Aspects diachroniques du texte de spécialité
223 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Aspects diachroniques du texte de spécialité , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
223 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L'étude des langues de spécialité constitue aujourd'hui une discipline propre et entière dans le champ de la linguistique appliquée. Les discours de tout genre (scientifique, juridique, médical, politique, religieux, voire linguistique) ont été jusqu'alors analysés sous l'angle synchronique. Les langues de spécialité font, dans le présent ouvrage, l'objet d'études diachroniques présentées aux Nouvelles Journées de l'ERLA (Equipe de Recherche en Linguistique Appliquée) à l'Université de Bretagne occidentale, à Brest en novembre 2006.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 septembre 2010
Nombre de lectures 87
EAN13 9782296263116
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Aspects diachroniques du texte de spécialité
© L’Harmattan, 2010 5-7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-12541-4 EAN : 9782296125414
Textes réunis par David Banks Aspects diachroniques du texte de spécialité L’Harmattan
E R L A EquipedeRechercheenLinguistiqueAppliquée dIRECTEUR : davID BaNkS
eQUIPE D’ACCUEIL eA4249 hcti « hÉRITaGES & coNSTRUCTIoNS DaNS LE tExTE ET L’imaGE » FaCULTÉ DES lETTRES ET sCIENCES HUmaINESVictor-Segalen 20, RUE dUQUESNE – cs 93837 29238 BREST cEDEx 03
Introduction
l’ÉTUDE DES LaNGUES DE SPÉCIaLITÉ a CommENCÉ, aU DÉbUT DES aNNÉES 60. AU DÉPaRT TImIDE, ELLE a RaPIDEmENT ÉvoLUÉ PoUR CoNSTITUER UN NoUvEaU CHamP D’INvESTIGaTIoN, voIRE UNE NoUvELLE DISCIPLINE, SoUvENT LIÉE aUx PRobLèmES D’aPPRENTISSaGE DES LaNGUES ÉTRaNGèRES PoUR DES bESoINS PRofESSIoNNELS. cEPENDaNT, La LITTÉRaTURE DaNS CE DomaINE, maINTENaNT TRèS aboNDaNTE, RESTE CoNCENTRÉE SUR DES QUESTIoNS D’oRDRE SyNCHRoNIQUE, RÉSULTaT, PRobabLEmENT, DE SoN LIEN avEC DES PRobLèmES DU moNDE aCTUEL D’aPPRENTISSaGE ET D’ENSEI-GNEmENT. daNS L’ÉTUDE DE La LaNGUE GÉNÉRaLE, PERSoNNE NE CoNTESTERaIT QUE La ComPRÉHENSIoN DE SoN ÉTaT aCTUEL SoIT aCCRUE PaR L’ÉTUDE DES QUESTIoNS D’oRDRE DIaCHRoNIQUE. MaINTS PRobLèmES DE STRUCTURE oU DE foNCTIoNNEmENT TRoUvENT LEUR ExPLICaTIoN DaNS La façoN DoNT La LaNGUE a ÉvoLUÉ. paR CoNSÉQUENT, IL SEm-bLE CURIEUx QUE DaNS LE DomaINE DES LaNGUES DE SPÉCIaLITÉ, LES ÉTUDES DIaCHRo-NIQUES RESTENT ExTRêmEmENT RaRES. iL EST DE NoTRE avIS QUE LES ÉTUDES EN LaNGUES de spécialité ne peuvent que proter de cet apport, et c’est à cette lacune que LE PRÉSENT oUvRaGE SoUHaITE RÉPoNDRE. cET oUvRaGE PREND CES oRIGINES DaNS UN CoLLoQUE, LES noUvELLES JoUR-NÉES DE L’erlA no. 7, "ASPECTS DIaCHRoNIQUES DU TExTE DE SPÉCIaLITÉ", où La GRaNDE majoRITÉ DES aRTICLES PUbLIÉS ICI oNT ÉTÉ PRÉSENTÉS PoUR La PREmIèRE foIS. Le colloque a eu lieu les 17 et 18 novembre 2006 à l’Université de Bretagne Occidentale à Brest. Un certain nombre de contributeurs traite la question de l’évolution de la langue scientique. Ainsi, D. Banks considère comment les scientiques se réfèrent, en anglais, les uns aux autres à travers les siècles et selon quelle ÉvoLUTIoN. iL LE faIT avEC UN ÉCHaNTILLoN D’ExEmPLES PRIS DaNS LEPhilosophi-cal Transactionset qui s’étendent du début du dix-huitième siècle à la n du vINGTIèmE SIèCLE. rESTaNT DaNS LE CHamP aNGLICISTE, c. cHâTEaU SE CoNCENTRE SUR LE DomaINE PLUS RESTREINT DE La SCIENCE DE La TECToNIQUE DES PLaQUES EN GÉoLoGIE. eLLE ÉTUDIE LES CHaNGEmENTS DaNS L’USaGE ET LE foNCTIoNNEmENT DU moTcontinentsET DE SES moTS aPPaRENTÉS, DEPUIS L’INTRoDUCTIoN DE La NoTIoN DE La TECToNIQUE DES PLaQUES PaR lyELL EN 1830. c. eNGEL-gaUTIER CoNSIDèRE DEUx TRaDUCTIoNS fRaNçaISES DUThe Descent of ManDE c. daRwIN. lES DEUx TRaDUC-tions considérées, produites à plus d’un siècle d’écart (en 1881 et 1999), pré-SENTENT DES DIffÉRENCES CoNSIDÉRabLES, QUE L’oN PEUT aTTRIbUER aUx CHaNGEmENTS
6
qui se sont produits dans le contexte scientique qu’elles envisagent. Enn, dans cette section plutôt scientique, E. Rowley-Jolivet étudie l’évolution de L’USaGE DE L’ImaGE DaNS L’aRTICLE DE RECHERCHE mÉDICaLE, aU CoURS DU DIx-NEU-vIèmE SIèCLE, DaNS La CÉLèbRE REvUEThe Lancet. AvEC g. lozaCHmEUR NoUS NoUS ToURNoNS vERS La PoLITIQUE LINGUISTIQUE DES SIèCLES PaSSÉS. A TRavERS LES ÉCRITS DE dU BELLay, VaUGELaS, rIvaRoL ET L’AbbÉ gRÉGoIRE, ELLE RETRaCE La PoLITIQUE DE DÉfENSE DE La LaNGUE fRaNçaISE DU SEIzIèmE aU DIx-HUITIèmE SIèCLE. c. rEy SE PENCHE SUR La mêmE PÉRIoDE, maIS PoUR CoNSIDÉRER L’ÉvoLUTIoN DES IDÉES aU SUjET DE La PHoNÉTIQUE DU fRaNçaIS, notamment à travers l’EncyclopédieDE dIDERoT ET D’ALEmbERT ET L’Encyclopé-die Méthodique. la DIaCHRoNIE N’ImPLIQUE PaS foRCÉmENT DES PÉRIoDES TRèS LoNGUES. A. pIC-ToN ET A. coNDamINES oNT CHoISI La PÉRIoDE TRèS CoURTE DE SEULEmENT HUIT aNS, 1994-2002, PoUR ÉTUDIER L’ÉvoLUTIoN DE La TERmINoLoGIE DaNS TRoIS ÉDITIoNS SUC-cessives d’un manuel consacré à la technologie spatiale. C. et D. Labbé consi-dèrent une période à peine plus longue, 1958-1969. Ils utilisent des outils de la lexicométrie informatisée an d’étudier l’évolution du discours politique, et PLUS PRÉCISÉmENT DU DISCoURS DU gÉNÉRaL DE gaULLE, DaNS UN ENTRETIEN ET DaNS SES INTERvENTIoNS RaDIo-TÉLÉvISÉES. l.e. pRaDo D’OLIvEIRa NoUS PLoNGE DaNS LE moNDE DE La PSyCHaNaLySE. iL RETRaCE L’HISToIRE DU moTforclusion, ET DU CoNCEPT QU’IL vÉHICULE, DaNS LES ÉTUDES PSyCHaNaLyTIQUES D’oRIENTaTIoN fREUDIENNE ET LaCaNIENNE. l. cHEToUaNI CoNCENTRE SoN ÉTUDE SUR UN moT ET LE CoNCEPT QU’IL ComPREND. iL S’aGIT DU moT discours(ce qui nous ramène à la linguistique) dans lesInstructions OfîciellesDU MINISTèRE DE L’eDUCaTIoN naTIoNaLE. J. coULaRDEaU NoUS TRaNSPoRTE LoIN DaNS LE TEmPS ET DaNS L’ESPaCE PoUR considérer le Pāli en tant que langue de spécialité dans l’évolution de la pensée boUDDHISTE. iL ÉTUDIE NoTammENT La STRUCTURE ET LE foNCTIoNNEmENT DU GÉNITIf DaNS CETTE LaNGUE. APRèS CE PaSSaGE PaR UNE LaNGUE aNCIENNE, NoUS aCHEvoNS NoTRE aNaLySE DIaCHRoNIQUE PaR LE CHamP DES maTHÉmaTIQUES, avEC A. paSCU ET J.-p. dESCLÉS, QUI ÉTUDIENT L’ÉvoLUTIoN DE L’USaGE DU moTfonction. noUS ESPÉRoNS, oUTRE L’INTÉRêT PRoPRE DE CHaQUE aRTICLE ICI PRÉSENTÉ, avoIR DÉmoNTRÉ L’INTÉRêT DES ÉTUDES DIaCHRoNIQUES EN LaNGUES DE SPÉCIaLITÉ. iL va DE SoI QUE NoUS N’avoNS faIT QU’amoRCER L’INvESTIGaTIoN DaNS UN vaSTE DomaINE, QUI RESTE LaRGEmENT vIERGE. MaIS NoUS ESPÉRoNS QUE D’aUTRES SoIENT CoNvaINCUS par l’intérêt de poursuivre ces études, et qu’ils se joignent à nous dans cette TâCHE PaSSIoNNaNTE ET PLEINE D’avENIR.
davID BaNkS
La référence à autrui dans l’article de recherche scientiïque, 1700-1980
Introduction
DàVid Banks UNiVerSité de BretàGNe OccideNtàle Ea4249 HCTI - ERLa
dES PRÉCÉDENTES ÉTUDES m’oNT faIT PENSER QU’UNE ÉTUDE DIaCHRoNIQUE portant sur la façon dont les scientiques se réfèrent aux autres chercheurs DaNS L’aRTICLE DE RECHERCHE CoNSTITUERaIT UN CHamP fÉCoND D’INvESTIGaTIoN. paR exemple (Banks 2005), Jean Perrin commence un article publié en 1896 (Per-rin 1950) par ces mots :
J’avoUERaI D’aboRD QUE jE N’aI SUR La DÉCoUvERTE DU PRofESSEUR röNTGEN QUE DES RENSEIGNEmENTS aSSEz vaGUES, TIRÉS DES joURNaUx QUoTIDIENS, ET QUE j’IGNoRE encore quelles sont, au juste, ses expériences. (Perrin 1896)
Il me semble inconcevable qu’un scientique de nos jours commence un aRTICLE DE RECHERCHE avEC DES PaRoLES aNaLoGUES. cELa INDIQUE QUE LE CoNTExTE scientique a changé pendant le siècle qui s’est écoulé. Il m’est donc apparu INTÉRESSaNT DE CoNSIDÉRER UN ÉCHaNTILLoN D’aRTICLES SUR UNE PÉRIoDE aSSEz LoNGUE pour voir si la façon de se référer est révélatrice du contexte scientique qui GÉNèRE CES TExTES. J’aI aINSI PRIS UN PETIT CoRPUS D’aRTICLES EN aNGLaIS TIRÉS DUPhilosophical Transactions of the Royal Society. Cette revue date de 1665 et elle existe tou-joURS. lE CoRPUS ComPoRTE 30 aRTICLES, 2 PoUR L’aNNÉE 1700, 2 PoUR 1720, ET ainsi de suite, à 20 ans d’intervalle, jusqu’à 1980 inclus. Pour chaque année L’UN DES aRTICLES SÉLECTIoNNÉS EST DU DomaINE DES SCIENCES PHySIQUES, L’aUTRE DU DomaINE DES SCIENCES bIoLoGIQUES. daNS L’ÉTUDE QUI SUIT, LES aRTICLES SoNT identiés par le nom de l’auteur, le premier auteur quand il y en a plus d’un, ET La DaTE.
Les Anciens et les Modernes
DàVid Banks
l’ÉmERGENCE DE La SCIENCE moDERNE aU DIx-HUITIèmE SIèCLE PoSaIT PRo-bLèmE CaR La SCIENCE DE L’ÉPoQUE SE REPoSaIT SUR L’IDÉE QU’IL ÉTaIT ImPoSSIbLE de faire mieux que les penseurs de l’antiquité (Jones 1961). Par conséquent, toute expérimentation était inutile : à quoi bon faire des expériences si tout est déjà inscrit dans les écrits des Anciens, et qu’il ne reste qu’à les interpréter PoUR LES TEmPS moDERNES ? c’ÉTaIT CoNTRE CETTE aTTITUDE INSTITUTIoNNaLISÉE, QUE LES NoUvEaUx PHILoSoPHES ExPÉRImENTaUx, LES MoDERNES, DEvaIENT SE baTTRE, ET La TENTaTIvE D’ImPoSER La NoUvELLE foRmE DE PENSER S’EST ExERCÉE SUR UNE PÉRIoDE RELaTIvEmENT LoNGUE, PENDaNT LaQUELLE LES DEUx mÉTHoDES INTELLECTUEL-LES SE SoNT ENTREmêLÉES PoUR TENTER D’oCCUPER LE TERRaIN. AINSI, oN RELèvE BLaIR 1720, QUI PEUT ÉCRIRE, PRESQUE 60 aNS aPRèS La foNDaTIoN DE La royaL soCIETy, UN aRTICLE QUI faIT aPPEL aUx ANCIENS :
i CaNNoT ENoUGH aDmIRE THE JUDICIoUSNESS aND saGaCITy of THE ANCIENTS, wHo, wITHoUT aNy of THoSE mEaNS maDE USE of by THE MoDERNS, HavE HaNDED DowN To US SUCH aN aCCoUNT of THE VIRTUES of THoSE pLaNTS, wHICH by THE UNaNImoUS coNSENT of aLL pHySICIaNS aND pHaRmaCIaNS, aRE moRE PaRTICULaRLy DEDICaTED foR USE IN pHySICk, THaT aLL THE LaboRIoUS ENDEavoURS of THEIR INQUISITIvE sUCCESSoRS, HavE NEvER bEEN abLE To oUTDo THEm. iT mUST HavE bEEN a LoNG tRaCT of exPERIENCE, wHICH ENabLEDDioscoridesaNDTheophrastusTo CoLLECT aND RECEIvE fRom THEIR wISE ANCESToRS, SUCH a LaSTING caTaLoGUE of THE VIRTUES of PLaNTS, aS SCaRCE aNy THING HaS bEEN aDDED To EvEN To THIS Day. tHE royaL ACaDEmy aTParis, HaS bEEN aT great pains to nd out the Virtues of Plants by the Chymical Analysis, and several oTHER exPERImENTS, of wHICH wE HavE THE AbSTRaCTS INTournefort’s Histoire des Plantes aux environs de Paris, aNDTauvryHISTraité des Medicaments: BUT THESE laborious Endeavours only serve to conrm what the Ancients advanced, without any new Discovery. (Blair 1720)
dEUx DES PENSEURS DE L’aNTIQUITÉ SoNT mENTIoNNÉS PaR LEURS NomS,Dioscorides1 ETTheophrastus, ET DEUx RÉfÉRENCES aUx MoDERNES SoNT ÉGaLEmENT DoNNÉES . Il est à noter que les deux références sont faites aux ouvrages en français, sans autre commentaire, ce qui semble indiquer que les scientiques de la période ÉTaIENT CENSÉS maîTRISER LES LaNGUES EURoPÉENNES majoRITaIRES, EN PLUS DU LaTIN ET DU GREC, QUI CoNSTITUaIENT La baSE DE LEUR ÉDUCaTIoN. eNCoRE PLUS CURIEUx EST L’aRGUmENTaTIoN DE CE PaSSaGE, CaR, SELoN BLaIR, ToUS LES EffoRTS DEl’Académie Royaleà Paris, tout le mal qu’ils se sont donné, n’a fait que conrmer ce que les Anciens avaient déjà constaté, sans aucune nouvelle découverte. Quand oN SaIT QUE LaRoyal Society ÉTaIT foNDÉE jUSTEmENT PoUR CombaTTRE DE TELS
1  lE LECTEUR QUI S’INTÉRESSE aUx DÉTaILS SyNTaxIQUES DE La PÉRIoDE REmaRQUERa LES DEUx foRmES DU GÉNITIf, LE "aPoSTRoPHE-S" ET LE DIT "his-génitif", à deux lignes d’intervalle. Le premier est La foRmE HabITUELLE DE L’aNGLaIS DE NoS joURS, TaNDIS QUE LE DEUxIèmE EST maINTENaNT DÉSUET.
La référence à autrui dans l’article de recherche scientiIque, 1700-1980
9
aRGUmENTS, La PUbLICaTIoN DE CE PaSSaGE DaNS LEPhilosophical Transactionsà cette date relativement tardive témoigne de la difculté de démêler l’ancien DU NoUvEaU SUR LE TERRaIN. cEPENDaNT, CETTE oPPoSITIoN ENTRE ANCIENS ET MoDERNES DEvaIT CoNNaîTRE UN TERmE, CaR smITH 1740 mENTIoNNE LES MoDERNES, maIS PaS LES ANCIENS, ET LE corpus ne contient aucune allusion ultérieure, ni à l’un, ni à l’autre :
tHE tELESCoPE IS DESERvEDLy RECkoNED oNE of THE moST ExCELLENT of aLL THE Inventions of the Moderns; (Smith 1740)
Donc, on peut conclure que cette dispute, très vivante à la n du dix-septième SIèCLE, ÉTaIT RÉSoLUE, aSSEz TôT aU DIx-HUITIèmE.
Des remarques laudatives
daNS La PREmIèRE PaRTIE DE La PÉRIoDE CoNSIDÉRÉE, IL SEmbLERaIT NoRmaL DE SE RÉfÉRER aUx CoLLèGUES DaNS DES TERmES HaUTEmENT LaUDaTIfS. AINSI BLaIR 1720 PaRLE DE dR. hERmaN, oU PLUTôT DU CÉLèbRE dR hERmaN, CommE D’UN boTaNISTE ExPERTE ET CHERCHEUR mÉTICULEUx ; ET QUELQUES LIGNES PLUS LoIN, DE MR. JamES Petiver, qu’il classie de ce regretté naturaliste, ingénieux et précis, autrefois mEmbRE REmaRQUÉ DE LaRoyal Society :
tHIS INDUC’D THaT ExPERT BoTaNIST, aND DILIGENT eNQUIRER INTo THE KNowLEDGE of THEMateria Medica, THE cELEbRaTED dR.Herman, To Lay DowN THESE GENERaL MaxImS,Quæcunque ore & semine conveniunt easdem possident virtutes: ANDOmnia semina striata sunt carminativa. tHE LaTE INGENIoUS aND aCCURaTE naTURaL hISToRIaN, SomETImE a NoTED MEmbER of THIS soCIETy, MR.James Petiver, a fEw YEaRS aGo obLIGED US wITH a dISCoURSE UPoN THIS sUbjECT, PRINTED IN THE pHILoSPHICaL tRaNSaCTIoNS, IN wHICH HE obSERvES, THaT THEPlantæ Umbelliferæ, Galeatæ, Verticillatæ, Siliquosæ aNDSiliculosæ, foR THE GENERaLITy, HavE a tendency to the same Virtue and Use. (Blair 1720)
ON PEUT SE DEmaNDER SI TRaITER SES CoLLèGUES D’INGÉNIEUx N’ÉTaIT PaS QUaSImENT DE RIGUEUR aU DIx-HUITIèmE SIèCLE. cavaLLo 1780 PaRLE DE L’INGÉNIEUx PRofES-SEUR lICHTENbERG, ET PLUS TaRD DaNS LE mêmE aRTICLE DE SoN amI INGÉNIEUx, tHomaS roNayNE :
tHE ExPLaNaTIoN of THE INGENIoUS pRofESSoR lichtenBerg’s ExPERImENT Now became very easy and natural; for the powder of rosin, being actually electried NEGaTIvELy, CoULD NoT bE aTTRaCTED, ExCEPT by THoSE PaRTS of THE ELECTRoPHoRUS, which are in a contrary state, that is, electried positively. (Cavallo 1780)
This instrument, the rst hint of which I received from my ingenious friend thOMAs rOnAYne, eSQ. afTER vaRIoUS TRIaLS, i bRoUGHT To THE PRESENT STaTE of
1
0
DàVid Banks
PERfECTIoN aS LoNG aGo aS THE yEaR 1777; aND ImmEDIaTELy afTER SEvERaL of THEm wERE maDE afTER my PaTTERN by MR. AdAMs, PHILoSoPHICaL INSTRUmENT makER IN Fleet-street. (Cavallo 1780)
iL ÉTaIT aPPaREmmENT aCCEPTabLE DE S’INCLURE DaNS LES fÉLICITaTIoNS ET DE SE féliciter ; ainsi, Wilson 1760 qualie de remarquables les expériences qu’il a aCComPLIES avEC dR hoaDLy :
And this conrms the reasoning upon the remarkable experiments related in the treatise published by Dr. Hoadly and myself. See p.27 to 34, and 46, 47. (Wilson 1760)
cE PHÉNomèNE SEmbLE RESTREINT aU DIx-HUITIèmE SIèCLE. lE CoRPUS NE PRÉSENTE plus d’exemples une fois que le dix-neuvième siècle est entamé. Un seul exemple qui peut y être assimilé se trouve à la n de la période considérée :
camPbELL’S moST STRIkING PHoToGRaPH SHowS a SPECImEN ofPhaciphacops birdsongensis(Delo) (Campbell 1975, pl. 3), having silicied laminae5, g. through which the top of the central core projected. (Miller 1980)
cEPENDaNT, oN REmaRQUERa QUE CE QUI EST LoUÉ ICI N’EST PaS camPbELL LUI-même, mais la qualité de sa photographie, qualiée de frappante.
Trouver des excuses
daNS CETTE mêmE PÉRIoDE PRÉCoCE, LES CRITIQUES SoNT SoUvENT aCComPa-GNÉES DE TENTaTIvES, DE La PaRT DE L’aUTEUR, DE TRoUvER DES ExCUSES, oU aU moINS UNE ExPLICaTIoN, PoUR L’ERREUR SUPPoSÉE. AINSI WILSoN 1760 ESSaIE DE DISCULPER L’AbbÉ noLLET :
Now we nd that the Dutch wax is softer than the English, and the Irish harder: aND IT IS NoT ImPRobabLE THaT THE FRENCH wax, wHICH i SUPPoSE THEAbbé Nolletused, may likewise be different. (Wilson 1760)
eN LE faISaNT, WILSoN faIT UNE DoUbLE SUPPoSITIoN : D’aboRD QUE La CIRE fRaN-çaISE N’a PaS La mêmE CoNSISTaNCE QUE La CIRE aNGLaISE, faIT QU’IL NE TRoUvE PaS ImPRobabLE ; ET DEUxIèmEmENT, QUE C’EST bIEN CE TyPE DE CIRE QUE L’AbbÉ noLLET a UTILISÉ, faIT QU’IL SUPPoSE. dE La mêmE façoN, homE 1800 aTTRIbUE LES prétendues erreurs du professeur Blumenbach à l’état de son spécimen, qui apparemment laissait à désirer :
iT waS NaTURaL, UNDER THESE CIRCUmSTaNCES, To RESERvE aNy obSERvaTIoNS wHICH HaD bEEN maDE UPoN THIS NEwLy DISCovERED QUaDRUPED, TILL THE ENTIRE aNImaL SHoULD
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents