La Mère Michel a perdu son chat
78 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

La Mère Michel a perdu son chat , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
78 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Moi, c’est Octave. Avec ma petite sœur, Plume, nous nous sommes inscrits au cours "Enquêtes et filatures";. Drôle d’idée, me direz vous. N’empêche que Mathis et Eliott ont eu la même que nous ! Entre Mathis qui est toujours dans la lune et Eliott qui se prend pour un véritable policier, nos enquêtes risquent d’être amusantes !

Yvain, notre professeur, est un ancien agent secret, et un peu détective aussi. Il nous impressionne avec ses nombreuses cicatrices, son œil de verre, et tous ses conseils de professionnel ! D’ailleurs, notre première enquête ne se fait pas attendre. La Mère Michel, la concierge de l’immeuble du quartier, a perdu son chat ! Qu’est-ce qui a bien pu lui arriver ? Nous voici lancés sur la piste.…



Alors, prêts à ouvrir l’œil ?!

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 22 octobre 2019
Nombre de lectures 15
EAN13 9782728928743
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0015€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

À Marie, pour sa patience et son œil toujours ouvert.

1
Une nouvelle activité
Moi, c'est Octave. Et ce que vous tenez entre les mains est mon premier roman. Aujourd'hui, c'est officiel, j'entame ma carrière d'écrivain. Mozart a commencé à composer à l'âge de 6 ans. Picasso a peint sa première toile à 8 ans. Et à 11 ans, Arthur Rimbaud écrivait déjà des poèmes. Moi, j'ai 12 ans et je suis en 5 e au collège Paul Claudel. Il est temps de m'y mettre. Je n'ai pas une minute à perdre !
Je m'appelle Octave parce que mon père est un grand musicien. Une chance qu'il n'ait pas été cartographe, il m'aurait peut-être appelé Atlas ? Il est trompettiste de renom et sillonne la planète pour donner des concerts. Je ne le vois pas beaucoup mais il paraît que je lui ressemble comme deux gouttes d'eau… quand il souffle dans sa trompette ! Il a alors les joues qui se gonflent, les yeux qui s'arrondissent et les cheveux qui donnent l'impression de se dresser sur sa tête. Moi, je suis pareil : j'ai une couronne de cheveux bruns et frisés sur la tête, des yeux marron et ronds et des joues rebondies, beaucoup trop grosses à mon goût . Sauf que chez moi, c'est permanent. Pas besoin de souffler dans une trompette. Tant mieux dans un sens car je n'ai pas du tout l'oreille musicale. Je n'ai pas non plus l'âme d'un artiste ni l'énergie d'un sportif. Ce que j'aime, c'est écrire ! Vous l'aurez compris. Je rêve de devenir écrivain. Le plus grand, bien sûr ! J'aurais dû m'appeler Plume…
Mais Plume, c'est ma sœur. Elle et moi, nous avons tout juste un an d'écart. « Onze mois trois quarts exactement » précise-t-elle toujours.
Il n'empêche, elle a 11 ans et elle est en ٦ e dans le même collège que moi. Si elle s'appelle Plume, ce n'est pas parce que notre mère est écrivaine. Elle est médecin urgentiste, rien à voir ! Mais quand ma sœur est arrivée, beaucoup trop en avance parce qu'elle est toujours pressée , elle était légère comme une plume. Les médecins avaient peur qu'elle reste fragile toute sa vie. C'était mal connaître ma sœur. Aujourd'hui, Plume a de l'énergie pour deux, voire trois ou quatre, ça dépend des jours . Elle n'a peur de rien, ne veut jamais rien faire comme tout le monde et n'en fait qu'à sa tête. On pourrait la surnommer « Tête de pioche » mais ma sœur est beaucoup plus jolie qu'une pioche. Elle a les mêmes cheveux que Papa et moi, en plus longs. Ça lui fait une crinière pas croyable ! Pour le reste, elle tient de Maman : les yeux noisette en amande et les traits fins. Elle a aussi sept petits grains de beauté sur la joue qui forment comme un soleil. Je n'ai jamais vu ça ailleurs, sauf dans les films de science-fiction mais Plume n'a rien d'une extraterrestre . Je vous l'ai dit : Plume ne fait rien comme tout le monde…
Quand nous poussons la porte du cours Enquêtes et Filatures , Plume et moi ne savons pas du tout à quoi nous attendre. Moi, surtout. C'est Plume qui a choisi cette activité extrascolaire et je l'ai suivie. Je n'ai pas eu trop le choix de toute façon car Papa et Maman nous obligent à avoir la même activité. Comme ils sont très souvent absents, ils veulent que nous soyons au même endroit. C'est plus simple pour tout le monde. Enfin, surtout pour eux…
Au départ, Plume voulait faire du taekwondo et ça m'a un peu inquiété. J'avais vu des vidéos et je trouvais ça un peu trop… sportif. Mais comme il n'y avait plus de place (OUF !) , elle s'est rabattue sur Enquêtes et Filatures pour être certaine de ne pas faire comme tout le monde. Cela ne m'a fait ni chaud ni froid et, finalement, je me dis que, des enquêtes, c'est un bon début pour un roman. Un premier roman, j'entends.
— Entrez, entrez ! Octave et Plume Dupain, je présume…
Je dévisage l'homme avec incrédulité. Comment sait-il qui nous sommes alors que nous venons d'arriver ?
— Yvain Zible, ancien agent secret, nous révèle-t-il en nous tendant la main. Agent secret… évidemment, j'aurais dû y penser. Et votre instructeur.
Difficile de savoir quel âge a notre professeur d' Enquêtes et Filatures . Il est chauve et tout ridé. La peau de son crâne est couturée de cicatrices étranges. Je me demande quelle histoire se cache derrière chacune d'elles. Car un agent secret a forcément une vie pleine de dangers. J'espère qu'il nous racontera un peu. C'est parfait pour un roman ça.
— Pourquoi vous êtes-vous inscrits à cette activité ? nous demande-t-il.
— C'est ma sœur qui a eu l'idée, monsieur, je réponds. Elle…
— Yvain, me coupe-t-il alors.
— Pardon ?
— Appelle-moi Yvain. Mes parents se sont suffisamment cassé la tête pour me trouver un prénom original alors autant qu'on l'utilise. Et puis, je ne m'en suis pas servi si souvent que cela dans toute ma carrière, ajoute-t-il avec un clin d'œil.
J'imagine sans peine et j'en ai la chair de poule. Décidément, il faudra qu'il me raconte tout ça.
— Tu me disais ?
— Comment ?
— Pourquoi vous êtes-vous inscrits à cette activité ?
— C'est ma sœur, Plume. C'est elle qui a eu l'idée. N'est-ce pas Plume ?
— …
— Plume ?
— …
Ma sœur ne répond pas. Elle est comme hypnotisée par notre professeur, incapable de le quitter des yeux. Elle détaille chaque partie de son visage avec une curiosité que je trouve vraiment déplacée.
— Plume ? lui demande alors Yvain Zible. Tu me dirais pourquoi tu as choisi Enquêtes et Filatures ?
Plume réalise enfin que l'on s'adresse à elle et redescend sur terre. Finalement , elle a bien un petit côté extra… terrestre. Elle déglutit sans quitter le professeur du regard.
— Pourquoi ? Cette activité ? reprend-il, amusé.
— Parce qu'il n'y avait presque personne d'inscrit, répond ma sœur. Ça, c'est du Plume tout craché : elle va droit au but. Au moins ce n'est pas l'activité de tout le monde.
Le professeur se redresse et se met à rire.
— C'est une réponse comme une autre qui, au moins, a le mérite d'être franche !
— Moi, je suis venu parce que, dans ma famille, tout le monde est policier.
Je me retourne, découvrant tout à coup le garçon qui vient de parler. Son visage m'est vaguement familier. Je suis sûr qu'il est dans le même collège que Plume et moi. En 6 e certainement.
— Voilà Eliott, nous le présente alors Yvain. Il participera à cette activité lui aussi.
— J'étais le premier inscrit, dit fièrement Eliott. Je suis arrivé à l'ouverture, juste après la garde de ma mère au commissariat. Je ne voulais pas qu'il n'y ait plus de place.
— Il y avait peu de risque… note notre professeur avec un peu d'amertume. Vous n'êtes que quatre.
— Ta mère est policière ? demande Plume.
Eliott hoche la tête.
— Oui. Et mon père aussi. Comme mon grand-père et mon arrière-grand-père. Et comme mon grand frère bien sûr.
— Impressionnant, note Plume qui aime les choses peu banales. Tu pourras nous les présenter ?
— Tu n'auras qu'à venir à la maison.
Moi, je pense plutôt que je n'aurais pas trop envie d'aller chez Eliott de peur de me faire arrêter. Même s' ils doivent avoir pas mal de choses à raconter pour un roman.
— Je m'appelle Eliott Holmes, ajoute alors le garçon. Comme Sherlock Holmes, le détective. J'ai des origines anglaises.
— Ah bon ?
Ça m'a échappé. Mais c'est vrai qu'Eliott ne ressemble pas du tout à un anglais, du moins pas à l'image que je m 'en fais. Il a la peau très mate, les cheveux noirs et les yeux noirs. Et même s'il a l'âge de Plume, on dirait qu'il a déjà un peu de moustache !
— Un anglais, parfait ! reprend Yvain avec un sourire. Notre petit groupe sera donc multiculturel. Si je ne me trompe pas, le quatrième membre est grec. Il s'appelle Galaxos. Mathis Galaxos.
Quand Mathis Galaxos en personne arrive enfin 1

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents