Étienne Brûlé. Le fils sacrifié (Tome 3)
90 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Étienne Brûlé. Le fils sacrifié (Tome 3) , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
90 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Après s’être établi au pays des Hurons et avoir préparé avec eux l’expédition de Champlain contre les Yroquois, Étienne Brûlé poursuit son aventure en faisant de nouvelles explorations. Malheureusement, la présence des missionnaires auprès des Hurons vient brouiller les cartes. Ce troisième tome nous entraîne à travers les conflits que l’aventurier connaîtra non seulement avec les autorités de la Nouvelle-France et les Anglais, mais également avec ses meilleurs amis, les Hurons. Il nous révèle, aussi, la fin tragique que le destin lui a réservée.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 02 novembre 2011
Nombre de lectures 3
EAN13 9782895972457
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0400€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Étienne Brûlé Le fils sacrifié TOME 3
Jean-Claude Larocque et Denis Sauvé
Étienne Brûlé Le fils sacrifié
TOME 3
Roman historique
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives Canada

Larocque, Jean-Claude, 1954-
Étienne Brûlé / Jean-Claude Larocque et Denis Sauvé.
(14/18)
Comprend des réf. bibliogr. Sommaire : t. 1. Le fils de Champlain — t. 2. Le fils des Hurons — t. 3. Le fils sacrifié. ISBN 978-2-89597-119-1 (v. 1).— ISBN 978-2-89597-130-6 (v. 2). —ISBN 978-2-89597-205-1 (v. 3)
1. Brûlé, Étienne, 1591 ?-1632 ? — Romans, nouvelles, etc. pour la jeunesse. 2. Canada — Histoire — Jusqu'à 1763 (Nouvelle-France) — Romans, nouvelles, etc. pour la jeunesse. I. Sauvé, Denis, 1952- II. Titre. III. Titre : Le fils de Champlain. IV. Titre : Le fils des Hurons.V. Titre : Le fils sacrifié. VI. Collection : 14/18
PS8623.A76276E84 2010 jC843'.6 C2009-907332-3

ISBN 978-2-89597-245-7 (EPUB)

Les Éditions David remercient le Conseil des Arts du Canada, le Secteur franco-ontarien du Conseil des arts de l'Ontario, la Ville d'Ottawa et le gouvernement du Canada par l'entremise du Fonds du livre du Canada.

Les Éditions David
335-B, rue Cumberland
Ottawa (Ontario) K1N 7J3

Téléphone : 613-830-3336 / Télécopieur : 613-830-2819

info@editionsdavid.com
www.editionsdavid.com

Tous droits réservés. Imprimé au Canada.
Dépôt légal (Québec et Ottawa), 4 e trimestre 2011
À nos petits-enfants
La tragédie de la mort est en ceci qu'elle transforme la vie en destin. André Malraux, L'espoir , 1937.
Tome 3

CHAPITRE 1
Un retour tumultueux
En ce début du mois de septembre 1619, Étienne était heureux de revenir à Toanché parmi les siens. Certes, sa rencontre avec Champlain à Québecq avait été tumultueuse, mais les craintes de tomber dans sa disgrâce étaient maintenant derrière lui. Champlain lui faisait toujours confiance puisqu’il lui avait donné une nouvelle mission : pousser ses explorations plus à l’ouest et tenter de découvrir ce fameux passage vers la mer de Chine.
Après plusieurs mois d’absence, il allait enfin retrouver sa bien-aimée Tsieoue 1 et ses deux enfants adorés, Arousen 2 et Onienta 3 . Comme ils devaient avoir grandi! Toutefois, sa joie de revenir vivre parmi les siens allait vite s’estomper. Déjà une ombre se dessinait au tableau. Comment allait-on accueillir son nouveau compagnon? Champlain lui avait demandé d’amener en Huronie un jeune Français du nom de Grenolle. Aventurier et commerçant, ce dernier voulait suivre les traces d’Étienne et devenir à son tour un intermédiaire dans la traite des fourrures.
« Il me ressemble sur plusieurs points », pensa Étienne, en observant Grenolle rassembler ses effets personnels dans le canot qui les avait ramenés en Huronie. « Il est grand et fort. Il est fonceur et courageux mais surtout, il est ambitieux et déterminé à faire sa place dans ce Nouveau Monde. »
Étienne se souvenait de tout ce qu’il avait lui-même vécu à ses débuts parmi ses frères hurons. Dès ses premiers jours à Toanché, il comprit que les membres de la tribu de l’Ours accueilleraient son protégé de façon plutôt mitigée. Il profita donc de la fête, tenue en l’honneur des guerriers qui l’avaient accompagné à Québecq, pour le présenter à tous.
Le lendemain, devant le Conseil, Étienne plaida en faveur de Grenolle. Il espérait que ses frères hurons traiteraient le nouveau venu comme il l’avait été quelques années auparavant. Bâton de parole 4 à la main, Étienne s’adressa aux membres du Conseil en ces termes :
— Chers frères de la tribu de l’Ours, amis des Français, moi, Aondria Oxhey 5 , votre frère, suis ici devant vous pour vous demander d’ouvrir votre cœur et vos bras à ce jeune Français, Grenolle, que j’ai ramené avec moi de Québecq, avec la générosité que l’on vous connaît. Mon grand capitaine Champlain, ami de vous tous, me l’a confié en espérant que nous en prendrions soin comme vous l’avez fait pour moi jadis. Je compte sur vous afin de renforcer nos liens d’amitié et notre alliance avec les Français. Je vous prie donc de le recevoir comme un frère et de lui permettre de vivre parmi nous, au sein de notre village. Pour ma part, je m’engage devant vous à le guider, à le protéger et à l’instruire afin qu’il devienne un digne membre du clan du Chevreuil. Hiro 6 !
Après le discours d’Étienne, plusieurs prirent la parole en lui affirmant leur appui et leur soutien. Ils voyaient d’un bon œil la venue d’un ami d’Étienne. Cependant, avant la fin de la réunion, Atontarori 7 jeta une douche froide sur l’assemblée :
— Moi, Atontarori, je veux que l’on m’entende. Je veux me faire le porte-parole de plusieurs qui n’osent pas parler, de peur d’être mal vus devant les membres du Conseil. Aondria Oxhey a bien parlé. Il est notre frère à tous. Il est un valeureux guerrier. Il a combattu à nos côtés et il a notre confiance. Il a pris ma sœur Tsieoue pour femme et elle lui a donné deux beaux enfants qui font sa fierté et la joie de toute la tribu. Mais je dois vous mettre en garde. Les Français ne sont pas tous comme lui. Je crois qu’il est trop tôt pour juger de la valeur de cet étranger. Nous ignorons tout de lui. Nous devons laisser le temps à ce Grenolle de nous démontrer qu’il mérite notre amitié et notre confiance. L’avenir nous dictera le chemin à suivre.
Après une courte pause, il ajouta :
— Aussi, mes frères, pensons au futur. Voulons-nous accueillir dans nos familles tous les Français qui suivront et voudront s’établir ici? Nous leur offrons notre hospitalité, mais nous ne voulons pas que les visages pâles viennent ici changer notre façon de vivre et les coutumes que nos pères nous ont léguées. Voulons-nous que des sorciers français, des hommes vêtus de robes, viennent bientôt imposer leur magie et leurs dieux? Mes frères, ce danger est réel et nous guette. N’attendons pas qu’il soit trop tard, que tout soit changé et que rien ne soit jamais plus pareil. Les Français sont nos amis, mais nous ne voulons pas devenir comme eux. C’est pourquoi j’en appelle à votre sagesse. Il faut attendre. Le jeune Français ne devrait pas s’établir dans le village. Hiro!
Étienne regarda Atontarori et jeta un coup d’œil autour de lui. Ses paroles avaient fait effet. Il se leva et quitta le Conseil sans dire un mot. Dès lors, il comprit tout au sujet d’Atontarori. Fier guerrier, mais jaloux et amer, il était réticent au changement. Il avait peur de l’étranger. En son for intérieur, Étienne partageait les appréhensions de son frère de sang. Lui aussi craignait la venue d’un nombre croissant de Français et l’arrivée imminente des missionnaires qui viendraient s’établir chez les Hurons dans le but de les convertir et de les instruire à la parole de Dieu. Il était bien triste à la pensée que tout de sa vie passée en France, tout ce qu’il avait abandonné pour vivre librement parmi les Hurons, allait bientôt le rattraper.
Devinant bien la décision du Conseil, Étienne s’empressa de rejoindre Grenolle et de lui expliquer ce qui se passait.
— Grenolle, il faudra t’armer de patience. Mes frères hurons ne sont pas encore prêts à t’accueillir. Toutefois, en attendant le moment propice, nous allons te construire une cabane à quelques centaines de pas du village.
Pour toute réponse, Grenolle balbutia :
— Être patient! Mais pour combien de temps?
— Je ne sais pas, Grenolle. Le temps qu’il faudra pour qu’ils te connaissent et te fassent confiance. Il ne faut pas leur en vouloir. Je ferai tout en mon pouvoir pour que ce jour arrive le plus tôt possible. Tu devras faire exactement ce que je te dis afin de gagner leur amitié.
— Je ferai tout pour être dans leurs bonnes grâces.
Étienne s’était engagé envers Champlain et ses frères hurons, à devenir le guide du jeune Français. Toutefois, malgré toute sa bonne foi et tous ses efforts, jamais Grenolle ne réussira à obtenir la confiance du peuple huron au point d’être accepté dans leur village. Toute la durée de son séjour à Toanché, il sera confiné à vivre dans sa cabane.
Il faut dire que l’état d’âme d’Étienne n’aida guère à la situation. Le soir même, une série de rêves fous commencèrent à le hanter. La gorge sèche et la bouche haletante, Étienne se retrouva sur le dos, tremblant de tout son corps et incapable de bouger. Tout tournait autour de lui comme s’il était pris dans un immense tourbillon. Il entendait sa mère crier :
— Mon fils, mon fils, il ne faut pas avoir peur. Je suis là à tes côtés.
L’image de sa mère qui lui tendait les bras apparaissait et disparaissait. Puis, comme par enchantement, elle fut vite remplacée p

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents