Sissi
60 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Sissi

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
60 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

À Vienne, Sissi étouffe. Elle ne se sent pas proche des dames qui l’entourent. Aucune ne monte à cheval, aucune n’a son âge, aucune n’a l’esprit libre. Sissi rêve de trouver une amie et une confidente avec laquelle elle pourrait passer de longues heures sans jamais s’obliger à tenir son rôle d’impératrice. Elle veut pouvoir rire quand bon lui semble et ne pas faire attention à chacun de ses gestes.

Un récit qui retrace la vie de Sissi, impératrice malgré elle ; une biographie à lire comme un roman pour découvrir cette héroïne d’une modernité surprenante.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 15 mars 2018
Nombre de lectures 20
EAN13 9782215139256
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0056€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Table des matières
1 – Malédiction
2 – Présentations
3 – Rien ne va plus
4 – Abandonné
5 – Impératrice !
6 – Révolté
7 – Espionnée
8 – Jeune maman
9 – Rébellion
10 – En voyage
11 – Cours d’anatomie
12 – La Hongrie
13 – Une si petite princesse
14 – Déménagement
15 – Enfin !
16 – La guerre
17 – Une arme
18 – Infirmière !
19 – Trop, c’est trop !
20 – Une nouvelle amie
21 – Réconciliation
22 – Reine de Hongrie
23 – Un candidat idéal
24 – Marie-Valérie
25 – Contretemps
26 – Liberté
27 – Du nouveau
28 – Le temps passe
29 – Enquête
30 – Le drame
31 – Voyages
32 – Une aubaine
33 – Projets
34 – Nervosité
35 – Dernières futilités
36 – C’est la fin
37 – Pendant ce temps, à Vienne
Ce qu’ils sont devenus
Copyright
Dans la même collection
1 Malédiction

Hongrie, 6 octobre 1849
– M adame ?
La femme lève les yeux de son ouvrage. Un homme en habit militaire se tient à la porte du salon, sans doute introduit par le maître d’hôtel. Il a l’air grave, une missive dans les mains.
– Un télégramme pour vous, madame.
La comtesse Batthyány pâlit. Elle redoute ce moment depuis des semaines déjà. Son mari, ancien chef du gouvernement hongrois, a été emprisonné sur ordre de l’empereur François-Joseph. Il a été condamné à mort. Son crime : s’être opposé à l’autorité autrichienne pour gagner l’indépendance de la Hongrie.
La comtesse décachette le télégramme d’une main tremblante. Elle sait déjà ce qu’il va lui apprendre mais tout en elle le refuse. Elle parcourt des yeux les quelques lignes laconiques. Ce 6 octobre 1849, son époux le comte Lajos Batthyány vient d’être fusillé.
Les yeux de la jeune veuve s’embuent de larmes mais elle se redresse fièrement. Oh, non, elle ne pleurera pas ! Ce serait faire trop de plaisir à ces Autrichiens de malheur. Le combat de son mari n’est pas terminé. Ils sont nombreux, ceux qui se soulèveront à leur tour pour tordre le cou à cet occupant trop sûr de lui.
À présent, les yeux de la comtesse lancent des éclats furieux. Elle pense à l’empereur François-Joseph qui aurait pu demander la grâce de son mari et ne l’a pas fait. Un jeune empereur, de dix-neuf ans seulement, qui a déjà le cœur dur. La veuve Batthyány serre les dents et murmure, les traits déformés par la haine :
– Que Dieu frappe tous ceux qu’il aime et toute sa lignée !
2 Présentations

Autriche, 15 août 1853
– S issi ? Où est passée Sissi ?
Hélène passe la tête par la fenêtre de la voiture.
– Elle est en train de faire boire les chevaux, maman, dit-elle en découvrant sa sœur à l’avant de leur calèche.
– J’espère au moins qu’elle ne se salit pas, râle la duchesse Ludovica de Wittelsbach.
Hélène sourit. Sissi a les pieds et le bas de la robe dans l’eau boueuse mais elle ne s’en soucie guère. Pour une fois, leur mère ne verra rien car les deux jeunes filles, et la duchesse elle-même, sont habillées de noir. Une tante éloignée est morte il y a peu et toute la famille a revêtu des habits de deuil.
– Allons, Sissi, en voiture ! appelle la duchesse d’une voix forte.
Lorsque la jeune fille de quinze ans arrive à la portière de la voiture, ses joues sont roses, son teint frais, ses lèvres écarlates et son regard pétillant.
– Je viens, maman, lance-t-elle gaiement tout en grimpant lestement dans la voiture. Ces pauvres bêtes avaient si soif.
Elle prend garde à dissimuler ses chaussures crottées sous sa robe et glisse un coup d’œil complice à sa sœur de trois ans son aînée. La duchesse, leur mère, n’a rien remarqué. Elle se tient assise, les yeux mi-clos, terrassée par une migraine qui lui donne la nausée et lui vrille le cerveau. À côté d’elle, Hélène n’en mène pas plus large même si elle rend à sa sœur son clin d’œil. La pauvre est à la torture elle aussi. Sa tête lui fait mal et elle ne rêve que d’une seule chose : s’étendre sur un lit, dans une pièce plongée dans le noir. Hélas, Hélène et sa mère n’auront pas le loisir de prendre soin d’elles, encore moins de se reposer. Elles sont en retard et le rendez-vous auquel elles se rendent est sans doute le plus important de leur vie. Aujourd’hui, Hélène va être présentée au jeune empereur d’Autriche François-Joseph, son cousin. C’est Ludovica et l’archiduchesse Sophie, la mère de l’empereur, qui ont tout manigancé. Elles sont sœurs. L’une et l’autre rêvent d’un mariage entre les deux jeunes gens. Une façon de lier davantage leurs familles.
Cela fait des années qu’Hélène se prépare à ce mariage sans que rien ne soit officiel. Sa mère surtout a focalisé toute son attention sur elle. Elle a veillé à son instruction plus que quiconque dans la famille. Les meilleurs professeurs ont été embauchés pour elle, les meilleures couturières aussi. Sa mère l’a tenue au courant des affaires de l’État, lui a appris la couture, les bonnes manières, l’art de recevoir… Hélène est une jeune fille accomplie et pieuse, l’un des meilleurs partis de toute l’Europe. De plus, ce qui ne gâche rien, elle est très jolie. Brune, élancée, les traits fins, la peau blanche, elle a toutes les qualités pour faire une parfaite impératrice.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents