Portrait anonyme
246 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Portrait anonyme

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
246 pages

Description

Le portrait anonyme passionne par ses enjeux : art et histoire, société et individu, existence et temps. Avec le livre des visages qu'est Facebook, nous divulguons à l'infini notre portrait : utile illusion pour supporter une postérité future impossible ou bien jouissance de l'instant with no future ? Cet ouvrage explore cet objet étrange et paradoxal qui pointe le sans-sujet, la victime, l'inconnu, l'innommé, mais aussi le re-connu, le sujet de l'art.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juin 2013
Nombre de lectures 10
EAN13 9782296538931
Poids de l'ouvrage 4 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Eidos
Sous la direction de François Soulages & Pascal Bonafoux
Portrait anonyme Peinture, photographie, cinéma, littérature
RETINA
Série Collection
Portrait anonyme
Peinture, photographie, cinéma, littérature
CollectionEidosdirigée par Michel Costantini & François Soulages Série RETINA Manuela de Barros,Duchamp & Malevitch. Art & Théories du langageEric Bonnet (dir.),Le Voyage créateur Eric Bonnet (dir.),Esthétiques de l’écran. Lieux de l’imageMichel Gironde (dir.),Les mémoires de la violence François Soulages (dir.),La ville & les arts. A partir de Philippe CardinaliSérie Photographie Philippe Bazin,Face à facesPhilippe Bazin,Photographies & PhotographesCatherine Couanet,Sexualités & Photographie Benjamin Deroche,Paysages transitoires. Photographie & urbanitéMichel Jamet,Photos manquées Michel Jamet,Photos réussies Anne-Lise Large,La brûlure du visible. Photographie & écriture Franck Leblanc,L’image numérisée du visagePanayotis Papadimitropoulos,Le sujet photographique François Soulages (dir.),Photographie & contemporainFrançois Soulages & Julien Verhaeghe (dir.),Photographie, médias & capitalismeMarc Tamisier,Sur la photographie contemporaine Marc Tamisier,Texte, art et photographie. La théorisation de la photographie Christiane Vollaire (dir.),Ecrits sur images. Sur Philippe Bazin Série Groupe E.I.D.O.S. Michel Costantini (dir.),Ecce Femina Michel Costantini (dir.), L'Afrique, le sens. Représentations, configurations, défigurations Groupe EIDOS,L'image réfléchie. Sémiotique et marketing Pascal Sanson & Michel Costantini (dir.),Le paysage urbain Marc Tamisier & Michel Costantini(dir.), Opinion, Information, Rumeur, Propagande. Par ou avec les images Hors Série Michel Costantini (dir.),Sémiotique du beau Michel Costantini (dir.),La sémiotique visuelle : nouveaux paradigmes Bibliothèque VISIO 1, Biblioteca VISIO 1, Library VISIO 1 Comité scientifique international de lecture Aniko Adam (Univ Pázmány Péter, Piliscsaba, Hongrie), Michel Costantini (Univ Paris 8, France), Pilar Garcia (Univ Bellas Artes de Séville, Espagne), Alberto Olivieri (Univ Fédérale de Bahia, Brésil), Panayotis Papadimitropoulos (Univ d’Ioanina, Grèce), Gilles Rouet (Univ Matej Bel, Banska Bystrica, Slovaquie), Silvia Solas (Univ de La Plata, Argentine), François Soulages (Univ Paris 8, France), Rodrigo Zuniga (Univ du Chili, Santiago, Chili) Publié avec le concours de RETINA.International,Recherches Esthétiques & Théorétiques sur les Images Nouvelles & Anciennes,d’ECAC,Europe Contemporaine & Art Contemporain, d’EPHA,Esthétique, Pratiques & Histoires des Arts Secrétariat de rédaction: Sandrine Le Corre
Sous la direction de François Soulages & Pascal Bonafoux
Portrait anonyme
Peinture, photographie, cinéma, littérature
.
En couverture Valécia Ribeiro,Les sans-terre, 2011, Brésil
© L’Harmattan, 2013 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-01048-9 EAN : 9782343010489
OUVERTURE Perdu de vue La réponse est le malheur de la question.Maurice Blanchot Le portrait devrait nous faire connaître l’autre: connaissance visuelle, et c’est la peinture, la photographie, lecinéma, etc., connaissance intellectuelle, et c’est le roman, la poésie, la musique, etc. L’anonymat devrait nous interdire non seulement le nomde l’autre, mais aussi sa nature: une pure existence, sans nom ni essence énonçables.C’est pourquoi on donne un nom, voire un prénom, aux enfants des hommes à leur naissance, pour qu’ils soient transférés de l’anonymat au corps familial et social, au langage, à l’ordre du sujet. On nomme même les animaux domestiques. Être nommé, c’est être d’unedomus, d’une maison. «Maison, maison ! », disait E.T. Le SDF, le sansdomus, sans domicile fixe, figure de l’anonyme…Alors, le portrait anonyme serait-il antinomique en soi ? Connaissance et non connaissance ? Connaissance interdite ? Connaissance impossible ?
5
Mais qui s’intéresse à la connaissance de l’autre? Apparemment, à la fois le policier et l’amant, le détective et l’ami. En réalité, plus le policier et le détective que l’amant et l’ami, plus celui qui veut du savoir sur l’autre pour avoir du pouvoir sur l’autre que celui qui veut du voir et du recevoir, qui aime l’autre et le laisse à son énigme, voire cultive son mystère. Pas de désir sans mystère. Mais aussi pas de mystère sans désir : alors, le portrait anonyme devient une modalité essentielle et motrice de notre être au monde, l’essence de notre existence. Et les artistes l’ont bien compris, les philosophes aussi, les hommes ordinaires aussi. Éloge de l’ordinaire, éloge des hommes, des mortels qui n’ont pas la folie des grandeurs, la folie de l’immortalité et de la reconnaissance éternelle ! Parfois, les travailleurs des sciences humaines et sociales, en hommes de savoirde mystères, que des pas questions dont on trouve la solution–, s’intéressent aux portraits anonymes: ces représentations d’inconnus permettent d’enrichir les représentations de telle ou telle société. Sociologues, historiens, historiens de l’art, sociologues del’art,etc. s’en servent comme matières premières ; mais ils sont encore du côté de la connaissance et non de celui de l’inconnaissable. Et c’est normal.Car, plus que représenter, le portrait anonyme nous met en présence d’une présentation de présence: est-ce la connaissance qui est alors l’objectif? Ainsi, avec le portrait anonyme, s’opère un basculement du rapport au connaître et à l’altérité.Outre que le portrait anonyme, parfois, relève de l’art, non pas simplement de l’art-fait objet de la sociologie de l’art, tout comme le sport-fait est celui de la sociologie du sport–, mais de l’art-valeur objet de l’esthétique et d’une certaine histoire de l’art, tout comme le sport-valeur est celui de l’esthétique et d’unecertaine histoire du sport. Sous cet angle, il concerne et bouleverse non pas le policier ou le détective, mais l’amant et l’ami –de l’art? Peut-être. De la sagesse ? Parfois. Del’existence?
6
Toujours. Car tout existant a été et sera un jour anonyme, son nom ne durant qu’un temps, même s’il est un héros. Le portrait anonyme nous libère de notre narcissisme infantile et de notre égocentrisme enfantin: il nous ouvre à l’altérité des autres et, en cela, nous enrichit en nous révélant notre altérité ordinaire, notre interhumanité. Le portrait anonyme élève l’amateur et rabaisse le mateur, le maton, le policier, le détective. Aussi, avec lui, sommes-nous confrontés aux problèmesnon seulementqui le et nous constituentchapitre 1mais à ceuxde la politique, de l’histoire et de la mémoirechapitres 2 à 5et à ceuxdu langage et du sujetchapitres 6 et 7. Aussi, grâce à lui, sommes-nous ouverts auxœuvres, peinture chapitres 8 à 13,photographie chapitres 14 à 17,cinémachapitre 18etlittératurechapitre 19. Oui, leportrait anonyme mérite d’être interrogé et médité, d’être contemplé et aimé. Il est un miroir à la Stendhal, celui de Fabrice à Waterloo. Car tout finit par Waterloo : du soldat inconnu au portrait anonyme. Le portrait anonyme nous fait expérimenter le bonheur de la question qui n’en finit pas. Question belle et rebelle du portrait anonyme: images belles et rebelles…François Soulages Ce livre a été conçu à partir du colloquePortrait anonyme organisé par Pascal Bonafoux et François Soulages, les 3 & 4 novembre 2008, à l’INHA –Institut d’Histoire de l’Art –, à Paris, sous l’égide de RETINA InternationalRecherches Esthétiques & Théorétiques sur les Images Nouvelles & Anciennes, de France Culture, du Laboratoire de recherche EA 4010, AIAC,Arts des Images & Art Contemporainetde l’École doctorale ED 159, EDESTA,Esthétique, Sciences & Technologies des Arts. Il a été réalisé grâce à l’aide deCaroline Blanvillain, Marie Dallut, Maurice Dallut, Cécile Girousse, Sandrine Le Corre, Patrick Lemonnier, Chantal Pain, Michel Thomas: qu’ils en soient, ici,sincèrementremerciés.
7
er 1 moment PROBLÈMES
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents