Anne 06 - Anne d Ingleside
173 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Anne 06 - Anne d'Ingleside , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
173 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Voici le plus grand classique canadien-anglais de tous les temps, vendu à plus de 60 millions d'exemplaires, traduit en 40 langues et adapté plusieurs fois pour le cinéma et la télévision. L'histoire d'Anne, cette petite orpheline de l'Île-du-Prince-Édouard, a véritablement envoûté les jeunes et les moins jeunes !
S'émerveiller face à la nature, jouir de la magie des mots, rire de ses propres défauts, découvrir des coins de pays pittoresques, voilà ce qui vous attend dans la série Anne…
Mariée depuis quinze ans, la petite Anne d'autrefois est maintenant mère de cinq enfants. Quoiqu'elle soit toujours la même, un doute s'insinue peu à peu en elle: Gilbert, son médecin de mari, l'aime-t-il toujours? Aurait-elle perdu l'éclat de sa jeunesse?
Par ailleurs, la vie se conjugue maintenant à plusieurs chez les Blythe, et il faut gérer les relations parents-enfants, ce qui n'est pas toujours une mince affaire!
Fidèle à sa réputation, Anne jette - avec ses enfants, doués eux aussi d'une imagination fertile - un regard neuf sur la nécessité de découvrir de nouveaux horizons, sur le respect de soi et des autres, sur les bienfaits qu'on recueille en parlant et en écrivant sa langue correctement.
Beaucoup d'aventures en perspective!

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 20 octobre 2006
Nombre de lectures 40
EAN13 9782764420782
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0022€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

De la même auteure chez Québec Amérique
Anne… La série (10)
1) Anne… La Maison aux pignons verts
2) Anne d’Avonlea
3) Anne quitte son île
4) Anne au Domaine des Peupliers
5) Anne dans sa maison de rêve
6) Anne d’Ingleside
7) La Vallée Arc-en-ciel
8) Rilla d’Ingleside
9) Chroniques d’Avonlea I
10) Chroniques d’Avonlea II
Anne… La suite (5)
11) Le Monde merveilleux de Marigold
12) Kilmeny du vieux verger
13) La Conteuse
14) La Route enchantée
15) L’Héritage de tante Becky
Les nouvelles (4)
1) Sur le rivage
2) Histoires d’orphelins
3) Au-delà des ténèbres
4) Longtemps après





Nouvelle édition dirigée par Stéphanie Durand, éditrice
Conception graphique : Isabelle Lépine
Mise en pages : Nicolas Ménard et Marylène Plante-Germain
Lecture de sûreté : Flore Boucher
En couverture : Getty Image
Conversion en ePub : Nicolas Ménard
Québec Amérique 7240, rue Saint-Hubert
Montréal (Québec) H2R 2N1
Téléphone : 514 499-3000, télécopieur : 514 499-3010
Nous reconnaissons l'aide financière du gouvernement du Canada.
Nous remercions le Conseil des arts du Canada de son soutien. L'an dernier, le Conseil a investi 157 millions de dollars pour mettre de l'art dans la vie des Canadiennes et des Canadiens de tout le pays.
Nous tenons également à remercier la SODEC pour son appui financier. Gouvernement du Québec – Programme de crédit d'impôt pour l'édition de livres – Gestion SODEC.



Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Montgomery, L. M. (Lucy Maud) [Anne of Ingleside. Français] Anne d’Ingleside (Collection QA Compact) Traduction de : Anne of Ingleside. Publ. à l’origine dans la coll. : Collection Littérature d’Amérique.
ISBN 978-2-7644-0532-1 (Version imprimée)
ISBN 978-2-7644-0977-0 (PDF)
ISBN 978-2-7644-2078-2 (ePub)
I. Rioux, Hélène. II. Titre. III. Titre : Anne of Ingleside. Français.
PS8526.O55A6414 2006 C813’.52 C2006-941684-2 PS9526.O55A6414 2006
Dépôt légal, Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2006
Dépôt légal, Bibliothèque et Archives du Canada, 2006
Première édition au Canada : McClelland & Stewart, 1939. Traduction 1990 Ruth Macdonald, John G. McClelland and David Macdonald.
Tous droits de traduction, de reproduction et d'adaptation réservés
© Éditions Québec Amérique inc., 2006.
quebec-amerique.com



À W.G.P.


1
« Comme le clair de lune est blanc, ce soir ! » songea Anne Blythe en empruntant le sentier du jardin jusqu’à la porte d’entrée de chez Diana Wright, où de petits pétales de cerisiers en fleurs voltigeaient dans la brise saline.
Elle s’arrêta un moment pour contempler autour d’elle les collines et les bois qu’elle avait aimés autrefois et pour lesquels sa tendresse était toujours vivace. Cher Avonlea ! Si elle se sentait désormais, et cela depuis plusieurs années, chez elle à Glen St. Mary, Avonlea possédait pourtant quelque chose qui manquerait toujours à Glen St. Mary. Des fantômes du passé croisaient Anne à chaque tournant… les champs où elle s’était promenée l’accueillaient… les échos impérissables de son ancienne chère vie l’entouraient… chaque lieu sur lequel elle jetait les yeux recelait quelque souvenir heureux. Il y avait, çà et là, des jardins hantés où s’épanouissaient toutes les roses des années passées. Anne aimait toujours revenir à Avonlea, même quand sa visite était causée par un triste motif. Dans ce cas-ci, venue avec Gilbert assister aux funérailles du père de celui-ci, Anne était restée une semaine. Marilla et M me Lynde n’auraient pu supporter de la voir repartir plus tôt.
Son ancienne chambre du pignon était toujours accueillante et quand Anne s’y était rendue, le soir de son arrivée, elle avait trouvé le gros bouquet de fleurs printanières que M me Lynde avait mis à son intention, un bouquet qui, quand Anne y avait enfoui son visage, avait semblé contenir tout le parfum de ces années jamais oubliées. La jeune Anne d’autrefois l’attendait là. Une bonne vieille joie remua au fond de son cœur. La chambre du pignon l’entourait de ses bras, l’encerclait, l’enveloppait. Elle regarda avec tendresse son vieux lit recouvert de la courtepointe à motif de feuilles de pommiers tricotée par M me Lynde, les taies d’oreillers immaculées ornées de dentelle crochetée par M me Lynde, les tapis nattés de Marilla sur le plancher, le miroir qui avait reflété le visage de la petite orpheline au front lisse qui s’était endormie en pleurant cette première nuit, il y avait si longtemps. Anne oublia qu’elle était l’heureuse mère de cinq enfants… et que Susan Baker, là-bas, à Ingleside, était de nouveau à tricoter de mystérieux petits chaussons. Elle était redevenue Anne des Pignons verts.
En entrant pour apporter des serviettes, M me Lynde la trouva en contemplation rêveuse.
« Si tu veux mon avis, Anne, c’est vraiment bon de t’avoir de nouveau à la maison. Ça fait déjà neuf ans que tu es partie, pourtant Marilla et moi nous n’avons pas encore réussi à surmonter notre ennui. On se sent moins seules, à présent que Davy s’est marié. Millie est une petite femme si charmante. Et ses tartes ! Dommage qu’elle soit curieuse de tout comme un écureuil. Mais comme je l’ai toujours dit et le dirai toujours, il n’y a personne comme toi. »
« Ah ! Mais on ne peut tricher avec ce miroir, M me Lynde. “Tu n’es plus aussi jeune que tu l’étais”, me dit-il carrément », remarqua Anne d’un ton malicieux.
« Tu as toujours ton joli teint, répondit M me Lynde en guise de réconfort. Tu n’avais évidemment pas beaucoup de couleurs à perdre. »
« En tout cas, aucune velléité de deuxième menton à l’horizon, reprit gaiement Anne. Et mon ancienne chambre se souvient de moi, M me Lynde. Je suis contente. Cela me ferait de la peine de revenir ici et de m’apercevoir qu’elle m’a oubliée. C’est si merveilleux de revoir la lune se lever sur la Forêt hantée. »
« Elle fait penser à une grosse pièce d’or dans le ciel, tu ne trouves pas ? » fit M me Lynde, soulagée que Marilla ne soit pas là pour entendre cette insolite envolée poétique.
« Regardez ces sapins effilés qui ressortent contre le firmament, et les bouleaux qui lèvent encore leurs bras vers le ciel argenté. Ce sont de grands arbres, à présent. Et dire qu’ils n’étaient encore que des bébés à mon arrivée ici. Voilà qui me donne un petit coup de vieux. »
« Les arbres sont comme les enfants, constata M me Lynde. Ils poussent épouvantablement vite dès l’instant où on leur tourne le dos. Prends Fred Wright, par exemple : il n’a que treize ans et il est déjà presque aussi grand que son père. Il y a du pâté au poulet chaud pour le souper et je t’ai préparé mes biscuits au citron. Tu n’as pas à avoir peur de dormir dans ce lit. J’ai aéré les draps aujourd’hui et, ignorant que je l’avais fait, Marilla les a aérés, elle aussi… puis Millie les a aérés à son tour. J’espère que Mary Maria Blythe sortira demain, elle aime tant les enterrements. »
« Tante Mary Maria – c’est ainsi que Gilbert l’appelle même si elle n’est qu’une cousine de son père – m’appelle toujours Annie, dit Anne en frémissant. Et la première fois qu’elle m’a vue après le mariage, elle m’a dit : “C’est vraiment étrange que Gilbert vous ait choisie. Il aurait pu avoir tant de belles filles.” Cela explique peut-être pourquoi je ne l’ai jamais aimée. Et je sais que Gilbert n’en raffole pas non plus, bien qu’il ait trop l’esprit de famille pour l’admettre. »
« Gilbert restera-t-il longtemps ? »
« Non. Il doit retourner demain soir. Il a laissé un malade dans un état très critique. »
« Oh, ma foi, je suppose qu’il n’y a pas grand-chose pour le retenir à Avonlea maintenant, vu que sa mère est décédée l’an dernier. Le vieux M. Blythe ne s’en est jamais remis. Plus rien ne donnait un sens à sa vie. Les Blythe ont toujours accordé trop d’importance aux choses terrestres. C’est vraiment triste de penser qu’ils ont disparu d’Avonlea. C’était une bonne vieille famille. Il nous reste néanmoins les Sloane. Les Sloane seront toujours des Sloane, Anne, maintenant et à jamais dans les siècles des siècles, amen. »
« Peu importe les Sloane, moi je vais sortir après le souper marcher dans le vieux verger au clair de lune. Il faudra bien que je finisse par me coucher, je présume – bien que j’aie toujours pensé que dormir les nuits de lune était du gaspillage – mais je vais me lev

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents