La Fédération de l Education Nationale pendant la guerre d Algérie 1954-1958
218 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

La Fédération de l'Education Nationale pendant la guerre d'Algérie 1954-1958

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
218 pages
Français

Description

L'histoire de la FEN pendant la guerre d'Algérie est intéressante pour deux raisons principales : La FEN, qui plonge ses racines dans l'histoire du mouvement ouvrier français, est restée indépendante de l'Etat et des partis politiques ; elle respecta dans son fonctionnement la démocratie ouvrière et fut la seule organisation à proposer, avec la Table Ronde, une solution démocratique au problème algérien et s'est prononcée dès son congrès de novembre 1954 pour l'émancipation du peuple algérien.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 décembre 2014
Nombre de lectures 7
EAN13 9782336363547
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

' />
Jacques SIMON
LA FÉDÉRATION DE L’ÉDUCATION NATIONALE PENDANT LA GUERRE D’ALGÉRIE
1954-1958
1954-1958
LA FÉDÉRATION DE L’ÉDUCATION NATIONALE PENDANT LA GUERRE D’ALGÉRIE 1954-1958
© L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris
http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-04522-1 EAN : 9782343045221
JACQUESSIMON
LA FÉDÉRATION DE L’ÉDUCATION NATIONALE PENDANT LA GUERRE D’ALGÉRIE 1954-1958
L’HARMATTANCREAC-HISTOIRE
Centre de Recherches et d'Études sur l'Algérie Contemporaine Le CREAC entend :- promouvoir la publication d'ouvrages anciens, tombés dans le domaine public dont la richesse historique semble utile pour l'écriture de l'histoire. - Présenter et éditer des textes et documents produits par des chercheurs, universitaires et syndicalistes français et maghrébins. Déjà parus:La Fédération de France de l'USTA (Union Syndicale des Travailleurs Algériens. Regroupés en 4 volumes par Jacques SIMON, en 2002). Avec le concours du Fasild-Acsé - L’immigration algérienne en France de 1962 à nos jours (œuvre collective sous la direction de Jacques Simon) - Les couples mixtes chez les enfants de 1 'immigration algérienne. Bruno Lafort. - La Gauche en France et la colonisation de la Tunisie. (1881-1914). Mahmoud Faroua,. - L'Etoile Nord-Africaine (1926-l937), Jacques Simon,. - Le MTLD (Le Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (1947-1954) (Algérie), Jacques Simon - La réglementation de, l’immigration algérienne en France. Sylvestre Tchibindat. - Un Combat laïque en milieu colonial. Discours et œuvre de la fédération de Tunisie de la ligue française de l’enseignement (1891-1955). Chokri Ben Fradj - Novembre 1954, la révolution commence en Algérie. J. Simon - Les socialistes français et la question marocaine (1903-1912) Abdelkrim Mejri - Les Algériens dans le Nord pendant la guerre d’indépendance. Jean René Genty. - Le logement des Algériens en France. Sylvestre Tchibindat. - Les communautés juives de l’Est algérien de 1865 à 1906. Robert Attal. -Le PPA (Le Parti du Peuple Algérien) J.Simon -Crédit et discrédit de la banque d’Algérie (seconde moitié du XIXe siècle) M.L.Gharbi -Militant à 15 ans au Parti du peuple algérien. H. Baghriche -Le massacre de Melouza. Algérie juin 1957. Jacques Simon - Constantine. Le cœur suspendu. Robert Attal - Paroles des communautésjuives de l’Est algérien de 1865 à 1906. Robert Attal.- Le PPA (Le Parti du Peuple Algérien) J. Simone - Crédit et discrédit de la banque d’Algérie(siècleseconde moitié du XIX )M. L. Gharbi- Militant à 15 ans au Parti du peuple algérien. H. Baghriche- Le massacre de Melouza. Algériejuin 1957. Jacques Simon- Constantine. Le cœur suspendu. Robert Attal- Paroles d'immigrants : Les Maghrébins au Québec. Dounia Benchaâlal- « Libre Algérie ». Textes choisis etprésentéspar Jacques Simon.- Algérie. Le passé, l'Algérie française, la révolution (1954-1958). Jacques Simon.- Messali avant Messali. Jacques Simon.- Comité de liaison des Trotskystes algériens. Jacques Simon.- Le MNA. Mouvement national algérien. (1954-1956). Nedjib Sidi Moussa J. Simon- Algérie. L'abandon sans la défaite(1958-1962). Jacques Simon- Constantine. Ombres du passé. Robert Attal- Biographes de Messali Hadj.(C. A. Julien, D. Guérin, M. Kaddache, C. R.Ageron, R. Gallisot... M. Harbi, B. Stora). Jacques Simon________________________________________________________________2010Algérie. Naufrage de la fonction publique et défi syndical. (Entretiens) L. Graïne2011L'Algérie au passé lointain. De Carthage à la Régence d'Alger. Jacques Simon2012L’Assemblée constituante dans le mouvement nationaliste algérien. Jacques Simon- Juif berbère d’Algérie. Itinéraire. Jacques Simon2013L’occident méditerranéen. Jacques Simon2014LE NATIONALISME ALGERIENselon Benjamin Stora. Jacques Simon
PRÉSENTATION
En 1943, Alger est devenue après l’installation du général de Gaulle, président du Gouvernement Provisoire de la République Française (GPRF), la capitale de la France Libre. Désormais, l’empire allait jouer, avec l’armée d’Afrique, un rôle important dans la victoire des Alliés contre l’Allemagne nazie.
En 1945, la France libérée retrouve sa Grandeur dans les relations internationales et un siège à l’ONU. De ce fait, de Gaulle refuse la transformation de l’Empire en un Commonwealth. Il combat l’émancipation des peuples colonisés en Indochine, en Afrique, et de façon violente en Algérie, clé de voûte de l’empire africain de la France.
er Dix ans après la répression de mai 1945, l’insurrection du 1 novembre 1954 devient un problème majeur de la vie politique française. La guerre d’Algérie a fait l’objet d’innombrables ouvrages. D’une manière générale, elle est considérée comme la guerre de libération du peuple algérien sous la direction du FLN. La majorité des auteurs traitent des différents aspects du conflit militaire (les opérations contre l’ALN, la bataille d’Alger, la guerre des frontières, le plan Challe) et de la crise morale qu’elle a entraînés avec l’emploi de la torture, les déplacements de populations, les représailles… Deux aspects ont été minorés, ignorés ou dénaturés : la dimension internationale du problème et la guerre d’extermination menée en Algérie et en France par le FLN contre le MNA et les syndicalistes algériens de l’USTA pour s’imposer comme l’unique direction du peuple algérien. La signature des Accords d’Évian de la France avec le GPRA a conforté cette analyse, acceptée par la quasi-totalité des
5
historiens français. Notons qu'elle fait l’impasse sur l’histoire du syndicalisme enseignant étudiée que dans une dizaine de livres et de travaux universitaires. L’histoire de la FEN pendant la guerre d’Algérie présente pourtant un immense intérêt pour deux raisons principales : 1) La FEN qui plonge ses racines dans la longue histoire du mouvement ouvrier français est restée indépendante de l’État et des partis politiques. 2) La FEN respecta dans son fonctionnement la démocratie ouvrière, permettant aux différents courants de s’exprimer dans la presse des syndicats qui la constituaient et à leurs représentants de participer aux organes de la direction en fonction des votes obtenus pendant les congrès. En respectant les principes qui l’avaient constituée : l’indépendance, l’unité syndicale, la démocratie ouvrière et l’internationalisme prolétarien, la FEN fut la seule organisation à proposer, avec la Table Ronde, une solution démocratique au problème algérien. Pour éclairer la position de la FEN pendant la Guerre d’Algérie, nous avons inscrit, dans une longue, mais nécessaire introduction, l’histoire du syndicalisme enseignant dans celle du mouvement ouvrier avec sa tradition de lutte contre l’exploitation capitaliste, l’impérialisme et le colonialisme. Cette tradition, la FEN l’a mise en application, à son congrès de novembre 1954 en se prononçant pour l’émancipation du peuple algérien. Le choix fait de n’étudier la politique algérienne de la FEN e que jusqu’à l’installation du régime de la V république, s’explique par une raison majeure : la capitulation du mouvement ouvrier en juin 1958. Au pouvoir, le général de Gaulle n’a recherché qu’un accord avec le GPRA pour larguer « le boulet algérien » et redonner à la France sa Grandeur. Il n’existait plus alors de solution démocratique possible au problème algérien. Pour comprendre les débats menés dans le SNI et la FEN sur le problème algérien, nous reproduisons en annexe, des extraits de documents importants qui donnent chair à cette histoire.
6
PREMIÈRE PARTIE AUX ORIGINES DE LA FÉDÉRATION DE L’ÉDUCATION NATIONALE
CHAPITRE I LA RÉPUBLIQUE ET LE PARTI CLÉRICAL
La victoire allemande, l’effondrement du Second Empire et l’écrasement de la Commune de Paris ont créé un traumatisme profond dans le pays. La défaite, interprétée comme une inadaptation de l’école française, conduira à faire de l’éducation une question prépondérante de la vie politique, jusqu’en 1914. Le régime provisoire s’achève après la chute du gouvernement Thiers, l’échec de la Restauration monarchique, la défaite des conservateurs, partisans d’un renforcement de l’autorité de l’Église sur l’État et le vote des lois constitutionnelles de 1875 qui fondent la République. Elle confiait le pouvoir exécutif à un président élu pour 7 ans et le pouvoir législatif à deux assemblées élues : le Sénat et la Chambre des députés. Son installation est difficile, mais après la victoire législative aux deux assemblées du parti républicain, l’épreuve de force s’engage entre les deux camps pour aboutir à 1 l’avènement de la « République des Républicains. » Elle est dominée par Jules Ferry, le père fondateur de l’école laïque. Partisan de la guerre de revanche contre l’Allemagne, il mène de front l’industrialisation du pays, la création d’un Empire en Afrique et en Asie et la formation de cadres pour les besoins de l’industrie, de l’armée et de l’administration française et coloniale. L’anticléricalisme et l’enseignement Ministre de l’Instruction publique dans plusieurs cabinets, influencé par Condorcet et le positivisme qui a investi la franc-maçonnerie, Jules Ferry considère que l’Église est un obstacle au développement économique, une menace pour la nation, les
9
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents