Mamadou et le fantôme de Drummondville
50 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Mamadou et le fantôme de Drummondville

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
50 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Une course en bicyclette qui a failli mal finir. Un voyage entre Abidjan et Niamey. Des enfants de la guerre qui tremblent de froid dans un avion. Et enfin l'arrivée à Drummondville, une petite ville tranquille du Canada. Mais un fantôme erre la nuit dans les rues. Mamadou et ses nouveaux amis enquêtent...

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juin 2007
Nombre de lectures 346
EAN13 9782336257266
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

9782296034730
Mamadou et le fantôme de Drummondville

Nadia Ghalem
Sommaire
Page de Copyright Page de titre Jeunesse L’Harmattan Dedicace Mamadou La bicyclette Grand-mère Awa Le fantôme
Jeunesse L’Harmattan
Collection dirigée par Isabelle Cadoré, Denis Rolland, Joëlle et Marcelle Chassin
Noël LE COUTOUR, Le trésor de Galam au Sénégal , 2007.
Jacqueline DÉBORDES, Rinzin, un petit Tibétain astucieux, 2007.
J-Michel LEMAIRE, Caïenne, l’Indien qui voulait unir les tribus , 2007.
Geneviève BRIOT, Najib l’enfant de la nuit, 2007.
Michel CRÉZÉ, Chapati et l’astronome en Inde , 2007.
Françoise KERISEL, Chevalier de Saint-George, musicien des Lumières/Chevalyé de Saint-George, mizisyen des Lumières, 2007
Ivona BŘEZINOVÁ, La classe ensorcelée , 2006. Paul-Etienne CHIPP, Le silence d’Isidore , 2006.
Danièle FOSSETTE, Trois enfants et une baleine à Mayotte, 2006.
Nadine LE MOY, Matallah, esclave de Karakour , 2006.
Isabelle MONTPLAISIR, L’oiseau de cuivre incarnat , 2006.
Gérard GUILLET, Un toit pour toi , 2006.
Françoise KERISEL, Philosophes de la Grèce antique , 2006.
Fabrice BLAZQUEZ, Awa, petite détective du Sénégal , 2006.
Danièle FOSSETTE, Le gâteau de Madame Lapoule , 2006.
Régine MFOUMOU-ARTHUR, L’esclave Olaudah Equiano, 2006.
Daniel LEDUC, Grandole le géant , 2006.
Ali BADRI, Azad, l’oiseau migrateur , 2006.
Nadia GHALEM, Le trésor de Tipaza , 2006.
Jean-Jacques MICHELET, Le radis radin , 2006.
Geneviève CECCALDI, Sandy entre deux rives , 2006.
Renée CLÉMENCE-GOTIN, Le cheval à trois pattes / Chouval a twa pat , 2006.
Françoise UGOCHUKWU, Chizoba dans la ville , 2006.
Renée CLÉMENCE-GOTIN, Le père Noël s’est égaré aux Antilles / Papa Nowèl garé aux Zantiy , 2006.
Frédéric SABROU, Le monstre de Morfesse , 2006.
Jacqueline DÉBORDES, Aquino et son lama , 2006.
Yoanne TILLIER, La porte des djinns , 2006.
À Karim, Fawzi, Sophïe-Djemila, Christian, Guillaume -Ali et Romane et tous leurs amis qui m’inspirent des histoires presque vraies
Mamadou
J’aime jouer au ballon. Tout le monde dit que je suis très bon, je peux le faire rebondir avec ma tête et le faire rouler avec mes pieds. C’est magique. Quand on joue au soccer 1 dans la cour, je me sens comme un champion. C’est plus facile que de courir dans la neige ou de glisser sur la glace.
Tout le monde voit comment je suis capable de faire tout ce que je veux avec le ballon.
Mon ami s’appelle Guillaume. On est voisins. C’est bien, parce qu’on peut jouer ensemble au voleur et au policier. Parfois je suis voleur et parfois policier, alors on court autour de la maison et quand je suis policier et que je l’attrape, il doit me donner une de ses petites autos, mais quand c’est lui le policier, je dois les lui rendre. Il arrive qu’on joue avec mes autos à moi. On doit faire bien attention de ne pas acheter des autos de la même couleur pour ne pas les mélanger.
Nos parents nous disent qu’il ne faut pas faire de guerre. Jamais. Ils disent :
- Avant de se battre, on respire, on se calme et on discute.
Ils ne veulent pas qu’on prenne des bâtons pour en faire des fusils...
- Pan ! Tu es mort !
- Pan, pan ! Non, c’est toi qui es mort, j’ai tiré deux fois.
Ma mère arrive en fronçant les sourcils parce qu’elle est en colère. J’ai peur qu’elle me punisse.
- Encore ces fusils ! On vous a pourtant dit de ne pas faire la guerre. Vous ne pouvez pas trouver d’autres jeux ?
Les parents font semblant de ne rien savoir, pourtant on a vu à la télé des enfants-soldats qui jouent à la guerre avec de vraies armes et ils font la vraie guerre avec des vrais morts. Eux aussi ils ont huit et neuf ans et ce sont les adultes qui les forcent à se battre. Nous, c’est comme au cinéma, on meurt et puis on se relève après.
Un jour, j’ai seulement fait semblant de tuer Guillaume et j’ai été puni. Ce n’est pas juste !
Parfois le père de Guillaume part en voyage avec mon père, ils vont dans tous les pays de l’Afrique de l’ouest pour s’occuper de la santé des enfants. Ils vont en Guinée, au Mali, à Niamey au Niger. Moi, je ne connais pas Niamey. J’habite en Côte d’Ivoire.
À Abidjan, on a de grandes rues avec de grands immeubles, il y a aussi la lagune avec des hippopotames et des crocodiles.
Parfois, je vais avec Guillaume au bord du bassin qui est près du palais présidentiel et où l’on peut regarder les tortues géantes qui nagent dans l’eau ou vont se reposer sur des pierres. On prétend qu’elles peuvent vivre jusqu’à trois cents ans. Comme je voudrais moi aussi vivre longtemps, longtemps, pour voir des robots qui vont faire notre travail pendant que nous, les humains, on pourra s’amuser sur la plage... Guillaume, lui, il déclare qu’on verra, quand on sera grands, les docteurs inventer une potion magique qui va nous permettre de vivre pour toujours.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents