Marcel Duchamp, mis à nu par la psychanalyse, même
168 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Marcel Duchamp, mis à nu par la psychanalyse, même

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
168 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

J.-T. Richard nous propose la première psychobiographie psychanalytique exhaustive de Marcel Duchamp. Il aborde ici "l'inconscient des œuvres" -peintures, ready-mades, constructions, écrits - de ce précurseur et fossoyeur de l'art moderne en lien avec sa vie. Avec lui et grâce à lui, Jean-Tristan Richard croise la route et les soubassements psychiques des mouvements artistiques des Incohérents, de Dada, du Collège de Pataphysique, du surréalisme et de l'Oulipo.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 septembre 2010
Nombre de lectures 270
EAN13 9782296703346
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

I N T R O D U C T I O N
« Je ne voulais pas être un artiste » M. DUCHAMP (dans D. Ashton : « Rencontre avec M. Duchamp » (1966)/ Ed. L’Echoppe, 1996)
et ouvrage est né de la fréquentation des expositions C d’art dit contemporain, qu’on le dise psychédélique, pop, postmoderniste, cinétique, concret, mini maliste, déconstructiviste, abstractionniste, conceptuel, junk, bad, marketing ou autre. A chaque visite, j’étais persuadé de retrouver l’esprit, et, plus que souvent, la lettre des œuvres de Marcel Duchamp. Qu’il s’agisse de tableaux, de constructions ou de photographies ainsi rencontrés aujourd’hui, la vision des toiles, des « ready mades » et des clichés de celuici revenait m’habiter, au même titre d’ailleurs que la grande similitude entre les propos des artistes contemporains exposants et ceux de M. Duchamp jadis. Bien sûr, cela me confortait dans l’idée que j’avançais dans un travail antérieur, commencé en 1980, présenté lors d’un congrès de psychologues à Nice en 1991 et publié en 1999, idée selon laquelle l’art est 1 arrivé à son terme . A cette époque, m’appuyant sur l’évolution des stades de l’intelligence théorisée par J. 2 Piaget , depuis le stade sensorimoteur jusqu’à la pensée abstraite, en passant par les étapes de la cognition dite concrète, tout en me référant à l’évolution des stades de l’affectivité élaborée par S. Freud, je défendais l’idée que la création humaine était parvenue à son apogée, et donc à son aboutissement, avec l’art abstrait. L’esprit humain ne pouvait plus rien inventer de nouveau pour exprimer ses pulsions et ses fantasmes, sauf à citer les créateurs passés de façons mimétique, brute, informelle, iconoclaste, etc., à mélanger leurs styles, à les adapter à l’environnement 1  Cf. Richard JT :Les structures inconscientes du signe pictural / Peinture et Psychanalyse / Surréalisme et sémioanalyse, Ed. L’Harmattan, 1999. 2  Comme je le découvrirai aprèscoup, un tel rapprochement entre l’évolution de l’art pictural et celle de la cognition piagetienne n’est pas original ; il avait été déjà proposé par E.H. Gombrich en 1960 et S. Gablik en 1976. Cf. notre ouvrage précité.
social et technologique actuel, etc. Le parcours de Marcel Duchamp pourrait d’ailleurs être vu comme exemplaire de ce développement, du concret à l’abstrait, des univers à une et deux dimensions à ceux à trois dimensions, des peintures aux objets « readymades » jusqu’à sa toute dernière œuvre,Etant donnés,sans omettre la quatrième dimension, celle de l’imaginaire, avec, pour finir, une remise en cause permanente radicale de ce parcours. A mes yeux, l’apparition des mouvements dadaïstes et surréalistes, comme dérisions apparentes et systématiques de toutes les formes artistiques antérieures, constituait, et constitue toujours, le symptôme de cette fin de l’art véritable. Il m’a semblé alors nécessaire d’opérer un retour à M. Duchamp, un retour évidemment placé sous le signe de la psychanalyse, ceci n’ayant rien à voir avec le fait qu’il devait rencontrer J. Lacan dans la maison de campagne de celuici un dimanche aprèsmidi. Dans un premier temps, la vie et l’œuvre de cet artiste me sont apparues illustrer le fait que certaines personnes, sans être psychiatre ou psychologue, sans même avoir une connaissance approfondie des écrits de S. Freud, sont d’une certaine manière psychanalystes. Elles possèdent une disponibilité à se détacher du contexte matériel et objectif de l’existence pour accéder aux manifestations de l’inconscient, le leur comme celui d’autrui. Leur vie se voit alors axée sur cette « psychanalytique attitude ». Laisser ses pulsions affleurer sans peur ni culpabilité, les mettre en scène dans des créations picturales ou littéraires, mais aussi musicales ou même techniques et ainsi les partager, est au cœur de celleci. De même qu’une compréhension intuitive et tolérante des excentricités comportementales de chacun et chacune et un goût prononcé pour les jeux de langage. Il convient ici de rappeler que, à bien des égards, la cure psychanalytique représente une création cocréée par
10
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents