Le Secret du Normalien - Cycle 2
210 pages
Français

Le Secret du Normalien - Cycle 2 , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
210 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le Secret du Normalien (L.M.F 2nd Cycle) est un ouvrage savamment conçu. C'est la fusion des notions développées par plusieurs auteurs tels que Grevisse, Pinchon, Gérard Genette, Julia Christeva et d'autres grands esprits qui se sont investis en littérature et en langue française. Ce document contient aussi les anciens sujets aux concours des ENS passés (Yaoundé-Maroua-Bertoua-Bambili), quelques épreuves zéro question de vous entrainer davantage. C'est celui qu'il vous faut car il détient tous les secrets. C'est le secret du Normalien.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 23 février 2021
Nombre de lectures 26
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,05€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Auteur Toukam Kammognié Thierry (PCEG- Lettres Modernes FrançaisesENS Yaoundé) Conception & Edition Toukam Kammognié Thierry (PCEG- Lettres Modernes FrançaisesENS Yaoundé) Première Publication : Yaoundé 2019 Première Edition : 2019 Copyrights LE SECRET DU NORMALIEN Groupe de répétitions par des enseignants issus des ENS du Cameroun Filières : toutes les filières Contacts : 693 59 59 50/ 677 15 32 83 / 672 66 50 50
DÉDICACESPÉCIALEÀ Keumeni Djemeni Alphonsine Laurence,
toi qui m’a donné ce magnifique reflet de moi-même, sorti fièrement de tes entrailles.
 Merci infiniment.
PREFACE «Le porte bonheur est la possession d’un trésor. La voie qui mène au trésor est la peine q’uon y prend» De Abu Shakour
Voici donc le trésor qui fera votre bonheur. La voie a emprunter est juste son utilisation et son exploitation a bon essein. Cela constituera la peine que vous y prendrez.C’est un document riche qui vous sera d’un grand apport. Ce document vous permettrad’être fin prêt à amorcer avec brio les nd épreuves du concours aux ENS du Cameroun 2 Cycle de la filière LMF. La finalité de ce facilitateur réside dans la présentation des notions récurrentes de langue française ainsi que littérature française en vue de ne pas vous faire surprendre par un quelconque exercice. Des notions de grammaire française les plus simples mais les plus complexes sont bien développées ici. Un tour en littérature nous balade entre plusieurs siècles littéraires et le panorama de la poésie du moyen âge à nos jours ainsi que toutes les règles qui la régissent. Des sujets aux ENS du Cameroun, de 1996 à 2018. N’est-ce pas magnifique ? Vous ne trouverez sans doute pas mieux ailleurs que LE SECRET DU NORMALIEN. Toute œuvre humaine restant à parfaire, l’auteur reste disponible aux critiques et remarquesallant dans le sens de l’amélioration de son travail, croyez-moi, les corrections suivront les éditions prochaines. Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter bon vent.Samson Noel BELINDI Professeur de Français
Table des matières PARTIE I : LANGUE FRANCAISE Leçon 1: L’AŶalyse logiƋue…………………………………………………………………….7 Leçon 2: L’AŶalyse gƌaŵŵatiĐale………………………………………………………..11 Leçon 3 : Comparaison et Métaphore………………………………………………….23 Leçon 4 : Isotopie………………………………………………………………………………...27Leçon 5: La suďoƌdoŶŶée ƌelative………………………………………………………..31 Leçon 6: L’AŶalysemorpho-syntaxique et lexico-sémantique……………..34 Leçon 7 : La Modalisation……………………………………………………………………..37 Leçon 8 : La Narratologie.……………………………………………………………………..40 Leçon 9 : La progression thématique……………………………………………………53 PARTIE II : LITTERATURE FRANCAISE
Leçon 1: Littérature et société au XVIIIe siècle………………………..56Leçon 2: Littérature et société au XIXe siècle………………………….62Leçon 3: La critique littéraire…………………………………………..71Leçon 4: Tout savoir sur la poésie……………………………………...77Leçon 5: Panorama de la poésie………………………………………..92 PARTIE III : ANCIENS SUJETS AUX ENSde 1996 à 2018EPREUVES ZERO PARTIE IV : CORRECTIONS Bibliographie Webographie
PARTIE1:
LANGUE FRANÇAISE
Leçon1
L’ANALYSE LOGIQUE
L’analyse logiqueconsiste essentiellement à maîtriser la nature et la fonction des propositions dans la phrase. I-La nature des propositions Brève ou longue, la phrase contient une ou plusieurs propositions. On distingue trois sortes de propositions : Les indépendantes, les principales et les subordonnées. La proposition indépendante, comme son nom l’indique, ne dépend de rien, et rien ne dépend d’elle ; elle se suffit à elle-même. Exemple : Il fait beau ce matin.Suzanne aime les films d’horreur.La proposition principalene dépend de rien, mais elle commande une ou plusieurs propositions. Exemple : Je veux / que tu sois sincère, / que tu ne me caches rien. La proposition subordonnée, comme son nom l’indique, dépend d’une autre proposition (généralement une principale), sans laquelle elle ne peut exister. Si tu viens nous voir, / nous serons heureux. II-La nature des subordonnées
La proposition subordonnée est, généralement, introduite par un mot (ou une locution) de subordination ; ce subordonnant peut être un pronom (plus rarement un adjectif) relatif, et la proposition est dite « subordonnée relative » :
Les élèves ont beaucoup aimé le dernier roman / qu’ils ont lu / et qu’ilsont étudié en cours. On a arrêté un suspect, lequel suspect est en garde à vue.
 une conjonction (ou locution conjonctive) de subordination, et la proposition est dite « subordonnée conjonctive ».
7
1)Les subordonnées conjonctives
Il y a neuf sortes de subordonnées conjonctives.
a)La subordonnée complétive, introduite par la conjonction de subordinationque, appelée aussi « complétive par que » :
Je souhaite (quoi ?) / qu’il fasse beau demain.
b)La subordonnée conjonctive interrogative introduite par la conjonction de subordination si et qui exprime une interrogation totale indirecte :
Je me demande / s’il fera beau demain.
2)Sept subordonnées circonstancielles, introduites par des:
Conjonctions ou locutions conjonctives de subordination, et qui expriment une idée de temps, de cause, de conséquence, de but, de concession, de condition ou de comparaison.
Je suis heureux / quand il fait beau. (temps)
Je suis tout triste / parce qu’il pleut. (cause)
Il pleut si fort / que je reste chez moi. (conséquence)
Je fais des vœux / pour qu’il fasse beau demain. (but)
Je sortirai tantôt / bien qu’il pleuve beaucoup. (concession)
Nous sortirons en mer / si le temps le permet. (condition)
Il fait un beau temps sec / comme je l’aime. (comparaison)
3)Les subordonnées sans subordonnant
Il existe aussi des subordonnées sans subordonnant, qui ne sont donc ni relatives ni conjonctives, donc plus difficiles àrepérer. Il s’agitde :
8
-
La complétive dite « infinitive » :
J’entends (quoi ?) / les sirènes mugir. (= mugir les sirènes)
-
de la complétive dite « interrogative » :
Dis-moi (quoi ?) / quel temps il fait. (Quel temps fait-il ?)
-
de la participiale, à valeur circonstancielle.
Ses dernières affaires réglées (= quand ses dernières affaires sont réglées), / il rentre chez lui.
Il rentre chez lui, ses dernières affaires réglées.
Nota bene: On rencontre souvent des propositions incomplètes, que l’on appelle « elliptiques », qu’elles soient indépendantes, principales ou subordonnées.
Rien de neuf.
Rien de charmant / comme ce petit village.
III-
La fonction des subordonnées
• Les relatives, qui ont généralement pour antécédent un nom, sont dites (traditionnellement) « compléments del’antécédent » ; en réalité, leur fonction est plus subtile elles sont soit : épithète, attribut, apposée (pour les relatives adjectives c’est-à-dire celles dont le pronom relatif a un antécédent) ou encore elles assument la fonction sujet pour celles qui n’ont pas d’antécédent.
• Les complétives, les circonstancielles et les participiales sont essentiellement compléments d’un verbe (principalou non),
 les trois complétives (la complétive par que, l’infinitive et l’interrogative) jouant un rôle de complément d’objet(de c.o.d.) ;
9
circonstancielles et les participiales jouant un rôle de les complément circonstanciel (de temps, de cause, de but...).
Remarque
Les deux domaines (grammatical et logique) sont inséparables, indissociables, et l’analyse,loin d’être mécanique,fait appel au sens, donc à la compréhension, à l’intelligencedu texte proposé ;
une proposition (par exemple une proposition relative) peut jouer le rôle d’un simple mot dont l’analyse relèveraitde celle de l’analyse grammaticale :
Qui dort (= le dormeur) / dîne. ( qui dort est relative substantive, sujet de dîne)
 un mot (par exemple un gérondif) peut jouer le rôled’une proposition dont l’analyserelèverait de celle del’analyse logique.
Il ronfle en dormant. (= pendant qu’il dort ; sub. circ. de temps)
10
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents