Après la poussière Tome 3 - Glory
219 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Après la poussière Tome 3 - Glory , livre ebook

-
traduit par

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
219 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Quand Glory capture un Déchiqueteur, une terrible vérité sur l’origine de ces monstres renforce sa motivation et sa terreur. Troisième et dernier tome d’une dystopie futuriste de monstres et de rédemption.
Glory est maintenant en sécurité à l’extérieur du Dôme, mais son cœur est déchiré par l’amour. Ceux qu’elle aime sont à ses côtés ; toutefois, la menace des Déchiqueteurs et le désir d’aider ceux qui sont toujours prisonniers du Dôme demeurent.
Sa quête de liberté tire à sa fin, mais tous les combats ne sont pas encore menés. Vaut-il mieux, pour Glory, protéger à tout prix sa vie et celle de ceux qui lui sont chers ou combattre pour la liberté de toute une population ? Sous quel prétexte peut-on s’arroger le droit de décider pour les autres ?
— Je pense que Mme Kalin a fabriqué ces Déchiqueteurs. Ils sont peut-être même soumis à sa volonté.
Cal pose sa main sur mon lit, près de ma jambe.
— Quoi! Comment?
Burn fronce les sourcils, mais je me demande si c’est à cause de mon hypothèse ou de la présence de la main de Cal à proximité de ma cuisse.
— À l’Hôpital, elle administre de la poussière à des employés du Havre, expliqué-je. Des Déviants et des Normaux. Cal et moi avons vu des techniciens à l’œuvre. Ils injectent des quantités différentes à chacun des sujets et ils étudient les effets. Ils vont même jusqu’à leur faire du mal pour éprouver leur seuil de résistance à la douleur et leur temps de guérison.
Je jette un coup d’œil à mon frère, qui détourne les yeux. Sa paralysie a disparu une fois qu’il a commencé à respirer de la poussière.
— Ma théorie, continué-je, c’est que ces sujets, lorsqu’ils se transforment en Déchiqueteurs – c’est inévitable, vu le traitement qu’elle leur impose –, sont chassés du dôme. Une vraie manufacture de Déchiqueteurs.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 02 novembre 2016
Nombre de lectures 0
EAN13 9782764432150
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0650€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

De la même auteure chez Québec Amérique
Après la poussière, Tome 2 – Conformité , coll. Magellan, 2015.
Après la poussière, Tome 1 – Déviants , coll. Magellan, 2014.


Projet dirigé par Stéphanie Durand, éditrice

Traduction : Lori Saint-Martin et Paul Gagné
Conception graphique : Sara Tétreault
Mise en pages : Pige communication
Révision linguistique : Line Nadeau et Élyse-Andrée Héroux
En couverture : montage réalisé à partir d’oeuvres photographiques deshutterstock.com : © Binkski / © Curly Pat / © Chokniti Khongchum
Conversion en ePub : Marylène Plante-Germain

Québec Amérique
329, rue de la Commune Ouest, 3 e étage
Montréal (Québec) H2Y 2E1
Téléphone : 514 499-3000, télécopieur : 514 499-3010

Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada pour nos activités d’édition.
Nous remercions le Conseil des arts du Canada de son soutien. L’an dernier, le Conseil a investi 157 millions de dollars pour mettre de l’art dans la vie des Canadiennes et des Canadiens de tout le pays.
Nous tenons également à remercier la SODEC pour son appui financier. Gouvernement du Québec – Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – Gestion SODEC.
Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Programme national de traduction pour l’édition du livre, une initiative de la Feuille de route pour les langues officielles du Canada 2013-2018 : éducation, immigration, communautés , pour nos activités de traduction.



Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada

McGowan, Maureen
[Dust chronicles. Français]
Après la poussière
(Magellan)
Traduction de : The dust chronicles.
Sommaire : t. 3. Glory.
Pour les jeunes.
ISBN 978-2-7644-3213-6 (Version imprimée)
ISBN 978-2-7644-3214-3 (PDF)
ISBN 978-2-7644-3215-0 (ePub)
I. Saint-Martin, Lori. II. Gagné, Paul. III. Titre. IV. Titre : Deviants. Français. V. McGowan, Maureen. Glory. Français. VI. Collection : Magellan (Éditions Québec Amérique).
PS8625.G69D4814 2014 jC813’.6 C2014-941785-3 PS9625.G69D4814 2014

Dépôt légal, Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2016
Dépôt légal, Bibliothèque et Archives du Canada, 2016

Copyright © 2014 by Maureen McGowan

Tous droits de traduction, de reproduction et d’adaptation réservés

© Éditions Québec Amérique inc., 2016.
quebec-amerique.com
Translation copyright © 2015 by Éditions Québec Amérique inc.

Titre original : Dust chronicles © Maureen McGowan, 2014.




Pour mes tantes Ruth et Grace Dafoe. Il règne sur le monde avec Ruth et Grace. Je vous aime.

chapitre premier
La liberté donne l’illusion de la sécurité, et mon désir le plus cher est de m’abandonner à ce fantasme. Entourée d’amis, au milieu d’une forêt baignée par l’air pur, je me sens à l’abri. Je ne porte même pas mon masque contre la poussière.
Mon frère, Drake, bondit sur un rocher et pousse des gloussements en battant des bras et en avançant le menton à répétition. Jayma le copie et sa fragilité rend son imitation d’oiseau beaucoup plus convaincante que les martèlements maladroits de Drake, surtout si j’imagine les cheveux roux de mon amie comme des plumes et son masque comme un bec.
Souriant, Cal secoue la tête.
À quoi jouez-vous, au nom du Havre ? Vous avez l’air complètement ridicules.
Nous sommes des poules, répond Jayma, les joues rougies par le soleil. Tu n’en as pas encore vu ?
Nan, dit Cal en remontant son masque sur son front. Mais j’en ai mangé. C’est meilleur que le rat.
Tout est meilleur que le rat, dit Drake avant de chanter comme un coq.
En riant, Jayma se tourne vers moi.
À toi, Glory.
Adossée à un rocher, je lève les mains.
Je laisse les imitations aux spécialistes.
Jayma ôte son masque, dont les bords ont laissé des marques sur ses joues couvertes de taches de son.
Qu’est-ce qui ne va pas ?
Rien. Tout va bien.
À travers les branches des pins, je contemple le ciel et j’ordonne aux commissures de mes lèvres de se retrousser. L’astuce me remonte le moral – jusqu’à un certain point. Aujourd’hui, tous les ingrédients du bonheur sont réunis, dans les bonnes proportions, et pourtant je sens dans mes épaules une tension tenace. J’agite les bras dans l’espoir de m’en débarrasser.
Jayma incline la tête.
Tu penses que nous nous sommes trop éloignés ? demande-t-elle en jetant un coup d’œil vers Concorde, le nom donné depuis peu à la colonie où nous vivons. C’est contraire aux Politiques et Procédures ?
Jamais de la vie ! s’exclame Drake en sautant du haut d’une grosse pierre.
Il atterrit sur le lit d’aiguilles de pin et un nuage de poussière lui enveloppe les chevilles.
À Concorde, il n’y a pas de règles !
Ah bon ?
Jayma replace le masque sur son visage et s’assure qu’il est bien ajusté en tirant sur les courroies. Bien qu’elle soit rare par ici, la poussière d’astéroïdes qui a éliminé presque toutes les formes de vie sur Terre il y a trois générations représente toujours un danger. Et Jayma vient de quitter le Havre et son dôme.
Concorde n’a rien à voir avec le Havre, dit Drake. Ici, pas de Direction pour tout régenter. Pas de manuel de P et P. On fait ce qu’on veut. On va où bon nous semble.
Et où va-t-on, au juste ? demande Cal.
Drake agite l’index.
C’est une surprise, n’oublie pas.
Jayma jette un coup d’œil sur les bois qui se referment derrière nous.
Et si nous nous perdons ?
Regarde, répond Drake en touchant une marque gravée sur un tronc. La dernière fois que je suis passé par ici, j’ai laissé des traces. Je suis mon sentier depuis que nous avons quitté le bord de l’eau.
Tu as fait du mal aux arbres ? demande-t-elle.
Je ne pense pas, répond Drake en plissant le front. Les arbres ne sont pas sensibles à la douleur comme nous le sommes.
Tu sais tant de choses sur l’Extérieur, dit Jayma en caressant la cicatrice sur l’écorce.
Donne-toi un peu de temps, lance Drake. Tu es là depuis trois semaines seulement. Tu apprendras, toi aussi.
Il tend la main vers le masque de Jayma.
Allez. Enlève ça.
Drake porte le sien derrière la tête.
Non ! s’écrie-t-elle en s’écartant. Sans masque, l’Extérieur n’est pas sûr. Pas pour moi.
Elle veut dire : Pas pour une Normale . Ni pour elle ni pour Cal, en somme.
N’aie pas peur, dit Drake en souriant. Il n’y a pratiquement pas de poussière par ici. Que des aiguilles de pin et de la pierre.
Il montre les environs d’un geste.
Tu peux l’ôter. Fais-moi confiance. Personne d’autre n’en porte.
En voyant mon frère d’à peine quatorze ans s’employer à rassurer mon amie, je sens mon cœur se gonfler de fierté. Facile d’oublier qu’il a deux ans et demi de moins que Jayma et moi. Et quatre ans de moins que Cal.
Avec hésitation, Jayma remonte le masque sur son front. Drake hoche la tête en signe d’encouragement et elle prend une inspiration timide.
Tu appelles ça respirer ? dit-il. Regarde.
Il se penche, étire ses bras au-dessus de sa tête et se remplit les poumons.
C’est si bon d’être en vie !
Elle rit, mais aussitôt ses narines se plissent et elle plaque ses mains sur sa bouche et son nez.
Drake croise les bras sur sa poitrine.
Il faut que je refasse la poule ?
Elle découvre son visage, sur lequel se découpe un large sourire. Puis, en imitant Drake, elle s’étire et crie :
C’est si bon d’être en vie !
Plus fort ! hurle Drake en se penchant vers l’arrière pour inspirer à fond. Vive l’air frais ! Vive la liberté ! Vas-y !
Jayma incline son visage vers le ciel.
Vive l’air frais ! Vive la liberté !
C’est mieux.
Drake affirme avoir pris en main la Formation générale de Jayma. Lui-même a dû abandonner la FG à dix ans seulement. Sans le vouloir, je lui ai fait du mal à cause de ma Déviance, et ses jambes ont été paralysées. Du coup, il est devenu un Parasite au sein du Havre. Après, il est resté caché pour évi

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents