Lizzy d Armoirie Tome II - La rébellion gronde
56 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lizzy d'Armoirie Tome II - La rébellion gronde

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
56 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Pour fuir l’asservissement qui menace la population d’Armoirie, Lizzy devra-t-elle se réfugier chez ses amies du Monde Matériel,
à Bouctouche, Nouveau-Brunswick?
En récupérant le précieux médaillon familial dans sa précédente aventure, la jeune Lizzy se retrouve, bien malgré elle, symbole de la résistance des Armoiriens. Ceux-ci sont menacés d’expulsion par le clan des Rougiens et Lizzy ne sait plus sur qui compter. Même Jacob, son dévoué précepteur, pourrait être au coeur du complot. Pendant ce temps, au Québec, Éléna s’ennuie de ces aventures estivales en Acadie. La guerre civile se prépare dans le Monde Parallèle. De part et d’autre des deux Mondes, des alliés et des ennemis inattendus surgiront. Le beau Mathieu sera-t-il de la partie cette fois-ci ?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 12 septembre 2014
Nombre de lectures 1
EAN13 9782896820399
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0017€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Pour ses activités d’édition, Bouton d’or Acadie reconnaît l’aide financière de la Direction des arts du Nouveau-Brunswick, du Conseil des Arts du Canada et du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada.

Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés pour tous pays.

Titre : Lizzy d’Armoirie Tome II : La rébellion gronde
Texte : Luce Fontaine
Couverture : Frédéric Gayer
Conception graphique : Lisa Lévesque
Direction littéraire : Marie Cadieux

ISBN Papier : 978-2-89682-037-5 ISBN PDF : 978-2-89682-038-2 ISBN ePub : 978-2-89682-039-9
Dépôt légal : 2 e trimestre 2014
Bibliothèque et Archives Canada
Bibliothèque et Archives nationales du Québec
­
© Bouton d’or Acadie
C.P. 575, succ. Main
Moncton (N.-B.), E1C 8L9, Canada
Téléphone : (506) 382-1367
Télécopieur : (506) 854-7577
Courriel : boutondoracadie@nb.aibn.com
Internet : www.boutondoracadie.com
www.avoslivres.ca

Créé en Acadie

Fichier ePub réalisé par Stéphane Cormier
Lizzy d’Armoirie Tome II
La rébellion gronde
roman
Luce Fontaine
BOUTON D’OR ACADIE

1
Le retour
D e retour dans son Armoirie natale, Lizzy se sent enfin libérée de toute la pression qu’elle s’est infligée lors de sa quête pour redorer l’image familiale. Sa grand-mère Rose, autrefois Grande Gouverneure-Commodore, méritait mieux que la réputation d’une capitaine de vaisseau pirate.
— Pirate mon œil! s’écrie Lizzy en entrant par le portail principal du château.
— Vous voilà enfin de retour, jeune demoiselle! Je me suis fait un sang d’encre pour vous, dit Jacob en serrant affectueusement Lizzy dans ses bras. Comme vous m’avez manqué! Mais où diable étiez-vous donc?
— Vous n’en avez aucune idée, Jacob?
— Bien sûr que si, mais je refusais d’y croire… Vous, si jeune et si vulnérable, sans protection dans le Monde Matériel, violent et incompréhensible.
— Sans protection, dites-vous? lance Lizzy en brandissant devant le vieil homme l’amulette àl’effigie du cheval fier et noble.
— Oh : jeune demoiselle, comment avez-vous fait? L’amulette était perdue depuis si longtemps…
Lizzy raconte alors dans les moindres détails son aventure chez les habitants du Monde Matériel. Fière de son exploit, la jeune fille explique à son précepteur comment, en se faisant passer pour une des leurs, elle a réussi à remonter la filière jusqu’à un certain professeur Éguorel. Elle lui parle aussi de sa nouvelle amie, Éléna Delon, qu’elle compte bien revoir.
— Une nouvelle amie! Mais, Lizzy, vous ne pensez quand même pas retourner là-bas! s’exclame Jacob.
— Qu’y a-t-il de si terrible? Le Monde Matériel n’a rien de bien différent du nôtre, je le trouve même assez semblable. Je m’y suis sentie tout à fait à l’aise.
— C’est bien cela le problème!
— Le problème?
— Oui, nous, Armoiriens, avons voulu créer une illusion de similitude entre les deux mondes, de façon à faciliter l’intégration de nos Élus lors de leurs missions là-bas. Malheureusement, Lizzy, vous ne faites pas partie des Élus…
— Bon sang, Jacob! Le mystère est bien plus grand que je ne le pensais.
— Vous n’avez pas idée, jeune demoiselle, vraiment pas idée!
2
Le vague à l’ âme
D epuis qu’elle est rentrée de ses vacances à la mer, Éléna Delon n’est plus la même. D’ordinaire, la jeune fille est toujours pleine d’énergie et de projets, mais cette fois, son esprit est ailleurs. Des images reviennent sans cesse dans sa tête; elle se revoit sur les rives du détroit de Northumberland, en compagnie de Mathieu, de Sarah et de Lizzy, et n’arrive plus à se concentrer sur autre chose.
— Éléna, viens m’aider à préparer le souper, lui demande sa mère.
Madame Delon n’est pas dupe, elle voit bien que sa fille file un mauvais coton, comme le dit l’expression .
— Oui, j’arrive, lui répond Éléna.
Dernièrement, Éléna passe le plus clair de son temps dans sa chambre. C’est le seul endroit où elle peut retrouver le calme et la paix dont elle a besoin pour faire le vide et se reconstruire jusqu’aux prochaines vacances estivales. Comment peut-elle oublier ce merveilleux été rempli de mystères, de découvertes et de nouvelles amitiés? Comment ne pas sombrer dans une mélancolie sans fin ?
Durant le repas, Éléna se fait discrète. La jeune fille n’a pas le cœur à participer aux échanges familiaux entre ses parents et ses deux frères cadets, Nate et Samy, qu’elle trouve de plus en plus agaçants.
À peine la vaisselle terminée, Éléna se retire dans sa chambre.
— Bon, je vais me coucher, je n’en peux plus. À demain!
Après une nuit parsemée de cauchemars plus invraisemblables les uns que les autres, Éléna se réveille, épuisée. Et l’année scolaire ne fait que commencer! L’arrivée au secondaire 2 n’a pas été aussi facile qu’elle l’aurait espérée. On dira ce qu’on voudra, mais la transition à un niveau supérieur a quelque chose de traumatisant. Se retrouver dans une nouvelle école, une polyvalente, c’est tout un changement! Les grands espaces, les couloirs interminables et le nombre effarant d’élèves par classe ont de quoi rebuter les plus enthousiastes. Cela sans compter les professeurs qui ont chacun leurs exigences particulières.
Heureusement, Éléna s’est liée d’amitié avec Matilde Robichaud, une nouvelle venue dans le village. Originaire de Montréal, sa famille vient d’emménager dans la région. Les Cantons-de-l’Est attirent de plus en plus de citadins, « des urbains », comme Éléna se plaît à les appeler. Ces gens qui sont à la recherche d’un endroit calme pour y établir leur nouvelle demeure sont séduits par le charme et la tranquillité de la campagne. En très peu de temps, Matilde est devenue la meilleure amie d’Éléna. Les jeunes filles fréquentent les mêmes cours, à une exception près. Matilde est sportive et fait partie de l’option « Passion en équitation ». Éléna, quant à elle, est demeurée dans les classes ordinaires, car ses notes en français ne sont pas assez élevées pour qu’elle puisse s’inscrire aux classes du programme d’options.
— Tu viens à la maison après l’école? demande Éléna à Matilde. Ce soir, maman nous fait son ragoût de boulettes, version Delon.
— Version Delon?
— Oui, je ne sais pas ce que ma mère fait à son ragoût, mais c’est le meilleur au monde, rien de moins. La sauce et les boulettes de viande… hum, un vrai délice!
— C’est gentil, Éléna, mais ce soir j’ai un cours d’équitation avec mon instructeur privé. Je dois m’entraîner si je veux faire partie de l’équipe parascolaire de compétition de dressage de chevaux au printemps prochain. Tu sais, Tonnerre est magnifique, mais il a grandement besoin d’entraînement.
— Oui, le cheval, c’est certain, mais pas toi, n’est-ce pas? Bon, je te taquine! Ce sera pour une prochaine fois. Alors, bon cours!
Sur ces mots, les deux nouvelles amies se quittent et prennent des directions opposées. En chemin, Éléna se remémore les derniers mois, puis une drôle d’idée lui traverse l’esprit. Il n’en faut pas plus pour qu’un large sourire réapparaisse sur son joli minois.
3
Une bonne nouvelle
D e retour à la maison, Éléna attend le moment opportun pour faire part à ses parents de sa bonne idée.
— Maman, ton ragoût est encore meilleur qu’avant…
— Éléna Delon, je ne sais pas ce qui fait briller tes yeux de cette façon aujourd’hui, mais j’ai quelque chose pour toi qui va sûrement te faire plaisir .
Jacky Delon tient dans sa main une enveloppe blanche qu’elle fait danser sous les yeux de sa fille. Quelle surprise! Une lettre de Mathieu, son ami du Nouveau-Brunswick! Éléna a été impressionnée par le garçon, fils d’un pêcheur de la région de Bouctouche, qui l’a grandement aidée à élucider le mystère entourant la découverte du précieux médaillon retrouvé sur la plage. Elle était restée sans nouvelles de lui depuis la fin des vacances. Et avec la rentrée des classes, elle n’a pas eu le temps de lui écrire.
Éléna décachette l’enveloppe et s’empresse de lire la lettre :

Chère Éléna ,

J’ai bien voulu t’ écrire, mais le temps m ’a manqué. Mes études en droit à l’université accaparent tout mon temps, puis j’ai trouvé un petit boulot de fin de semaine comme serveur dans un café de Moncton. Ça me permet de payer le loyer. Je pense souvent à toi et j’espère qu’on se reverra bientôt. Les prochaines vacances du long congé de la fête de l’Action de grâce approchent et je suis en congé pour la semaine de relâche. Je compte donc remonter par chez nous, dans le comté de Kent, pour toute la semaine. Pourquoi ne viendrais-tu pas nous retrouver?

P.-S. J’ai rencontré Sarah il y a deux semaines. Elle est débordée, à ce qu’elle dit, à la boutique. Les commandes des touristes se sont multipliées, sans compter celles qu’elle reçoit par l’Internet. Tout le mon de veut sa création en verre de mer avant Noël! Elle m’a proposé de te demander de venir l’aider pour cette semaine de vacances. Qu’en dis-tu?

Je te laisse, penses-y bien et redonne-moi des nouvelles. Je t’embrasse,

Mathieu

Devant le visage impassible de sa mère, Éléna risque le tout pour le tout :
— Maman? C’est étrange, mais en revenant de l’école, j’ai pensé que ce serait une bonne idée de…
— À une condition, mademoiselle, répond tout de suite Jacky Delon, qui devine ce que sa fille va lui demander : que nous y allions tous les trois, ton père et moi. J’ai toujours voulu voir la mer à l’automne, marcher sur la plage, emmitouflée dans un gros chandail de laine bien chaud…
— Ben oui, comme c’est romantique! s’exclame Éléna, toute souriante.
— Je vais appeler à l’Auberge de Bouctouche. Il doit y avoir des chambres disponibles en cette saison. Enfin, espérons-le. Ils offrent un délicieux petit déjeuner, et on peut même souper dans le restaurant attenant à l’auberge.
— Euh… Nate et Samy viennent-ils eux aussi? demande Éléna en se croisant les doigts.
La jeune fille aimerait bien que, pour une fois, ses deux frères cadets ne soient pas du voyage. Elle adore ses frérots, mais quand ils s’y mettent, ils peuvent devenir tout à fait insupportables.
— Non, pas cette fois, ils jouent dans un tournoi de hockey à Bromont. Je demanderai à Mamie de les garder et aux Brodeur de les emmener à leurs joutes.
« Bonne idée, bonne idée, se répète intérieurement Éléna. Vraiment, tout va de mieux en mieux… »
Pour la première fois depuis son retour, la jeune fille ressent une agréable chaleur au fond de son cœur. Juste à la pensée de retrouver la mer, elle éprouve un vivifiant sentiment de bonheur. Respirer l’air salin a toujours quelque chose de ragaillardissant. La jeune fille compte bien profiter de ces moments pour refaire le plein d’énergie. « Quand on y pense, plus que deux semaines à attendre avant de partir, c’est vite passé! » se dit-elle.
Au terme des deux semaines d’école les plus longues de sa vie, Éléna voit enfin le congé de l’Action de grâce pointer à l’horizon. Le jour venu, sous un petit matin d’automne pluvieux et brumeux, Éléna et ses parents prennent la route en direction de Bouctouche, au Nouveau-Brunswick.
Le voyage semble interminable. Après dix heures de route, les Delon arrivent enfin à l’auberge et profitent de la proximité du restaurant, juste à côté, pour y prendre le souper. Au menu : des poutines râpées ou des crevettes panées, servies avec une salade de chou. Éléna opte pour la poutine râpée, un mets typiquement acadien dont elle raffole, et ses parents se laissent tenter par les crevettes. Après avoir siroté un cola et mangé un délicieux morceau de tarte aux pommes pour le dessert, Éléna prend congé de ses parents et traverse à l’auberge, où elle s’installe dans sa chambre.
Éléna inspecte rapidement les lieux. Le jaune est à l’honneur et le papier peint fleuri, assorti aux édredons. Le lit est douillet et notre Miss Exam – Éléna a hérité de ce surnom, car à l’approche des examens scolaires, elle devient tellement nerveuse qu’elle en perd tous ses moyens – notre Miss Exam, donc, ne se fait pas prier pour s’y étendre. La journée a été longue et une vilaine migraine a accompagné Éléna tout au long du voyage. Une bonne nuit de repos lui fera le plus grand bien. « Dors bien, Éléna! » se dit-elle avant de sombrer dans un profond sommeil.
4
Les enseignements de la Grande Armoirie
L izzy se montre bonne élève. Jacob, son précepteur et son confident, ne tarit pas d’éloges à son sujet : « la jeune demoiselle » apprend rapidement les us et coutumes de la Grande Armoirie. Depuis la découverte du précieux médaillon, Jacob sent l’urgence d’instruire plus hâtivement sa protégée. Lizzy doit être prête à tout, et ce, même si une paix relative règne sur le royaume d’Amétyssa depuis l’arrivée au pouvoir de Simon Le Rouge, alias le professeur Éguorel, digne descendant de l’abominable François Le Rouge.
Malgré tous ses progrès, Lizzy voit bien que Jacob est tendu et inquiet. Il ne tolère aucun retard aux cours qu’il lui donne dans la grande bibliothèque du château et lui fait subir d’interminables questionnaires pour vérifier ses connaissances. La jeune Armoirienne a l’impression qu’un compte à rebours s’est amorcé et qu’elle doit s’y soumettre coûte que coûte.
— De quoi avez-vous peur, Jacob? ose-t-elle lui demander un jour. Tout est calme depuis mon retour, les missions ne sont pas plus fréquentes et l’absence des Enfants Élus ne s’est pas prolongée.
— C’est le calme avant la tempête, ne cesse de répéter le vieil homme, l’air préoccupé.
À peine revenue de son incroyable voyage, la jeune héritière jugeait qu’il était grand temps de mettre de l’ordre dans le territoire de la Grande Armoirie. Dès lors, Lizzy a demandé à ce que le fanion familial batte à nouveau à l’entrée principale du château. L’absence de l’étendard, qu’on entendait claquer les jours de grands vents, enveloppait le château d’une atmosphère d’abdication depuis trop longtemps. Désormais, par respect pour la mémoire de ses ancêtres, et surtout pour celle de sa grand-mère Rose, le fanion familial orné de la tête d’un magnifique étalon flotte aux yeux et à la vue de tous.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents