Pierre Paul Rubens
183 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
183 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Mondialement célèbre pour ses nus sensuels, aux formes généreuses, Pierre Paul Rubens (1577-1640), était un artiste dont la préoccupation première était la sensualité. Ce maître baroque, célébrera toute sa vie les plaisirs et l’émerveillement que procure le corps. Il estimait que le corps humain était tout aussi naturel que les nombreux paysages qu’il peignait lorsqu’il était jeune. Dans ce texte brillamment illustré, María Varshavskaya et Xenia Yegorova observent le maître au travail, mettant l’accent de manière unique sur la vie et l’œuvre de Rubens.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 10 mars 2014
Nombre de lectures 1
EAN13 9781783102662
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0432€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Auteurs : Maria Varchavskaïa et Xenia Egorova

Mise en page :
Baseline Co. Ltd,
61A – 63A Vo Van Tan Street
4 ème étage
District 3, Ho-Chi-Minh-Ville
Vietnam

© Parkstone Press International, New York, USA
© Confidential Concepts, Worldwide, USA
Image-Bar www.image-bar.com

Tous droits d ’ adaptation et de reproduction, réservés pour tous pays.
Sauf mentions contraires, le copyright des œuvres reproduites appartient aux photographes, aux artistes qui en sont les auteurs ou à leurs ayants droit. En dépit de nos recherches, il nous a été impossible d ’ établir les droits d ’ auteur dans certains cas. En cas de réclamation, nous vous prions de bien vouloir vous adresser à la maison d ’ édition.

ISBN : 978-1-78310-266-2
Maria Varchavskaïa et Xenia Egorova




Pierre Paul Rubens

Sommaire


La Vie et l’oeuvre de Pierre Paul Rubens

PEINTURES

DESSINS

Biographie

Liste des illustrations
Saint Georges luttant contre le dragon , vers 1607.
Huile sur toile, 309 x 257 cm .
Museo Nacional del Prado, Madrid.
La Vie et l’oeuvre de Pierre Paul Rubens
Léda et le cygne, vers 1598-1600.
Huile sur panneau, 122 x 182 cm .
Staatliche Kunstsammlungen Dresden,
Gemäldegalerie Alte Meister, Dresde.
Le nom de Rubens est connu dans le monde entier, et l ’ importance de l ’ œuvre de cet illustre peintre flamand du XVII e siècle dans l ’ évolution de toute la culture européenne est universellement reconnue. Les œuvres de cet artiste révèlent une telle spontanéité dans l ’ approche de la vie, une telle vigueur dans l ’ affirmation de ses valeurs les plus élevées, que les tableaux de Rubens sont de nos jours perçus comme d ’ authentiques phénomènes esthétiques.

Les musées de la Russie peuvent se vanter de posséder une prestigieuse collection de travaux du grand maître, dont les pièces les plus remarquables sont réunies au Musée de l ’ Ermitage, qui abrite l ’ un des meilleurs ensembles de Rubens au monde. Trois ouvrages de Rubens, qui se trouvent à présent au Musée des Beaux-Arts Pouchkine à Moscou, faisaient partie de la collection de l ’ Ermitage à la fin du XVIII e siècle. Ce sont la Bacchanale et L ’ Apothéose de l ’ infante Isabelle , qui entrèrent à l ’ Ermitage en 1779 lors de l ’ achat de la collection Walpole (Houghton Hall, Angleterre), ainsi que La Cène , acquise en 1768 avec la collection Cobenzl (Bruxelles). En 1924 et 1930, ces trois tableaux furent transférés à Moscou.

Il semble qu ’ au XVII e siècle le nom de Rubens ne jouissait pas de la célébrité qu ’ il connut plus tard. Et cela paraît étrange, car les contemporains célébraient Rubens comme l ’ « Apelle de nos jours » . Pourtant, dès les premières décennies qui suivirent la mort du maître en 1640, la gloire européenne qu ’ il connut de son vivant s ’ éteignit peu à peu. Cela est dû aux changements qui s ’ opérèrent dans l ’ ensemble de la situation politique de l ’ Europe de la seconde moitié du XVII e siècle.

La première moitié du siècle avait vu la formation des nations et des monarchies absolues. Et ce que Rubens apportait de nouveau dans l ’ art ne pouvait laisser indifférentes les diverses couches sociales de nombreux pays européens aspirant à l ’ affirmation de leur conscience et de leur unité nationales.

Le peintre défendait les valeurs sensuelles du monde matériel, exaltait l ’ homme, lui donnant des dimensions cosmogoniques, célébrait l ’ héroïsme pathétique et la puissante tension des forces physiques et morales de l ’ être humain, chantait l ’ élan engendré par une lutte sociale ayant atteint son paroxysme. Tout cela engageait dans le combat, servait à la fois d ’ étendard et d ’ idéal.

Mais dans la seconde moitié du siècle, la situation en Europe occidentale avait changé ; en Allemagne après la guerre de Trente Ans, en France après la Fronde, en Angleterre avec la Restauration, l ’ absolutisme triomphait. Le processus de scission de la société en partis conservateurs et progressistes s ’ accéléra, conduisit à une « remise en cause des valeurs » parmi les milieux conservateurs des classes privilégiées et donna naissance à une attitude ambiguë et contradictoire à l ’ égard de Rubens, attitude qui se répandit dans l ’ Europe où, hier encore, retentissait la gloire du maître.

Telle est la raison pour laquelle, dans la seconde moitié du XVII e siècle, nous perdons la trace de nombreuses œuvres de Rubens, qui avaient changé de propriétaires ; c ’ est pour cela aussi que son nom est si rarement mentionné dans les inventaires et les catalogues de l ’ époque. Ce n ’ est qu ’ au XVIII e siècle que renaît l ’ intérêt pour les œuvres de Rubens.
Rubens et Isabella Brant sous la tonnelle de chèvrefeuille, vers 1609.
Huile sur toile, 178 x 136,5 cm .
Alte Pinakothek,
Bayerische Staatsgemäldesammlungen, Munich.
Samson et Dalila , vers 1609-1610.
Huile sur toile, 185 x 205 cm .
The National Gallery, Londres.
Les Quatre Philosophes , 1611-1612.
Huile sur toile, 164 x 139 cm .
Galleria Palatina e Appartamenti Reali
(Palazzo Pitti), Polo Museale, Florence.
Au cours des trois siècles qui s ’ écoulèrent après la mort du maître, son héritage qui ne perdit jamais sa valeur esthétique, fut interprété et apprécié de façons très diverses. À chaque étape historique, la doctrine esthétique dominante, incapable de se soustraire à son rayonnement, s ’ efforça d ’ orienter ce dernier dans un sens qui lui convenait. Il arriva que l ’ on relevât dans l ’ œuvre de Rubens en tant que traits les plus significatifs, ceux que l ’ on voulait bien y voir, ou bien ceux que l ’ on craignait d ’ y découvrir.

L ’ activité et l ’ œuvre de Rubens furent si étroitement et intimement fondues avec la réalité de son temps que la distance indispensable à une appréciation générale du rôle et de l ’ importance de l ’ artiste ne put se faire de son vivant. Aucun ouvrage consacré à Rubens ne parut pendant sa vie. Seuls des propos enthousiastes et des louanges versifiées de ses contemporains confirment sa renommée.

Le jugement de Vincenzo Giustiniani, mécène du Caravage, énoncé dans une lettre écrite encore du vivant de Rubens, peut être considéré comme la première tentative de déterminer le caractère de la création du maître. Dissertant sur l ’ évolution de la peinture contemporaine, l ’ auteur faisait aller de pair le Caravage et Guido Reni, tandis qu ’ il leur opposait Rubens, l ’ associant aux « naturalistes » tels Ribera, Terbrugghen et Honthorst. Les ouvrages consacrés à Rubens ne font leur apparition que durant la période où l ’ attitude panégyriste à l ’ égard du grand Flamand fut remise en cause et où commença à s ’ affirmer l ’ esthétique du « grand style » .

L ’ un des représentants les plus en vue de cette tendance fut Giovanni Pietro Bellori, qui dirigeait l ’ académie romaine de Saint-Luc. Ses théories classicisantes exercèrent une influence sur la formation du goût artistique dans toute l ’ Europe de la seconde moitié du XVII e siècle. Selon sa doctrine, l ’ art est avant tout appelé à incarner l ’ « idée du Beau » , tandis que tout ce qui est individuel, particulier, fortuit et éphémère doit être élevé au niveau des valeurs universelles, éternelles et immuables. Quant à Rubens, avec son système artistique exprimant une approche sensuelle et concrète du monde, il le considérait comme un détracteur des règles canoniques et de la bienséance, quoiqu ’ il ne puisse plus d ’ une fois dissimuler son admiration pour le Flamand.

A la fin du XVII e siècle, Roger de Piles, théoricien des « rubénistes » français, voit en Rubens un brillant coloriste. C ’ est précisément dans le coloris que Roger de Piles, comme tous les adeptes de l ’ esthétique hédoniste du XVIII e siècle, reconnaît l ’ « âme de la peinture » à laquelle il assigne d ’ ailleurs le rôle primordial de procurer la « satisfaction des yeux » .

Aux approches de la Révolution française de 1789, se développèrent

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents