Remise de peine de Patrick Modiano
291 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Remise de peine de Patrick Modiano

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
291 pages
Français

Description

Le récit d'enfance de Patrick Modiano, Remise de peine, raconte contrairement à l'autobiographie officielle, Un pedigree, la période passée avec son frère Rudy, précocement disparu. Voyage au pays de l'enfance, il peut être lu comme le premier volet d'un diptyque autobiographique, car l'absence de mention générique sur la page de couverture indique que ce n'est pas un roman. Rien ne permet d'affirmer en outre qu'il s'agit d'un texte autofictionnel...

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juin 2013
Nombre de lectures 73
EAN13 9782296537750
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0195€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

E M N A B E L T A Ï E F
Remise de peine dePatrick Modiano Voyage au pays de l’enfance
SEFAR (6)
Remise de peine de Patrick Modiano
Voyage au pays de l'enfance
Collection dirigée par SAMIAKASSABCHARFI
Parutions 1) Patrick VAUDAY,Gauguin, voyage au bout de la peinture, 2010. 2VITALI,) Ilaria Intrangers (I). Post-migration et nouvelles frontières de la littérature beur,2011. 3VITALI,) Ilaria Intrangers (II). Littérature beur, de l’écriture à la traduction,2011. 4DUFEU et Antoine HATZENBERGER,) Pierre-Yves L’Afrique indéfinie,2012. 5FRÉMY,) Yann la parole ou l’oubliVerlaine : ,2013. 6) Emna BELTAÏEF,Remise de peine de Patrick Modiano.  Voyage au pays de l'enfance,2013.
Emna Beltaïef
Remise de peine de Patrick Modiano
Voyage au pays de l'enfance
SEFARN° 6
D/2013/4910/17
© AcademiaL’Harmattan s.a. Grand’Place, 29 B-1348 LOUVAINLANEUVE
ISBN: 978-2-8061-0102-0
Tous droits de reproduction, d’adaptation ou de traduction, par quelque procédé que ce soit, réservés pour tous pays sans l’autorisation de l’éditeur ou de ses ayants droit.
www.editionsacademia.be
Pour mon père
5
Prologue
6
Remise de peinede Patrick Modiano
Prologue
Une voix me murmurait à l’oreille Regarde là-bas Le château et la cascade Si tu traverses la prairie Tu entendras 1 Les musiques silencieuses
Patrick Modiano
L’écriture du passé peut se décliner sur deux modes : rele-2 vant d’une « poétique de l’oubli », elle prendra l’aspect d’un 3 texte fragmenté construit autour d’une énonciation trouée de blancs, d’une discontinuité narrative appuyée d’une récu-4 sation de l’ordre chronologique , apte à reproduire les caprices de la mémoire aux prises avec le temps. Elle peut, à
1. Modiano, Patrick,28 Paradis, en collaboration avec Dominique Zehrfuss, Paris, L’Olivier, 2005. 2. Cousseau, Anne, « Enfance et modernité : l’épreuve de l’oubli et du silence, ou le parler mutique », inL’Ère du récit d’enfance, en France depuis 1870, sous la dir. de Schaffner, Alain, Arras, Artois Presses Universités, 2005, p. 253. 3. Méaux, Danièle, « L’empreinte des premiers ans », inL’Ère du récit d’enfance, en France depuis 1870,op. cit., p. 283 : Danièle Méaux utilise les expressions d’« écriture du fragment » et de « poétique du fragmentaire ». 4. Cousseau, Anne, art. cit.
7
Prologue
8
l’opposé, prendre le chemin d’une poétique de la plénitude, si l’on peut dire, donnant à lire un texte dominé par une espèce d’hypermnésie qui se veut combat contre l’oubli. Peu importe dans ce cas que les souvenirs soient vrais ou fabriqués, que le processus de mémoire soit enclenché au prix d’un effort volontaire ou qu’il soit involontaire et généré par un retour, par exemple, sur les lieux de l’enfance, ou par une rencontre, ou par le contact d’une sensation qui ouvre au narrateur les portes de la maison natale… Les écrivains qui font le choix de la totalité éveillent en général la méfiance des lecteurs qui s’interrogent sur la véracité des souvenirs et qui voudraient que tout soit vrai alors même que l’acte de création scriptu-5 rale entraîne un « remodelage » du passé. Une sorte « d’ima-6 gination verbale » est à l’œuvre dans l’évocation des souve-nirs comme l’écrit John E. Jackson quelles que soient les autocensures que s’infligent les écrivains qui tentent d’être au plus près de la vérité. Peut-on cependant accorder une plus grande confiance aux écrivains de la fragmentation ? N’y aura-t-il pas fatalement des souvenirs inventés, et ce dans la mesure où comme le démontre Aristote, « la mémoire appar-7 tient à la même partie de l’âme que l’imagination » ? Sans
5. Nous empruntons ce terme à John E. Jackson qui écrit dansMémoire et création poétique, Paris, Mercure de France, 1992, p. 16 : « Laisser le passé reaffleurer ou repénétrer dans l’esprit, c’est toujours aussi le remodeler en fonction des données qui gouvernent cet esprit au moment où se produit la remémoration. Et de même il est possible de dire de l’écriture qu’elle transcrit moins le passé qu’elle ne le crée en l’ordonnant selon une forme cohérente qu’il n’avait guère jusqu’à elle, même si à l’inverse, cette forme n’aura de de Patrick Modiano réalité que dans la mémoire où elle drainera ce qui demandait à être ordonné. ». 6. Jackson, John E.,op. cit.,p. 32. Là réside, selon le critique, « le paradoxe de la mémoire ». 7. Cité par Cammaert, Felipe, « Les souvenirs inventés de Patrick Modiano et d’Antonio Lobo Antunes », inModiano ou les intermittences de la mémoire, Remissoeudselapdeiirn. dee Julien, Anne-Yvonne, Paris, Hermann, 2010, p. 352.
oublier, bien entendu, les souvenirs rapportés, ces histoires racontées que la mémoire accapare et qui ne sont pas les nôtres. Le processus mémoriel, par définition, semble donc ne pouvoir survivre à la suspicion sans compromis, sans un pacte de confiance préalable contracté entre l’écrivain et le lecteur. L’enjeu principal de l’œuvre de Patrick Modiano, ainsi que 8 l’écrit Claude Burgelin , est la mémoire. Mémoire composée 9 de souvenirs personnels et collectifs issus de l’histoire paren-tale mais encore de l’histoire obscure de la France pendant l’Occupation. Certains épisodes semblent répétés jusqu’à l’ob-10 session, « repris de livre en livre », comme celui de la rafle du père, emmené dans un panier à salade avant de s’enfuir, ou arrêté une seconde fois mais libéré grâce à l’intervention mys-11 térieuse d’un membre de la milice française . Ces « arrêts sur 12 13 image obsédants » d’une « mémoire figée » forment l’une des singularités d’une écriture qui s’évertue à reconstituer le passé paternel, à mener vainement, dans un Paris intérieur hanté par les fantômes du passé une enquête qui permettrait de justifier le comportement d’un père à la fois juif et collabo-14 rateur sous l’Occupation, « faille » historique à laquelle
8. Burgelin, Claude, «Memory Lane, ruelles et carrefours de la mémoire dans l’œuvre de Patrick Modiano », inModiano ou les intermittences de la mémoire, op. cit., p. 133. 9. Nous nous basons sur l’article de Nettelbeck, Colin, « Comme l’eau vive : mémoire et revenance dansDansle café de la jeunesse perdue», inModiano ou les intermittences de la mémoire,op. cit., p. 391. Ce dernier insiste sur la coexistence de « deux courants de mémoire » dans l’œuvre de l’écrivain, « l’un de ces courants est personnel […]. L’autre est porteur d’une mémoire collective […] ». 10. Burgelin, Claude,art. cit., p. 135. 11. Modiano, Patrick,Un pedigree, Paris, Gallimard, 2004, p. 28. 12. Burgelin, Claude, art. cit., p. 136. 13.Ibid. 14. Dayan-Rosenman, Anny, « De la figure du père aux figures de l’histoire », inModiano ou les intermittences de la mémoire,op. cit., p. 43.
9
Prologue
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents