Sex in the Cities  Vol 2 (Berlin)
192 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Sex in the Cities Vol 2 (Berlin) , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
192 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Berlin, auparavant considérée comme une ville puritaine, devint dans les années 1920 la capitale du désir et des moeurs décadentes.
C’est bien dans cette ville capricieuse qu’un musée exceptionnel, entièrement dédié à l’érotisme, a ouvert ses portes. Laissant de côté tout voyeurisme, le Musée érotique de Berlin est un lieu magique dans lequel l’imagination de l’homme et les objets d’art les plus raffinés se rencontrent.
Ce livre exceptionnel présente plus de 350 illustrations originales, accompagnées d’une étude majeure rédigée par le professeur d’histoire HansJürgen Dopp. Il recouvre différents aspects de l’érotisme à travers le temps et les continents.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 31 décembre 2015
Nombre de lectures 26
EAN13 9781785259173
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0598€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Auteur : Hans-Jürgen Döpp

Mise en page :
Baseline Co. Ltd
61A-63A Vo Van Tan Street
4 e étage
District 3, Hô-Chi-Minh-Ville
Vietnam

© Confidential Concepts, worldwide, USA
© Parkstone Press International, New York, USA
Image-Bar www.image-bar.com

© Berthommé-Saint-André Estate/Artists Rights Society (ARS), New York/ADAGP, Paris
© Chimot Édouard, All rights reserved
© D. Larrivaz, ADAGP, Paris
© Dalí Salvador, Artists Rights Society (ARS), New York/VEGAP, Madrid
© Dulac Jean, Artists Rights Society (ARS), New York/ADAGP, Paris
© Estate Man Ray/ Irish Visual Artists Rights Organisation (IVARO), Dublin, IR/ADAGP, Paris
© George Grosz Estate, Artists Right Society (ARS), New York/VG Bild-Kunst, Bonn
© Hildebrandt Ernst, All rights reserved
© Pellar Hanns, All rights reserved
© Petitjean Armand, All rights reserved
© Rojankovsky Feodor, All rights reserved
© Schatz Otto Rudolf, All rights reserved
© Sternberg Nicolas, All rights reserved
© Tauzin Mario, All rights reserved
© Vertès Estate
© Von Herrfeldt Marcel, All rights reserved
© Vorberg Gaston, All rights reserved

Tous droits d’adaptation et de reproduction, réservés pour tous pays.
Sauf mentions contraires, le copyright des œuvres reproduites appartient aux photographes, aux artistes qui en sont les auteurs ou à leurs ayants droit. En dépit de nos recherches, il nous a été impossible d’établir les droits d’auteur dans certains cas. En cas de réclamation, nous vous prions de bien vouloir vous adresser à la maison d’édition.

ISBN : 978-1-78525-917-3
Hans-Jürgen Döpp


Sex in the Cities
Sommaire


Une Géographie du plaisir
Art érotique ou pornographie ?
Le Rêve de l’orgie
Érotisme et indignation
Plaisirs de l’œil
La Solitude de l’image
Des Origines érotiques de la passion de collectionner
Sodome Berlin
Négation et érection
Faites fleurir Mille Fleurs
Liste des illustrations
Gustave Courbet , L ’ Origine du monde , 1866.
Huile sur toile, 46 x 65 cm. Musée d’Orsay, Paris.
Une Géographie du plaisir


Le Musée érotique de Berlin vous invite à un voyage qui vous ouvrira le regard sur une géographie du plaisir. Une multitude d’images et d’objets de toutes les civilisations de la terre et appartenant au domaine de l’art comme au domaine du culte, nous présentent l’érotisme en tant que thème fondamental de tous temps. Peut-être, en nous ouvrant aux civilisations lointaines et exotiques, parviendrons-nous même à enrichir la nôtre.


Au cours de ce voyage à travers le musée, nous rencontrerons une variété et une diversité de points de vue sur les mille métamorphoses de la sexualité. Elles nous montrent que rien n’est plus naturel que le désir sexuel, et qu’en même temps, rien n’est moins naturel que les formes, sous lesquelles ce désir s’exprime et cherche son assouvissement. Dans ce livre, vous pourrez enfin voir ce qui fut si longtemps caché dans les trésors des musées publics et dans les cabinets des collectionneurs privés : « des images interdites », proscrites, surtout dans notre civilisation occidentale si hermétique à la sexualité. Ces images offrent un regard non-limité et d’autant plus fascinant sur ce qui fait depuis toujours partie de la nature humaine.
Les civilisations orientales possédèrent, très tôt, un don particulier pour incorporer cet aspect de l’existence dans leur art et dans leur culture. Ainsi, la culture chinoise, complètement libre de la notion occidentale du péché, considérait le plaisir et l’amour comme des choses pures ». Selon elle, l’union entre un homme et une femme dans le signe du tao exprimait la même harmonie que celle qui règne entre le jour et la nuit, l’hiver et l’été. On peut donc dire à juste titre, que la pensée millénaire des Chinois prend son origine dans des représentations d’ordre sexuel : yin et yang , deux notions complémentaires, déterminent l’univers. La sexualité est partie intégrante de leur conception du monde et ne peut en être séparée. Une des plus anciennes et des plus inspirantes des civilisations de notre terre affirme qu’il est bien, et en accord avec la philosophie religieuse, de faire l’amour avec fantaisie, poésie et passion. Cette naïveté sexuelle se retrouve d’ailleurs dans les représentations artistiques de la Chine.
Cependant, les grands maîtres japonais créaient également des images érotiques au même rang que les autres œuvres d’art. Aucune censure publique ne parvint jamais à supprimer cette production secrète.
Les shungas , que l’on appelle « les images du printemps », exaltaient les plaisirs terrestres d’ici-bas. On considérait la recherche du plaisir charnel comme quelque chose de naturel, et puisque le mot « péché » ne fut jamais prononcé dans l’ancien Japon, même la sodomie était une pratique sexuelle parmi d’autres. Le genre des Ukiyo-e , des « images d’un monde éphémère et fluctuant », appartient aux œuvres les plus parfaites du point de vue technique et artistique. Il est la preuve que le fantastique et le grotesque se développèrent très tôt dans la littérature et l’art japonais.
Shungas (Images du printemps) , xix e siècle.
Peinture sur brocart de soie extraite d’un livre de mariage. Chine.
Shungas (Images du printemps) , xix e siècle.
Peinture sur brocart de soie extraite d’un livre de mariage. Chine.
Shungas (Images du printemps) , xix e siècle.
Peinture sur brocart de soie extraite d’un livre de mariage. Chine.
Shungas (Images du printemps) , xix e siècle.
Peinture sur brocart de soie extraite d’un livre de mariage. Chine.
Relief de tantra, xi e - xiii e siècle. Marbre. Inde.
Couple d ’ amoureux . Relief en marbre, selon un motif grec.
Miniature indienne. Peinture.


La sexualité subit mille et une métamorphoses à travers les temps et les différentes civilisations. En Inde, elle était sanctifiée dans des temples hindous. Pour les Grecs, dans le culte de la beauté, les plaisirs du corps s’unissaient avec ceux de l’esprit, conformément à leur philosophie qui voyait le monde comme l’interaction d’Apollon et de Dionysos, de la raison et de l’extase. En liant l’érotisme au péché et à l’enfer, le christianisme créa pour la première fois des oppositions irréconciliables. « Le diable Eros devenait peu à peu plus fascinant pour les hommes que tous les anges et tous les saints. »
Cette citation occidentale de Nietzsche serait sans doute incompréhensible à l’Extrême-Orient, puisque là-bas Eros ne fut jamais diabolisé. Au Japon, comme dans d’autres civilisations orientales, on ne connait pas ce que Nietzsche regrette tant pour l’Occident : « Le christianisme empoisonnait Eros . » Les représentations érotiques furent condamnées aux cabinets secrets, on enferma ce « monde éphémère et fluctuant dans une prison conceptuelle créée par les sciences de la sexualité naissantes ».
Par conséquent, il n’est pas surprenant que les sciences de la sexualité se sont développées justement là, où le lien entre sexualité et érotisme a été troublé d’une façon particulière. Voilà pourquoi le Musée érotique de Berlin tenait à rendre hommage aux mérites de Magnus Hirschfeld, ce grand sexologue berlinois qui lutta pour l’impunité juridique de l’homosexualité.
Notre imagerie multicolore et multiforme montre qu’ Eros peut être une énergie qui unit l’univers. Nombre des tableaux et dessins présentés nous permettent d’appréhender, à travers les yeux d’artistes très différents et sous des angles changeants, un domaine humain essentiel habituellement condamné au tabou. Mais, petit à petit, ne glissons-nous pas vers la pornographie ?
Contrairement à la pornographie, qui manque souvent d’imagination, l’art nous laisse participer à une joie ingénieuse et inventive. Ces images qui nous paraissent à première vue bizarres et bouleversantes, nous confrontent aussi à nos tabous ; confrontation à laquelle nous devrions nous prêter.
Or, celui qui assume l’expérience érotique accédera à l’humour présent dans la plupart des œuvres exposées. Ce sont des tableaux du plaisir à double sens.
Imitation d’un relief de temple, xix e siècle. Inde.
Marchand d&

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents