Vingt-cinq ans après...
426 pages
Français

Vingt-cinq ans après...

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
426 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Vingt-cinq ans après... fait référence à la date charnière de l'année 1989. L'Europe réunie est devenue un espace reconfiguré, dans lequel de nouvelles logiques d'échanges apparaissent rapidement avec, pour conséquence, de nouvelles pratiques dans le domaine de la traduction. Les travaux, réunis dans ce volume, présentent une diversité conceptuelle et méthodologique.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 08 décembre 2015
Nombre de lectures 13
EAN13 9791030903607
Langue Français
Poids de l'ouvrage 30 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0240€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

5HJLQD 6RORYi
.DMD *RVWNRZVND
(OĪELHWD 6NLELĔVD

(OĪELHWD 6NLELĔVND
5HJLQD 6RORYi
.DMD *RVWNRZVND

9LQJW FLQT DQV DSUqV

7UDGXLUH GDQV XQH (XURSH
HQ UHFRQ¿JXUDWLRQ

HQ UHFRQ¿JXUDWLRQ
7UDGXLUH GDQV XQH (XURSH
9LQJW F QT DQV DSUqV

8QLYHUVLWpV

Daniel Cohen éditeur
www.editionsorizons.fr

Universités

Collection dirigée parPeterSchnyder
www.orizons-universites.com

Conseillers scientiiques: Jacqueline Bel– Université duLittoral –Côte
d’Opale – Boulogne-sur-Mer•PeterAndré Bloch– Université
deHaute-Alsace – Mulhouse•JeanBollack (†)– Paris•Jad Hatem– Université
Saint-Joseph– Beyrouth•Éric Marty– UniversitéParis 7•Jean-Pierre
Thomas– Université York– Toronto– Ontario•Erika Tunner– Université
Paris 12.
La collection «Universités » poursuit lesbuts suivants:favoriserla
rechercheuniversitaire etacadémique dequalité;valorisercette recherche
par lapublication régulière d’ouvrages ;permettreà des spécialistes,qu’ils
soient chercheurs reconnus oujeunes docteurs, de développerleurs points de
vue;mettreà portée de main du publicintéressé degrandes synthèses sur des
thématiques littéraires générales.
Elle cherche àaccroîtrel’échange desidées dansle domaine dela
critiquelittéraire;promouvoirla connaissance des écrivains anciens et
modernes ;familiariserle public avec des auteurs peu ou pas encore connus.
Lainalité desa démarche estde contribueràdynamiserlarélexion sur
leslittératures européennes et ainsitémoignerdelavitalité du
domainelittéraire et dela transmission des savoirs.

ISBN :979-10-309-0058-3
© Orizons, Paris,2015

Vingt cinq ansaprès...

Traduire dans une Europe en reconiguration

Œuvres
des directrices depublicationde cetouvrage

ElżbietaSKIBIŃSKA

Les équivalents polonaisdes prépositions temporellesfrançaisesdans
la traduction polonaise, Wrocław, WydawnictwoUniwersytetu
Wrocławskiego,1991;
Przekład a kultura. Elementy kulturowewe francuskich tłumaczeniach
«PanaTadeusza»[Traduction face àla culture : élémentsdela culture
nobiliairedansles traductionsfrançaisesdePanTadeusz], Wrocław,
WydawnictwoUniwersytetuWrocławskiego,1999;
Kuchniatłumacza.Studiao polsko-francuskich relacjach przekładowych,
[Lacuisine du traducteur.Etudes sur la traductionentrelaFrance et
la Pologne], Kraków,TAiWPNUniversitas,2008;

Directiondes ouvrages:

Traductioncommemoyende communication interculturelle.Questionsde
socio-pragmatique dudiscours interculturel(Romanica
Wratislaviensia44,1997et46,2000) ;
Traduction pour lajeunesse face àl’Altérité,Wrocław, Dolnośląskie
WydawnictwoEdukacyjne,2001;
Język— Stereotyp— Przekład[Langue— Stéréotype—Traduction],
Wrocław, Dolnośląskie WydawnictwoEdukacyjne,2002(avec
MarcinCieński)
Gombrowicz i tłumacze[Gombrowiczet ses traducteurs],Łask, Oicyna
Wydawnicza Leksem,2004;
Konwicki i tłumacze[Konwickiet ses traducteurs], Łask, Oicyna
Wydawnicza Leksem,2006;
Przypisy tłumacza[Lesnotesdetraducteur],Kraków,
KsięgarniaAkademicka,2009;
Lem i tłumacze[Lem et ses traducteurs],Kraków, KsięgarniaAkademicka,
2010(avec JacekRzeszotnik) ;
Parateksty przekładu[Paratextesdetraduction](MiędzyOryginałema
Przekładem17,2011) ;
Figure(s)dutraducteur(Romanica Wratislaviensia,59,2012) ;
Lavoixdu traducteuràl’école/The Translator’sVoice
atSchool,t.1:Canons,t.2:Praxis, Montréal, Éditions québécoisesdel’oeuvre,2015
(avec Magda HeydeletNatalia Paprocka).

ReginaSOLOVÁ

Normai praktykaw przekładzietekstów
skonwencjonalizowanych[Traductiondes genres textuels stéréotypés:norme et
pratique](Wrocław, Oicyna WydawniczaATUT– Wrocławskie Wydawnictwo
Oświatowe,2013.

KajaGOSTKOWSKA

Język—kultura —technologia.Rozwój polskiej ifrancuskiej
terminologiibiomedycznej[Langue—culture–technologie. Formation dela
terminologiefrançaise et polonaise du génie biomédical];Warszawa,
Oicyna Naukowa(àparaître en2015).

Sousla direction de
Elżbieta Skibińska, Regina Solová,
Kaja Gostkowska

Vingtcinqansaprès...
Traduire dans une Europe
en reconiguration

2015

Universités

•Sousla direction dePETERSCHNYDER:
e
L’Homme-livre.Des hommesetdes livres– del’Antiquité auXX
siècle,2007.
TempsetRoman.Évolutionsdelatemporalité dans
leromaneuroe
péenduXXsiècle,2007.
Métamorphosesdu mythe.Réécrituresancienneset modernesdes
mythesantiques,2008.
•Sousla direction d’ANNEBANDRY-SCUBBI:
Éducation– Culture – Littérature,2008.
•Sousla direction deTANIACOLLANIetPETERSCHNYDER:
SeuilsetRites, Littérature etCulture,2009.
Critique littéraire et littérature européenne,2010.
•Sousla direction deLUCFRAISSE,GILBERTSCHRENCKetMICHEL
STANESCO(†):
Traditionet modernité enLittérature,2009.
•Sousla direction deGEORGESFRÉDÉRICMANCHE:
Désirsénigmatiques, Attirancescombattues,
Répulsionsdouloureuses, Dédainsfabriqués,2009.
•Sousla direction d’ÉRICLYSØE:
Signesde feu,2009.
•Sousla direction deRÉGINE BATTISTONetPHILIPPEWEIGEL:
Autourde Serge Doubrovsky,2010.
•Sousla direction d’ENRICOMONTIetPETERSCHNYDER:
Autourdelaretraduction,2011.
•Sousla direction deKARINDIETRICH-CHÉNELetMARCWEISSER:
L’Intercultureldans tous sesétats,2012.
•Sousla direction d’OLIVIERLARIZZA:
LesÉcrivainset l’argent,2012.
•Sousla direction d’ARNAUDBUCHSetD’ARIANELÜTHI:
Présencesde Pierre Chappuis,2014.
•Sousla direction d’ElżbiEtaSkibińSka, REginaSolová Etkaja
GOSTKOWSKA:
Vingtcinqansaprès...— Traduire dans une Europe en
reconiguration,2015.

•ANNEPROUTEAU, AlbertCamus ou leprésent impérissable,2008.
•ROBERTOPOMA, Magie etguérison,2009.

•FRÉDÉRIQUETOUDOIRE-SURLAPIERREetNICOLASSURLAPIERRE,Edvard
Munch– FrancisBacon,imagesducorps,2009.
•MICHELAROUIMI, ArthurRimbaud àlalumière deC.F.Ramuz et
d’HenriBosco,2009.
•FRANÇOISLABBÉ, Berlin,le Parisdel’Allemagne?Unequerelle du
françaisàlaveille dela Révolution(1780-1792),2009.
•GIANFRANCOSTROPPINIDEFOCARA, L’AmourchezVirgile
:LesBucoliques,2009.
•RÉGINEBATTISTON, Lecturesdel’identiténarrative,2009.
•RADUCIOBOTEA, Le Mot vécu,2010.
•MICHELLERUIVOCOPPIN, Philippe Le Guillou— L’Emprise des
modèles paternels,2010.
•NAYLATAMRAZ, ProustPortraitPeinture,2010.
•PHILIPPEWELLNITZ, BothoStrauβ endialogue aveclethéâtre,2010.
•FRANÇOISLABBÉ, Berlin,le Parisdel’Allemagne?,2011.
•HadjdaHmanE, Le Théâtre algérien,2011.
•CÉLINEGAILLARD, Rudolf Steinerartiste etenseignant,l’artdela
transmission,2012.
•juStinElEgRand, André Gide : delaperversionaugenresexuel,
2012.
•MARCLOGOZ, Charles-AlbertCingria, entreorigine etcréation,
2012.
•NICOLASCAZELLES, FranzKafka,l’angoisse delastation verticale
—suivideLe Drapeaude Robinson,2013.
•AhmedKHARRAZ,Le Corpsdans lerécit intime arabe,2013.
•MajavukušićZORIKA,André Gide :lesgestesd’amouret l’amour
desgestes,2013.
•AffonsoROMANODESANT’ANNA,L’Énigmevide,2013.
•JoëFRIEDEMANN,Le Masque et la Figure, études sur lerire,2014.
•jERzybRzozowSki,Autourdelatraduction,2015.

Série«Sciencesdulangage»
dirigée par Greta Komur-Thilloy
Presse écrite etdiscours rapporté.Théorie et pratique,2010.
•PASCALERÉVISIOL-OKAMURAetGRETAKO-
Sousla direction deT
MUR-THILLOY:
Discours, acquisitionetdidactique des langues,2011.

Série « Culture des médias »dirigéeparAnne Réach-Ngô
•Sousla direction deGILLESPOLIZZIetANNERÉACH-NGÔ:
Le Livre « produitculturel»?,2012.

Série«Des textesetdes lieux »
dirigée par AurélieChoné etPhilippeHamman
•Sousla direction d’AURÉLIECHONÉ:
Villes invisiblesetécrituresdelamodernité,2012.
•Sousla direction dejEan-PiERREbRacH, auRéliEcHoné, cHRiStinE
MAILLARD:
Capitalesdel’ésotérisme européenetdialogue descultures,
2014.
•Sousla direction d’AURÉLIECHONÉ,CATHERINEREPUSSARD,
LAURENCEGRANCHAMP:
(In)visiblescitéscoloniales,2014.

•Sousla direction dePHILIPPEHAMMAN:
Ville, frontière,participation,2012.
•Sousla direction deGUILLAUMECHRISTEN, PHILIPPEHAMMAN,
MAtHiaSjEHling EtmauRicEwintz:
Systèmesénergétiques renouvelablesenFrance etenAllemagne,
2014.

Série«Comparaisons»
dirigéeparFlorence FixetFrédérique Toudoire-Surlapierre
•bEngiatEöz-doRgE:
Écrirela danse?Dominique Bagouet,2012.
•ALICIABEKHOUCHE:
À la conquêteduGraal,2012.
•FrédériqueTOUDOIRE-SURLAPIERRE,Notre besoinde comparaison,
2013.
•YannickTAULIAUT,L’Invisiblethéâtralde Shakespeare à Ibsenet
Strindberg,2013.
•IsabelleBARBÉRIS,Les mondesde Copi,2014.
•AntonioDOMINGUEZLEIVA,L’Amour singe,2014.
•AlainMONTANDON,La plume et le ballon,2014.
•MurielPLANA,Théâtre
etPolitique,tomeI:THÉÂTREPOLi

TiQUE— Modèlesetconcepts,2014.
•MurielPLANA,Théâtre etPolitique,
tomeII:THÉÂTREPOLiTiQUE— Pour un théâtrepolitique,2014.
•ArnaudRYKNER,CorpsObscènes,Pantomime,tableau vivant, et
autres images pas sages,2014.
•Sousla direction deFLORENCEFIX:
Le Théâtrehistorique et ses objets:lemagasindesaccessoires,
2012.
•Sousla direction deFLORENCEFIX, PASCALLÉCROARTETFRÉDÉRIQUE
TOUDOIRE-SURLAPIERRE:
Musique descène, Musique en scène,2012.
•Sousla direction deDIDIERSOUILLER:
Maniérisme et Littérature,2013.
•Sousla direction d’ISABELLEBARBÉRISETFLORENCEFIX:
Leparasite au théâtre,2014.

Série« Histoire»
dirigéeparLaurentBerec
•LAURENTBEREC,Claude de Sainliens,un huguenotbourbonnaisau
tempsde Shakespeare,2012.

Sousla direction de
•CÉLINEBORELLOETD’AIRTONPOLLINI:
Questionsd’appartenance,les identitésdel’Antiquité ànos
jours,2014.

Contributionschoisiesdela Vingtième Rencontre duRéseau
thématiqueinternationalderecherche
etdeformationàlarecherche«Traduction comme moyen de communicationinterculturelle», Université
de Haute-Alsace— Université Jagellonne deCracovie — Université de
Lille3— Université deWrocław

Cetouvrage estpublié avecle concoursdela Faculté desLettresde
l’Université de Wrocławetdel’Institutde Recherche enLangueset
littératureseuropéennes (ILLE)del’Université de Haute-Alsace.

Sommaire

Avant-propos
ElżbiEtaSkibińSka................................................................................. 19

Circulation des œuvres et desidées.................................27
1989-2014:25ansdetraduction dela poésie en France
Autourd’YvesBonnefoyetde Philippe Jaccottet traducteurs
PETERSCHNYDER..................................................................................... 29
GeorgesBataille enItalie
La Souverainetéetle mur du silence
MARTINADELLACASA.............................................................................45
Bourdieuen polonais,oucomment les idéescirculent
dans une«Europe en reconiguration »
ElżbiEtaSkibińSka.................................................................................61
De Saussure retrouvé, relu, revisité ?
LecturesdesesécritsenPologne après1989
kajagoStkowSka..................................................................................77
Évolution deséchangeslittérairesentrelaPologne etl’Allemagne
e e
àla charnière desXXetXXIsiècles
ALFREDSTRASSER....................................................................................91
Littérature polonaise en Espagne danslesannées1989-2014
juStynawESoła...................................................................................105
Littératureinnoise enPologne :
des traductions indirectesaux traductionsdirectes
IWONAPIECHNIK.....................................................................................125

1

6

Vingtcinqansaprès...— Traduire dans une Europe en reconiguration

Traduction etmarché éditorial.........................................143
Marché des traductions littérairesenPologne après1989—
crépuscule desgrandsprojets?
MARZENACHROBAK...............................................................................145
Littérature européenne desannées1500-1800
surle marché éditorialpolonaisaprès1989
maRcinciEńSki....................................................................................161
Littérature dejeunessetchèque en français (1990-2014)
Quelques rélexions sur les œuvres traduites
et sur leschoixdeséditeurs
kRiStýnamatySová.............................................................................175
«Ce monde étrange àlire ouà voir»?
La notoriété desillustrateurspolonaiscommeun vecteur
de promotion dansl’espace éditorial international
MONIKASALMON-SIAMA........................................................................ 193
Dinosauresetencore plus...
Ouvragesdocumentairesétrangerspourlajeunesse
dans lerépertoire deséditeurs polonais (surexempleschoisis)
AGNIESZKAWANDEL............................................................................. 213

Pratiquesen mutation............................................................235
Traduction, culture etglobalisation
SPIROSMACRIS.......................................................................................237
«Tibi in manus trado»
Quelques rélexions sur lelatinacadémique d’aujourd’hui
jakubPigoń..........................................................................................257
Sous-titrage dans une Europe en reconiguration.
Vers unenouvelle déinition ?
agataRębkowSka................................................................................273
Étudiantspolonaisdelangue etcivilisationfrançaises
etleur avenir professionnel
annakuźnik........................................................................................289
Évolution du statutdu traducteur assermenté enPologne—

Sommaire

1

uneperspectivesociologique
REginaSolová.....................................................................................311
Intégrationeuropéenne :
nouveauxenjeux pour latraductioncertiiée
miRoSławkaRykowSki.........................................................................325
Traducteurs-interprètesavecun handicap visuelenPologne :
exemple delareconigurationdu marché detravail
WOJCIECHFIGIEL..................................................................................339
10ansaprès…
L’interprétation de conférence enPologne eten polonais
Małgorzatatryuk.............................................................................355
« Interprète naturel »dansle milieuétudiant
Sur l’exemple desétudiantsdu programme Erasmus
maciEjH. dąbRowSki, juliannaREdlicH, maRiuSzStaniSz................375
Auteurs: Noticesbio-bibliographiques...............................................397
Indexdes noms....................................................................................407

7

Avant-propos

E S
lżbiEta kibińSka

ingt-cinqansaprès...Traduire dans une Europe en reconiguration: le titre
V
de cetouvrage demande deséclaircissements.
Le premier concernelafaçon de comprendrele motreconiguration.Dans
un sens spécialisé,il signiie«changementdespécialisationd’unaéronef par
1
changement ouajoutd’équipements » .De cette déinition, c’est l’idée du
changement quenous retenonsdans laformulation « une Europe en
reconiguration», en pensantauxchangements quel’Εuropevitdepuis un quartdesiècle.
C’estaussicetteidée de changement incessant quenous voulonsaccentuer par
l’emploi néologique du motreconiguration: celui-ciapour pointde départ le
sens (qualiié devieillioulittéraireparleTrésordelaLangueFrançaise)du
motconigurer:«donner uneforme»,quel’ajoutdu préixere- modiie en
«conigurerànouveau » ou «donner unenouvelleforme».
Pourquoicette expression:« unenouvelleforme»del’Europe en relation
avecles vingt-cinqdernièresannéesetaveclapratique delatraduction ?
Vingt-cinqansaprès...fait une date charnière
del’année1989etdesévénements qui ont marquél’histoire :le4juin1989,jourdes premièresélections
législatives partiellement libresenPologne,qui ont ouvert les transformations
politiquesdans l’Εurope del’Est ; le9novembre de cettemême année,la chute
duMurdelahontequidivisait notre continent.Un quartdesièclesembleoffrir un
recul sufisant pour réléchirauxconséquences que cesévénements ont puavoir
dansle domaine delatraduction. Eneffet,l’«Europeréunie»devientaudébut
desannées1990unespacereconiguré dans lequeldenouveauxéchangesetde

1

.

<http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/reconiguration/67111>
[consultéle24mai2015].

2

0

Vingtcinqansaprès...— Traduire dans une Europe en reconiguration

nouvelles logiquesd’échangesapparaissent rapidement, avecpourconséquence
desbesoinsaccrusen traduction (littéraire et non littéraire), des formationsàla
traduction quiapparaissentàtravers le continent, des nouvelles
formesdetraductionetd’interprétation.Des ouvrages tels queTraduirel’Europe(1992),Europe
et traduction(1998),ouencoreTeritoriiactualeale traducerii=Territoiresactuels
delatraduction=Currentields oftranslation.ActesduColloque International
2
« Traduirel’Europe »(2002n) (poure citer que ceux-ci) rendentbiencompte
del’apparitiondenouvelles pratiques ; ils s’inscriventaussidans les nouvelles
tendancesdelarélexion scientiiquesur latraductionet ses fonctions.
Latraductologie, elle aussi, avecses tournants successifs («culturel »,
« sociologique»,«interdisciplinaire»...)a connu, dansce dernier quartde
siècle,unimportantessor etestdevenueun domaine particulièrementfécond
etdynamique,qui interagitavec d’autresdisciplines.Lanouvelle carte des
3
recherches surlatraduction dessinée par Luc vanDoorslaer rendcompte de
nouvellesmanièresd’envisager cette activitéhumaine. Le changementprincipal
est lepassage del’approchetextuelle — avecl’étude des textes source etcible
commeobjet primaire delarecherche –,àl’approche culturelle,historique et
sociale,qui placeletraducteuret latraductiondans uncontextequidétermine
leurs rôles ; latraductionestainsi traitée commeune activitéou unepratique
sociale, et letraducteurcommeundesagents intervenantdanscettepratique.
Mais l’«Europeréunie» il yaun quartdesièclen’est plus lamême, et
elle n’estnistable, ni homogène. Avecl’élargissementdel’Union européenne
en2004, c’est une«Europe agrandie» qui s’estconstituée, avec denouvelles
reconigurations, desdéplacementset replacementsdescentresetdes
périphéries (comprisaussibiendans lesens géographique etculturel que dans
une dimension symbolique), des migrationsdanset horsdel’espace européen,
laformation de nouvellesreprésentationsdel’Europe etdel’Européen... La
crise de2008arévélélepoidsdes mécanismesdemondialisation quientraînent
d’autres reconigurations.Celles-ci sont liéesaussiaux nouvelles technologies
del’information qui ontdesconséquencesdirectes pour lapratique
delatraduction,maisaussi sur laplace de celle-cidans lasociété(mentionnons seulement
la culture de partage etlefunsubbing...).

2

3

.

.

Traduirel’Europe(sous la dir.deF.Barret-Ducrocq), Paris,
Payot,1992;MichelBallard(éd.),Europe et traduction, Arras, Université d’Artois,1998;RodicaBaconsky,
DanielGouadec, Gheorghe Lascu (éds.),Teritoriiactualeale traducerii=Territoires
actuelsdelatraduction=Currentields oftranslation.ActesduColloque International
« Traduirel’Europe »,Universitatea Babe-Bolyai, Cluj-Napoca,9-10martie2001,
Cluj-Napoca, Editura Echinox,2002.
LucvanDoorslaer,«Riskingconceptual maps.Mappingasakeywords-relatedtool
underlying theonline“TranslationStudiesBibliography” », dansTarget,nº19:2,2007,
p.217-233.

Avant-propos

21

Comment tous ces changements affectent-ilsla traduction ? Comment
touchent-ils lesdiversacteursdelatraduction littéraire(patronages, éditeurs,
traducteurs,lecteurs...) ?Serelètent-t-ilsdans l’évolutiondescanons
littéraires ? Comment se manifestent-ils dansla traduction non-littéraire ?
Comment contribuent-ilsàl’accroissementdesconnaissancesetàleur propagation ?
Comment semanifestent-ilsdans les pratiquesdetraduction ?Comment
inluencent-ils laprofessionet les habitusdu traducteur ?...Multiples sont les
questions qui seposentdevant leschercheurs.Certaines sont traitéesaussidans
cevolumequiest unesélectiondescontributions présentées lorsdelavingtième
rencontre du réseau thématique«Traductioncommemoyende communication
interculturelle» (Université de Wrocław, du23au25octobre2014).
Les premières rencontres,initiéesen1995parleschercheurs romanistes
wratislavienset polonistes lillois, auxquels sesont joints
lescollèguescracovienset mulhousains, étaientavant toutconsacréesaux œuvres littéraires
polonaises (surtoutdel’époque dela Polognepopulaire,«PRL») traduitesen
françaiset au problème deleur apport aulecteurétrangeren termesde
connaissance dela Pologne.Laquestion semblaitalors pertinente car il s’agissait
d’établir,parle biaisdela traduction,une communicationentre descultures
éloignées par leur position respective :l’une était une culture centrale,l’autre
périphérique;ellesavaientétéséparées par lerideaudefer, et l’une évoluait
dans unespace delibertétandis quel’autrevenaitdequitter unenvironnement
contraignant...
Après les premières rencontres qui ontenrichi notresavoir sur les zones
del’intraduisible etdu traduisible danscette communication polono-française
(maisaussi polono-italienne, espagnole,russeou tchèque...),les questions
posées ontchangé.Mêmesielles se concentrent toujours sur les relationsentre
l’Estetl’Ouestdel’Europe, elles présentent une dimension manifestement
traductologique àportéeplus générale : ellesétudiententre autres larelationà
l’Autrequi serévèle dans letextetraduit,laqualité
delatraduction,lephénomène delaretraduction,laigure du traducteur,les résonancesdelatraduction,
4
la traductionàplusieurs... .
Les problèmes soulevés aucoursdeladernièrerencontreselaissent ranger
dans trois groupes, cequia dictéla compositiondu volume.Ainsi,lapremière
partie concernela circulationdes œuvresetdes idées.PeterSchnyder, en
prenantcomme exempleles iguresde deux poètes-traducteurs, YvesBonnefoyet
Philippe Jaccottet, étudiel’évolutiondelaperceptiondel’acte detraduire etde
latraduction poétique en particulier, dans lequartdesièclequi nous intéresse.

4

.

Voir, àlain,laliste des volumes publiésàlasuite des rencontresannuelles.Consulter
aussi:<http://cecille.recherche.univ-lille3.fr/axes-de-recherche/lexique-et-traduction/
partenaires-56/article/le-reseau-thematique-de-recherche-498>[consultéle20/03/15].

2

2

Vingtcinqansaprès...— Traduire dans une Europe en reconiguration

Elżbieta Skibińska, Kaja Gostkowska etMartina Della Casas’intéressentau
transfertdes idéesentrelaFrance d’uncôtéla Pologne et l’Ιtalie del’autre.
En s’appuyant sur lesexemplesdeBourdieuetde Saussure en polonaisetde
Bataille en italien, chacune d’elles révèle différentsaspectsdelatraduction
comprise comme véhicule permettantle commerce desidées.Trois études sont
des observations « panoramiques » qui permettentdevoir l’évolution, depuis
vingt-cinqans, deséchangesentrelalittératurepolonaise etallemande(Alfred
Strasser),laprésence delalittératurepolonaise enEspagne(JustynaWesoła)
et lasituationdelalittératureinnoise dans latraduction polonaise(Iwona
Piechnik).
La deuxièmepartie assemble des travaux quiabordentdivers phénomènes
relatifsàlaprésence des œuvres traduites sur lemarché éditorial.Marzena
ChrobaketMarcinCieńskidécouvrentdeprofondschangements qui seproduisent
surle marché polonais depuis1989. Lapremière constateladisparition de ce
qu’elle appelle de« grands projets traducteursetéditoriaux »,réalisésavant1989
grâce au mécénatdel’État populaire;dans lanouvellesituationéconomique,ils
semblentbien plusdificilesà entreprendre.MarcinCieński,quantàlui,montre
queleschangements intervenusaprès1989n’ont pas contribué àl’amélioration
dela connaissance des textes littérairesancienseuropéens (mêmesi quelques
rares retraductions ont vu lejour) ; maisdenombreusesétudes— dontcertaines
classiques–,serapportantàlalittérature etàla culture européennesanciennes
ontétépubliéeset ont ouvertau publicpolonaisdenouvelles
possibilitésd’approche de cettelittérature.
Troisauteures prennent pour objetd’étudeles livresdestinésaux jeunes
lecteurs.Kristýna Matysová décrit lemarchétchèque du livrepourenfants
et notamment saréactionàla chute duMurde Berlin:outre denouvelles
traductionsd’auteursétrangers non publiés sousle communisme,paraissent
cellesd’auteurs tchèquesémigrés quiécriventdans unelangue autrequele
tchèque;cettesituationaun impact sur l’extraduction,montréici sur l’exemple
delatraductionen français.Monika Salmon-Siama, en utilisant l’exemple de
l’album pourenfants, attirel’attention surle brouillage desfrontièresentrele
texte et l’illustrationet sur lesdificultés spéciiques liéesàlatraductionde ce
doublelangage, accrues parlamétamorphose deplusen plus profonde du statut
même del’illustrationdanslelivrejeunesse. L’analyse desdonnées relatives
àlaprésence des ouvragesdevulgarisationdanslescataloguesdeséditeurs
polonaisdepuis1945apermisà Agnieszka Wandeldemontrer l’évolutiondu
nombre etdelagéographie des traductionsaprès1989; si les œuvres traduites
nereprésentent qu’unefaiblepartdel’offre éditoriale avantcette année,on
observe ensuiteunaflux importantdepublicationsétrangères. Leschangements
quantitatifs s’accompagnentde changements qualitatifs,tels l’apparition ou la
disparitionde certainesformesdepublications oude certains sujets.

Avant-propos

23

Latroisièmepartie englobeles travaux quiexplorentde différentes
manières les phénomènes variés quel’on peut qualiierde« pratiquesen mutation ».
Ils traitentainsidel’actionde développement technologique etdeseffetsdela
mondialisation sur lapratiquetraductive : SpirosMacris mèneunerélexion,
dansce double contexte delaglobalisationetdel’introductiondenouvelles
technologies,sur la dialectique du traducteuretdeses nouveaux outils quientraîne
lamodiicationdu rapportàlalangue;Jakub Pigoń parle denouveauxdéis
auxquelsdoit fairefaceletraducteuren latin ;Agata Rębkowskas’interrogesur
leseffetsdes nouveaux outils sur lesous-titrage,notamment
la«déprofessionnalisation »du métieret satechnologisation.Ilestaussi questiondenouveaux
phénomènes quiaffectent lemarché du travail: Anna Kuźnik présentelarelation
entrel’Université et lemarché detravailenPologne, MirosławKarykowski
décrit l’inluence del’intégrationeuropéennesur letravaildes
traducteursassermentésetRegina Solová —l’évolutiondu statutdetraducteurassermenté
qui s’est produite enPologne depuis1989;WojciechFigielabordelaquestion
del’apparition surle marché du travailpolonais des traducteurs-interprètes avec
un handicap visuel ;Małgorzata Tryukesquisseun panorama delarecherche,
delaformation desinterprètes et du marché del’interprétation de conférence
enPologne.MaciejH.Dąbrowski, Julianna RedlichetMariuszStanisz, enin,
examinent lesattitudesdesétudiantsdans lerôle detraducteur/interprèteadhoc.
Lesétudes réuniesdanscevolume, de caractère empirique,présentent une
diversité conceptuelle et méthodologique.Elles
ontcependantencommundeposeren iligraneunequestion qui portesur lepoidsdesévénementsde1989.
S’agitild’unerupturehistorique?Dans quelsdomaines ?...Lesconsidérations sur la
traduction montrent que, dans l’Europeréunie, dont latraductionestdevenue
5
lalangue, cette activité,quiapourbut la communicationet la compréhension,
garde encoreles tracesdel’Europepartagéepar le Mur.En témoigne avant tout
lephénomène derattrapage —que cesoitdans le domaine desbelles-lettres
ou celuides ouvrages de recherche—en réaction à d’anciennes contraintes
politiques.Mais qu’apprend-on lorsquel’onappréhendelatraductionau-delà
des mécanismes politiques ?Les spéciicitésde chaquepays, culturelleset
linguistiques, ainsi queles relations qu’ilentretientavec d’autres pays,trouvent
naturellement un reletdans le domaine delatraduction.Mais les pratiques
semblent réguléesdeplusen plus pardes mécanismesde
caractèreglobal,résultatdeschangements technologiquesetéconomiques.Lareconiguration semble
être devenueun«modusvivendi»del’Europe(etdu monde).Lanécessité d’en
tenircompte dans larélexion sur latraduction, delasaisirdans satemporalité
...—semblela conclusion implicite des textes réunisdanscevolume.

5

.

Selon laformule connue d’UmbertoEco:«Lalangue del’Europe, c’est latraduction »
(«Lalingua dell’Europa èlatraduzione»).

Volumes publiésàla suite
des rencontres annuellesdu réseau
«Traductioncommemoyende
communication interculturelle»

Elżbieta Skibińska(éd.),Romanica Wratislaviensia,nºXLIV,Traductioncomme
moyende communication interculturelle I, Wrocław,Wydawnictwo
UniwersytetuWrocławskiego,1997.
Maryla Laurent (éd.),Lalittératurepolonaise enFrance : d’unesélection
politique des œuvresàtraduire au miroirdéformantdelatraduction,Lille,
Éditiondel’UniversitéLille3(U.L.3),1998.
Elżbieta Skibińska, Małgorzata Tomicka(éds.),Romanica Wratislaviensia,
nºXLVI,Traductioncomme moyende communication interculturelleII,
Wrocław, WydawnictwoUniwersytetuWrocławskiego,2000.
Elżbieta Skibińska(éd.),Traduction pour lajeunesse face àl’Altérité, Wrocław,
Dolnośląskie WydawnictwoEdukacyjne,2001.
Maryla Laurent (éd.),Actualité d’une
éducationdel’émotionetdel’intelligence : JanuszKorczak oucequelaisser seul unenfant signiie,Lille,
Éditiondel’UniversitéLille3,2003.
JerzyBrzozowski, Iwona Piechnik (éds.),RomanicaCracoviensia,nº3,Le
Génie delalangue, Kraków, Éditionsdel’Université Jagellonne,2003.
Elżbieta Skibińska(éd.),Gombrowicz i tłumacze,Łask, Leksem,2004.
JerzyBrzozowski (éd.),RomanicaCracoviensia,nº6,Traduirelaville, Kraków,
Éditionsdel’Université Jagellonne,2006.
Maryla Laurent (éd.),L’Autretel qu’on letraduit, Paris, Numilog,2006.
Elżbieta Skibińska(éd.),Konwicki i tłumacze, Łask, Leksem,2006.
Maryla Laurent (éd.),Latraductiondequalitéou l’essence du textepréservée,
Paris, Numilog,2007.
o
JerzyBrzozowski (éd.),SynergiesPologne,n5,Traduireleparaverbal,revue
duGERFLINT,2008.
Maryla Laurent (éd.),Lalittérature française en traduction, Paris, Numilog,
2010.
EnricoMonti, PeterSchnyder (éds.),Autourdelaretraduction.Perspectives
littéraireseuropéennes, Mulhouse, Orizons,2011.
Elżbieta Skibińska(éd.),Romanica
Wratislaviensia,nºLIX,Figure(s)dutraducteur,Wrocław, WydawnictwoUniwersytetuWrocławskiego,2012.

JerzyBrzozowski, Joanna Górnikiewicz (éds.),SynergiesPologne,
nº10,Résonancesdelatraduction:littérature, culture,histoire, revue duGERFLINT,
2013.
Maryla Laurent (éd.),TraductionetRupture.Latraductioncommemoyende
communication interculturelle, Paris,ÉditionsNumilog,2014.
EnricoMonti, PeterSchnyder (éds.),Traduire àplusieurs /Collaborative
Translations,Paris,Orizons-Universités, sous presse.

Remerciements

Nous tenonsàremercier toutes les personnes qui ont participé àl’élaboration
de cet ouvrage :
JerzyBrzozowski (Université Jagellonne), Maryla Laurent (Université
de Lille3), PeterSchnyder (Université de Haute Alsace)—pour leur
participationaucomitéscientiique delavingtièmerencontre du réseau thématique
«Traductioncommemoyende communication interculturelle» (Vingt-cinqans
après...Traduire dans une Europe en reconiguration, Université deWrocław,
du23au25octobre2014) ;
StanisławBereś (Université de Wrocław), YvesGambier (Université de
Turku), SimosGrammenidis (Université de Salonique), AndrzejHejmej
(Université Jagellonne), MirosławLoba(Université AdamMickiewiczde Poznań),
Mavina Pantazara(Université d’Athènes), Christine Raguet (Université
Sorbonne Nouvelle-ParisIII), Kristiina Taivalkoski (Université de Helsinki)—pour
leurcollaborationàlasélectiondesarticles ;
XavierChantryetAnna Broczkowska-Nguyen,pour larelecture et la
révisiondes textes.

Circulation desœuvresetdesidées

1989-2014:
25ans de traduction dela poésie enFrance.
Autourd’YvesBonnefoy
etde Philippe Jaccottet traducteurs

P S
ETER CHNYDER

résuM
é
La contribution propose derevisiter les traductions (et larélexion
àleur sujet)de deuxdeses représentants français majeurs,
euxmêmes poètes: YvesBonnefoy (né en1923)etPhilippe
Jaccottet (né en1925).Commeon leverra,ils peuventêtres saluésen
tant queprécurseursde toute unegénération de traducteurs et
depasseurs: Bernard Simeone, Jean-FrançoisBilleter, Mireille
Gansel,AntonioPrete,CarlosBatista,
Georges-ArthurGoldschmidt, HeinzWismannetLuba Jurgenson qui préciseque« la
parole précèdelalocalisation de soi-même dansl’espace.Elle
est “mienne”avant queparellejesachequi jesuis ».Par leurs
travaux multiples, Philippe JaccottetetYvesBonnefoy ont
préparé ce terrain d’ouverture, de revalorisation, de compréhension
mutuelle, d’approfondissementexistentiel.
M
OTS CLÉS
Traduction,histoire delatraduction, traduction delapoésie,
théorie delatraduction, autonomisationdelatraduction, critique

3

0

Vingtcinqansaprès...— Traduire dans une Europe en reconiguration

littéraire, transculturalité,bilinguisme,penseret vivre entreles
langues.

A
BSTRACT
This paperaims to reconsider thetranslations (aswellas the
critical relectionconcerning them)by two of its majorFrench
representatives,who werepoets themselves: YvesBonnefoy (born in
1923)and Philippe Jaccottet (born in1925).As willbeseen,these
two poetscanbe consideredasprecursorsofanentiregeneration
of translators (thosewhoboth “translate”and“transfer”):Bernard
Simeone, Jean-FrançoisBilleter, Mireille Gansel,AntonioPrete,
CarlosBatista, Georges-ArthurGoldschmidt, HeinzWismannand
Luba Jurgenson,stating that “verbal languageprecedes
thelocalization of oneself in space.It ‘belongs to me’evenbefore Iknow
whoI am through languageitself”.Thanks to their various works,
Philippe Jaccottetand YvesBonnefoy have created conditions that
favour open-mindedness, enhancement,mutualcomprehension
andprofound existential relection.

KEY WORDS
Translation,historyoftranslation,translation ofpoetry,theoryof
translation, empowerment
oftranslation,literarycriticism,transculturality, bilingualism,thinkandlive among languages.

ous proposons une approche double : évoqueren quoi les vingt-cinqans
N
thématisésdanscevolumeont pu « reconigurer » lequestionnement sur
l’acte de traduire et montrer, auparavant, ledevenirde deux poètes-traducteurs
bienconnusenFrance etàl’étranger,l’un ayantétéprofesseur au Collège de
France etl’autreayant vu sesŒuvrespubliées, en2014, dansla prestigieuse
1
«Bibliothèque dela Pléiade»: YvesBonnefoy,né en1923, etPhilippe
Jaccottet,né en1925.Nous pensons queleurs travaux ont préparéleterrainà
ceux qui ont suivi.Ilsen ont proité àtel point qu’ils ontadopté, chacunàsa
façon,lemême espritd’ouverture etlemêmeéthosrigoureux.Cequi peut
nous frapper, c’est legrandnombre de ces nouveaux passeurs— commesi la
précarité delatraduction littéraire(et particulièrement poétique)connaissait
unerenaissanceprometteuse.Et,faitconcomitant,ily aleurgrand besoinde
témoigner, demettreparécrit leursexpériences.Or,faute deplace,ilafallu
selimiteràquelques remarques surBernard Simeone, Jean-FrançoisBilleter,
Mireille Gansel,AntonioPrete,CarlosBatista, Georges-ArthurGoldschmidt,
HeinzWismannetLuba Jurgenson.Mais nepasau moins situer leursentreprises
et les placerdans laperspective de cesdeux grands prédécesseurs risquaitde
donner uneimageincomplète dela traductiondela poésie enFranceaucours
de ce dernier quartdesiècleici tropbrièvement revisitée.
Pour revenirà YvesBonnefoyetà Philippe Jaccottet,rappelons
quelepremierest plus proche dudomaineanglophone,lesecond davantage dudomaine
germanophone,quetousdeux sontégalement traducteursdel’italienet queleurs
premièresexpériences remontentau lycée.Lepremier mèneunerélexion plutôt
construiteparallèlementàson travail, alors que Jaccottet ne
cherchepasàthéoriser,mais nousafaitcadeaude biendesessaiscritiques, biendeschroniques sur
un grandnombre depoètes.Cequidonne, chez lepremier,un volume commeLa

1

.

Philippe Jaccottet,Œuvres,préface deFabioPusterla;José-Flore Tappy, Hervé
Ferrage, DorisJakubec etJean-Marc Sourdillon (éds.), Paris, Gallimard,«Bibliothèque
delaPléiade»,2014.

3

2

Vingtcinqansaprès...— Traduire dans une Europe en reconiguration

Communautédes traducteurs(2000) ouL’Autre Langue àportée devoix.Essai
sur la traductiondela poésie(2014), etchez lesecond,L’Entretiendes muses.
Chroniquesdepoésie(1968)etUnetransaction secrète.Lecturesdepoésie(1987).
Lepoète d’originesuisseseméietoutefoisducommentaire : celui-cicourt
toujours lerisque d’étouffer lapoésie, bref l’essence del’art,qui sesoustraità
unesaisie conceptuelle.Ainsi, dans unessai sur lapeinture de GiorgioMorandi
(1890-1964),Le Boldu pèlerin(2001), Jaccottet
semontrepeuenthousiastevis-àvisdeses proprescommentaires—toutcomme de ceuxdel’éditeurdu grand
catalogue du peintre, JeanLeymarie!Bonnefoydesoncôté atoujours formulé
des réserves vis-à-vis des concepts.D’aprèslui,il fautjustement tenter deles
«trouer»,id estdésorganiser leurenchaînement, car lelangagerisque denous
2
voler« la vraie vie» !Riend’étonnantdoncà ceque Bonnefoy voie
enBabel «unemétaphoreparfaite dela pensée conceptuelle, dresséeaveuglément
3
contrelemonde, contrela vie».Cettevisiondeschosesest proche de celle de
Jaccottet,qui reconnaît qu’il neluiest pas possible defaireun poème«àpartir
demots »—sauf pour les mariages (etalors «avec delarime»…).Il lui faut
toujours une émotion pour parveniràun poèmeou un textepoétique.Comme
Bonnefoy,il seméie des images.Il netient pasà« voir » tropde chosesdans une
poésie.Lorsque Saint-JohnPerse écrit «Lamerestcommeun grandpoisson »,
Jaccottet regretteun peudeneplus voir lamer—mais un poisson, cequi n’est
4
pas nécessairement une bonnefaçonde concevoir lapoésieàses yeux. Sice
poète cristallisesapoésie autourd’une émotion, YvesBonnefoy, desoncôté,mise
5
beaucoup sur lerêve, commel’amontré en son tempsJohnJackson. Ilrejoint
Jaccottetdans l’idée d’unerencontre au-delà delaparole;aussi,latraduction
permet-elle au premierd’établir un véritable dialogue aveclepoètetraduit:
Si lescivilisations sontdifférentes par les formes supericiellesdu rapportde
lapersonne àlasociété etau monde,il yatout lieudepenser quelorsqu’il
s’agitdesévénementsessentielsdelaconditionhumaine, elles partagentde
6
mêmesexpérienceset ontaccèsàunemêmesorte devérité.

2

.

3.
4.

5

.

6.

YvesBonnefoy,«L’acte du traducteur »,préface àObrapoética,trad.en portugais
duBrésil parMárioMaranjeira, SãoPaolo, Iluminuras,1998, dansOdile Bombarde
etJean-PaulAvice,YvesBonnefoy,Paris,L’Herne,« LesCahiersdel’Herne»,2010,
p.235.
Ibid.,p.236.
Philippe Jaccottet,Delapoésie.Entretienavec Reynald André Chalard,Paris, Arléa,
o
2005,«Arléa-poche»,2007(paruen2002dansLeNouveauRecueil,n62),p.23.
JohnE.Jackson,Àlasoucheobscure des rêves.La dialectique del’écriture chezYves
Bonnefoy, Paris, Mercure deFrance,1993.
YvesBonnefoy,«Merciàmon traducteur »,préface àThô(«Poèmes »),trad.en
vietnamien parHuynhPhanAnh, Hanoï, éd.Nha Nam,1999, dansOdile Bombarde et
Jean-PaulAvice,op.cit.,p.237.

Peter Schnyder ;1989-2014 :25 ansdetraductiondelapoésie enFrance

3

3

Tant etsibienquelatraduction mêmerévèlequelque chose de caché, de
dissimulé, dont l’auteur devraitêtre redevableau traducteur.

Traduire, c’estexpliquer lapoésie

Traducteur professionnel, Philippe Jaccotteta étépar moments noyé dans
l’œuvre desauteurs traduits.Comme Bonnefoy,il reconnaît quelatraductiona
éténéanmoins pour lui unenécessitévitale.Celle-ci luia apportéquelque chose
en retour:unemeilleuremaîtrise de certainséléments « purement techniques »
certes,maiségalement unenrichissementet un maniement plus souple dela
langue.Ilest notoirequelatraduction permetàunécrivaindeforger sonécriture
etMathilde Vischerexaminejustement les interdépendancesentretraduction
7
etécriture chezJaccottetet son traducteur italien,FabioPusterla. S’y ajoute
sa constanteouvertureversautruiàtel point qu’au-delà del’éclecticismeque
cetteattitudepouvaitcomporter,il luiest arrivé dese demander si lui-même
8
«existait »encore!
Mais petitàpetit,lepoète consolideson œuvre.Àpartirdesannées1990,
iln’a pluseubesoindetraduirepourdes raisons matérielles.Aussi,
cenobélisable est-ilentré, en2014, dans la«Bibliothèque dela Pléiade».Paru sous la
directionde José-Flore Tappy,voilàun fortbeau volume deplusde1600pages,
quicomportetoutel’œuvre, deL’Effraie(1953)àCouleurdeterre(2009), avec
plusieurs appendiceset unepréface d’unetrentaine depages rédigéepar un
poète et traducteur ami, FabioPusterla.Indépendammentde cette
édition,Philippe Jaccotteta composéune belle anthologie deson œuvre, en2011:L’Encre
seraitdel’ombre, et ila conié, auxÉditionsLe Bruitdu temps, des notes
« sauvegardées » quicouvrent plusde cinquante années.Dans ses textesen
prose,qui font suite auxCahiers(La Semaison),laréférence àlatraduction
revient régulièrementet toujoursdans le contexte del’apportculturelet poétique
qu’ellepouvaitcontenir.
YvesBonnefoya derrièrelui une carrière d’universitaire, couronné,
commeon l’a dit,par une chaire d’ÉtudescomparéesdelaFonction poétique
au Collège de France, de1981àsa retraite en1993.Cette activitéfait qu’ila
toujourscherché àproblématiser son travaildepoète etdetraducteur,
écrivant un nombrenon négligeable detextescritiqueset théoriques sur
latraduction poétique,notammentautourdeWilliamShakespeare,ses tragédieset
ses sonnets,maiségalementde JohnKeats, de JohnDonne, de WilliamButler
Yeats—sans négligerGiacomoLeopardietCyprianKamilNorwid.Deplus,

7.

8

.

Mathilde Vischer,La Traduction, du stylevers lapoétique : Philippe JaccottetetFabio
Pusterlaendialogue,Paris,Kimé,2009.
Philippe Jaccottet,Delapoésie.Entretienavec Reynald André Chalard,op.cit.,p.23.

3

4

Vingtcinqansaprès...— Traduire dans une Europe en reconiguration

Bonnefoya accordé detrès nombreuxentretiens, et lesaréunisendeux volumes
(Entretiens1972-1990etEntretiens1990-2010).Eten2013, il réunit ses essais sur
latraductiondelapoésiesous un titre évocateur:L’Autre Langue àportée de
voix.Dans l’articleliminaire,ilconirmeson idée(ancienne)d’unerencontre
possible dela poésie àunhaut niveauderecherche des véritésessentielles.
Cette compréhensionau-delà des langues fait queles pertes induites par une
traduction poétique contribuent toujours,malgré elles, àrapprocher les gens.
Yrenoncer seraitextrêmement grave, car lasociétése couperaitd’unepartie
desamémoire affective :«Quandl’écritures’est faitevoix ;c’est parcequele
monden’est plus perçucommeun agrégatde choses,maiscommeun
rassem9
blementdeprésences. »Celles-ci renvoient tout naturellementaux « réalités
essentielles », elles « répondentauxbesoins fondamentauxdelavie», carelles
sesituent,«au-delà dela particularité desidiomesdans un règne communà
10
touslesêtreshumains».On voit quepourBonnefoy,latraductionapartie
liée aveclapoésie.Àlamanière desCarnetschersà Jaccottet,il n’hésitepasà
chercherdes lieuxderencontresentrelesdeuxdomainesetau-delà :
Fleuves, arbres,rives,montagnes,maisonsdisséminées sous le ciel, Nérine
àsonbalconchantonnantàla tombée dela nuit,grandsélansducorps oudu
cœur, archétypesdel’être au monde en son universalitétoujourset partout
entravéemais réelle en reprenant vie dès qu’on veut qu’il yaitdel’être, c’est
11
làle biencommun, cequenaguère encoreonauraitdit lesacré.
Cequiest intéressantchez lesdeux poètes-traducteurs, c’est queleur
rélexion traductologiquepassetoujours par unedéinitiondela poésie. Cen’est
pas par hasardquele deuxièmetome desEntretiensdeBonnefoy s’intitule
12
L’Inachevable!Philippe Jaccottetaréuni l’essentieldeses traductionsen
un recueilpublié en1997, avec cetitrequi renvoie auxcinq langues traduites
(allemand,italien, espagnol,russe, et tchèquevial’allemand):D’unelyre à
13
cinq cordes.Il y intègre des traductions qui remontentàsesdébuts: en1946,il
avait justevingtet unans.Uneparticularité de cesdeux poètes-traducteursest

9.

10.
11.

12.

13.

YvesBonnefoy,L’Autre Langue àportée devoix.Essais sur latraductiondelapoésie,
e
Paris,Seuil,«LaLibrairie duXXsiècle»,2013,p.24.
Ibid.
d.— Nérine est un personnage desFêtesvénitiennes,l’opéra-balletàsuccèsd’André
Campra(créé en1710).
YvesBonnefoy,L’Inachevable.Entretiens sur lapoésie(1990-2010),
Paris,AlbinMichel,2010, etLibrairiegénéralefrançaise,«Biblioessais »,2012.
Philippe Jaccottet,D’unelyre à cinqcordes.Pétrarque, Le Tasse, Leopardi,
Ungaretti, Montale, Bertolucci, Luzi, Bigongiari, Erba, Gongora, Goethe, Hölderlin,
Meyer, Rilke, Lavant, Burkart, Mandelstam, Skacel.Traductionsde Philippe Jaccottet
(1946-1995),Paris, Gallimard,1997,p.14.

Peter Schnyder ;1989-2014 :25 ansdetraductiondelapoésie enFrance

3

5

qu’en2014,ilscontinuentdetravailleretdepublier.Et surtout,qu’ils suscitent
l’intérêtdenombreuxchercheurs.
Pour notrethématique,ilest impératifdementionnerdeux travaux qui
dévoilent une approche nouvelle,l’un dans une perspective résolument
transculturelle,l’autre dans uneperspectivestylistiquequi meten relation letravail
dela traduction avec celuidela poésie. Le premier concerneles traductions
14
de ShakespeareparBonnefoyetPaulCelan,l’auteurenestMatthiasZach,
lesecondserapporte audialogue entre deux poètes-traducteurs, Philippe
Jac15
cottet et son traducteur versl’italien,FabioPusterla.Ces travaux prolongent
etcomplètentceux qui ont précédé dansce domaine,parexempleJaccottet
traducteurd’Ungaretti,laCorrespondanceentrelesdeux hommes, commentée
etéditée defaçonexemplaire en2008parJosé-Flore Tappy (dans la collection
« Les CahiersdelaNRF»),ou le beauCahierdel’Herneconsacré à Yves
Bonnefoy, en2012,parOdileBombarde etJean-PaulAvice :l’évolutiondela
critique consacréeànosdeux poètes-traducteurs n’annonce-t-ellepas que celle
des traductionsdepoésie aunbelavenirdevantelle — au plus grandproitde
lapoésie, commeon peutl’espérer ?

Ouvertures méta-critiques

Parallèlementaux traductionsdeBonnefoyetde Jaccottet, cequel’on peut
constater, cesont plusieurs ouvertures.L’impact linguistiquereste centraldans
ce domaine,mais il se déplace, deplusen plus fréquemment pouvons-nousdire,
versdesaspects pragmatiques.Aprèsavoir volontiersadoptéun pointdevue
«normatif »,puis«descriptif »,puis«contrastif »,puis même«productif »,
les livres théoriquesdesdernièresannées semblent tendrevers
uneherméneutiquedu traduire.C’estcequemontrent parexemplelesMélangesoffertsà
RadegundisStolze, en2012,àqui l’ondoit unethéorie delatraduction (quia
e
connu sa5éditionen2008):Unterwegs zueiner
hermeneutischenÜbersetzungswissenschaft[En routepour unescience des traductions herméneutiques].
Nombreuses sontégalement lesapprochesculturelleset interculturelles, cequi
veutdirequele domaine delalanguen’est plus laseulepréoccupationdela
traduction.On peut mêmeparlerd’un versant sociologique,qui poussel’acte
detraduireversle champtransculturel. Celui-cienglobe desdiscourshybrides,
féministeset postcoloniaux ; il met lepatternclassique en question:l’original
sacro-saint,latraductioncomprise comme«aplatissement mimétique», comme

14.

15.

MatthiasZach,Traduction littéraire etcréation poétique.YvesBonnefoyetPaulCelan
traduisentShakespeare, Tours, Presses universitairesFrançois-Rabelais,«Traductions
dansl’Histoire»,2013.
Mathilde Vischer,op.cit.

3

6

Vingtcinqansaprès...— Traduire dans une Europe en reconiguration

produitdérivé, comme attitudepassive(féminine)cependant qu’au texte-source
incomberait lerôle del’auteur-père,autoritaire et masculin…Or, ces approches,
16
thématisées, entre autres,parMichaela Wolf,pourraientfairel’objetd’une
étude àpartentière. Onlaisseradonc de côté cet aspectimportant,autourdela
17
transculturation,qu’ilest permisderapprocherdelatransdifférence, concept
d’unenouvellethéorie culturelle, élaboréeil yaquelquesannées
parLarsAl18
lolio-Näcke, Britta KalscheueretArne Manzeschke.
Quantàlasituation théorique, enFrance, en2014,nous pouvons nous
référeràl’ouvrage de Jean-René Ladmiral,qui fait lepoint sur les « sourciers »
etles«ciblistes». Selonlethéoriciendela traduction,il fautêtre décidément
cibliste, car si l’on seréclamepar tropdela source,onlefait parignorance, en
adhérantàun idéal relétant,juge-t-il,un « inconscient théologique».En tout
cas,lethéoriciencombatcequ’ildécèle comme étant un « impenséreligieux ».
Il illustresa critique en seréférantàlatraductionde MartinHeidegger qui,
19
sousla plume de François Vezin,aurait aboutià«mallarmiserHeidegger»:
issue d’unesacralisationdel’original,la traductionfrançaisese contentealors
dela«célébration paraphrastique», dela«circonlocution poétique».Au lieu
de« nousdispenserdelalecture du texteoriginal »,il yaici
une«auto-invalidationdela traduction,unesorte deperformatifnégatifetcontradictoire
qui fait que ces “traductions” se donnentdans un premier tempscomme des
traductions, etdans un secondtempscommeunesorte demimèsisdu texte
20
original[…]». Onestendroitdese demander si, dansle casdela poésie,
commel’avait proposé UmbertoEco parexemple,il nevaut pas mieuxéviter
lesdichotomies trop rigides—et opter pour une«pluralité desolutions
négo21
ciées aucoup parcoup».Cetétatde chosesconirmenéanmoins lavigueur
deladiscussion actuelle etl’abandondeplusen plus accepté d’unetraduction
aliénante(verfremdend)au proitd’unetraduction prudemment naturalisante

16.

17.

18.

19.

20.
21.

«Translation— Transculturation.Mesure deperspectives transculturellesd’action
politique»,trad.DenisTrierweiler,EICP,EuropeanInstitute forProgressive Cultural
policies,<eipcp.net>[consultéle25/10/2014].
VoirNadja Grbic etGernotHebenstreit (éds.),Translationskultur revisited,Festschrift
fürErichPrunc, Tübingen,Stauffenburg,2010.
VoirTania CollanietPeterSchnyder (éds.),Seuilset rites.Littérature etculture,Paris,
Orizons,«Universités»,2010.
Jean-René Ladmiral,Sourcier oucibliste, Paris,
LesBellesLettres,«Traductologiques »,2014,p.268.
Ibid.,p.267.
Umberto Eco,Direpresquelamême chose.Expériencesdetraduction[Direquasi la
stessa cosa.Esperienze di traduzione, Milano, Bompiani,2003],Paris, Grasset,2006,
etLe Livre depoche,«Biblioessais »,trad.de MyriemBouzaher,2013,p.243.

Peter Schnyder ;1989-2014 :25 ansdetraductiondelapoésie enFrance

3

7

(einbürgernd),pour reprendreles termesde Schleiermacher,qui tente
d’impliquer l’inconscientet l’impensé dans leprocessusdelatraduction.

Dela traduction au traducteur

Aulieu de parler delatraduction, on parle de plus en plus dutraducteur.À
22
l’exceptiondel’ouvrage de WalterBenjamin,La Tâche du traducteur,la
plupartdes travauxantérieursà1989concernaientlatraductionet non pasle
traducteur.Çan’aplusétéle cas par lasuite et plusieurs voixconstatent quele
statut du traducteur a été valorisé.Avecluiégalementl’acte de traduire. Ily a
donc une prise de conscience del’importance du traducteur, dansla mesure où
l’on serend comptequetraduireimpliquetoutd’abordlire,puiscomprendre
etinterpréter. Implicitement, on s’éloigne ainsid’une traduction«du mot à
mot » pour serapprocher,selon l’expressiond’UmbertoEco, d’un « monde à
23
monde».C’est unchangementd’importancequandon penseque, dans les
années1970, enFrance,la traduction dela poésie a été soumise à desimpératifs
linguistiques stricts ;ainsi,latraductiondu poète autrichienGeorgTrakl par
24
Marc PetitetJean-Claude Schneidera pour théorème debaseunestabilisation
lexicale de chaquemot, cequiasupprimélasouplessepoétique caractéristique
25
de cepoète et afreiné,aufond,sa réceptionenFrance.
La valorisationdela personnalité du traducteur afavorisél’attachement
aux problèmes interprétatifsd’un mot selon le contexte culturel.Ainsi, boire
un verre derougen’a paslemêmesensenFrance etenAllemagne.Heinz
Wismann,helléniste et philosophe, dans une brillantesynthèseintituléePenser
entre les langues(qui réexaminelesdificultésdelatraductiondelapoésie en
revisitant, entre autres,les traductionsdu
grecquel’ondoitàFriedrichHölderlin),fait sien lemotdeWalterBenjamin pour rappeler queBrot, en allemand,
neseréduit pasàlatraductiondu mot:«Brotaunetoutautreforme empirique
enallemand : çasemange autrement, ças’associe à d’autres situations que ce
26
quelemot “pain”évoque dans le contexte culturel frança»is .Àpartirdetels
exemples,lephilosopheréléchit sur l’effet poétique, assimilable àunaffect
dansla mesureoùlesens serait« lereposdel’affect». L’affectcontient une

22.

23.
24.
25.

26.

Publié en1923sousletitreDie Aufgabe desUebersetzers; maintenantdansGesammelte
Schriften,Francfort, Suhrkamp,1972).
UmbertoEco,loc.cit.,quatrièmepage de couverture.
GeorgTrakl,Œuvres complètes,Paris, Gallimard,«Du monde entier»,1972.
VoirPeterSchnyder,«Traduirelapoésie.Quelques rélexionsautourde GeorgTrakl »,
dansEnricoMontietPeterSchnyder (éds.),Autourdelaretraduction.Perspectives
littéraires européennes.Avecun texteinéditde Jean-René Ladmiral, Paris, Orizons,
«Universités»,2011,p.267-290.
Heinz Wismann,Penser entre les langues, Paris, AlbinMichel,2012,p.89.

3

8

Vingtcinqansaprès...— Traduire dans une Europe en reconiguration

dynamique etdans lalanguematernelle d’origine,il nepeut pas fonctionnerde
façon neutre à cause des nomenclatures quetout lemonde accepte :il tiresoit
vers l’éloge,soit vers le blâme.Nous retrouveronscesélémentschezPhilippe
Jaccottet,pour qui lapoésie estéloge delanature, de cequiexisteautour de
nous.Il fautcoûteque coûte éviterdenoyer laréalité dans lapensée!Bonnefoy
aime à évoquer le déchirementdu voile; selon lui,rappelons-le,il faut trouer
l’image, en dissiper les mirages. « Écrire », dit-il,«c’est non pas subirl’image,
27
maisla voir se déchirerdansles mots».Et laquestiondelaportée culturelle
des traductions poétiques, YvesBonnefoy selapose dans son ouvragesur la
traductiondela poésie,L’Autre Langue àportée devoix:

La neigetombe-t-ellesemblablementdans toutesleslangues
?Peut-êtrefaudrait-il pourcelaqueles motsaientdel’une àl’autre de celles-ci les mêmes
façonsdeserencontrer, des’unir oudes’éviter, desefairegrands tourbillons
ou légères virevoltes,minutesd’agitation suiviesd’instants où le ciel paraît
immobile, après quoicesontde brusques lumières.Etcomme cen’est
peutêtrepas le cas,si variésétant les idiomes qui separtagent laterre,ilest
vrai28
semblablequenosdiversescultures n’ont jamais toutàfait les mêmes neiges.

Ceci nous ramène aux préoccupationsdu «Réseau thématique»,initiateur
de cevolume,qui s’attache depuis vingtansàlatraduction «commemoyen
de communicationinterculturelle». Cetteouverturea permisde comprendrela
traduction littéraire en tant qu’interprétationet réceptioncréatrice et,par voie
de conséquence,unevalorisationdelatraduction,notamment poétique, comme
29
œuvre àpartentière.C’estceque démontre defaçonconvaincantel’étude
d’ArnoRenken,Babel heureuse.Pour lirelatraduction.L’auteur proposeune
véritablesubversion-inversion ; il seréfère à Roland Barthes selon qui « letexte
du plaisir»estdûàune cohabitationdeslangagespermiseparlesujetpour
aboutiràune Babel non pas honteuse,mais heureuse.Il fautdonc changerde
paradigme, analyser, étudier, décrirelatraduction, au lieud’exiger sa discrétion,
son invisibilité,sahonte denejamaisatteindre
àl’original:«Latraductiondéconcerte ainsi le discoursàpartirduquelellese donne àpenser.Lirelatraduction,

27.

28.

29.

YvesBonnefoy,«Leurre et vérité des images », dansYvesBonnefoy.Écrits sur l’art
et livres avec les artistes, Tours/Paris,ABM/Flammarion,1993,p.74.
YvesBonnefoy,L’Autre Langue àportée devoix,Paris,Seuil,2014,
extraitdelaquatrièmepage de couverture.
ThomasKlinkert (éd.),DasEigeneimFremden.Die ÜbersetzungliterarischerTexte
alsInterpretation undkreative Rezeption. /S’approprier l’autre.Latraductionde
textes littérairesen tant qu’interprétationet réceptioncréatrice, Berlin,
ErichSchmidt,«StudiendesFrankreich-ZentrumsderAlbert-Ludwig-Universität,Freiburg »,
vol.20,2011,p.7-21.KlausNonnemacher y proposeunconcept intéressant, emprunté
au philosophe Bernhard Waldenfels,qu’il intitule« responsivitépoétique»et qui
formaliselastructure dela réponse commemiroirdetouteinteractionhumaine.

Peter Schnyder ;1989-2014 :25 ansdetraductiondelapoésie enFrance

3

9

30
c’estalors selivreràunelecturequi selaissesubvertir par latraduction. » Il y a
lieu de dépasser les métaphores courantes du passage et de rendre àla traduction
son statutdetexte autonome.L’auteur propose ainsideselaisser inspirer par
l’impertinence créative de celle-ci !Renkencite SarahKofman quienappelle
àune autre approchethéorique :«Reconnaîtrel’intraductibilité deporoset
d’aporia, c’est indiquer qu’il ya dansces termes[…] dequoi rompre avecune
conception philosophique delatraductionetaveclalogique del’identitéqu’elle
31
implique. »L’étude de Renkenest prometteuse, elle étaiesarélexion sur les
travauxde René Descartes, de WalterBenjamin, Hans-GeorgGadamer, Michel
Foucault, JacquesDerrida, etc.Ellerejointainsi les
théorèmesdelatransdifférence élaboréeparNäcke-AllolioetKalscheuer, déjà évoqués.

Vers une autonomisation dela traduction ?

Ilconvientderappeler que,parallèlementau travailde
Renken,lefaitderevaloriserle traducteur va de pair avec uneautonomisationgrandissante du texte
traduit.Il ya doncl’original,mais il ya également, en tant qu’œuvre
dorénavant,latraduction.Souvenons-nousdel’amerconstatde GeorgesMounin,
audébutdesBellesInidèles:«Tous lesargumentscontrelatraduction se
32
résumenten un seul: ellen’est pas l’original»,oudubon
motdeSchopenhauer:«Une bibliothèque composée detraductions ressemble àunegalerie de
33
peinture composée de copies. »L’ouvrage de Renken va délibérémentcontre
cesidéesdévalorisantes.
e
Or, ajoutons ici quelanotiond’originaldate duXVIsiècle. La traduction
n’est pas l’original,maiscelle-làn’est pasextérieure à celui-ci ;aussi, Mounin
lui-même a-t-ildéjàparlé de« métamorphose».Bernard
Simeone,traducteurbienconnudepoésieitalienne,propose derelirelemythe de Babeletde
cherchercequiapu leprécéderavantcettefracture.Il propose derevisiter le
conceptdemétamorphose,qui « toutefois nepeut pasêtre érigé enesthétique
dela traduction sous peine d’ouvrirla porte àtropdelicence»
—constatintéressant:il fautéviter unetrop grandemétamorphose,fût-elle belle —mais
34
qu’il voitavant tout «en tant queréalitévécue dans le corpsdu texte», ain

30.

31.

32.
33.

34.

ArnoRenken,Babel heureuse.Pour lirelatraduction,Paris,VanDieren,« Par
ailleurs»,2012,p.15.
Sarah Kofman,Comment s’en sortir ?,Paris,Galilée,1983,p.17-18, cité dansibid.,
p.37.
GeorgesMounin,LesBellesInidèles,Paris,CahiersduSud,1955,p.7.
ArthurSchopenhauer,ÜberSprachen und Worte,p.103, cité et traduitdansArno
Renken,op.cit.,p.12.
Bernard Simeone,Écrire,traduire, en métamorphose.L’atelier inini,Paris,Verdier,
2014,p.11.

4

0

Vingtcinqansaprès...— Traduire dans une Europe en reconiguration

defonder la garantie d’une bonne expression.CommeprécédemmentSarah
Kofman,
Simeonejugequelatraductiondésapprendlapossession,l’identiicationetaussi l’idolâtrie.C’est toutàfaitdans laligne de cequeproposent,
àleur manière, YvesBonnefoyetPhilippe Jaccottet.DansD’unelyre à cinq
cordes, Jaccottet rappellequ’ilatoujoursétéguidépar un
soucid’«effacement »,qu’il tentaitd’éviterdes « trouvailles ingénues », des « rupturesdeton
35
non nécessaires», tout commel’ornementinutile .L’effacement tendiciàla
transparence et sans mettre en doute uninstantla présence,forte, du traducteur
toutau longdesatraduction, celui-ci reconnaît lucidement quesavoix n’est
pas faible,mais plutôt « sourde»et «discrète».Il pense ainsiavoir mieux
saisi lavoix native du poème étranger quenelefontd’autresdémarches,« plus
36
inventives ou plus turbulentes».Bonnefoy n’est pas loinde cettevisiondes
choses (cen’est pas un hasardsiJaccottet lui-mêmesesent proche delui).Il
estd’avis quelatraduction offre au traducteurde comprendre cequelepoète
sait, autrementdit:«Il faut faire apparaîtrelavérité delapoésiemêmes’ildoit
37
renonceràtelou telaspectde détaildanslerendud’un poème.»
Simeone,pour revenirbrièvementàlui,s’attache auxannées
quatre-vingtdix: cesannées sont marquées,précise-t-il,par
tantde«discoursendécomposition,par tantd’énoncésimpuissantsàreposerleproblème du rapport,
aujourd’huiplus ou moins niéouignoré, entrela parole et unepossibleunité de
l’être,qu’il fautbienadmettre, dans leprocessusdetraduction,une dimension
compensatrice dela dislocationdes termesdel’échange, dela désertiication
38
del’oralité, deladéroute du sens». L’auteur souhaiteraitl’avènementd’une
nouvellehiérarchie entrel’Autre et satrace—unehiérarchiequi nerelèvepas
du seulsens. Commeonlevoit, celle-civa toutàfaitdansladirectiondes
nouvellesexigences quenous venonsderencontrer.Simeone a égalementdressé, en
2000,unaperçu historique du milieudesannées1980, etilestintéressant,pour
notrepropos, de disposerdelarélexiond’un homme deterrain.Il y rappelle
l’importance des travauxde George Steiner, d’HenriMeschonnic etd’Antoine
Berman.Àsonavis,
cesontdiversesassociations,tellel’ATLF,maiségalement lesCentresdetraductionde divers payseuropéens qui ont rendu visible
39
« plus qu’ils nel’avaient jamaisété,la conditionet lestatutdes traducteurs».
L’auteur soulignel’améliorationdeleursdroits,notammentdansle domaine
littéraire.Mais il met unbémolàson tableau.C’est quelamutationdu monde
éditorialetdes moyensde diffusiondel’écritaprovoquéune accélérationdes

35.
36.
37.

38.
39.

Philippe Jaccottet,D’unelyre à cinqcordes,op.cit.,p.14.
Ibid.,p.15.
YvesBonnefoy,«L’acte du traducteur », dansOdile Bombarde etJean-PaulAvice,
op.cit.,p.236.
Bernard Simeone,op.cit.,p.72.
Ibid.,p.19.

Peter Schnyder ;1989-2014 :25 ansdetraductiondelapoésie enFrance

4

1

processusdeproduction qui rabaissent souvent laqualité des traductions:les
éditeursexigent unerapidelisibilité,«c’est-à-direl’acclimatationdu texte à
une langue d’arrivée passablement normative,voirestandardisée,
donc“ven40
dable” ».Il s’agit, conclutSimeone, d’un marché de dupes ; lelivre devient un
41
produit—unetransformation quiapourcorollairela chosiicationdu langage.

Parolesdetraducteurs

Mais il fautégalement tirer proitdes publications récentesdelapartdes
traducteurs.Issudu renforcement (symboliqueplutôt quematériel,mais on pourrait
endiscuter)delasituationdu traducteur,un nombreimpressionnantd’essais
etdetémoignagesenFrance estdisponible depuis peu.Nous nepouvons que
nous limiterà en présenter quelquesexemples.Commençons par lesinologue
bienconnuJean-FrançoisBilleter quiapublié, en2014,Trois essais sur la
traduction.Partantdu principe de dificulté(«Mieux vautêtre
avertidesdificultésd’unetâche et latrouver facileque delajuger facile etd’échouer faute
42
d’enavoircompris lesdificultés »), Billeter pensequelesdificultésducas
chinois permettentdemieux identiier les problèmes queposetoutetraduction,
et regretteque, contrairementauxétudiantsdemusique :

Lejeunemusicienapprend à analyser laforme del’œuvre etàluidonner vie
en l’interprétant:il sel’approprie doublement.EnLettres,l’étudiantapprend
principalementàparlerdes œuvres.Il neselesappropriepasàlafaçond’un
musicien,il n’entrepasenelles par unepratique deplusen plus maîtrisée
43
delaforme.

On s’en tient ausolveetdélaisselecoagula,selonlaformule des
alchimistes.Il faudraitaller plus loinet tenter «d’interpréter uneœuvre, au sens
musical, c’est-à-direlafaire entendre—un pouvoir hélas presque entièrement
44
négligé».Letravaildetraduction parl’étudiant
pourraitfavorisercettepénétrationdans letexte : entendre ceque dit unauteuret saisir lepouvoirde dire.
Mireille Gansel,quiatraduitdelapoésievietnamienne, des textes hébreuxet
allemands,a proposé, en2012,unessai intituléTraduire commetranshumer,
qui relatequelques-unesdesesétapesdetraductriceréunies sous l’image des
«chemins transhumantsdela traduction, celentet patient passage,toutes

40.
41.
42.

43.
44.

Ibid.,p.20.
Ibid.
Jean-FrançoisBilleter,Trois essais sur latraduction,Paris, Allia,2014, extraitdela
quatrièmepage de couverture.
Ibid.,p.117.
Ibid.,p.118.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents