Annales, histoire, géographie, classe de 3ème
147 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Annales, histoire, géographie, classe de 3ème

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
147 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Destiné aux élèves de 3e du Burkina Faso se préparant au BEPC, cet ouvrage propose :
- une technique pour apprendre les leçons
- un aide-mémoire commentant le programme de 3°
- un recueil de sujets inédits, corrigés et non corrigés

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juin 2006
Nombre de lectures 4 125
EAN13 9782336280738
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Annales, histoire, géographie, classe de 3ème

Zakaria Nadia
Amadou Sibide
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@iwanadoo.fr
© L’Harmattan, 2006
9782296004535
EAN : 9782296004535
Sommaire
Page de titre Page de Copyright AVANT-PROPOS NOTE DES AUTEURS PREMIERE PARTIE - CONSEILS METHODOLOGIQUES ET PRATIQUES
I. METHODOLOGIE DE LA SYNTHESE EN HISTOIRE-GEOGRAPHIE
DEUXIEME PARTIE - RAPPELS DE COURS
COMMENT APPRENDRE UNE LECON D’HISTOIRE OU DE GEOGRAPHIE)
HISTOIRE
CHAPITRE I : L’EUROPE AU XIXè SIECLE CHAPTTRE II : LES CONQUETES ET LES RESISTANCES CHAPITRE III : L’EVOLUTION DU MONDE DE LA FIN DU XIXe SIECLE AU MILIEU DU XXe SIECLE CHAPITRE IV : LA DECOLONISATION DE L’AFRIQUE
GEOGRAPHIE
CHAPITRE I : GENERALITES SUR L’AFRIQUE CHAPITRE II : LE BURKINA FASO
TROISIEME PARTIE - EXERCICES
SUJETS CORRIGES SUJETS NON CORRIGES
ANNEXES PROGRAMME D’HISTOIRE ET GEOGRAPHIE DE LA CLASSE DE TROISIEME (POUR LE BEPC)
AVANT-PROPOS
Quand en 2005, les auteurs de ses annales, Amadou SIDIBE et Zakaria NADIA, m’ont contacté pour me faire part de leur projet et solliciter mon soutien, afin de le mener à terme, je n’ai pas hésité un seul instant. J’ai approuvé leur projet et la démarche.
Aujourd’hui le fruit de leurs effort est là et il ont de quoi en être fier.
En effet, non seulement, ils répondent à des besoins exprimé par les élèves des classes d’examen, notamment ceux de troisième (3 ème ), mais ils proposent une démarche originale, par rapport à l’existant en matière d’annales d’histoire - géographie , dans notre pays.
Ainsi, ils refusent de se contenter de le produire ( seulement recueillir, imprimer, et publier) les épreuves des sessions antérieur ; essentiel de leur document est constitué de production personnel de nouveau sujets. En outre, en plus des renforcement méthodologique, ils proposent un mémento, des principales leçons des programmes actuelle d’histoire-géographie, qui devrait faciliter la révision des cours donnés par le professeur tout au long de l’année.
C’est donc un outils précieux, mis à la disposition non seulement des élèves, mais aussi des professeurs, qui peuvent eu trouver des conseils outils et une banque de sujets corrigés ou non.
Ousséni SAKANDE


Inspecteur de l’enseignement secondaire
NOTE DES AUTEURS
La préparation à l’examen vous impose deux exigences : maîtriser le contenu du programme et savoir organiser ses connaissances. C’est à cette double exigences que répond ce fascicule.

D’une part il vous permettra d’assimiler les méthodologies de synthèse et de commentaire en traitant les sujets qui vous sont proposés et d’autre part d’avoir une vue synthétique du programme.

Certains exercices sont des sujets de BEPC que nous avons repris. Mais la plupart des sujets sont des productions propres et des sujets inédits.

Nous ne saurions conclure notre propos sans adresser nos vifs et sincères remerciements à tous ceux qui nous ont apporté quelque aide que ce soit dans la réalisation de cette œuvre. Nous pensons en particulier à Monsieur SAKANDE Ousséni Inspecteur de l’Enseignement Secondaire qui, malgré ses multiples occupations a accepté apporter des suggestions et corrections à ce présent document. Nos remerciements vont aussi aux collègues et amis Alassane WAONGO, Abobacar SY et Hamado ZANGO.
PREMIERE PARTIE
CONSEILS METHODOLOGIQUES ET PRATIQUES
« L’esprit de mon institution n’est pas d’enseigner à l’enfant beaucoup de choses, mais de ne jamais laisser entrer dans son cerveau que des idées justes et claires. »
J.J. ROUSSEAU
Depuis 1986 l’épreuve d’histoire et de géographie est passée de l’oral à l’écrit à l’examen du BEPC. Depuis lors la question de la méthodologie est au centre des préoccupations des candidats.
Notre démarche ici vise donc à donner aux candidats les rudiments pour aborder de manière confiante des sujets de synthèse et de commentaire. L’essentiel n’est pas d’avoir des connaissances, aussi solides soient-elles. Le plus important c’est savoir organiser ces connaissances dans une épreuve.
I. METHODOLOGIE DE LA SYNTHESE EN HISTOIRE-GEOGRAPHIE
La synthèse est un sujet qui a un champ d’études vaste, qui couvre plusieurs chapitres. Elle recourt à de nombreuses données dont le regroupement privilégie la capacité de synthèse et permet d’établir des relations entre les éléments variés tirés dans plusieurs chapitres. En somme il s’agit, au regard du sujet d’agencer de manière cohérente les arguments qui concourent à la résolution de la question posée.
Attention  :La formulation du sujet peut ne pas être à la forme interrogative.
Ex : Quelles sont les limites de l’agriculture africaine ? ou encore Les limites de l’agriculture africaine.

Pour ce sujet par exemple l’on se servira aussi bien des aspects du climat, des sols, que des aspects techniques ou humains. Tout devoir de synthèse doit comporter obligatoirement une introduction, un développement et une conclusion.

I - L’INTRODUCTION

a) Etapes de l’introduction
Elle doit être courte et rédigée avec soin. Elle doit comporter les étapes suivantes : - amener vers le sujet : cela consiste à aborder toute idée ayant un rapport plus ou moins lointain avec le sujet, mais permettant de l’éclairer ; - poser le problème c’est-à-dire aboutir à la question que l’on vous demande ; - annoncer le plan :indiquer les différentes étapes du développement.

b) Exemple d’introduction
Sujet : Quelles sont les limites de la production agricole en Afrique ?
Amener le sujet : L’agriculture dans la plupart des pays africains est sous développée.
Poser le problème : Elle est confrontée à un certain nombre de limites.
Annoncer le plan : Quels sont ces limites sur les plans physique, technique et économique ?
Introduction en intégralité

L’agriculture dans la plupart des pays africains est sous développée. Elle est confrontée à un certain nombre de limites. Quels sont ces limites sur les plans physique, technique et économique ?

2- LE DEVELOPPEMENT

a) Que mettre dans le développement ?
Le développement consiste à expliquer en suivant le plan annoncé dans l’introduction. Il doit comporter au minimum deux (02) parties et au maximum trois (03) parties. Pour certains types de sujets les différentes parties sont suggérées par l’énoncé. Pour d’auri-es types, ce n’est pas le cas.
En tous les cas il ne s’agira pas de faire une énumération mais d’argumenter. Par exemple pour ce sujet-ci, il faudra montrer en quoi les facteurs physiques, techniques et économiques sont des limites à la production agricole.
Chaque partie correspond à un paragraphe. On passe d’une partie à une autre en sautant une ligne. Mais entre l’introduction et le développement il convient de laisser deux lignes d’écart, de même entre le développement et la conclusion.
Cependant les différentes parties doivent être reliées entre elles par des mots ou des phrases de transition.

b)Esquisse de développement

En Afrique les pluies sont mal reparties aussi bien dans l’espace que dans le temps. Cela se traduit par de longues saisons très sèches et par zones où les pluies sont très insuffisantes. Ce qui limite énormément la production agricole. De plus les sols sont généralement pauvres, lessivés par les eaux de ruissellement et l’érosion éolienne. Ce sont aussi des sols peu profonds. Mais les techniques de production limitent aussi la rentabilité agricole.
En effet les méthodes et les techniques sont encore archaïques et se traduisent par l’agriculture itinérante sur brûlis, l’utilisation de houes, de daba, l’emploi de l’énergie humaine. Ces facteurs techniques diminuent les rendements agricoles et nuisent même à l’équilibre de l’environnement. Qu’en est-il alors des facteurs économiques ?
Au plan économique, la pauvreté des populations ne permet pas une modération des techniques de production ou en tout très faiblement. Aussi les prix des produits agricoles africains sont faibles et ne sont même pas fixés par les Africains. La situation même du commerce international n’est pas favorable au développement de l’agriculture africaine ; en témoigne les subventions américaines au coton.

3- LA CONCLUSION

a) Que doit contenir la conclusion ?
La conclusion répond clairement et définitivement à la question posée. Elle doit être le bilan du développement. Ce n’est pas une occasion pour faire de nouveaux développements. Rédigée correctement, elle doit déboucher sur une ouverture, une autre question.
Attention  : Le bilan doit être une synthèse et non une paraphrase du développement.

b) Esquisse de conclusion
Bilan : l’agriculture africaine est fortement limitée par l’insuffisance de la pluviométrie, la pauvreté des sols et des hommes, l’arriération des techniques de production et les échanges mondiaux inégaux. Onverture : face à tous ces problèmes, que faire pour que l’agriculture africaine atteigne au moins l’autosuffisance alimentaire ?
Conclusion en intégralité

L’agriculture africaine est fortement limitée par l’insuffisance de la pluviométrie, la pauvreté des sols et des hommes, l’arriération des techniques de production et les échanges mondiaux inégaux. Face à tous ces problèmes que faire pour que l’agriculture africaine atteigne au moins l’autosuffisance alimentaire ?

4- Comment élaborer un devoir de synthèse ?

a) ce qu’il faut faire
Pour réussir un exercice de synthèse il faut lire attentivement le sujet et s’assurer de l’avoir compris. Puis sur une feuille de brouillon : D’abord mobiliser, rassembler toutes les connaissances ayant trait au sujet à traiter, c’est-à-dire recenser toutes les connaissances, les événements, les dates, les personnages... en rapport avec le sujet ou le thème. La deuxième étape consiste à classer par sous thèmes tous les éléments ainsi notés (recensés). Puis élaborer le plan avec soin. Rédiger l’introduction et la conclusion ( au brouillon toujours) car vous n’aurez pas le temps de rédiger tout le devoir au brouillon. Enfin, la rédaction du devoir proprement dit sur votre copie en suivant rigoureusement le plan et en se servant des idées recensées et classées.
Soignez la présentation et l’orthographe car ce sont les premiers éléments qui permettent d’apprécier la copie. Relisez attentivement la copie avant de la remettre,

b)Ce qu’il ne faut pas faire Titrer ou numéroter les différentes parties. Un devoir avec une seule partie dans le développement. Un devoir sans introduction ou/et sans conclusion. Un devoir où les différentes parties ne sont pas bien séparées. Utiliser des tirets, des astérisques, des parenthèses ou tout autre signe caractéristique du style télégraphique. Donner des exemples dans l’introduction ou la conclusion. Accumuler les exemples sans argumenter. Employer le « je » au lieu de « nous ». Les jugements de valeurs ( heureusement, malheureusement...).

II. LE COMMENTAIRE DE DOCUMENTS
En quoi consiste le commentaire ?
Le commentaire de documents consiste à expliquer un document accompagné de questions. La réponse aux différentes questions fait appel au document lui-même, au cours et aux connaissances propres. Il existe plusieurs types de commentaires (commentaire de cartes, de statistiques, de graphiques...) dont le plus courant est celui des textes. Chaque texte présente un caractère original et un intérêt particulier. Cependant il y a des principes généraux dans la conduite d’un commentaire de texte.
Le commentaire de texte comporte trois parties : - l’intxoduction  : il s’agit de présenter le texte, - le développement  : il s’agit de répondre de manière cohérente aux différentes questions par ordre, - la conclusion  : il s’agit de dégager l’intérêt du texte.

1- L’INTRODUCTION

a) Pour réussir l’introduction
Il faut respecter les étapes suivantes : - la nature du texte : il peut être un décret, un traité, un rapport, une lettre, un passage d’ouvrage, un mémoire, un discours une interview... - l’origine du texte : il s’agit des références portées en bas du texte, - le ou les destinataires : un particulier, un subordonné, un supérieur, un peuple, l’opinion internationale, des lecteurs d’un journal, d’une revue... - l’auteur : il peut être un personnage célèbre, un collectif, une institution, un témoin direct, l’auteur peut être aussi anonyme, - les circonstances : les circonstances qui ont présidé aux événements ou faits relatés et ainsi qu’à la confection du document permettent de préciser la valeur et le contenu du document, - l’idée générale : c’est un résumé succinct du contenu et pour la trouver, il suffit de répondre à la question suivante : de quoi parle le texte ? - le plan : il s’agit de bâtir un plan en fonction des questions posées

b) Exercice d’application
Texte  :

Au début de l’année 1914, les peuples d’Europe sentent bien que la paix est devenue très fragile. Un peu partout, des responsables politiques et militaires sont favorables à la guerre et s’y préparent activement. Pourquoi cette guerre ? Pour résoudre brutalement et définitivement, croient-ils , tous les conflits qui couvent, et permettre aux Etats qui sont exagérément armés d’affirmer leur nouvelle force. Pour certains, il s’agit aussi de prendre revanche sur les humiliations passées...
Le 28 juin, l’assassinat à Sarajevo de l’archiduc François-Ferdinand, héritier du trône d’Autriche, fournit à l’Autriche-Hongrie le prétexte attendu pour engager les hostilités...
Confiantes dans la suprématie de leurs armées, les populations suivent avec enthousiasme leurs dirigeants. D’ailleurs, les chefs militaires ne leur affirment-ils pas que la guerre sera de très courte durée ?
A leurs familles inquiètes, les soldats crient : « Nous serons de retour avant Noël ! »
Extrait de la Revue Mikado Magazine , N° 61, Novembre 1988,page 5
Texte proposé au BEPC 1998

Questions Selon le texte quelles sont les causes de la Première Guerre mondiale ? Quels étaient les deux camps en conflits ? Quelles furent les conséquences économiques et démographiques de la guerre pour l’Europe ?

c) Les étapes de l’introduction - La nature du texte  : un article. - L’origine du texte  : revue Mikado N°61, Novembre 1988, Page 5. - L’auteur  : inconnu. - Les destinataires  : lecteurs de la revue. - Les circonstances  : état d’esprit de la population européenne à la veille de la première guerre mondiale. - L’idée générale  : les causes lointaines et immédiates de la guerre. - Le plan  : après avoir donné les causes de la guerre selon le texte nous allons nommer les camps en conflits et dégager les conséquences de la guerre pour l’Europe.

d) Esquisse d’introduction

Le texte soumis à notre réflexion est un article de la revue Mikado N°61, novembre 1988, P.5 dont l’auteur est inconnu et adressé aux lecteurs de la dite revue. Le texte évoque l’état d’esprit des Européens à la veille de la première guerre mondiale et les causes lointaines et immédiates de la guerre. Après avoir donné les causes de la guerre selon le texte, nous allons nommer les camps en conflits et dégager les conséquences économiques et démographiques de la guerre pour l’Europe.

e) Ce qu’il faut faire dans une introduction : - utiliser le brouillon ; - rédiger entièrement l’introduction sur le brouillon.

f) Ce qu’il ne faut pas faire : - les parenthèses ; - les tirets ; - les exemples ; - l’explication.

2 — LE DEVELOPPEMENT
Le développement est l’explication du texte. Il est basé sur les questions d’orientation auxquelles l’élève doit répondre.

a) Pour réussir le développement : - il faut que chaque paragraphe développe une idée qui correspond à la question posée. Il faut en plus expliquer les mots, les allusions dont le sens mérite un éclaircissement ; - il est parfois indispensable d’apporter des compléments d’informations mais éviter de s’écarter du contenu du texte ; - formellement, il est nécessaire de mettre entre guillemets les passages du texte que l’on cite au sujet desquels on apporte un éclaircissement ; - la dernière question d’orientation arrive souvent à élargir le champ de réflexion mais il faut éviter de déverser les connaissances du cours sans rapport direct avec les préoccupations du texte.

b) Esquisse de développement

Les pays européens préparent sur fond de rivalité « tous les conflits qui cauvent » avec la volonté allemande de dominer les peuples Slaves du Balkan. Cette fièvre déclenche une course aux armements qui s’exaspère en 1913, par exemple la même année l’Allemagne avait 820 000 soldats et la France 750 000 soldats. En outre d’autres pays désirent prendre leurs revanches sur les défaites antérieures comme le désir français de récupérer l’Alsace et la Lorraine perdues en 1871. Mais l’incident détonateur est sans conteste l’assassinat du prince héritier de l’Autriche-Hongrie l’Archiduc François-Ferdinand le 28 juin 1914 par un étudiant appartenant à une société secrète « la main noire » à Sarajevo. Le conflit commence et le mécanisme des alliances se déclenche mais quelles sont les principales forces en présence ?
Il existait deux blocs antagonistes : d’une part la Triple Entente que forme la France, la Russie et l’Angleterre et d’autre part la Triplice qui regroupe l’Italie, l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie. Les deux camps vont s’affronter dans la Grande Guerre entre 1914 et 1918 aux conséquences désastreuses.
Sur le plan économique l’agriculture laissée aux mains des femmes a reculé et les terres fertiles sont ravagées par les bombes, les maisons, les routes, les ponts et les ports sont endommagés ; des millions de dollars sont dépensés pour entretenir la guerre ; les monnaies européennes sont devenues faibles ; le coût de la vie est devenu insupportable. Sur le plan démographique on a enregistré à la fin de la guerre 8,5 millions de morts sans compter le nombre de mutilés et disparus. L’appauvrissement de l’Europe développe les mouvements migratoires et le chômage s’accentue dans les pays peuplés comme l’Angleterre et l’Allemagne.

c) Ce qu’il faut faire dans le développement : - répondre aux différentes questions par ordre ; - séparer les différentes parties par une ligne d’écart ; - relier les différentes parties par des phrases ou des mots de transition.

d) Ce qu’il ne faut pas faire :
Il faut éviter : - la paraphrase : le fait de recopier des passages du texte comme la réponse à une question ; - de déverser les connaissances du cours sans rapport direct avec le texte ; - les insultes et la brutalité dans l’appréciation. - les tirets et astérisques ; - de recopier le développement sur le brouillon. - de numéroter les réponses ; - de titrer les différentes parties.

3) LA CONCLUSION

a) Pour réussir la conclusion
La conclusion est une partie essentielle du devoir. Elle permet d’apprécier le texte et comporte trois étapes : - l’intérêt du texte qui souligne ce qu’il a apporté à lacompréhension des faits ou événements. On peut obtenir l’intérêt du texte en se posant la question suivante : Qu’est-ce que le texte nous a permis de comprendre ? - les limites du texte : il s’agit de montrer l’insuffisance du texte ; - la portée du texte : il s’agit de dégager l’impact qu’il a eu sur le cours de l’histoire (politique, économique et social).

b) Les étapes de la conclusion - L’intérêt du texte  : le texte nous permet de comprendre les causes de la première guerre mondiale. - Les limites du texte : auteur inconnu. - La portée du texte  : Il éclaire l’atmosphère socio-politique à la veille de la guerre.

c) Esquisse de conclusion

Le texte nous a permis de comprendre les causes de la Première Guerre mondiale. Cependant les sources ne nous permettent pas d’identifier l’auteur du texte. Il éclaire l’atmosphère socio-politique en Europe à la veille de la guerre.

d) Ce qu’il faut faire : - utiliser le brouillon ; - rédiger entièrement la conclusion sur le brouillon.

e) Ce qu’il ne faut pas faire :
Il faut éviter : - de confondre la conclusion du commentaire à celle de la synthèse ; - les exemples ; - les tirets et les astérisques.

III.Conseils pratiques pour réussir l’épreuve d’histoire-géographie

1- Choix du sujets - Au BEPC le candidat traite un des deux sujets au choix. - Chaque sujet comporte une épreuve d’histoire et une épreuve de géographie (commentaire et synthèse). - Durée du sujet : 2 heures. - Coefficient :3. - Pour choisir prendre le temps de lire attentivement afin de faire le meilleur choix possible. - Tenir compte de ses capacités en évitant les sujets trop longs ou trop difficiles.

2— Les préliminaires - Lire attentivement le sujet choisi. - Souligner les mots et expressions clés du texte ou de l’énoncé. - Rechercher d’abord les réponses dans le texte. - Regrouper les mots et expressions évoquant une même idée.

3 — L’expression - Utiliser des phrases simples et courtes. - Eviter les formules creuses et familières. - Ne pas recopier le texte, même si les réponses y sont : - formuler ses propres phrases ; - utiliser les mots dont vous êtes sûrs de la signification ; - éviter le verbiage (abondance de paroles vides de sens).

4 — La présentation - Bien séparer les différentes parties du devoir. - Eviter de numéroter les réponses. - Soigner l’écriture. - Soigner l’orthographe. - Eviter les majuscules sans raison. - Respecter l’orthographe des noms propres. - Utiliser le « nous » au lieu de « je ».

5— Cas spécifique de graphique, tableau statistique, gravure, carte... - Observer attentivement le document. - Décrire les différents éléments contenus dans le document. - Analyser en fonction des questions en se servant du contenu du graphique, tableau, ou carte. - Titrer le graphique ou la carte.

Remarques  : Pour la carte : - observer attentivement la carte ; - rajouter les noms des villes et des pays limitrophes ; - réaliser la légende au besoin avec des crayons de couleur ; - titrer la carte ; - orienter la carte (indiquer le nord géographique).
DEUXIEME PARTIE
RAPPELS DE COURS
L’un des reproches fait à l’endroit du programme de 3ème est qu’il est vaste et difficile à assimiler. C’est pour vous aider à mieux l’aborder que nous vous proposons cet aperçu synthétique des différentes leçons du programme.
Mais attention ce n’est qu’un aide-mémoire qui fixe des repères et permet d’organiser des connaissances. Cela ne saurait remplacer le cours.
Nous vous proposons d’entrée de jeu une fiche méthodologique qui vous aidera à apprendre vos leçons.
COMMENT APPRENDRE UNE LECON D’HISTOIRE OU DE GEOGRAPHIE)
Les élèves éprouvent des difficultés pour apprendre leurs leçons en 3 ème . C’est souvent parce qu’ils le font sans méthode. Nous vous proposons alors une méthode (parmi tant d’autres) expérimentée avec nos élèves pendant plusieurs années.

I- Avant de commencer : - avoir l’esprit tranquille et un réel désir d’apprendre ; - choisir un cadre calme et propice à l’apprentissage ; - déterminer la leçon à apprendre ; - se donner un temps pour apprendre (deux heures, trois heures au maximum).

II- Pendant l’apprentissage : - lire attentivement la leçon une première fois en complétant les parties omises lors de la prise de note à l’aide de votre manuel ; - chercher la signification des mots nouveaux dans votre manuel ou dans le dictionnaire ; - vérifier l’orthographe des nouveaux mots ; - situer la leçon dans son contexte historique ou géographique ; - relire la leçon pour une deuxième fois ; - distinguer l’essentiel du détail ; - fermer le cahier et noter le plan détaillé de la leçon sur une feuille ; - résumer les éléments contenus dans les sous-titres du plan ( ne retenir que l’essentiel ) ; - vérifier que ce que vous avez écrit est conforme au contenu du cahier.

III - Comment évaluer ce que l’on vient d’apprendre ? - Se poser des questions en fonction du plan de la leçon. - Répondre aux dites questions par écrit. - Traiter des exercices (synthèse, commentaire...) ayant un rapport avec la leçon.

IV - Ce qu’il faut éviter : - vouloir assimiler toute la leçon par cœur ; - noyer l’essentiel dans le détail ; - être en permanence avec son cahier sans se fixer des objectifs d’apprentissage.
HISTOIRE
« L’histoire c’est l’homme dans le temps »
Fernand BRAUDEL
CHAPITRE I : L’EUROPE AU XIXè SIECLE
A partir du XIX siècle s’opère une véritable révolution industrielle en Europe. Les nouvelles techniques changent la manière de vivre sur le plan économique, sur le plan social et sur le plan politique.

I- Des facteurs favorables aux découvertes scientifiques et techniques - des savants se spécialisent ; - des laboratoires se créent ; - des savants mettent au point progressivement une méthode de recherche ; - des universités se spécialisent ; - des chercheurs tiennent des congrès et collaborent beaucoup ; - de plus en plus les hommes croient à la science.

II- Les principales inventions et découvertes - le Français Carnot démontre que la chaleur est une forme d’énergie ; - l’Allemand Helmholtz et l’Anglais Thomson établissent une relation entre la chaleur et le mouvement ; - le Français Pasteur découvre les microbes et les moyens de lutter contre eux ; - les usines textiles remplacent progressivement la filature à rouet et le tissage au métier manuel ; - les nouvelles sources d’énergie sont découvertes (la houille au XIX, l’électricité et le pétrole utilisés au début du XIX siècle ) ; - les navires à vapeur et le chemin de fer sont inventés.

III- Les conséquences des découvertes scientifiques et techniques

A-Les conséquences économiques - les nouveaux moyens de transport développent les échanges ; - la concurrence se développe ( agriculture européenne menacée par celle des pays neufs ) ; - la production agricole et industrielle augmente ; - les prix deviennent abordables ; - de plus en plus des industries sont concentrées ; - développement du capitalisme par le biais des sociétés par action, des banques et des bourses de valeur ; - le libre échange est en plein essor mais cohabite avec le monopole.

B- Les conséquences sociales - amélioration de la qualité de vie : les Européens mangent à leur faim, bénéficient du confort, se soignent ; - l’espérance de vie se prolonge ; - la démographique explose; - les migrations se développent ; - l’exode rural dépeuple les campagnes qui n’ont plus besoin de nombreux bras valides ; - des nouvelles catégories ( classes ) sociales apparaissent : - la bourgeoisie et le prolétariat; - opposition entre la bourgeoisie et le prolétariat ; - naissance des syndicats.

C- Les conséquences politiques Des nouvelles formes d’expression politique apparaissent : - le libéralisme politique ; - le socialisme ; - des révolutions éclatent en Europe. Le nationalisme dont l’unité allemande en est un exemple, elle est réalisée par Otto von Bismarck en trois étapes : - l’union douanière des Etats allemands ; - l’élimination de l’Autriche ; - la guerre contre la France en 1870.
Conclusion
La révolution industrielle a permis à l’Europe de dominer l’économie du monde.
Faisons le point...
A l’aide de votre cours et de votre manuel définissez les termes suivants :
- Scientisme ; - libre-échange; - Machinisme ; - Monopole ; - Concentration horizontale ; - Bourgeoisie ; - Concentration verticale ; - Prolétariat ; - Capital ; - Socialisme. - Profit ;
CHAPTTRE II : LES CONQUETES ET LES RESISTANCES
Le développement du capitalisme va entraîner la conquête coloniale. Entre 1870 et 1890 les grandes puissances européennes éprouvent brusquement un intérêt pour l’Afrique.

A- Les causes des conquêtes

1- Les causes politiques et militaires - La recherche des positions stratégiques pour leur défense. - La création des armées coloniales afin de recruter des soldats à peu de frais. - La recherche du prestige. - Le désir d’expansion de leurs civilisations ( langue, religion, coutumes ).

2- Les causes économiques - La recherche de nouveaux débouchés pour les produits de leurs industries. - La recherche des matières premières.

3- Les causes sociales - Le surpeuplement de l’Europe. - Le développement du chômage. - L’immigration en Amérique du Nord limitée aux personnes qualifiées.

B- Les causes de l’exploration - Le goût de l’aventure. - Le dévouement à la science. - L’amour de la gloire. - Répandre la religion chrétienne. - Apporter aux autres les principes de leur civilisation.

C- Les principaux explorateurs - Mungo Park explore le fleuve Niger. - David Livingstone missionnaire explore le bassin du Zambèze. - Henri Barth découvre le Sahara . - Savorgnan de Brazza découvre le bassin du Congo. - Stanley explore les bassins du Congo et du Zambèze. - René Caillé premier blanc qui entre à Tombouctou.

D- Les moyens de la conquêtes - les moyens financiers. - les moyens religieux. - les moyens juridiques (conférence de Berlin). - les moyens militaires.

E- Les principaux résistants - Ahmadou fils d’El hadj Omar Tall, - Samory Touré, - Tiéba et Babemba, - Lat Dior, - Béhanzin, - Rabah, - Khalife Abdoullah ( Mahdiste ).

F- Les causes de leurs échecs - La supériorité militaire et technique des Européens. - Le manque de solidarité entre les résistants africains. - Le désir de se venger des peuples vaincus. - Les alliances de certains rois africains avec les colons.
Conclusion
Malgré les résistances, toute l’Afrique, à part, le Libéria et l’Ethiopie est sous la domination coloniale au début du XX siècle.
Faisons le point...
A l’aide de votre cours et votre manuel définissez les termes suivants : - Exploration - Colonisation
CHAPITRE III : L’EVOLUTION DU MONDE DE LA FIN DU XIXe SIECLE AU MILIEU DU XXe SIECLE
La Première Guerre mondiale a inauguré une série d’événements qui marquèrent le XXe siècle. Ainsi de la Grande Guerre à la création de l’ONU une série de crises majeures vont jalonner l’évolution du XXe siècle. Ces crises, qui ont détérioré les relations internationales, ont beaucoup transformé le visage du monde.

I- La Première Guerre mondiale

A- Les causes de la guerre : - les rivalités économiques européennes ; - les rivalités coloniales ; - les rivalités politiques ; - les rivalités nationales

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents