Fécamp. 1869 : En compagnie de Renoir, travaille à Bougival où il peintLa Grenouillère. Déménage à Etretat, puis au Havre. 1870 : Premier voyage à Londres. 1871 : Séjourne à Londres. Daubigny présente Monet à Durand-Ruel. Rencontre Pissarro. Effectue un voyage en Hollande. S'intéresse à la gravure japonaise. Revient en France en passant par la Belgique. En décembre, s'établit à Argenteuil. 1872 : En compagnie de Boudin, visite Courbet emprisonné pour avoir participé à la Commune. Travaille au Havre où il peint Impression, soleil levant. Après un second voyage en Hollande, revient à Argenteuil où il séjournera jusqu'en 1878. 1873 : Argenteuil, travaille sur un bateau transformé en atelier. Peint les bords de la Seine. 1874 : A la première exposition des peintres qui plus tard reçurent le nom d'impressionnistes (ouverte du 15 avril au 15 mai chez Nadar, 35, boulevard des Capucines), Monet expose 9 travaux. Fait la connaissance de Caillebotte. 1875 : Continue à travailler à Argenteuil. Eprouve des difficultés financières. 1876 : En avril, à la deuxième exposition impressionniste (chez Durand-Ruel), expose 18 toiles. A Paris, commence la série des Gare Saint Lazare qu'il terminera en 1877. En avril, à la troisième exposition impressionniste Monet présente 30 toiles. 1878 : Se rend à Vétheuil. 1879 : A la quatrième exposition impressionniste (du 10 avril au 11 mai, 28, avenue de l'Opéra), présente 29 tableaux. Travaille à Vétheuil et à Lavacourt. 1880 : Exposition personnelle dans les locaux de « La Vie Moderne ». Travaille à Vétheuil. 1881 : Travaille à Vétheuil, Fécamp, puis, en décembre, à Poissy. 1882 : En mars, à la septième exposition impressionniste (251, rue Saint-Honoré), présente 35 tableaux. Travaille à Trouville, Dieppe et Poissy.
5
6
1883 :
1884 : 1885 :
1886 :
1887 : 1888 : 1889 : 1890 : 1891 :
1892 : 1893 : 1894 : 1895 : 1896 : 1897 : 1898 : 1899 : 1900 : 1901 : 1902 : 1903 : 1904 :
1906 : 1908 : 1909 : 1912 : 1916 : 1921 : 1922 : 1923 : 1926 :
En mars, exposition personnelle chez Durand-Ruel. En mai, séjourne à Giverny. Travaille dans les environs de Veraon, au Havre et à Etretat. En décembre en compagnie de Renoir, effectue un bref voyage dans le Midi. A l'Estaque, rend visite à Cézanne. Du 17 janvier au 14 mars, travaille à Bordighera. En avril, à Menton. En août, à Etretat. En automne, à Giverny. Séjourne à Giverny. Participe à l'exposition internationale ouverte dans la Galerie Georges Petit. En octobre-décembre, travaille à Etretat. Bref voyage en Hollande. Refuse de participer à la huitième (et dernière) exposition impressionniste. Participe à l'exposition internationale à la Galerie Georges Petit. Des tableaux de Monet sont exposés à New York. En septembre, travaille à Belle-Île où il rencontre Geffroy. Présente deux tableaux à l'exposition de la Société des peintres britanniques à Londres. De janvier à avril, séjourne à Antibes. En juin, voyage à Londres. En septembre, revient à Etretat. En juillet, exposition des œuvres de Monet et de Rodin à la Galerie Georges Petit (145 travaux). Commence à travailler sur les séries desPeuplierset LesMeules. Déménage à Giverny. Continue à travailler sur les séries desPeuplierset desMeules. Ces dernières obtiennent un vif succès à l'exposition chez Durand-Ruel. En décembre, effectue un voyage à Londres. Expose la série desPeupliers. Commence à travailler sur la série desCathédrales de Rouen. Continue à travailler sur lesCathédrales de Rouen. Cézanne visite Monet à Giverny. En janvier, effectue un voyage en Norvège. Du 10 au 31 mai, lesCathédrales de Rouensont exposées chez Durand-Ruel. En février et mars, travaille à Trouville. De janvier à mars, séjourne à Trouville. Expose à la Galerie Georges Petit. Commence à travailler sur la série desNymphéas. En automne, se rend à Londres où il commence à travailler sur ses paysages de la Tamise. En février, revient à Londres. En avril, travaille à Giverny. Passe l'été à Vétheuil. En février et avril, séjourne à Londres. Passe les mois de février et mars en Bretagne. Travaille sur ses paysages londoniens. Peint son jardin à Giverny. Expose ses paysages londoniens chez Durand-Ruel (du 9 mai au 14 juin). En octobre, se rend à Madrid pour y voir les œuvres de Vélasquez. Travaille sur des motifs de l'eau et des nymphéas. En septembre-décembre, voyage à Venise. En automne, revient à Venise où il réalise une série de vues. Expose ses vues vénitiennes à la Galerie Bernheim-Jeune (du 28 mai au 8 juin). Commence à travailler sur le panneau décoratifNymphéas. Rétrospective chez Durand-Ruel (du 21 janvier au 2 février). En septembre, effectue un bref voyage en Bretagne. Est atteint d'une maladie des yeux. Travaille sur son panneau décoratifNymphéas. Le 5 décembre, à Giverny, mort de Claude Monet.
7
8
l existe de nombreuses représentations de I Monet : autoportraits, œuvres d’amis parmi lesquelles celles de Manet et de Renoir, portraits photographiques de Carjat et Nadar qui ont gravé les traits de l’artiste à différents moments de sa vie.
Le Peintre au chapeau pointu
caricature
9
10
De nombreuses descriptions de Monet nous sont parvenues, plus fréquentes après que le peintre fut devenu célèbre, quand journalistes et hommes de lettres cherchaient à le rencontrer.
Halage d’un bateau, Honfleur
1864 huile sur toile, 55,5 x 82 cm Memorial Art Gallery of the University of Rochester, Rochester, New York
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents