L ordre national du Mérite
50 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

L'ordre national du Mérite

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
50 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description



Deuxième édition du livre initialement paru en 2011.
L’ordre national du Mérite a été fondé par décret du général de Gaulle, le 3 décembre 1963.
Pour récompenser les Français et les Françaises au cours de leur carrière, il a voulu un ordre qui reflète les évolutions de notre société.
C’est cette institution qui est décrite dans cet ouvrage : sa place dans la longue histoire des récompenses, les raisons de sa création, le fonctionnement de l’Ordre, les conditions d’attribution de la décoration.
En presque un demi-siècle, l’ordre national du Mérite a été attribué à une élite plus jeune, issue de toutes les professions dans tous les secteurs d’activité, et dont le comportement exemplaire fait honneur à notre nation.




Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 4
EAN13 9782843682247
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0041€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait



Deuxième édition du livre initialement paru en 2011.
L’ordre national du Mérite a été fondé par décret du général de Gaulle, le 3 décembre 1963.
Pour récompenser les Français et les Françaises au cours de leur carrière, il a voulu un ordre qui reflète les évolutions de notre société.
C’est cette institution qui est décrite dans cet ouvrage : sa place dans la longue histoire des récompenses, les raisons de sa création, le fonctionnement de l’Ordre, les conditions d’attribution de la décoration.
En presque un demi-siècle, l’ordre national du Mérite a été attribué à une élite plus jeune, issue de toutes les professions dans tous les secteurs d’activité, et dont le comportement exemplaire fait honneur à notre nation.




" />

Les collections du citoyen Monde & Société
L'ordre national du Mérite

Ouvrage collectif Françoise Serodes / NANE Éditions Illustrations : Pascale Collange

16, rue de Marignan – 75008 Paris Téléphone 01 53 83 95 78 – Fax 01 53 75 36 80 contact@nane-editions.fr www.nane-editions.fr
Préface


L’ordre national du Mérite, deuxième ordre national français, rassemble des hommes et des femmes qui met­tent leurs talents et leur générosité au service de l’intérêt général. Distingués au nom du président de la République, grand maître de l’Ordre, ils constituent des exemples pour leurs concitoyens. C’est d’ailleurs la première vertu de cette institution : faire des émules qui, à leur tour, œuvreront pour le bien commun.
La seconde vertu de l’ordre national du Mérite est unificatrice. Comme la Légion d’honneur, sa prestigieuse aî­née, l’Ordre est universel et met ainsi sur un pied d’égalité ses membres, qu’ils soient militaires ou civils, scientifiques ou artistes, entrepreneurs ou fonctionnaires, enseignants ou magistrats, bénévoles associatifs ou sportifs. Avec 326 000 per­sonnes nommées depuis sa création en 1963 par le général de Gaulle, cet ordre s’est enraciné dans la société française et a tissé des liens profonds entre les gé­nérations. L’ordre national du Mérite établit également des liens au-delà de nos frontières. Chaque année, plus de 300 étrangers reçoivent cette distinction pour la qualité des relations qu’ils entretiennent avec notre pays, dans tous les domaines d’activité. L’Ordre se pare ici de vertus diplomatiques et fait rayonner la France et les valeurs de mérite et d’excellence à travers le monde.
Le présent livre promeut ces mêmes valeurs qui animent tout décoré. Elles sont également transmises par le musée de la Légion d’honneur et des ordres de chevalerie, ainsi qu’au sein des maisons d’éducation de la Légion d’honneur que vous découvrirez en fin d’ouvrage, avant la présentation de l’Association des membres de l’ordre (ANMONM), société d’entraide, active et généreuse.


Général d’armée Benoît Puga G rand chancelier de la L égion d’honneur C hancelier de l’ordre national du M érite


* Les mots suivis d’un astérisque sont expliqués dans le lexique.
Sommaire
Préface
Un peu d’histoire
La création de l’ordre national du Mérite
Le fonctionnement de l’ordre national du Mérite
Les membres de l’ordre national du Mérite
L’ordre national du Mérite aux étrangers
Les maisons d’éducation de la Légion d’honneur
Le musée de la Légion d’honneur et des ordres de chevalerie
L’ANMONM
Postface

Lexique
Collections
Adresses utiles
Un peu d'histoire
L’ordre national du Mérite puise ses racines dans la tradition des ordres chevaleresques européens qui ont évolué à travers les siècles.
Naissance des ordres religieux, militaires et hospitaliers
L es ordres* religieux, militaires et hospitaliers sont nés au cours des croisades avec les moines-soldats qui assuraient la sécurité des malades dans les hospices et la protection des pèlerins sur les lieux saints.
À l’époque des croisades, ces moines-soldats portaient un vêtement orné d’une croix, différente selon les ordres. On distinguait trois grands ordres : l’ordre souverain militaire hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte, plus tard appelé l’ordre de Malte, l’ordre des Templiers et l’ordre des Teutoniques. Placés sous l’autorité du pape, ils élisaient leur grand maître. Après la chute de Saint-Jean-d’Acre en 1291 et la disparition des États latins d’Orient, beaucoup d’ordres hospitaliers disparaissent et ceux qui survivent se sédentarisent.
 

Fidèle à sa vocation d’accueillir, soigner et secourir « les blessés de la vie », l’ordre de Malte est présent dans une centaine de pays où il mène une importante action humanitaire.
Ordres royaux de chevalerie aux XIX e et XVI e siècles
A u Moyen Âge, les rois vont créer des ordres royaux de chevalerie en s’inspirant des ordres religieux hospitaliers. Ces ordres leur permettront de rassembler autour d’eux des gens de noblesse liés par serment à leur roi. Ainsi apparaissent :
- L’ordre de la Jarretière, créé par Édouard III en Angleterre en 1334.
- L’ordre de Saint-Michel, créé par Louis XI en 1469.
- L’ordre du Saint-Esprit, créé par Henri III en 1578.
- L’ordre militaire de Notre-Dame du Mont Carmel, créé par Henri  IV en 1607 et réuni en 1668 avec l’ordre de Saint-Lazare.
 

Croix de l’ordre du Saint-Esprit, or et émaux.
 
Les ordres royaux étaient soumis à une règle et dirigés par un grand maître, le roi ; réservés à la noblesse, leurs membres portaient le titre de « chevaliers ». Ils prêtaient serment d’ allégeance* et de fidélité au roi et arboraient la marque de l’Ordre : croix émaillée avec un médaillon au centre représentant l’ emblème* du saint patron. Cette croix était portée sous forme de plaque* fixée sur la poitrine ou elle était suspendue à un large ruban appelé «  cordon*  ». L’ordre du Saint-Esprit demeura le premier ordre de la monarchie française. Créé pendant les guerres de religion, il était destiné à défendre la foi catholique et était voué au Saint Esprit en raison de la dévotion d’Henri III, devenu roi de Pologne et de France pendant les fêtes de Pentecôte 1573-1574.
Ces récompenses firent dire à Montaigne : « C’est à la vérité une bonne et profitable coutume de trouver moyen de reconnaître la valeur des hommes rares et excellents et de les contenter et satisfaire par des paiements qui ne chargent aucunement le public et qui ne coûtent rien au prince ».
 

Croix de Malte, or, rubis et émaux. MLHOC.
 
 

L’ordre du Saint-Esprit est le premier qui précise dans ses statuts* le port différencié de l’ insigne*  : une croix suspendue à un ruban bleu céleste, le collier étant réservé aux cérémonies.
 
 
Insigne de chevalier de l’ordre de Saint-Louis, or et émaux. Avers (Saint Louis en armure) et revers (épée passée dans une couronne de laurier). MLHOC.
 
L'ordre royal et militaire de Saint-Louis
E n 1693, Louis XIV crée l’ordre royal et militaire de Saint-Louis, premier ordre de mérite, destiné à récompenser les officiers catholiques les plus valeureux, nobles ou roturiers. Par opposition, l’ordre prestigieux du Saint-Esprit était réservé à la haute noblesse et ne comptait qu’une centaine de chevaliers.
L’Ordre distinguait trois grades : les chevaliers (sans limite de nombre), les commandeurs (24) et les grand’croix (8) ; des pensions...

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents