Munch
256 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
256 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Edvard Munch (Løten, 1863 – Ekely, 1944)
Munch peut être considéré comme le pionnier de l'expressionnisme dans la peinture moderne. Il a bénéficié tôt de la réputation d'un artiste d'une nouvelle époque marquante en Allemagne et en Europe centrale, et aujourd'hui son oeuvre et son statut sont depuis longtemps reconnus dans toute l'Europe et le monde. Les oeuvres de Munch les plus connues sont celles des années 1890, notamment Le Cri. La fréquentation dans la deuxième moitié des années 1880 de Jæger (auteur norvégien) et de son cercle d'anarchistes radicaux marque un tournant décisif dans la vie de Munch et est la source d'une mutation et d'un conflit interne. A l'automne 1889 Munch a droit à une grande exposition de ses oeuvres à Christiana, où l'État lui accorde une bourse d'artiste pour 3 ans. Paris, où il devient pour un moment l'élève de Léon Bonnat, est une destination logique. Mais l'impulsion la plus importante, il la ressent en s'orientant dans la vie artistique de la ville. C'est à cette époque que perce un mouvement post-impressionniste avec plusieurs expériences anti- aturalistes. Dans ses tableaux dominent les grandes lignes courbes et les zones de couleurs homogènes, une implification et une stylisation utilisée par Paul Gauguin et les synthétistes français. «Symbolisme - la nature a été formée dans une ambiance morale » écrit Munch. A l'automne 1892 Munch présente les fruits de son séjour français. A la suite de cette exposition il est invité par le «club d'art de Berlin » (Berlines Kunstverein), où ces mêmes oeuvres doivent être exposées. Mais cela finit par un cauchemardesque «succès de scandale ». Le public et les vieux peintres comprennent Munch comme une provocation anarchiste, et l'exposition est fermée à cause de la protestation.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 22 mars 2012
Nombre de lectures 8
EAN13 9781780427096
Langue Français
Poids de l'ouvrage 39 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0250€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Munch
Page 4 : Edvard Munch. Photographie, vers 1902.
Page 6 : Paysage. Maridalen, environs d’Oslo, 1881. Huile sur bois, 22 x 27,5 cm. Musée Munch, Oslo.
Auteur : Elizabeth Ingles
Mise en page : Baseline Co. Ltd 61A-63A Vo Van Tan Street e 4 étage District 3, Hô-Chi-Minh-Ville Vietnam
© Confidential Concepts, worldwide, USA © Parkstone Press International, New York, USA
© Estate Munch / Artists Rights Society, New York, USA / BONO, Oslo, Norway
Tous droits d’adaptation et de reproduction, réservés pour tous pays. Sauf mentions contraires, le copyright des œuvres reproduites appartient aux photographes, aux artistes qui en sont les auteurs ou à leurs ayants droit. En dépit de nos recherches, il nous a été impossible d’établir les droits d’auteur dans certains cas. En cas de réclamation, nous vous prions de bien vouloir vous adresser à la maison d’édition.
ISBN : 978-1-78042-709-6
2
« Pour moi, la vie est comme une fenêtre d’une prison – jamais je n’atteindrai la Terre promise. »
— Edvard Munch
3
1863
1864 1868 1877 1879
1880 1881 1884
1885
1886 1889
1890
1891 1892
1893 1894
1895
Biographie
12 décembre : il naît à Løten, Norvège, second enfant de Laura (née Bjølstad) et de Christian Munch. Son père est médecin. Il y aura trois autres enfants : Andreas, Laura et Inger. La famille déménage pour Christiania (Oslo). Sa mère meurt de tuberculose, à l’âge de trente ans. Sa sœur aînée Sophie meurt de la tuberculose à l’âge de seize ans. Il fréquente la Faculté technique de Christiania pour devenir ingénieur. Il exécute ses premiers dessins en mai. Il prend la peinture au sérieux, et étudie à Christiania avec Hans Olaf Heyerdahl et Christian Krohg. Il étudie à l’École Royale d’art et de dessin avec Julius Middelthun. Une servante, acheté par Thaulow, est sa première véritable vente. Thaulow lui donne de l’ar-gent pour visiter Anvers et étudier à Paris ; la visite est repoussée d’un an pour cause de mala-die. Il entame une relation avec Émilie Thaulow. Première visite à Paris. Il en revient avec un style impressionniste et peint comme « le premier et le seul impressionniste de Norvège » (Krohg). Il est membre du groupe d’avant-garde « La Bohême de Christiania ». Première exposition personnelle. Il obtient une bourse d’état et retourne à Paris en octobre. Il étudie avec Léon Bonnat. Il est attiré par Van Gogh et Gauguin, les néo-impressionnistes et les symbolistes. Il commence à mettre en placeLa Frise de la vieen tant que série. Il passe un été à Åsgårdstrand, près de la mer. Il voit son père pour la dernière fois, celui-ci décè-dera en novembre. Il retourne en Norvège en passant par Anvers. Il expose dix peintures au salon d’automne,.Il retourne en France avec une nouvelle bourse, et tombe malade. Il séjourne à Nice pour guérir de sa maladie. Il retourne à Christiania en mai. Il retourne à Nice pour l’hiver. Il expose à Christiania. Il est invité à exposer à l’Association des Artistes de Berlin, mais sa section est fermée par les organisateurs car scandaleuse. Il vivra en Allemagne par épisodes pendant seize ans. Il retourne revigoré en Norvège.Le Cri.Il expose avec les sécessionnistes de Berlin. Il commence à faire des gravures et des eaux-fortes. Son nouveau style monochrome est plus vif et précis que son style de peinture. Il retourne en Norvège.
5
1896
1898 1899 1902
1903 1904 1905
1908
1909 1911-16 1912 1913 1916 1919 1921-22 1922 1923 1925 1926 1928
1931-32 1933
1935 1937 1940 1944 1946
Il revient à Paris, fait connaissance avec les Nabis ; expose saFrise de la vieau Salon des Indépendants. Il fait des décors pourPeer Gyntd’Ibsen.Revue Blanchepublie une lithographie duCri. Son frère Andrea meurt. Il rencontre Tulla Larsen. Il entre dans un sanatorium en Norvège. La Galerie nationale de Christiania lui achète deux œuvres. Il expose vingt-huit tableaux, y compris la série deLa Frise de la vie, à la galerie de la Sécession à Berlin, avec Hodler et Kandinsky. Fin désastreuse de sa relation avec Tulla Larsen. Il rencontre Eva Mudocci ; séjourne à Lübeck avec la famille Linde. Il visite plusieurs villes allemandes dont Weimar. Exposition rétrospective à Prague. Dissolution de l’union entre la Norvège et la Suède : crise politique. Exposition à Copenhague. Il fait une pause, entre dans une clinique. Il devient chevalier de l’Ordre Royal norvégien de Saint Olav. Il guérit et retourne en Norvège. Expositions à la galerie Blomqvist. Peintures murales pour la grande salle de l’université d’Oslo. Exposition au Sonderbund, Cologne : plus de 570 œuvres par 160 artistes. Exposition expressionniste à Berlin ; œuvres graphiques à l’Armory Show de New York. Il achète sa propriété d’Ekely, à Skøyen, où il vivra jusqu’à sa mort. Il peint des sujets bucoliques. Exposition d’œuvres graphiques à New York. Peintures pour le réfectoire de l’usine de chocolat Freia, à Christiania. Exposition personnelle à Zürich, « la meilleure que j’aie faite ». Il devient membre de l’Académie allemande. Il devient membre honorable de l’Académie de Bavière. Christiania devient Oslo. Exposition internationale à Dresde. Kunsthalle, Mannheim. Mort de sa sœur Laura. Exposition internationale de San Francisco : il expose pour la première fois à Londres, à la Royal Society. Il est invité à exposer à Édimbourg et à Glasgow. Des monographies par Jens Thiis et Pola Gauguin sont publiées. Il reçoit la Légion d’Honneur en France et la Grand-Croix de l’Ordre Royal norvégien de Saint Olav. Exposition de peintures à New York. Il visite Göteborg, son dernier voyage à l’étranger. La Norvège est occupée par les nazis. 23 janvier : il meurt à Ekely. Il lègue toutes ses œuvres à la ville d’Oslo. Exposition du legs de Munch à Oslo. 7
8
n hurlement de terreur viscérale poussé par une silhouette craintive au visage de U squelette, contrastant sur un flamboyant coucher de soleil rouge sang. Cette image embléma-tique a fini par symboliser l’angoisse incarnée dans e l’Expressionnisme de la fin duXIXsiècle. Pourtant son créateur, une âme aimable adonnée à l’introspection
Autoportrait
1881-1882 Huile sur papier marouflée sur carton, 25,5 x 18,5 cm Musée Munch, Oslo
9
10
et l’autoanalyse, vécut jusqu’à son quatre-vingtième anniversaire et fut témoin de l’acceptation mondiale par la critique du mouvement expressionniste qu’il avait largement contribué à lancer. On imaginerait que l’auteur d’une image de la peur aussi expressive soit trop délicat et loin de ce monde pour survivre aux e violents bouleversements du début duXXsiècle. Mais bien qu’il ait terriblement souffert de dépression et
La Vieille Église d’Aker (Gamle Aker kirke)
1881 Huile sur toile, 16 x 21 cm Musée Munch, Oslo
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents