Les syndicats dans l
155 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Les syndicats dans l'Histoire : regard et partition universitaires

-

155 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

L'auteur nous plonge au coeur du conflit entre l'intérêt particulier des syndiqués et celui dit général. Il série les responsabilités des syndicats, de l'État, des collectivités locales et des partenaires au développement. Il a, délibérément, choisi les syndicats agissant dans le champ de l'éducation de façon générale. C'est un chapitre fort intéressant en ce qu'il traite, non seulement, de la relation pouvoir/syndicat mais aussi de l'influence des idéologies politiques dans la marche des syndicats autant étudiants que professionnels. (Seydi Abacar Ndiaye, secrétaire général du SAES)

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 09 septembre 2019
Nombre de lectures 0
EAN13 9782336880389
Langue Français
Poids de l'ouvrage 12 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Babacar DIOP Buuba LES SYNDICATS DANS L’HISTOIRE : REGARD ET PARTITION UNIVERSITAIRES
© L’HARMATTAN-SENEGAL, 2019 10 VDN, Sicap Amitié 3, Lotissement Cité Police, DAKAR http://www.harmattansenegal.comdiffusion.harmattan@wanadoo.fr senharmattan@gmail.com EAN Epub : 978-2-336-88038-9
LÉGENDE DE LA PAGE DE COUVERTURE
Le sort des travailleurs dans l’antiquité en Égypte pharaonique
Vue de Marikana théâtre d’un massacre de travailleurs en Afrique du Sud post apartheid
e 2 Cité des Enseignants du Supérieur à Mermoz, Dakar
e e e E n la 29 année de R amses III, le 10 jour du 2 mois de l’hiver, en ce jour, grève de la communauté des ouvriers qui disent : « Nous avons faim, car il y a dix-huit jours de passés dans le mois ». Ils s’installèrent à la partie postérieure du temple funéraire de Thoutmosis III. Alors vinrent les scribes de la nécropole, les deux chefs d’équipe, les deux adjoints et les deux administrateurs. Ils les interpellent en disant : « R entrez donc ! » et ils firent de grands sentiments en disant : « Venez ! Car nous avons la parole du pharaon, vie, santé, fo rce ». Ils demeurèrent en ce lieu un jour, mais passèrent le mois dans la nécropole (c’est-à-dire leur village)… (P lainte des ouvriers au fonctionnaire compétent) : « C ’était à cause de la faim et de la soif que nou s sommes ici. Nous n’avions pas de vêtements, pas d’huile, pas de poisson ni de légumes. E nvoyez-le dire au pharaon, vie, santé, force, notre Seigneur parfait. E nvoyez-le dire aussi au vizir, notre supérieur, afin qu’on nous livre notre approvisionnement. (Grève de la communauté des ouvriers) Après que les trois supérieurs les ont violemment admonestés depuis la porte du village, les deux administrateurs et les deux adjoints ont été dépêchés par le scribe de la nécropole. Amonnakht, afin de les (ouvriers) ramene r. L’administrateur R éshourpétéref est revenu et no us (supérieurs) a dit : « Kenna, fils de R oury et Hay, fils de Houy, ont parlé en ces termes : « Dites à nos supérieurs que nous ne retournerons pas ! Alors ils se tinrent devant leurs collègues. E n vérité, nous ne faisons pas la grève à cause de la faim. Nous avons une importante déclaration à faire : en vérité, on a un mauvais... coup contre la place (le tombeau) de pharaon, vie, santé, force ! » Extrait du « Papyrus de la grève » Le « P apyrus de la grève » daté de l’an 29 de R amses III (1198-1166 av. notre ère) montre ce qui pouvait se passer lorsque le système de redistribution des biens de l’E tat était perturbé pour quelque raison que ce soit. Le texte montre bien la colère et l’agitatio n de la communauté des travailleurs, colère et agitation dues au retard considérable ou au défaut de paiement des sa laires. C olère des ouvriers, regroupement, marche e n bloc, assaut en bonne et due forme, irruption dan s le bâtiment ainsi occupé, paralysie et arrêt du travail, tout cela au nom de revendications justifiées : il s’agit bien d’une grève des ouvriers de Deir el-Médina. P our la première fois dans l’histoire de l’humanité, des travailleurs avaient fait valoir leurs revendications par la grève. C e « P apyrus de la grève » décrit ainsi la première grande grève de l’histoire universelle. In Théophile Obenga,La philosophie africaine de l’Egypte pharaonique (2 780-300 av. notre ère),Paris L’Harmattan, 1990.
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents