Noémie et Maxime en Irlande, l île d Achill
95 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Noémie et Maxime en Irlande, l'île d'Achill , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
95 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Noémie et Maxime, des jumeaux âgés de quatorze ans, voyagent avec leurs parents en Europe pour une année. Leur mère doit participer à un projet de recherche sur l’architecture verte. Simon, leur père, qui enseigne l’histoire au cégep, a pris une année sabbatique afin de leur faire la classe.
Leur première destination, l’île d’Achill, se situe dans l’ouest de l’Irlande, un pays de légendes. Dès son arrivée, Noémie sent qu’on l’épie. Elle est la seule à voir ce petit bonhomme habillé en vert qui la suit partout, mais qui disparaît sans laisser de traces aussitôt qu’elle tente de l’attraper. Bien sûr, ses parents refusent de la croire, et elle subit les railleries de son frère.
La situation se complique quand on l’accuse d’avoir subtilisé les chaussures de son frère et le châle de sa mère. Sans compter les autres vols commis dans le village ! Incomprise même par sa meilleure amie restée au Québec, l’adolescente se mure dans un silence inquiétant. Et si elle devait agir seule pour démasquer cette créature mystérieuse ?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 28 avril 2021
Nombre de lectures 0
EAN13 9782924785072
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0250€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

De la même auteure
Aux Éditions Véritas Québe c :
Le Réveil ( Le Pays de la Terre perdue – tome I), 2013 L’Hiver ( Le Pays de la Terre perdue – tome II), 2013 La Mer ( Le Pays de la Terre perdue – tome III), 2014 Les Visiteurs ( Le Pays de la Terre perdue – tome IV), 2014 Le Retour ( Le Pays de la Terre perdue – tome V), 2015 Emmanuel ( Le Pays de la Terre perdue – tome VI), 2015 Des nouvelles du Pays de la Terre perdue , 2017
Aux Éditions Messagers des Étoile s :
Deux petites roses au ballet (texte du collectif Un bouquet de roses ), 2013
Le passeur – Fédération québécoise du loisir littérair e :
Le bouton à quatre trous , 2013
Aux Éditions du Déf i :
La vengeance d’Amélie (intrigue – novella), 2017 La fuite d’Emma (intrigue – novella), 2017 Le destin de Nancy (intrigue – novella), 2017
Aux Éditions Bôchagr i :
Je suis gai e ! (texte du collectif La fierté a une vill e ! ), 2017
Suzie Pelletier écrit également sur le We b :
www.lavieestbelle54.blogspot.ca
www.wattpad.com/suziepelletier
http://quebec.huffingtonpost.ca/suzie-pelletier/

Éditeu r : Les Éditions du Défi 96, rue Daudelin Kirkland (Québec) H9J 2J6 http://www.editionsdudefi.com/ www.eddboutique.ca
Service de publication accompagnée BouquinBec
Illustration de la couvertur e : Maxime Bigras ( www.maximebigras.com ) Grille graphique et mise en page s : Marie Blanchard ( marieBdesign.com ) Révision linguistique et correction d’épreuve s : Magali Laurent Conversion numériqu e : Maryse Bédard
© Suzie Pelletier, 2018
ISBN version imprimé e : 978-2-924785-06-5 ISBN version numérique (ePub ) : 978-2-924785-07-2
Dépôt légal – 1 er trimestre 2018 Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque et Archives Canada
Toute reproduction, même partielle, de cet ouvrage est interdite. Une copie ou reproduction par quelque procédé que ce soit, photographie, microfilm, bande magnétique, disque ou autre, constitue une contrefaçon passible des peines prévues par la loi du 11 mars 1957 sur la protection des droits d’auteur.
Tous droits réservés
À Christine Plante, pour son sourire et, surtout, pour son courage.
Donnez généreusement à la Société canadienne de la sclérose en plaques.
www.editionsdudefi-sp.ca
Chapitre 1
Montréal, 16 mars
Simon vérifie le devoir qu’il vient de corriger. L’étudiante de sa classe d’histoire médiévale du Cégep André-Laurendeau a bien progressé au cours de la session et ça le rend fier. Ne l’a-t-il pas grandement encouragée à poursuivre ses efforts malgré ses crainte s ? Il se concentre pour ne rien oublier. Ça y es t ! Il a terminé de noter le dernier texte pour aujourd’hui. Satisfait, il s’empresse de mettre le document dans sa valise de travail. Il regarde l’horloge grand-père de la salle à manger qui sonne la demie. Seize heures trente. Un peu plus tard, il devra préparer le souper.
Ça lui donne le temps de relaxer à la suite d’une semaine fort mouvementée. Par bonheur, il a obtenu ce qu’il espérait. Assis à la table de la salle à manger, il souffle doucement. Il doit s’armer de patience. La discussion avec les enfants devra attendre que sa femme Isabelle puisse y participer. Une pareille annonce implique la présence des deux parents. Le meilleur moment sera le lendemain matin, au déjeuner. Il le sait, mais il a hâte que le chat soit sorti du sac. L’homme frotte ses mains l’une contre l’autre pour chasser la nervosité qui s’installe à l’anticipation de la réaction des jumeaux…
Il retire ses lunettes pour mieux regarder les deux adolescents de treize ans. Sa fille se trouve à sa gauche, son fils a pris place en face de lui. Comme tous les vendredis soir, en arrivant de l’école, ils s’affairent à leurs devoirs pour libérer leur fin de semaine. Cette habitude, mise en place dès leur première année, persiste même au troisième secondaire. Les jeunes ont besoin de refaire régulièrement le plein d’énergie. Le weekend sert à ça, no n ?
Maxime observe l’écran de son ordinateur, tape sur des touches et regarde à nouveau. La satisfaction s’inscrit sur son visage, et ses yeux bleus deviennent brillants. Sa frimousse ressemble à celle d’Isabelle. L’adolescent utilise son crayon pour écrire quelques lignes dans un cahier, des références sans doute. Il appuie encore sur quelques boutons de son clavier et, un instant plus tard, l’imprimante installée dans une autre pièce se fait entendre. Du bout du doigt, il repousse la mèche blonde et rebelle qui retombe constamment sur son front. La concentration qui l’habite lui donne un air sérieux. « Tellement comme sa mèr e! » pense Simon.
D’un pas décidé, Maxime se dirige vers le bureau aménagé pour Isabelle, au fond du corridor, afin de récupérer l’information qu’il a dénichée sur le Net. Puis il revient à la table de la salle à manger et poursuit sa recherche.
Simon tourne la tête vers Noémie, qui vient de soupirer bruyamment. Elle est très différente de son frère jumeau. Si elle tient sa silhouette effilée de sa mère, l’adolescente a hérité de son propre teint pâle. Il la trouve mignonne avec ses taches de son sur le bout du nez. Il sourit quand Noémie glisse sa main dans sa lourde chevelure rousse et que ses longs doigts se bloquent dans une mèche emmêlée. « C’est pour ça que je porte mes boucles très courte s », se rappelle Simon.
Une grimace brise le fin profil de la jeune fille, et ses yeux verts se remplissent d’eau. Si Simon demeure incapable de déchiffrer les sentiments de son fils, plus cartésien, il interprète rapidement les expressions qui s’installent sur les traits de Noémie. Quelque chose la tracasse… Il remarque le cahier de mathématique ouvert devant elle.
— Ma chouette, est-ce ton examen de lundi qui te dérange autan t ?
— Mmmm… oui… peut-être.
Maxime fait claquer sa langue. Il sait très bien ce qui angoisse sa sœur. Les jumeaux échangent un regard qui en dit long. Ils ont discuté de la situation cette semaine et croyaient que leur mère refuserait ce travail qui l’obligera à voyager toute une année en Europe, loin de sa famille. Puis Isabelle s’est mise à envisager ce périple avec un enthousiasme débordant. De plus, leur père semblait heureux de cette décisio n ! C’est à n’y rien comprendr e ! Leurs parents sourient chaque fois qu’ils parlent de cette ruptur e !
— Je ne veux pas qu’ils se séparen t ! a éclaté Noémie, aujourd’hui, sur l’heure du dîner. C’est trop ba d !
— Ben quo i ? lui a répondu Maxime. Comment expliques-tu cette situatio n ? Je ne veux pas qu’ils divorcent non plus, mais je ne vois rien d’autr e !
— DIVORCE R ? No n ! Au moins, s’ils ne faisaient que se séparer, nous pourrions envisager une manière de les réconcilie r !
— Eill e ! Noémi e ! On n’a rien à faire là-dedan s ! Nous devons juste accepter l’inévitabl e ! C’est tou t !
Noémie a finalement jeté son lunch dans la poubelle la plus proche et s’est éloignée.
Maxime sait que sa sœur gère difficilement les changements, ou les nouveautés par ailleurs. Elle a tendance à refuser de voir l’évidence qui crève les yeux. Il a donc énoncé clairement ses craintes, pour qu’elle se sorte la tête des nuages. Les jumeaux n’en ont pas reparlé depuis, mais Maxime connaît suffisamment Noémie pour saisir que le trouble qui l’empêche de terminer ses devoirs est associé à tout cela.
Simon préfère ignorer l’intervention de Maxime ainsi que le langage presque subliminal si habituel entre le frère et la sœur. Il n’essaie même plus de le décoder. Il tente plutôt de comprendre la réaction de sa fille.
— Ma chouette, tu ne m’as pas donné une réponse très claire… Est-ce que tu peux expliciter ta pensé e ?
— Explicite r ! Ex-pli-ci-te r ! C’est le mot que t’as montré à tes élèves aujourd’hui, c’est ç a ?
— Hu m ! Je n’aime pas ce ton, jeune fill e ! D’abord, j’enseigne l’histoire et non le français. J’ai choisi ce mot, sachant que tu l’as appris la semaine dernière dans tes lectures obligatoires. Alle z ! Explique-moi ce qui se pass e !
L’adolescente prend un air si triste que Simon se lève et, traînant sa chaise, s’assoit plus près d’elle. Il entoure son corps tremblotant de ses longs bras. Noémie appuie sa tête contre l’épaule confortable de son père. Du coup, Maxime cesse de taper sur le clavier de son ordinateur portable pour mieux écouter ce que sa sœur va raconter. Elle l’agace souvent avec ses peurs et ses états d’âme, mais il l’aime tout de même.
Noémie soupire et laisse couler quelques larmes sur ses joues. Elle ferme les yeux, puis les ouvre à nouveau. Elle hésite à se confier à son père. Peut-être devrait-elle attendre le retour de sa mère… C’est sûr que… Ben…
— Noémie, ma chérie, tu m’inquiètes, l à

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents