Les Honnêtetés littéraires
50 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Les Honnêtetés littéraires , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
50 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Extrait : "On a déjà dit qu'il est ridicule de défendre sa prose et ses vers, quand ce ne sont que des vers et de la prose ; en fait d'ouvrages de goût, il faut faire, et ensuite se taire. Térence se plaint, dans ses prologues, d'un vieux poète qui suscitait des cabales contre lui, qui tâchait d'empêcher qu'on ne jouât ses pièces, ou de les faire siffler quand on les jouait. Térence avait tort, ou je me trompe."

À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARAN

Les éditions LIGARAN proposent des versions numériques de qualité de grands livres de la littérature classique mais également des livres rares en partenariat avec la BNF. Beaucoup de soins sont apportés à ces versions ebook pour éviter les fautes que l'on trouve trop souvent dans des versions numériques de ces textes.

LIGARAN propose des grands classiques dans les domaines suivants :

• Livres rares
• Livres libertins
• Livres d'Histoire
• Poésies
• Première guerre mondiale
• Jeunesse
• Policier

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 19
EAN13 9782335091434
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0008€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

EAN : 9782335091434

 
©Ligaran 2015

On a déjà dit qu’il est ridicule de défendre sa prose et ses vers, quand ce ne sont que des vers et de la prose ; en fait d’ouvrages de goût, il faut faire, et ensuite se taire.
Térence se plaint, dans ses prologues, d’un vieux poète qui suscitait des cabales contre lui, qui tâchait d’empêcher qu’on ne jouât ses pièces, ou de les faire siffler quand on les jouait. Térence avait tort, ou je me trompe. Il devait, comme l’a dit César, joindre plus de chaleur et plus de comique au naturel charmant et à l’élégance de ses ouvrages. C’était la meilleure façon de répondre à son adversaire.
Corneille disait de ses critiques : « S’ils me disent pois , je leur répondrai fèves . » En conséquence, il fit contre le modeste Scudéri ce rondeau un peu immodeste :

Qu’il fasse mieux ce jeune jouvencel,
À qui le Cid donne tant de martel,
Que d’entasser injure sur injure,
Rimer de rage une lourde imposture,
Et se cacher ainsi qu’un criminel.
Chacun connaît son jaloux naturel,
Le montre au doigt comme un fou solennel,
Et ne croit pas, en sa bonne écriture,
Qu’il fasse mieux.

Paris entier ayant vu son cartel,
L’envoie au diable, et sa muse au b…
Moi, j’ai pitié des peines qu’il endure ;
Et comme ami je le prie et conjure,
S’il veut ternir un ouvrage immortel,
Qu’il fasse mieux.
Il eut ensuite le malheur de répondre à l’abbé d’Aubignac, prédicateur du roi, qui faisait des tragédies comme il prêchait, et qui, pour se consoler des sifflets dont on avait régalé sa Zénobie , se mit à dire des injures à l’auteur de Cinna . Corneille eût mieux fait de s’envelopper dans sa gloire et dans sa modestie que de répondre fèves à l’abbé d’Aubignac, qui lui avait dit pois .
Racine, dans quelques-unes de ses préfaces, a fait sentir l’aiguillon à ses critiques ; mais il était bien pardonnable d’être un peu fâché contre ceux qui envoyaient leurs laquais battre des mains à la Phèdre de Pradon, et qui retenaient les loges à la Phèdre de Racine pour les laisser vides, et pour faire accroire qu’elle était tombée. C’étaient là de grands protecteurs des lettres : c’étaient le duc Zoïle, le comte Bavius, et le marquis Mévius.
Molière s’y prit d’une autre façon. Cotin, Ménage, Boursault, l’avaient attaqué ; il mit Boursault, Cotin et Ménage sur le théâtre.
La Fontaine, qui a tant embelli la vérité dans plusieurs de ses fables, fit de très mauvais vers contre Furetière, qui le lui rendit bien. Il en fit de fort médiocres contre Lulli, qui n’avait pas voulu mettre en musique son détestable opéra de Daphné , et qui se moqua de son opéra et de sa satire. « J’aimerais mieux, dit-il, mettre en musique sa satire que son opéra. »
Rousseau le poète fit quelques bons vers et beaucoup de mauvais contre tous les poètes de son temps, qui le payèrent en même monnaie.
Pour les auteurs qui, dans les discours préliminaires de leurs tragédies ou comédies tombées dans un éternel oubli, entrent amicalement dans tous les détails de leurs pièces, vous prouvent que l’endroit le plus sifflé est le meilleur ; que le rôle qui a le plus fait bâiller est le plus intéressant ; que leurs vers durs, hérissés de barbarismes et de solécismes, sont des vers dignes de Virgile et de Racine ; ces messieurs sont utiles en un point : c’est qu’ils font voir jusqu’où l’amour-propre peut mener les hommes, et cela sert à la morale.
M. de Voltaire écrivit un jour : «  La Henriade vous déplaît, ne la lisez pas. Zaïre, Brutus, Alzire, Mérope, Sémiramis, Mahomet, Tancrède , vous ennuient ; n’y allez pas. Le Siècle de Louis XIV vous paraît écrit d’un style ridicule, à la bonne heure ; vous écrivez bien mieux, et j’en suis fort aise. Je vous jure que je ne serai jamais assez sot pour prendre le parti de ma manière d’écrire contre la vôtre.
« Mais si vous accusez de mauvaise foi et de mensonges imprimés un historien impartial, amateur de la vérité et des hommes ; si vous imprimez et réimprimez vous-mêmes des mensonges, soit par la noble envie qui ronge votre belle âme, soit pour tirer dix écus d’un libraire, je tiens qu’alors il faut éclaircir les faits. Il est bon que le public soit instruit, il s’agit ici de son intérêt. J’ai fort bien fait de produire le certificat du roi Stanislas, qui atteste la vérité de tous les faits rapportés dans l’Histoire de Charles XII . Les aboyeurs folliculaires sont confondus alors, et le public est éclairé.
Si votre zèle pour la vérité et pour les mœurs va jusqu’à la calomnie la plus atroce, jusqu’à certaines impostures capables de perdre un pauvre auteur auprès du gouvernement et du monarque, il est clair alors que c’est un procès criminel que vous lui faites, et que le malheureux sifflé, opprimé, que vous voudriez encore faire pendre, doit au moins défendre sa cause avec toute la circonspection possible. »
Je pense entièrement comme M. de Voltaire.
Il me semble d’ailleurs que, dans notre Europe occidentale, tout est procès par écrit. Les puissances ont-elles une querelle à démêler ; elles plaident d’abord par-devant les gazetiers, qui les jugent en premier ressort, et ensuite elles appellent de ce tribunal à celui de l’artillerie.
Deux citoyens ont-ils un différend sur une clause d’un contrat ou d’un testament ; on imprime des factums, et des dupliques, et des mémoires nouveaux. Nous avons des procès de quelques bourgeois plus volumineux que l’ Histoire de Tacite et de Suétone. Dans ces énormes factums, et même à l’audience, le demandeur soutient que l’intimé est un homme de mauvaise foi, de mauvaises mœurs, un chicaneur, un faussaire ; l’intimé répond avec la même politesse. Le procès de M lle La Cadière et du R.P. Girard contient sept gros volumes, et l’Énéide n’en contient qu’un petit.
Il est donc permis à un malheureux auteur de bagatelles de plaider par-devant trois ou quatre douzaines de gens oisifs qui se portent pour juges des bagatelles, et qui forment la bonne compagnie, pourvu que ce soit honnêtement, et surtout qu’on ne soit point ennuyeux : car si, dans ces querelles, l’agresseur a tort, l’ennuyeux l’a bien davantage.
J’ai lu autrefois une Épître sur la Calomnie  : j’en ignore l’auteur, et je ne sais si son style n’est pas un peu familier ; mais les derniers vers m’ont paru faits pour le sujet que je traite :

Voici le point sur lequel je me fonde ;
On entre en guerre en entrant dans le monde.
Homme privé, vous avez vos jaloux,
Rampant dans l’ombre, inconnus comme vous,
Obscurément tourmentant votre vie :
Homme public, c’est la publique envie
Qui contre vous lève son front altier.
Le coq jaloux se bat sur son fumier,
L’aigle dans l’air, le taureau dans la plaine.
Tel est l’état de la nature humaine.
La Jalousie et tous ses noirs enfants
Sont au théâtre, au conclave, aux couvents.
Montez au ciel : trois déesses rivales
Y vont porter leur haine et leurs scandales,
Et le beau ciel de nous autres chrétiens
Tout comme l’autre eut aussi ses vauriens.
Ne voit-on pas, chez cet atrabilaire
Qui d’Olivier fut un temps secrétaire.
Ange contre ange, Uriel et Nisroc,
Contre Ariac, Asmodée et Moloc,
Couvrant de sang les célestes campagnes,
Lançant des rocs, ébranlant des montagnes ;
De purs esprits qu’un fendant coupe en deux,
Et du canon tiré de près sur eux ;
Et le Messie allant, dans une armoire,
Prendre sa lance, instrument de sa gloire ?
Vous voyez bien que la guerre est partout.
Point de repos, cela me pousse à bout.
Eh quoi, toujours alerte, en sentinelle !
Que devient donc la paix universelle
Qu’un grand ministre en rêvant proposa,
Et qu’Irénée aux sifflets exposa,
Et que Jean-Jacque orna de sa faconde,
Quand il faisait la guerre à tout le monde ?
Ô Patouillet ! ô Nonotte, et consorts !
Ô mes amis, la paix est chez les morts !
Chrétiennement mon cœur vous la souhaite.
Chez les vivants où trouver sa retraite ?
Où fuir ? que faire ? à quel saint recourir ?
Je n’en sais point : il faut savoir souffrir.
Mais, dit-on, Bernard de Fontenelle, après avoir fait quelques épigrammes assez plates contre Nicolas Boileau et contre. Racine, ne répondit rien au mauvais livre du R.P. Balthus, de la Société de Jésus, qui l’accusait d’athéisme pour avoir rédigé en bon français et avec grâce le livre latin très savant, mais un peu pesant, de Van Dale ; c’est que les RR. PP. Lallemant et Doucin, de la Société de Jésus, firent dire à M. de Fontenelle, par M. l’abbé de Tilladet, que s’il répondait on le mettrait à la Bastille ; c’est que, plus de vingt ans après, le R.P. Le Tellier persécuta Fontenelle, qu’il accusa d’avoir engagé Dumarsais à répondre ; c’est que Dumarsais était perdu sans le président de Maisons, et Fontenelle sans M. d’Argenson, comme on l’a déjà dit ailleurs, et comme Fontenelle le fait entendre lui-même dans le bel éloge de M. d’Argenson le garde des sceaux.
Mais à présent que le R.P. Le Tellier ne distribue plus de lettres de cachet, je pose qu’il n’est pas absolument défendu à un barbouilleur de papier, soit mauvais poète, soit plat prosateur, du nombre desquels j’ai l’honneur d’être, d’exposer les petites erreurs dans lesquelles des gens de bien sont depuis peu tombés, soit en inventant, soit en rapportant des calomnies absurdes, soit en falsifiant des écrits, soit en contrefaisant le style et jusqu’au nom de leurs confrères qu’ils ont voulu perdre ; soit en les accusant d’hérésie, de déisme, d’athéisme, à propos d’une recherche d’anatomie, ou de quelques vers de cinq pieds, ou de quelque point de géographie. M. Jean-George Lefranc, évêque du Puy, dit, par exemple, dans une pastorale, à la page 6, « qu’on s’est armé contre le christianisme dans la grammaire ». On n’avait pas encore entendu dire que le substantif et l’adjectif, quand ils s’accordent en genre, en nombre et en cas, conduisent droit à nier l’existence de Dieu.
Je vais, pour l’édification du public, rassembler, preuves en main, quelques tours de passe-passe dans ce goût, qui ont illustré en dernier lieu la littérature. Ce petit morceau pourra être utile à ceux qui entrent dans la carrière heureuse des lettres. C’est un compendium de traits d’érudition, de droiture, et de charité, qui me fut envoyé, il y a quelque temps, par un bon ami, sous le titre de Nouvelles Honnêtetés littéraires .
Première honnêteté
Il y a des sottises convenues qu’on réimprime tous les jours sans conséquence, et qui servent même à l’éducation de la jeunesse. La Géographie d’Hubner est mise entre les mains des enfants, depuis Moscou jusqu’à Strasbourg. On y trouve, dès la première page, que Jupiter se changea en taureau pour enlever Europe, treize cents ans avant Jésus-Christ, jour pour jour ; mais que les habitants de l’Europe sont enfants de Japhet ; qu’ils sont au nombre de trente millions, quoique la seule Allemagne possède environ ce nombre d’habitants. Il affirme ensuite qu’on ne peut trouver en Europe un terrain d’une lieue d’étendue qui ne soit habité, quoiqu’il y ait vingt lieues de pays dans les landes de Bordeaux où l’on ne trouve absolument personne ; quoique dans les États du pape, depuis Orviette jusqu’à Terracine, il y ait beaucoup de terrains abandonnés, et quoiqu’il y ait des marécages immenses dans la Pologne, et des déserts dans la Russie, et par tout pays des landes.
Il est dit, dans ce livre, que le roi de France a toujours quarante mille Suisses à sa solde, quoiqu’il n’en ait environ que douze mille.
M. Hubner, en parlant de Marseille, dit que le château de Notre-Dame de la Garde est très bien fortifié. Si M. Hubner avait ou vu Marseille, ou lu le Voyage de Bachaumont et de Chapelle , il aurait eu une connaissance plus exacte de Notre-Dame de la Garde.

Gouvernement commode et beau,
À qui suffit pour toute garde
Un Suisse avec sa hallebarde
Peint sur la porte du château.
M. Hubner assure qu’à Orange il parut une couronne d’or au ciel en plein midi, lorsque Guillaume, prince d’Orange, depuis roi d’Angleterre, reçut l’hommage des habitants de cette ville, « et que c’est pourquoi il eut toujours beaucoup de bienveillance pour elle ».
On cite ici le livre d’Hubner parmi cent autres, parce qu’on a été obligé par hasard d’en lire quelque chose, ainsi que du Spectacle de la nature , où il est dit que Moïse est un grand physicien ; que la lumière arrive des étoiles sur la terre en sept minutes, et que le chien de monsieur le chevalier s’appelle Moufflar.
Ces inepties nombreuses ne font nul mal, ne portent préjudice à personne, et sont aisément rectifiées par les instituteurs qui instruisent la jeunesse. Mais qu’un historien anglais, dans les Annales du siècle, assure que le dernier empereur de la maison d’Autriche, Charles VI, a été empoisonné par un de ses pages, lequel page s’est réfugié paisiblement à Milan ; qu’il dise que le roi de France, à la bataille de Fontenoy, ne passa jamais l’Escaut, lorsqu’il est avéré qu’il était au-delà du pont de Calonne à la vue des deux armées ; qu’il dise que les Français empoisonnèrent les balles de leurs fusils en les mâchant, et en y mêlant des morceaux de verre ; qu’il dise que le duc de Cumberland envoya au roi de France un coffre rempli de ces balles ; que ces absurdes mensonges soient répétés encore dans d’autres livres : voilà, ce me semble, des honnêtetés qu’il est juste de relever, et que l’auteur du Siècle de Louis XIV n’a pas passées sous silence.
Deuxième honnêteté
Après que l’Espion turc eut voyagé en France sous Louis XIV, Dufresny fit voyager un Siamois. Quand ce Siamois fut parti, le président de Montesquieu donna la place vacante à un Persan, qui avait beaucoup plus d’esprit que l’on n’en a à Siam et en Turquie.
Cet exemple encouragea un nouvel introducteur des ambassadeurs, qui, dans la guerre de 1741, fit les honneurs de la France à un Espion turc , lequel se trouva le plus sot de tous.
Quand la paix fut faite, M. le chevalier Goudard fit les honneurs de presque toute l’Europe à un Espion chinois qui résidait à Cologne, et qui parut en six petits volumes.
Il dit, page 17 du premier volume, que le roi de France est le roi des gueux ; que si l’univers était submergé, Paris serait l’arche où l’on trouverait en hommes et en femmes toutes sortes de bêtes.
Il assure qu’une nation naïve

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents