Kundalini
304 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Kundalini , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
304 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description



Maud, professeur de yoga, a cinquante-deux ans. Laurent, son mari, l’a quittée. Sans aucun signe précurseur.



Une rupture destructrice. Des mois de détresse, de colère, de remords, d'interrogations sans fin.



Puis Maud décide de s'accorder un séjour dans une région perdue des Alpes. Besoin de nature et de paix intérieure.



Elle va rencontrer Sat, un homme plus jeune qu'elle. D'origine hindoue, il détient la clé de l'éveil de Maud. Elle va vivre avec lui une réelle métamorphose.



Naturisme, méditation, respect, silence, contemplation, libération, conscience... Sexualité sacrée vers le couple divin. Illumination.



Jusqu'à l'ultime révélation... Ce qui est au-delà du connu.






« Puisque nous pensons en fonction de nos expériences et des sensations éprouvées, qu'en est-il lorsque la sensation est irrationnelle ? À quelle objectivité peut-on prétendre ? Une émotion qui n'a pas de raison d'être et qui en vient à briser toutes les certitudes et les modèles intégrés doit-elle être rejetée ou pleinement explorée ? Quitte à prendre des risques au regard d'une vie formatée...




Je n'avais pas le choix. Il fallait que j'écrive ce roman... Je ne pouvais pas déposer simplement de telles questions dans un coin de ma tête au risque qu'elle se mette à pencher d'un côté.

»






Le mot de l’éditeur : « Thierry Ledru signe ici un OVNI littéraire. Une fiction qui a des allures d’essai philosophique, et qui trace un cheminement spirituel tout en emportant le lecteur dans une histoire grandiose et poétique. Un roman qui éveille les consciences et les sens, le tout composé d’une écriture magnifique et envoûtante ».

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 59
EAN13 9782374536163
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0060€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Présentation
Maud, professeur de yoga, a cinquante-deux ans. Lau rent, son mari, l’a quittée. Sans aucun signe précurseur. Une rupture destructrice. Des mois de détresse, de colère, de remords, d'interrogations sans fin. Puis Maud décide de s'accorder un séjour dans une r égion perdue des Alpes. Besoin de nature et de paix intérieure. Elle va rencontrer Sat, un homme plus jeune qu'elle . D'origine hindoue, il détient la clé de l'éveil de Maud. Elle va vivre avec lui une réelle métamorphose. Naturisme, méditation, respect, silence, contemplat ion, libération, conscience… Sexualité sacrée vers le couple divin. Illumination . Jusqu'à l'ultime révélation… Ce qui est au-delà du connu. « Puisque nous pensons en fonction de nos expérienc es et des sensations éprouvées, qu'en est-il lorsque la sensation est ir rationnelle ? À quelle objectivité peut-on prétendre ? Une émotion qui n'a pas de rais on d'être et qui en vient à briser toutes les certitudes et les modèles intégrés doit- elle être rejetée ou pleinement explorée ? Quitte à prendre des risques au regard d 'une vie formatée… Je n'avais pas le choix. Il fallait que j'écrive ce roman… Je ne pouvais pas déposer simplement de telles questions dans un coin de ma tête au risque qu'elle se mette à pencher d'un côté. » Le mot de l’éditeur : « Thierry Ledru signe ici un OVNI littéraire. Une fiction qui a des allures d’essai philosophique, et qui trace un cheminement spirituel tout en emportant le lecteur dans une histoire grandiose et poétique. Un roman qui éveille les consciences et les sens, le tout composé d’une écriture magnifique et envoûtante ».
Thierry Ledru vit en Savoie. Après un BAC litté/philo, il est en tré à l’école Normale, en Bretagne. Passionné par l’escalade et l ’alpinisme, il est allé vivre dans les Alpes.çais et une prof de« J’ai eu la chance immense d’avoir un prof de Fran philo extraordinaires. J’adorais lire et écrire et peu à peu ils m’ont permis d’avoir avec eux une relation privilégiée, des échanges ext rêmement enrichissants, non seulement d’un point de vue cognitif mais surtout s ur le plan humain. Krishnamurti, Ouspensky, Platon, Gurdjieff, Camus, Sartre, Saint- Exupéry, Lanza del Vasto, Gandhi, Koestler, Conrad, Steinbeck, Heminghway, Pr ajnanpad, Vivekananda, Sri Aurobindo, London, Moitessier, Arséniev, tout ce qu ’ils m’ont fait connaître ! Tout ce que je leur dois ! J’écrivais des nouvelles, ils le s lisaient, les critiquaient, m’encourageaient. Ils disaient tous les deux qu’un jour je serai édité. » Dans ses romans, Thierry Ledru pousse ses personnag es à l’extrême d’eux-mêmes, il les confronte à des questionnements et à des événements qui les font avancer, leur ouvre un cheminement intérieur que le lecteur emprunte à leur suite avec un grand bonheur.AUTRES TITRES : Là-Haut, Les Editions du 38 Les Héros sont tous morts, Les Editions du 38
KUNDALINI L'étreinte des âmes
Thierry LEDRU
LES ÉDITIONS DU 38
Préface
Lorsque j’ai commencé la lecture de ce manuscrit, je ne savais pas à quoi m’attendre. Thierry et moi échangions depuis des mo is par messages écrits occasionnellement et j’appréciais son écriture, sa culture générale, et l’homme m’intriguait. Nous parlions de nos expériences resp ectives spirituelles, tantriques, de la kundalini et ses manifestations. Il m’avait sout enue lors de l’autoédition de mon livre «Lâchez prise, promenades au pays de la conscience» en le partageant sur son blog. Cependant il existe des personnes qui par lent très bien du Tantra mais qui ne le vivent pas réellement dans leur corps, cela s e sent tout de suite. Entrer dans la dimension sacrée du corps n’est pas une évidence, d emande parfois d’être guidé. J’ai commencé la lecture et assez rapidement ma cur iosité est née, l’envie de connaître la suite de l’histoire. L’effet miroir fu t assez troublant pour moi. Un homme écrit un roman sur une rencontre initiatique, une r encontre entre deux êtres qui se sont déjà rencontrés sans doute dans d’autres vies? dans d’autres plans? De nombreux textes plus ou moins sérieux parlent d’âme s sœurs, de flammes jumelles, de famille d’âmes, tentant d’expliquer cette recon- naissance lors d’une rencontre fortuite. Le besoin d’appartenance est fort lorsque l’on vit une telle rencontre. On cherche des témoignages pour comprendre l’inexplica ble. Quelqu’un qui vit ou a vécu la même chose va nous rassurer sur l’état de n otre santé mentale! Oui c’est bien vrai, oui ça a du sens et oui, on n’invente pa s les impressions d’une familiarité qui dépasse la réalité du moment. Ayant été initiée par des hommes dans un premier te mps, la lecture de ce roman m’a permis de lire ma propre initiation par le cœur, le corps, l’âme, les yeux, la peau, et l’esprit de l’Homme. Cet homme, l’auteur de ce r oman, écrit des échanges entre son héros et son héroïne, des dialogues. Bien sûr c haque histoire et chaque être sont particuliers, mais certaines vibrations, manif estations énergétiques, questions, échanges sont universels. Qu’il est doux de sentir que la magie existe et qu’elle est partagée par d’autres. En tant que masseuse tantrique et thérapeute psycho corporel, j’ai reçu des personnes en couple, ou de façon individuelle, qui venaient avec tant de questions sur des rencontres bouleversantes, leurs sens. La p lupart sont bouleversés, perturbés dans une vie rangée par un tsunami sensoriel et émotionnel. Je pense que ce roman sera une porte d’entrée pour certains.es d ans ce que peut être la dimension tantrique. Un espoir pour d’autres dans u n moment plus complexe de leur existence, car oui tout peut se transformer si on y met de la conscience. Un sourire dans le cœur pour d’autres qui ont vécu une telle r encontre dans leur vie, et ont su en tirer les enseignements. Ce livre est donc d’utilité publique. J’en recomman de la lecture en écrivant ces quelques mots. Il fera résonance et je l’espère, in vitera quelques-uns.es à ouvrir quelques portes. Namasté: Mon âme salue ton âme. En toi, je salue cet espa ce où réside l’univers entier. En toi, je salue la lumière, l’amour, la be auté, la paix parce que ces choses se trouvent aussi en moi. Parce que nous partageons ce s attributs, nous sommes reliés, nous sommes semblables, nous ne sommes qu’u n.
Nathalie Vieyra 18 juin 2018
Les âmes sœurs se reconnaissent par leurs vibrations et non par leurs apparences. Victor Hugo
la femme que j’aime à chaque instant et que j’ai déjà aimée en d’autres temps.
I
Un an déjà. Un an sans lui, sans son corps, sans se s mots, sans sa présence. Laurent. La dernière fois qu’ils s’étaient aimés. Il n’avait pas joui. Elle avait eu peur. Il n’avait pas voulu parler. Un silence buté. Il avait juste dit que ça n’était pas grave. Mais ça l’était pour elle. El le considérait qu’elle en était responsable, qu’elle n’avait pas su lui donner ce q u’elle avait reçu. Un orgasme bref mais au moins présent. C’est lui qui s’était dégagé. Il s’était allongé su r le dos et avait remonté la couette sur leurs corps. Fin des ébats. Elle avait gardé en elle un mélange de déception et d’incompréhension, de tristesse et de surprise. La première fois que la s exualité de leur couple devenait explicitement un acte séparateur. Sans que rien ne l’explique. Les jours suivants avaient contribué à gonfler cett e pression dans sa poitrine. Elle avait initié une nouvelle tentative, des câlins inc itateurs, mais il n’avait pas donné suite. Un bloc froid et lointain. Jour après jour, Laurent s’était retiré dans une so rte d’absence, une fuite mutique. Cinq semaines plus tard. Elle était rentrée après sa plus longue journée de travail. Dernier groupe. Fermeture de la salle à vingt-deux heures. Il aurai t dû être là. Elle l’avait appelé à travers la maison. Elle avait juste trouvé la lettre sur la table du s alon. Maud. Je m’en vais. J’ai quelqu’un d’autre dans ma vie. Il faut que tu trouves un avocat pour le divorce. Je prendrai tous les torts. Je vais vendre mon entreprise pour partir m’installer à l’étranger. Tu pourras garder la maison. Je t’appelle demain. Elle en avait eu le souffle coupé. Les jambes qui p loient. Elle avait pris son portable. Messagerie immédiate, téléphone éteint. Il ne répon drait pas. Le ventre révulsé, une contraction insupportable da ns son bassin, une brûlure inconnue au bas de sa colonne, des spasmes d’air vi cié. Elle s’était précipitée aux toilettes et avait vomi. Un an déjà. Elle n’avait rien vu, rien deviné, rien pressenti. Elle n’avait même jamais rien su de l’homme de sa v ie. Et c’était comme si son existence s’effaçait elle-m ême, comme si de voir apparaître devant elle une personne désormais incon nue, elle en perdait sa propre existence.
J’ai quelqu’un d’autre dans ma vie. Elle n’avait pas compris la tournure. Pourquoi n’av ait-il pas employé le mot «femme»? Elle n’aurait jamais pu imaginer que l’homme de sa vie aimait les garçons. Elle n’aurait jamais pu deviner que cela durait dep uis des années, qu’il vivait une double vie, que dans ses séminaires à l’étranger, i l ne partait pas toujours seul. Elle n’aurait jamais pu imaginer tout le reste. C’est l’avocat qui avait flairé l’embrouille. L’emp ressement de Laurent à valider le divorce en se chargeant de tous les torts, sans jam ais discuter les termes financiers de l’accord. Complément d’enquête. Un compte en banque et des ve rsements réguliers, puis des investissements en Bourse. Depuis de nombreuses années. Elle savait que Laurent aimait boursicoter, mais elle ne s’était ja mais intéressée à ses placements. Elle le laissait faire. Elle avait bien assez à gérer sa salle de sport. Six mois avant sa fuite, Laurent était devenu milli onnaire. L’avocat avait expliqué brièvement. Une société médicale qui avait trouvé u ne molécule miracle et qui avait été rachetée par un très gros laboratoire américain . Laurent avait multiplié son investissement par plus de mille. Millionnaire et homosexuel. Elle vivait depuis vingt-cinq ans avec un homme qu’ elle ne connaissait pas. Il avait vendu son entreprise. Il l’avait bradée mê me. Comme on jette un jouet dont on ne veut plus. Et il avait quitté la France. Avec son compagnon. Son rival. Contre une femme, elle aurait su se défendre. Mais, là, elle s’était sentie totalement démunie. Comme si cette réalité-là ne pouvait pas exister et qu’il lui était dès lors impossible de tenter de la changer. Un an déjà. Elle roulait vers la vallée de l’Ubaye. Sophie, sa sœur, lui avait parlé d’un centre naturiste qui lui plairait, un emplacement idéal qu ’elle lui avait conseillé. Elle avait téléphoné pour réserver. «Tu verras, ton bungalow est dans un angle du terrai n, d’un côté, une haie très épaisse et de l’autre, un petit bungalow pour un co uple, pas de place pour des enfants, la tranquillité comme tu aimes et une terrasse plein sud.» Elle s’était laissé tenter. Le naturisme avait touj ours empli ses jours d’une lumière particulière. Elle avait visité la région lors d’un séjour avec Laurent. Elle avait aimé la solitude sauvage des vallées perdues, les baignades , nus, dans les torrents, ce bien-être singulier de la nudité dans des lieux iso lés. Elle avait besoin de cette
coupure de l’été. Retrouver le soleil sur sa peau. Quitter la ville. Lyon lui était devenu insupportable. Depuis le départ de Laurent, elle s’était investie au-delà de tout dans son travail. Elle avait multiplié les cours de yoga, jusqu’à org aniser des formations pendant les week-ends. Véronique et Sabine savaient qu’elle ava it eu besoin de s’étourdir. «Maud, on voit bien que c’est difficile depuis le dé part de Laurent. Fais attention à toi. Et tu sais qu’on est toujours là.» Elle avait passé plusieurs soirées chez l’une ou l’ autre, durant l’année. Elles étaient même parties ensemble un week-end à Amsterd am. Sur un coup de tête. Une virée entre copines. Les hommes à la maison. Sauf le sien. Sa salle de sport. Véronique et Sabine n’aimaient p as ce terme. Elles disaient : salle de bien-être. Véronique et Sabine s’occupaien t du fitness et des cours de danses modernes. La réputation du lieu attirait dés ormais une clientèle nombreuse. Les abonnements à l’année n’avaient jamais atteint ce niveau. Fermeture pendant deux semaines. Véronique et Sabin e partaient avec maris et enfants dans les Landes. Elle n’avait pas eu envie de passer son temps entourée du bonheur des familles. La famille. Laurent et Tom. Elle ne voyait quasiment plus son garçon. Tom avait vingt-cinq ans. Fils unique. Il était resté vivre en Nouvelle-Zélande. Impossible d e trouver plus éloigné. Une rencontre pendant un échange universitaire. Une fil le sportive, amoureuse de la nature. Comme lui. Il était revenu pendant quinze j ours lorsqu’il avait appris la séparation du couple. Ses parents divorcés, son pèr e homosexuel et millionnaire, une vie secrète, sa mère laissée seule l’année de s es cinquante-deux ans. Elle n’aurait pas dû penser à son âge. Toujours cet te enclume qui l’écrasait, cette projection sur sa vie de femme seule. Cinquante-deu x ans. Que pouvait-elle bien vivre désormais? Qui donc pourrait-elle rencontrer? Déjà un an de solitude. Et elle ne la supportait plus. Elle secoua la tête nerveusement en se fustigeant i ntérieurement. Tu es trop pessimiste. S’il y a des femmes seules, il doit forcément y avoir également des hommes. Ou alors, c’est que le groupe humain est déséquilibré. Ou que certaines femmes se sont attribué plusieurs hom mes. Difficile à croire. Donc, il y a un homme quelque part pour moi. Elle ne se le cachait plus. La solitude affective l ’étouffait. Hors le travail, elle n’avait plus aucune activité. Ni même aucune envie. Comme s’il lui fallait inévitablement une personne pour la prendre en main . Le constat l’avait énervée. Puis accablée. Elle ne comptait plus les révélations qui lui avaie nt sauté à la figure depuis qu’elle vivait seule. Cette rupture comme le déchirement d’un voile sur s a conscience. Des soirées entières, assise dans le fauteuil du sa lon. Les yeux dans le vide. Les
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents