Sémantique structurale
190 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Sémantique structurale

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
190 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Cet ouvrage, le premier livre de sémantique depuis Bréal, a été le texte fondateur de l'école française de sémiotique. Il demeure l'ouvrage de référence pour l'étude du "plan de la signification" du langage : on y lira les concepts inauguraux de la méthodologie sémiotique en même temps que l'instauration des études narratives et discursives des textes. Un manuel classique indispensable dans les études de linguistique.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 24
EAN13 9782130738336
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0150€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

' />
2002
Algirdas Julien Greimas
Sémantique structurale
Recherche de méthode
Copyright
© Presses Universitaires de France, Paris, 2015 ISBN numérique : 9782130738336 ISBN papier : 9782130527633 Cette œuvre est protégée par le droit d’auteur et strictement réservée à l’usage privé du client. Toute reproduction ou diffusion au profit de tiers, à titre gratuit ou onéreux, de tout ou partie de cette œuvre est strictement interdite et constitue une contrefaçon prévue par les articles L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. L’éditeur se réserve le droit de poursuivre toute atteinte à ses droits de propriété intellectuelle devant les juridictions civiles ou pénales.
Présentation
Cet ouvrage, le premier livre de sémantique depuis Bréal, a été le texte fondateur de l'école française de sémiotique. Il demeure l'ouvrage de référence pour l'étude du « plan de la signification » du langage : on y lira les concepts inauguraux de la méthodologie sémiotique en même temps que l'instauration des études narratives et discursives des textes. Un manuel classique indispensable dans les études de linguistique.
Table des matières
Les conditions d’une sémantique scientifique 1 - La situation de la sémantique 2 - La signification et la perception 3 - Ensembles signifiants et langues naturelles 4 - Les niveaux hiérarchiques du langage La structure élémentaire de la signification 1 - Continuités et discontinuités 2 - La première conception de la structure 3 - Conjonction et disjonction 4 - Les structures élémentaires 5 - Les axes sémantiques 6 - La relation 7 - Les articulations sémiques 8 - Les modes d’articulation sémique 9 - Forme et substance 10 - Les sèmes et les lexèmes 11 - Deuxième définition de la structure 12 - La totalité et les parties Langage et discours 1 - Signification et communication 2 - Systèmes sémiques 3 - Sèmes et lexèmes 4 - Le plan du discours 5 - Manifestation des relations La signification manifestée 1 - Le sémème 2 - La figure nucléaire 3 - Les classèmes 4 - Les concepts instrumentaux Le niveau sémiologique 1 - Approches et approximations 2 - Le statut du sémiologique 3 - Les possibilités de la description sémiologique L’isotopie du discours 1 - L’hétérogénéité du discours
2 - Le fonctionnement métalinguistique du discours 3 - Les conditions de l’établissement de l’isotopie 4 - Le discours plurivoque L’organisation de l’univers sémantique 1 - L’univers immanent de la signification c - L’approche empirique de l’univers immanent 2 - L’univers manifesté de la signification 3 - Le discours La description de la signification 1 - Manifestation et discours 2 - La manifestation discursive 3 - Manifestation figurative et manifestation non figurative Les procédures de description 1 - La constitution du corpus 2 - La normalisation 3 - La construction Réflexions sur les modèles actanitels 1 - Deux niveaux de description 2 - Les actants en linguistique 4 - Les actants du théâtre 5 - La catégorie actantielle « Sujet » vs « Objet » 6 - La catégorie actantielle « Destinateur » vs « Destinataire » 7 - La catégorie actantielle « Adjuvant » vs « Opposant » 8 - Le modèle actantiel mythique 9 - L’investissement « thématique » 10 - L’investissement économique 11 - Actants et acteurs 12 - L’énergétisme des actants 13 - Le modèle actantiel et la critique psychanalytique 14 - Les modèles actantiels psychanalytique » A la recherche des modèles de transformation 1 - Réduction et structuration 2 - Interprétations et définitions 3 - Le modèle transformationnel et le psychodrame Un échantillon de description 1 - Principes généraux 2 - L’existence en tant que milieu
3 - L’existence en tant qu’enjeu 4 - Comparaisons et choix des modèles 5 - La conception dialectique de l’existence
Les conditions d’une sémantique scientifique
1 - La situation de la sémantique
a - La signification et les sciences humaines e problème de la signification se situe au centre des préoccupations actuelles. Lains en anthropologie etPour transformer l’inventaire des comportements hum les séries des événements en histoire, nous ne pouvons que nous interroger sur le sens des activités humaines et le sens de l’histoire. Le monde humain nous paraît se définir essentiellem ent comme le monde de la signification. Le monde ne peut être dit « humain » que dans la mesure où il signifie quelque chose. Ainsi, c’est dans la recherche portant sur la signification que les sciences humaines peuvent trouver leur dénominateur commun. En effet, si les sciences de la nature s’interrogent pour savoir comment sont l’homme et le monde, les sciences de l’homme se posent, de façon plus ou moins explicite, la question de savoir ce qu’ils signifient l’un et l’autre. La linguistique a pu apparaître, dans ce désir comm un de cerner le problème de la signification, comme la discipline la mieux placée : parce que plus élaborée, plus formalisée, elle pouvait offrir aux autres son expérience et ses méthodes. Ainsi, dans les années cinquante, elle a reçu en France le titre enviable de science pilote parmi les autres sciences de l’homme. La place privilégiée qui lui fut ainsi accordée ne pouvait que créer une situation paradoxale : un double rayonnement s’est développé à partir d’un lieu où il ne se passait pratiquement rien. Le premier rayonnement est la rançon inévitable de la gloire : la sociologie, la psychanalyse l’ont connu avant la linguistique. Désigné sous le nom de « banalisation », il est caractérisé par la distorsion des structures méthodologiques d’une discipline et par la neutralisation des oppositions, souvent fondamentales, entre ses concepts. Une terminologie linguistique appauvrie et distordue s’est répandue dans certaines revues d’avant-garde : le linguiste avait de la peine à y reconnaître ses enfants. Parallèlement, la linguistique a connu un rayonnement méthodologique certain. Il ne s’agissait pas là d’emprunts de méthodes à proprement parler, mais d’attitudes épistémologiques, de certaines transpositions de modèles et de procédures de découverte qui ont fécondé la réflexion d’un Merleau-Ponty, d’un Lévi-Strauss, d’un Lacan, d’un Barthes. La distance qui séparait ces m odèles épistémologiques des domaines où ils pouvaient trouver leur application n’a pu agir que dans le sens de leur particularisation. Si l’importance des travaux qui en sont issus permet aux gens avertis de parler actuellement de l’« école française d’anthropologie », l’absence d’un catalyseur méthodologique est d’autant plus regrettable.
Ce rôle de catalyseur était, naturellement, celui de la linguistique. Il est curieux de constater qu’entourée ainsi de sollicitations diverses celle-ci s’est montrée, de façon générale, plus que réticente, hostile même à toute recherche sémantique. Les raisons en sont multiples.
b - Une parente pauvre : la sémantique
Il faut reconnaître que la sémantique a toujours été la parente pauvre de la linguistique. Dernière-née des disciplines linguistiques — sa dénomination même e n’est forgée que vers la fin du XIX siècle —, elle a été précédée, dans le cadre du développement de la linguistique historique, par la phonétique d’abord, dont l’élaboration a été la plus poussée, par la grammaire ensuite. Même une fois dénommée et instaurée, elle n’a cherché qu’à emprunter ses méthodes, tantôt à la rhétorique classique, tantôt à la psychologie de l’introspection. La linguistique structurale a suivi, dans son développement, le même ordre de priorités. L’école de Prague a bien fondé la phonologie ; l’école de Copenhague, qui l’a immédiatement suivie, s’est surtout préoccupée de l’élaboration de la théorie linguistique qu’elle cherchait à appliquer au renou vellement des études grammaticales. L’oubli de la sémantique est patent et volontaire : il est normal, dans les milieux linguistiques, de se demander, encore aujourd’hui, si la sémantique possède un objet homogène, si cet objet se prête à l’analyse structurale, autrement dit, si l’on est en droit de considérer la sémantique comme une discipline linguistique. La difficulté de déterminer les méthodes propres à la sémantique et de définir les unités constitutives de son objet est réelle. L’inventaire restreint des phonèmes, leur caractère discret, découvert implicitement lors de la première révolution scientifique de l’humanité, qui a consisté dans l’élaboration des premiers alphabets, favorisaient les progrès de la phonétique et, plus tard, de la phonologie. Rien de semblable pour la sémantique. La définition traditionnelle de son objet, considéré pudiquement comme « substance psychique », empêchait de la délimiter nettement par rapport à la psychologie et, plus tard, la sociologie. Quant à ses unités constitutives, le fourmillement terminologique — de sémèmes, sémièmes, sémantèmes, etc. — ne révèle que l’embarras et la confusion. Le linguiste le mieux intentionné ne pouvait, dans ces conditions, considérer la sémantique que comme une discipline qui se cherche. Le coup de grâce lui a finalement été donné par le triomphe d’une certaine conception de la linguistique s’appuyant sur la psychologie du comportement. On connaît la fameuse définition du signe linguistique donnée par Bloomfield (Language) : celui-ci est « une forme phonétique qui a un sens » (p. 138), « un sens dont on ne peut rien savoir » (p. 162). En tenant compte de telles attitudes béhavioristes, il était devenu courant de considérer la sémantique elle-même comme n’ayant pas de sens. Et pourtant, comme le remarque justement Jakobson en parlant de ceux qui disent « que les questions de sens n’ont pas de sens pour eux : quand ils disent « pas « de sens », de deux choses l’une : ou bien ils savent ce qu’ils veulent dire, et par le fait même la question du sens prend du sens, ou bien ils ne le savent pas, et
alors leur formule n’a plus de sens du tout » (Essais, p. 38-39). Ces trois raisons — le retard historique des études sémantiques, les difficultés propres à la définition de leur objet et la vague du formalisme — ont été déterminantes et expliquent les réticences des linguistes à l’égard des recherches portant sur la signification. Tout cela montre bien la position inconfortable de celui qui, conscient de l’urgence des problèmes sémantiques, désire réfléchir sur les conditions dans lesquelles une étude scientifique de la signification serait possible. Il a à faire face à deux sortes de difficultés, les unes théoriques, les autres pratiques. Les premières proviennent des dimensions considérables de son entreprise : la sémantique, si elle doit trouver sa place dans l’économie générale de la linguistique et s’y intégrer avec ses postulats et le corps de ses concepts instrumentaux, doit en même temps viser à un caractère de généralité suffisant pour que ses méthodes, qui restent à élaborer, soient compatibles avec toute autre recherche portant sur la signification. Autrement dit, si la sémantique a pour objet d’étude les langues naturelles, leur description fait partie de cette science plus vaste de la signification qu’est la sémiologie, au sens saussurien de ce terme. Les secondes sont relatives au destinataire éventuel de ses réflexions. Le besoin de formalisation, l’insistance sur l’univocité des concepts utilisés ne peuvent s’exprimer, à ce stade des recherches, que par une néologie des dénominations et une redondance des définitions qui se veulent plus rigoureuses les unes que les autres : ces tâtonnements préscientifiques ne peuvent que paraître à la fois pédants et superflus au destinataire dont le système de références culturelles est littéraire ou historique. Mais ils paraîtront, à juste titre, insuffisants et trop « qualitatifs » aux logiciens et aux mathématiciens, qui constituent un groupe de soutien et de pression dont la linguistique ne peut pas ne pas tenir compte. Ainsi tiraillé entre des exigences pratiques contradictoires, l’auteur ne peut choisir, au risque de mécontenter tout le monde, que la voie moyenne pour se faire comprendre des deux côtés : s’il lui paraît évident que, sans le secours de la logique mathématique, et de la logique tout court, la sémantique ne peut que demeurer la contemplation de ses propres concepts généraux, il est également conscient qu’une initiation sémantique qui ne porterait pas et n’irait pas au-devant des sciences humaines, en plein bouleversement, resterait encore longtemps un exercice de chapelle.
2 - La signification et la perception
a - Le premier choix épistémologique
La première observation concernant la signification ne peut porter que sur son caractère à la fois omniprésent et multiforme. On est naïvement étonné quand on se met à réfléchir sur la situation de l’homme qui, du matin au soir et de l’âge prénatal à la mort, est littéralement assailli par les significations qui le sollicitent de partout, par les messages qui l’atteignent à tout instant et sous toutes les formes. Combien naïves — au sens, cette fois-ci, non scientifique de ce mot — paraissent les prétentions de
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents