Cherry Blossom
112 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Cherry Blossom

-
traduit par

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
112 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

À l'aube de ses 13 ans, Sasha n'aurait jamais imaginé que grandir serait si... compliqué !

Son frère jumeau Sean ne se confie plus à elle, Lily, sa meilleure amie, s'est fait des amies plus populaires, et, cerise sur le gâteau, le nouvel amoureux de sa maman se trouve être... son professeur d’anglais !

Et puis, Sasha a un petit béguin pour Raffy, le grand frère de Lily. Pour lui plaire, la jeune fille d'ordinaire si raisonnable pourrait bien commettre une imprudence… Qu’arrivera-t-il quand on découvrira que, pour l'impressionner, Sasha a accepté qu'il organise une grande fête à Cherry Blossom, un magnifique manoir inoccupé, qui s’avérera cacher un mystérieux secret...


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 14 octobre 2016
Nombre de lectures 1 344
EAN13 9782215134251
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0060€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Gwyneth Rees


Cherry Blossom*
*Fleur de cerisier
FLEURUS
Sommaire
Chapitre 1
Chapitre 2
Chapitre 3
Chapitre 4
Chapitre 5
Chapitre 6
Chapitre 7
Chapitre 8
Chapitre 9
Chapitre 10
Chapitre 11
Chapitre 12
Chapitre 13
Chapitre 14
Chapitre 15
Chapitre 16
Chapitre 17
Chapitre 18
Chapitre 19
Chapitre 20
Chapitre 21
Chapitre 22
Chapitre 23
Chapitre 24
Chapitre 25
Chapitre 26
Chapitre 27
Chapitre 28
Chapitre 29
Chapitre 30
Copyright
À la mémoire de Karen 29 avril 1974 – 17 avril 2014
Chapitre 1
Pour être honnête, je me sentais un peu nerveuse à l’idée d’annoncer ma grande nouvelle à Lily. Non que je ne lui fasse pas confiance. Après tout, c’est ma meilleure amie et mon plus fidèle soutien, même si, ces derniers temps, elle semble ne s’intéresser qu’aux garçons, à la mode, aux feuilletons guimauve et encore aux garçons. C’est juste qu’il s’agissait d’une chose tellement importante ! Et les conséquences seraient tellement géantes si elle lâchait un mot, surtout à l’école ! Je veux dire, pas un peu géantes. Géantes à la manière d’une éruption volcanique.
– Vas-y, dis-moi tout , a réclamé Lily en fermant la porte de sa chambre pendant que j’allais m’affaler sur son lit. Je ne l’avais pas vue aussi excitée depuis que je lui avais annoncé que ma mère sortait avec notre professeur d’anglais, M. Anderson.
Ou Leo, comme nous l’appelons maintenant (sauf quand nous sommes à l’école, bien sûr).
– Je n’arrive pas à croire que vous êtes vraiment partis en vacances avec lui !
Lily a plongé à l’extrémité de son lit, comme elle le faisait quand nous étions beaucoup plus jeunes. Je connais Lily depuis la maternelle. Maintenant que nous sommes plus âgées – Lily a déjà atteint ses treize ans et je les aurai d’ici quelques mois – nous n’avons pas toujours les mêmes cours et nous ne passons plus tout notre temps ensemble à l’école. Mais nous continuons à nous voir en vacances et le week-end.
– C’est trop cool, Sasha, s’est exclamée Lily. C’est bien le truc le plus incroyable qui soit jamais arrivé à un élève de l’école !
– Arrête tes bêtises, ai-je coupé. Lily a tendance à exagérer quand elle s’excite sur un sujet. Et le fait que ma mère et notre professeur d’anglais (celui qui a la réputation d’être très séduisant) aient passé les vacances de Pâques en Grèce ensemble, en présence de mon frère jumeau Sean et moi, était forcément… eh bien… l’événement le plus excitant qui puisse jamais se produire dans notre petite ville, du moins aux yeux de Lily.
– Alors, raconte, m’a-t-elle demandé. N’oublie pas un seul détail. Je parie qu’il est magnifique en maillot de bain, non ?
– Lily ! ai-je protesté en rougissant.
– Tu es consciente que ta mère l’a pris au berceau ? a déclaré Lily. Ne fais pas cette tête ! Ce n’est pas une critique. On n’en revient pas qu’elle se soit trouvé un copain qui a dix ans de moins qu’elle. Ma mère l’admire beaucoup et même ma grand-mère a dit « Félicitations » quand ma mère lui a appris que vous partiez en vacances ensemble !
– Il n’a que neuf ans de moins et tu m’avais promis de ne le dire à personne !
J’imaginais soudain toute sa famille partageant l’histoire de ma mère et de Leo avec le monde entier sur Facebook.
– Je croyais que tu voulais juste éviter que l’école soit au courant. Ceci dit, je ne comprends pas pourquoi tu tiens à garder le secret. Il n’y a pas de quoi avoir honte. Après tout, Leo est un parfait MAM !
– Hein ? je l’ai dévisagée avec stupeur.
– Mec Âgé Mignon, a précisé Lily avec impatience.
Lily a une façon gênante de parler des hommes, parfois. La plupart du temps, elle craque pour des pop stars ou des acteurs célèbres, mais de temps à autre, elle a un coup de cœur pour un type inaccessible de la vraie vie.
Je ne crois pas qu’elle craque pour Leo, mais avec Lily, rien n’est jamais sûr à cent pour cent.
– Alors ? a-t-elle répété. Raconte-moi ce qui s’est passé.
– Eh bien… ai-je commencé. En fait, j’ai une nouvelle vraiment énorme, mais maman veut garder le secret pour l’instant. Je vais te la dire si tu me promets de n’en parler à personne – je suis sérieuse, Lily, à personne . OK ? Ni à ta mère, ni à ta grand-mère, ni à ta tante, ni à tes cousins, et encore moins à quelqu’un de l’école.
– OK, OK, c’est promis, a répondu Lily. Tu sais bien que tu peux me confier un vrai secret.
– Eh bien… Maman et Leo se sont fiancés pendant les vacances.
Lily a poussé un cri.
– Non ! Tu veux dire qu’il lui a fait une vraie demande en mariage ? Est-ce qu’il s’est mis à genoux ? Est-ce qu’il avait déjà la bague ? Dis-moi tout, Sasha – je veux dire, tout ! Oh mon Dieu, c’est hallucinant !
Au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, Lily est une vraie reine de la scène. Son deuxième prénom, selon sa mère, c’est « hyperbole » (j’ai dû chercher le mot dans le dictionnaire, mais elle a raison).

En réalité, c’est maman qui a fait sa demande à Leo. Mais Leo a dit oui tout de suite, et il a couru lui acheter une bague dans une petite bijouterie du village de bord de mer où nous logions. Et maintenant, mon frère et moi allons avoir M. Anderson comme beau-père. Et personne à l’école – absolument personne – n’a le droit d’être au courant. En tout cas, pas avant que Leo ait trouvé le moyen de l’annoncer à notre professeur principal, M. Jamieson.
– Tu sais que Clara est folle de lui, non ? Elle va être tellement jalouse !
– Non, Lily ! Tu as promis de ne rien dire à personne ! ai-je dit d’un ton féroce.
– Je ne voulais pas dire maintenant , mais les gens finiront bien par savoir, non ? Il y aura un mariage ! Ça ne peut pas se faire en secret, ça.
J’ai murmuré quelque chose d’inaudible. Lily a froncé les sourcils.
– Quoi ?
– Je dis, s’il y a un mariage. On parle de maman , là.
Lily a secoué la tête.
– Quelle pessimiste tu fais, Sasha. Il t’arrive la chose la plus heureuse que tu aies jamais vécue… et il faut que tu fasses tout de suite une tête d’enterrement.
– Je suis réaliste, c’est tout, ai-je répondu en m’échauffant. Maman n’a jamais eu de chance en amour. Même Granny le dit et pourtant, elle ne croit même pas au destin, à la chance et tout.
– Pas de chance ? Tu veux dire, parce que ton père est mort ?
Lily paraissait vraiment étonnée en prononçant ces mots. Puis elle a ajouté très vite :
– Je sais que c’était un gros coup de malchance, mais…
– Il n’y a pas que ça ! ai-je dit. Maman tombe toujours amoureuse des mauvaises personnes ! Tu te rappelles le joueur, David Dabbly ?
– Comment pourrais-je oublier Da-Da ? a rétorqué Lily avec un grand sourire. Elle était spécialement fière du surnom dont elle avait affublé ce type qui passait son temps à emprunter de l’argent à maman pour parier sur les chevaux.
– Ça n’a pas duré longtemps. Quoi ? Six mois tout au plus, non ? Ta mère n’est pas débile !
– Je sais, mais après, il y a eu Michael Lemarié…
Lily lui avait trouvé ce surnom après coup. Maman avait rencontré Michael quand nous avions neuf ans, Sean et moi (quatre ans après la mort de papa) et nous l’aimions tous vraiment beaucoup. Il avait passé une année entière dans nos vies, puis nous avions appris que s’il s’absentait beaucoup, ce n’était pas pour des raisons professionnelles, comme il l’avait toujours prétendu. Il avait une femme et des enfants dans une autre région. Maman avait été dévastée. Je ne peux toujours pas repenser à cette époque-là sans avoir mal au ventre.
– Je te dis que maman a la poisse pour les histoires d’amour, ai-je insisté. Alors je ne veux pas me faire de films sur Leo trop vite, d’accord ?
Lily a poussé un soupir.
– C’est différent, cette fois. Ça fait un an qu’ils sont ensemble et ils se connaissaient depuis longtemps puisqu’il avait donné des cours de soutien à Sean. Ils ont vraiment eu le temps d’apprendre à se connaître. Sean a confiance en lui, non ?
J’ai fait oui de la tête. Sean adulait Leo. C’était la maîtresse de Sean qui avait encouragé maman à faire appel à Leo pour des cours particuliers. Selon elle, mon frère avait bien plus de capacités scolaires qu’il ne voulait le montrer (j’ai toujours travaillé dur et obtenu de bons résultats à l’école sans avoir besoin de soutien – c’est une chose dont maman ne se rend pas assez compte, je trouve.)
Quoi qu’il en soit, grâce à Leo, Sean avait réussi l’examen d’entrée du collège Helensfield (le collège le plus proche de chez nous, situé en bas de la rue) dont Leo est l’un des professeurs d’anglais. Et plus tard, quand Sean avait eu des difficultés en cinquième, maman avait demandé à Leo de revenir l’aider. Elle était de nouveau seule à cette époque et Leo avait pris l’habitude de rester bavarder avec elle devant un verre après la leçon.
À présent, mon frère et moi étions sur le point d’attaquer le dernier trimestre de la quatrième, et j’avais du mal à croire que l’histoire entre maman et Leo datait de plus d’un an. C’est assez déroutant de voir votre professeur en robe de chambre, de savoir quelle est sa pizza préférée, et même de le surprendre à embrasser votre mère quand vous les croisez à l’improviste et qu’ils n’arrivent pas à se planquer assez vite. Mais nous avions fini par nous y habituer, et j’étais tellement accoutumée à la présence de Leo à la maison que j’avais même arrêté de remarquer qu’il était beau. Sauf les fois où quelqu’un comme Lily attirait mon attention sur ce point.
– Bon, tu vois, comme d’habitude il n’y a que toi pour être négative, a conclu Lily.
– Il n’y a pas que moi ! Granny s’inquiète aussi, ai-je souligné, en me rappelant combien ma grand-mère avait vu juste en ce qui concernait Michael Lemarié. Ma grand-mère avait dit à ma mère qu’elle devrait peut-être arrêter de chercher l’amour pour se consacrer entièrement à notre éducation. Sa remarque avait fait l’effet d’une tonne de briques jetées dans une mare, parce que s’il y a bien une chose que maman ne peut pas supporter, c’est l’idée de rester seule jusqu’à la fin de ses jours.
– Ouais, bon, c’est normal qu’elle s’inquiète, s’est impatientée Lily. C’est une vieille dame. Toi, non, au cas où tu ne l’aurais pas remarqué. Franchement, tu ne pourrais pas être un peu plus gaie et profiter de la vie pour une fois ?
– Je profite de la vie !
– Non. Tu es tellement prudente, Sasha. Tu ne t’aventures jamais en dehors de ta zone de confort.
J’ai poussé un soupir bruyant. J’aurais dû me douter qu’elle allait donner ce tour-là à la conversation. Ça devenait un sujet habituel avec Lily, qui voulait m’inciter à faire plus de trucs en dehors de l’école avec ses nouveaux amis. Très franchement, son insistance commençait à me taper sur les nerfs. Pourquoi fallait-il à tout prix que j’aie les mêmes goûts qu’eux ? J’ai décidé d’essayer une nouvelle tactique.
– Et alors, où est le problème ? J’aime ma zone de confort. Elle est… elle est… confortable !
J’ai fait un grand sourire pour l’amadouer, mais elle ne s’est pas déridée.
– Écoute, Sasha, a-t-elle poursuivi d’un ton passionné, tu es presque adolescente et tu ne te comportes pas du tout comme telle. Même les vêtements ne t’intéressent pas. Regarde-toi, tu as une silhouette de rêve et pourtant tu t’habilles comme… eh bien… comme si tu voulais qu’on ne le remarque pas.
Je l’ai regardée, bouche bée, parce que ça dépassait les bornes, même de la part de Lily.
– Qui a une silhouette de rêve ? a demandé une voix masculine espiègle. J’ai failli mourir de honte en apercevant le frère de Lily, Rafferty – que tout le monde appelle Raffy – qui venait d’ouvrir la porte pour jeter un coup d’œil curieux dans la chambre. Raffy, quinze ans, portait un jean et un t-shirt noir moulant. Je n’ai pas pu m’empêcher de fixer son torse des yeux en pensant qu’il était un peu plus musclé que celui de mon frère. C’est alors que je me suis mise à rougir.
Je me suis levée d’un bond et j’ai attrapé mon grand cardigan informe étalé sur le lit de Lily.
– Il faut que j’y aille, ai-je marmonné. Je n’ai pu me résoudre à passer en courant devant Rafferty, qui continuait à nous observer sur le seuil, d’un air amusé.
– Elle a raison. C’est vrai, tu as une jolie silhouette, m’a-t-il dit avec un grand sourire. Je suis sûre que j’étais rouge comme une tomate, et mes paumes étaient moites. Je veux dire, beaucoup de filles de ton âge ont encore plein de rondeurs de bébé – comme Lily, par exemple.
– QUOI ? s’est écriée Lily en lui jetant une chaussure. JE TE DÉTESTE ! SORS IMMÉDIATEMENT DE MA CHAMBRE !
Tandis qu’elle ramassait une deuxième chaussure, je me suis esquivée et j’ai dévalé les escaliers sans regarder derrière moi en criant :
– On se retrouve à l’école !
Chapitre 2
Tandis que je rentrais de chez Lily en serrant très fort mon cardigan autour de moi comme un cocon protecteur, je n’arrêtais pas de penser à la remarque de Raffy à propos de ma jolie silhouette.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents