Pouvoir devenir sujet
230 pages
Français

Pouvoir devenir sujet , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
230 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Marie Beauchesne propose ici une immersion radicale dans son parcours de vie, marqué notamment par l'éclatement familial caractéristique du Québec contemporain. Elle explore également son itinéraire de formation ainsi que sa pratique d'accompagnement du changement humain en milieu organisationnel, afin de répondre à une question brûlante : « Comment peut-on, par une pratique approfondie de soi, participer à la transformation de nos relations, de nos institutions, voire même de notre société ? »

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 novembre 2014
Nombre de lectures 33
EAN13 9782336361116
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Marie BEAUCHESNE
POUVOIR DEVENIR SUJET Un itinéraire de formation à la reliance
Préface de Bernard Honoré
17/10/14 01:14
Pouvoir devenir sujet
Histoire de Vie et Formation Collection dirigée par Gaston Pineau avec la collaboration de Pierre Dominicé (Un. de Genève), Martine Lani-Bayle (Un.de Nantes), José Gonzalez Monteagudo (Un. De Séville), Catherine Schmutz-Brun (Un. De Fribourg), André Vidricaire (Un. du Québec à Montréal), Guy de Villers (Un. de Louvain-la-Neuve). Cette collection vise à construire une nouvelle anthropologie de la formation, en s'ouvrant aux productions qui cherchent à articuler "histoire de vie" et "formation". Elle comporte deux volets correspondant aux deux versants, diurne et nocturne, du trajet anthropologique. Le voletFormation s'ouvre aux chercheurs sur la formation s'inspirant des nouvelles anthropologiespour comprendrel'inédit des histoires de vie. Le voletHistoire de vie, plus narratif, reflète l'expression directe des acteurs sociaux aux prises avec la vie courante à mettre en forme et en sens. Dernières parutions Volet :Histoire de vie Jean-Eudes BOURQUE, Une parole arrachée au silence. Vivre la paralysie cérébrale, 2014. Micheline THOMAS-DESPLEBIN,Ruralité et soi féminin, Dialogues intimes au féminin, 2014. Corinne CHAPUT-LE BARS,Traumatismes de guerre. Du raccommodement par l’écriture, 2014. Corinne CHAPUT-LE BARS,Quand les appelés d’Algérie s’éveillent, 2014. Jean-Pierre WEYLAND,Je voulais vous dire que je n’ai pas été sourd. Education active et promotion sociale, 2014. Jean TIRELLI,Journal d’une vieille dame en maison de retraite (nouvelle édition), 2013. Nelly LESELBAUM,Soleils d’Algérie. Je n’en suis pas encore revenue !, 2013.
Marie Beauchesne
Pouvoir devenir sujet
Un itinéraire de formation à la reliance Préface de Bernard Honoré
© L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-04407-1 EAN : 9782343044071
Préface
Nous sommes en présence d’une histoire d’ouverture à l’existence par une formation à larelianceaux autres et au monde à dessein de découvrir un pouvoir devenir sujet dans l’exercice d’une liberté et d’une responsabilité. En lisant le texte de Marie Beauchesne, j’ai été immédiatement touché par sa quête dedevenir elle-même comme sujet, enracinée dans un manque de reliance vécu durant son enfance et son adolescence dans un milieu familial éclaté. Je me suis senti en résonance avec les motifs de son engagement dans un processus de formation qui l’a conduite à se libérer de ce qui avait bridé et altéré ses liens affectifs aux autres. Le mémoire de Marie Beauchesne exprime son désir et son projet de formation dans le sens d’uneouverture à l’existence, et décrit son itinéraire vers son accomplissement dans diverses pratiques relationnelles de sa vie personnelle et professionnelle. Il nous met en présence de l’émergence de ce désir au cours de plusieurs années de pratiques professionnelles partant de formations à la communication et au journalisme. Alors qu’elle éprouve un mal-être relationnel dans ses activités, le projet s’affirme d’une recherche-formation à ce qu’elle a nommé la reliance, à dessein de se libérer de ce qui contraint sa liberté et nuit à sa responsabilité. Au cours de l’expérience de cette formation se précise la question « des ponts qui existent entrece que j’arrive à fairede moi au cœur d’une réflexion approfondie sur mon rapport à mon histoire, à mes désirs et à ma vie, etce que cela fait de moicomme être de relation et d’action dans le monde. » Ce qui conduit à la problématique « des conditions de formation qui peuvent permettre à un individu d’entrer dans l’exercice de son pouvoir devenir sujet» (42-43). La formation a été vécue dans le cadre de la préparation à la maîtrise en étude des pratiques psychosociales à Rimouski où elle a déjà été assistante et où elle deviendra chargée de cours au programme de baccalauréat en travail social et en psychosociologie. Elle a rencontré au sein de cette université des formateurs attentifs à son histoire et à ses besoins de formation et
7
qui l’ont accompagnée à la fois dans le processus d’une histoire de vie et dans une expérience en somato-psychopédagogie. L’Université du Québec à Rimouski, sur les bords du Saint Laurent, est un lieu parcouru par un courant novateur associant, dans les pratiques psychosociales, la formation et le soin. Un lieu où souffle un esprit de reliance aux autres, aux divers groupes d’appartenance, au monde en son entièreté. Dans cette ambiance propice à l’épanouissement personnel et au développement des capacités de formation et d’accompagnement du changement, notamment dans le champ de la santé, Marie Beauchesne a vécu l’expérience de son évolution personnelle en dépassant les souffrances de son passé et en ne se laissant pas enfermer dans les blocages de l’environnement social et moral. L’ouvrage est structuré en trois parties correspondant aux étapes méthodologiques d’une recherche dans une posture heuristique fondée sur l’implication personnelle et l’engagement du chercheur. Cette posture convenait tout particulièrement à Marie Beauchesne qui était consciente qu’un processus de formation à la reliance la conduiraitau cœurde sa vie. Ces étapes, de question, d’exploration et de compréhension, sont des moments d’un processus expérientiel dans lequel la formation du chercheur se constitue en même temps que progresse la pratique de la recherche. Elles sont itératives et récurrentes, menant en spirale, au sein de l’expérience de recherche, à la découverte de ce qui est nommé ici unpouvoir devenir sujet. La question est vivante, forte, passionnée et pressante. Elle surgit d’un sol humain conflictuel dont la consistance aride et sèche a supporté l’expérience d’un manque de relations authentiques vécu dans l’enfermement d’une quête solitaire sans réponse et dans le ressentiment. Elle porte à la fois sur le sens de l’expérience des contraintes vécues dans son histoire et sur l’expérience du processus de formation engagé pour s’en libérer en les dépassant. Elle sera explorée à partir d’une immersion radicale dans son expérience de vie. Marie Beauchesne nous invite à la rencontrer dans son exploration au carrefour de deux pratiques formatives qu’elle a vécues au cours de sa recherche. L’une, inaugurale, est celle du récit autobiographique. L’autre est celle de la somato-
8
psychopédagogie. L’une et l’autre sont présentées dans leur complémentarité. Le lecteur est convié à plonger avec Marie dans son récit autobiographique. Sa mise en forme est très élaborée, construite au présent en une succession de « je me souviens ». Un enchaînement de souvenirs d’enfance et d’adolescence décrit les situations éprouvantes vécues dans un univers familial dissocié et chaotique duquel Marie se sent rejetée, maltraitée par une belle-mère sans être protégée par son père. Décrits comme en contrepoint de la ligne dramatique, viennent aussi des souvenirs chaleureux d’« une vie reliée, malgré tout » avec deux demi-sœurs, un jeune frère et aussi avec un grand-père paternel initiateur du rapport au sacré et reconnaissant la profondeur de sa blessure mais aussi son envie de vivre et la beauté qu’elle portait en elle. (89) Le récit de tous ces souvenirs est ponctué, dans la perspective de leur analyse, de citations d’auteurs ayant étudié la dynamique des liens familiaux, leurs conflits, leurs violences psychologiques avec leurs conséquences dans le développement affectif de l’enfant. Ces citations préparent un autre récit en une forme plus réflexive, approchant l’expérience vécue au cours du processus de formation pour tenter de le comprendre. Marie Beauchesne revient sur le contexte familial dans lequel elle a évolué pour en éclairer les facteurs de risque à la lumière de ses lectures concernant notamment les besoins de l’enfant vivant en famille monoparentale suite à la séparation de ses parents. Elle en dégage les grandes lignes interprétatives qui vont orienter le sens de ses recherches pour se relier à son histoire vécue inscrite dans sa pensée mais aussi dans son corps. À la voie de recherche de connaissance et de transformation de soi par l’écriture autobiographique d’inspiration phénoménologique, se joint la voie de la rencontre avec soi en découvrant « l’histoire que raconte son corps » (140) par des pratiques d’accompagnement dites de somato-psychopédagogie telles qu’elles ont été initiées par Danis Bois. Les objectifs, les méthodes et les pratiques de ces deux voies sont décrits, dans l’intention, semble-t-il, de faire comprendre pourquoi et comment elles ont été choisies et surtout comment elles ont été vécues. À leur jonction, se trouve, pour Marie Beauchesne, l’accomplissement de son projet de pouvoir devenir sujet par une
9
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents