La France en classe de géographie
154 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

La France en classe de géographie , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
154 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Quelle place faire aux élèves dans le travail de définition géographique de la France ? Ces questions ont animé un groupe de professeurs du secondaire accompagné par deux enseignants-chercheurs en didactique de la géographie et en analyse du travail.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 mai 2014
Nombre de lectures 24
EAN13 9782336698755
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Couverture
4e de couverture
Titre
Copyright
© L’Harmattan, 2014
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

EAN Epub : 978-2-336-69875-5
Sommaire Couverture 4e de couverture Titre Copyright Sommaire Introduction générale Chapitre premier. — Construire l’objet de la recherche : de la géographie de la France à la France en géographie La définition géographique de la France évitée par les programmes actuels Enseigner la France en géographie : quelles ressources ? Un protocole didactique de production d’information par les élèves Chapitre 2. — Reconnaître la France à partir d’un espace local Articuler l’échelon local et l’échelon national par une approche iconographique Quatre expressions d’un Ici local à partir de l’iconographie Reconnaître la France (littorale) par l’iconographie à partir d’un Ici local Chapitre 3. — Représenter la France à partir des mobilités du quotidien Qu’est-ce que la France pour des élèves de première ? Éléments de méthode Une pluralité iconographique pour la France Les lieux d’identification de la France Chapitre 4. — Enquêter la France par les lieux Une enquête par les lieux Lieux écrits et lieux de connexion (décomposer/ recomposer) Un divertissement didactique par les lieux Chapitre 5. — Mettre la France en formes à l’aide d’un outil numérique Des formes de France obtenues par mise en ordre d’images géographiques : le dispositif de l’étude Une France sanctuaire, patrimoniale et rurale L’objet France construit collectivement : un idéal d’équilibre entre patrimoine et activité Chapitre 6. — De la France faire lieu : travailler sur les rapports d’identification à la France La France comme lieu de la géographie scolaire Traces et médiateurs d’identification à la France : une part de l’expérience échappe à l’analyse Les contours de la France dans les bilans de savoir : une France hors la géographie ? Les formes de France : la plastique de la France dans les panneaux Trois relations d’identification à la France Discussion : la France a-t-elle eu lieu ? Chapitre 7. — Explorer la France sensible au moyen de parcours de représentations Des parcours de représentations pour une approche sensible de la France La France par les objets Des objets se détachent les mots Après l’objet et le mot, se profile la ligne Chapitre 8. — Le rapport géographique à la France : des enjeux didactiques aux enjeux de métier Pour une didactique géographique : la pertinence didactique du concept géographique de lieu La France géographique des professeurs : faire ses preuves comme professionnels de l’enseignement (de la géographie) Conclusion générale Références bibliographiques LA GÉOGRAPHIE AUX EDITIONS L’HARMATTAN Adresse
Introduction générale
La France, c’était d’abord une carte, que ses œillets de cuivre tenaient suspendue au mur, avec, en grosses lettres noires, le nom d’un certain Vidal-Lablache, aussi mystérieux que le cheval Balker du garage. On gardait l’année durant les yeux sur elle, tranquillement assise, bien d’aplomb sur ses six côtés (Ozouf, 2009, p.119-120).

Ainsi Mona Ozouf évoque-t-elle dans le récit de son enfance bretonne, la contribution de la géographie scolaire à la fabrication des appartenances collectives en France. Quels textes, des élèves de collège et de lycée, écriraient-ils aujourd’hui en prolongeant cette proposition : la France (pour moi), c’est d’abord… ? Autrement dit, la France a-t-elle, pour les collégiens et les lycéens auxquels est enseignée la géographie de la France, une existence territoriale ? Et que peut-on faire, dans les classes de géographie, de et avec cette existence ou cette éventuelle non-existence territoriale ?

Une histoire méthodologique : des expérimentations de professionnels de l’enseignement, à la croisée d’une didactique disciplinaire et de l’analyse du travail enseignant

Il y a, au départ de la recherche, la volonté de professeurs d’histoire-géographie, de travailler ensemble et avec l’accompagnement initial d’un enseignant-chercheur géographe et didacticien de la géographie. Les six professeurs co-auteurs se sont inscrits en 2011-2012 à un master « Métiers de l’enseignement », dans une spécialité Géographie et sociétés , dont l’objectif est de préparer au métier de professeur d’histoire-géographie. Dans cette spécialité, ils ont suivi un cursus spécifique lié à leur situation de reprise d’études (formation continuée). Ce cursus a consisté en un séminaire de formation à/par la recherche dont le thème a été fixé d’un commun accord en juin 2011 : enseigner la France en géographie . Dans ce cadre, ils ont eu à produire un mémoire de master. Les six enseignants forment un groupe dont quatre membres travaillent ensemble depuis cinq ans ; deux sont des nouveaux venus.

L’engagement respectif des protagonistes est celui d’un encadrement scientifique qui amène les professeurs à l’obtention de ce diplôme, autour de la réalisation d’un mémoire de master, et, réciproquement, d’un travail de recherche qui sera à conduire à partir de pratiques de classe, dans une intention d’innovations professionnelles.

Le dispositif dont ce texte est la trace, est donc, d’un point de vue universitaire, un dispositif de formation professionnelle à/par des pratiques de recherche, et d’un point de vue professionnel, un dispositif d’aide collective à l’innovation personnelle, grâce à des expérimentations discutées et analysées dans un cadre partagé. Ce groupe de professeurs est une instance de travail spécifique : il se situe à distance des établissements scolaires d’exercice et aussi, aux dires de ses membres, à distance de leurs lieux de formation continue habituels. Pour le didacticien de la géographie qui les encadre, il s’agit de comprendre et de soutenir des pratiques d’enseignement de la géographie, dans un cadre collaboratif construit avec des enseignants volontaires. Ces derniers ne sont pas en situation expérimentale à la demande de l’enseignant-chercheur qui les observerait avec le recul propre à un dispositif expérimental, mais dans une situation voulue d’expérimentation dont le sens est négocié entre chacun d’entre eux, le groupe et le formateur qui a la responsabilité scientifique du master.

Le cadre de référence premier du groupe de travail est la didactique de la géographie. Il s’agit, pour l’enseignant-chercheur didacticien, d’une pratique de recherche dont l’objectif est d’une part, de comprendre ce en quoi consiste l’activité et la production des acteurs, professeurs et élèves, « en train de faire de la géographie » et d’autre part, de développer avec certains d’entre eux, volontaires pour cela, des possibles d’enseignement et d’apprentissage. Ce point de vue didactique considère qu’être au cœur de la transmission des savoirs, c’est aussi être particulièrement attentif au travail des acteurs, entre autres, des professeurs. Or, ce travail les implique simultanément sur le front des savoirs, sur le front social ou politique et sur celui de leurs relations avec les élèves. C’est cette complexité du travail enseignant que nous avons aussi cherché à restituer, à décrire, loin d’une intention de prescrire des séquences à enseigner.

Nous concevons la géographie scolaire comme un des domaines du champ des savoirs de la géographie (Chevalier, 2003). Géographie à part entière, elle est à considérer comme engageant simultanément une production de savoir sur le monde et l’élaboration, dans le même mouvement, d’une expérience géographique de soi et des autres, ce que les géographes scientifiques appellent « le terrain » (Calbérac, 2010). La didactique de la géographie est l’étude, encore aujourd’hui largement concentrée sur l’école, de la transmission et de l’appropriation de savoirs géographiques, mais aussi de ce en quoi cette transmission et cette appropriation engage une expérience, c’est-à-dire une transformation des personnes impliquées, professeurs et élèves. De cette approche de la didactique de la géographie, qui met au centre le rapport des personnes et des groupes à l’espace terrestre et aux lieux, ou encore la géographicité de l’être humain (Dardel, 1952 ; Retaillé, 2000), les professeurs du groupe sont partie prenante,

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents